Forum des Uchronies Francophones
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-54%
Le deal à ne pas rater :
PHILIPS HI5910/99 Centrale Vapeur – effet pressing + Rase peluche
59.99 € 129.99 €
Voir le deal

Le discours de Goering (librement inspiré de LFC)

Aller en bas

Le discours de Goering (librement inspiré de LFC) Empty Le discours de Goering (librement inspiré de LFC)

Message par DemetriosPoliorcète Lun 3 Mai - 12:15

Un petit texte librement inspiré du travail d'Emile Ollivier/LFC et dans une moindre mesure du peu que j'ai lu de la FTL. L'idée m'est venue alors que je lisais dans le même temps le livre fondateur de Ian Kershaw sur l'étude du nazisme, "L'opinion allemande sous le nazisme". Dans cet univers qui ne prétend pas au réalisme absolu, la France a continué la guerre avec des forces relativement conséquentes depuis son Empire et les contre-offensives soviétiques qui suivent la bataille de Moscou ont eu beaucoup plus de succès, ce qui a conduit le Reich à refluer bien plus tôt à l'Est.

En ce début d'année 1943, le Reich refluait partout, et de plus en plus d'Allemands, responsables comme simples citoyens, se rendaient compte de l'impossibilité de gagner la guerre. A l'Est, la Wehrmacht était de plus en plus clairement sur la défensive, tandis que le réduit grec des Franco-britanniques était définitivement inexpugnable, et ne demandait qu'à devenir une base arrière pour frapper le "ventre mou" de l'Europe. Le débarquement en Sicile avait montré, malgré quelques déconvenues pour les Alliés, la puissance de l'armée américaine, engagée pour la première fois sur le front européen, et les déploiement  de forces allemandes en Italie, dispersion supplémentaire des forces allemandes, avait achevé d'ouvrir les yeux aux gradés allemands. Hitler, ce parvenu, était en train de conduire l'Allemagne à la destruction. La résistance conservatrice autour du général Beck se décidait à passer à l'action.

Un jour de février, le convoi amenant le Führer, alors accompagné d'Heinrich Himmler, de son domicile bavarois à Berlin tombe dans une embuscade: alors que le véhicule de tête est détruit par une charge explosive, une vingtaine de conjurés, pour la plupart des membres de la Wehrmacht triés sur le volet, mitraille le convoi et, après un bref échange de coups de feu avec les SS, prend l'ascendant. Adolf Hitler est retrouvé frappé en pleine tête, Himmler, blessé, est achevé au pistolet.

Le putsch qui devait s'ensuivre est néanmoins un échec, en raison de la lenteur de son déclenchement et du sang froid de certains dirigeants nazis, dont Joseph Goebbels, qui parvient à retourner les soldats envoyés pour l'arrêter. Les événements coutent pourtant la vie à Rudolf Hess, abattu par les conjurés; ordre explicite ou bavure après que celui-ci ait cherché à se défendre, le déroulé exact des événements fait toujours débat.

Si l'ensemble des dirigeants est unanime pour pleurer le Führer et organiser ses funérailles auprès de ses anciens camarades tués lors du putsch de la brasserie, la lutte pour sa succession commence dès l'élimination des conjurés. Les tractations aboutissent sur la nomination de Martin Bormann comme président du Reich et de Hermann Goering comme chancelier. Chacun sait que ce n'est qu'une situation provisoire, aucun protagoniste ne souhaitant ressusciter les institutions de Weimar, et chacun n'acceptant de se contenter d'autre chose que du titre de Führer. C'est dans une Allemagne en pleine incertitude que Goering, qui n'était pourtant pas connu pour sa finesse, va prendre un ascendant décisif pr son discours d'investiture.

Dans cette allocution radiodiffusée, l'ancien aviateur va opérer une volte-face idéologique aussi brutale qu'inattendue: appelant à l'unité des "Allemands de toute confession" derrière le gouvernement, le parti et l'armée, contre les "hordes de brutes rouges de l'est, dont l'unique objectif est de détruire l'Europe millénaire, forgée par les efforts de la race aryenne et du Christianisme". Le discours s'adresse par la suite longuement aux catégories de la population qui s'étaient détournées du parti nazi, et qui sont louées pour leurs efforts et leurs sacrifices: paysannerie et Mittelstand, à qui Goering annonce vouloir tenir les promesses du parti après le rétablissement de la paix.

Rappelant les réflexes de la propagande soviétique après le déclenchement de Barbarossa, dont il s'inspire probablement, le discours témoigne de la lucidité de l'équipe de Goering par rapport à l'opinion allemande et aux ressorts permettant de la mobiliser, mais est aussi un coup de poignard pour Martin Bormann, le plus farouchement anti-chrétien des dignitaires nazis. Celui-ci est acculé à la démission dans les jours qui suivent. La pathétique tentative de coup d'Etat par les SS de Heydrich, et le procès spectaculaire qui s'ensuit, achèvent d'installer solidement Goering à la tête du pays. L'adoption de la co-officialité du drapeau du Second Reich aux côtés du drapeau nazi ainsi que le renvoi du Gauleiter de Bavière Wagner, qui s'était rendu impopulaire en faisant retirer les crucifix des écoles, confirment la nouvelle orientation prise par le parti: il ne s'agit plus de réaliser le rêve démiurgique d'une nouvelle société aryenne à l'échelle de l'Europe, mais de protéger une Allemagne traditionnelle face aux hordes bolchéviques. Investi officiellement Reichsführer, Goering peut se lancer dans le projet qu'il poursuivra, au-delà du raisonnable, jusque dans ses derniers instants: la paix séparée avec les Occidentaux pour se présenter comme vainqueur des communistes.

Avec le recul historique, il semble que la nouvelle orientation du régime nazi a permis pour un temps le réarmement moral de la population, compensant la mort de Hitler, qui était jusque là la seule source de confiance dans un pays devenu profondément hostile à l'appareil du parti. Mais les promesses du nouveau guide ne reposaient en fait sur rien de concret: les multiples tentatives d'approcher les chefs alliés, allant jusqu'à promettre à Georges Mandel la livraison pieds et points liés de Jacques Doriot et des principaux dignitaires du fantoche Etat Populaire Français, se soldèrent par des échecs, que confirmèrent à la fin de l'été les débarquements alliés en Provence et en Normandie. Pire, la stratégie de Goering, et son aveuglément, le conduisirent à résister pied à pied aux alliés avec "la muraille de fer du Rhin" pendant que, sur le front de l'Est, les soviétiques s'emparaient avec une facilité déconcertante de la Roumanie puis de la Hongrie. Esperait-il que devant l'avance soviétique, les Alliés prendraient peur et feraient volte-face?

Jusque dans sa chimérique tentative pour construire un réduit nazi en Allemagne du Nord, après son départ in extremis de Berlin assiégé, Goering restait persuadé de la possibilité de négocier avec les Alliés. Peut-être le croyait-il encore au moment d'apprendre la défection de l'amiral Dönitz et des dernières forces de la Wehrmacht, et de se suicider avec une capsule de cyanure.

Le retournement nazi des dernières années n'aura pas sauvé la Wehrmacht ni ses officiers conservateurs sur qui le second Führer comptait s'appuyer. Pire que cela, elle aura conduit au plus terrifiant de leurs cauchemars: la dislocation de l'Allemagne en plusieurs entités, affiliés aux alliés, aux soviétiques, ou finlandisées, dont plusieurs formèrent l'Union des Républiques Allemandes des Conseils, en référence aux soulèvements de 1918. Si elles devinrent les capitales d'Etats neutres, Munich et Vienne avaient subi l'horreur de l'invasion par les troupes soviétiques avides de vengeance contre ceux qui avaient juré de les réduire en esclavage.

Un officier conservateur sera ainsi amené à résumer la situation par cette formule: "Goering n'a rendu à l'armée son drapeau pour pour qu'il prenne sa part de souillure".
DemetriosPoliorcète
DemetriosPoliorcète

Messages : 401
Date d'inscription : 05/03/2016

Thomas, LFC/Emile Ollivier, Collectionneur, Rayan du Griffoul, Uranium Colonel et Amon luxinferis aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas

Le discours de Goering (librement inspiré de LFC) Empty Re: Le discours de Goering (librement inspiré de LFC)

Message par Collectionneur Lun 3 Mai - 14:33

Intéressant. Toute l'histoire de l'après guerre de trouve bouleversé avec une Allemagne et Autriche émiettés.
Collectionneur
Collectionneur

Messages : 1217
Date d'inscription : 03/09/2016
Age : 49
Localisation : Languedoc-Roussillon

https://fr.wikipedia.org/wiki/Utilisateur:L%27amateur_d%27a%C3%A

Thomas, DemetriosPoliorcète et LFC/Emile Ollivier aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas

Le discours de Goering (librement inspiré de LFC) Empty Re: Le discours de Goering (librement inspiré de LFC)

Message par DemetriosPoliorcète Lun 3 Mai - 15:02

Oui, avec une guerre qui se termine plus tôt en Europe, alors qu'il y a toujours besoin de l'URSS contre le Japon, des soviétiques plus en force pour négocier, et surtout une France plus puissante qui pousse au démantèlement, les Alliés en restent à leur projet initial de démanteler l'Allemagne.

On a une grande Rhénanie sous contrôle occidental à l'ouest, plusieurs États communistes à l'Est et, entre les deux, des États tampons démilitarisés et désindustrialisés.
DemetriosPoliorcète
DemetriosPoliorcète

Messages : 401
Date d'inscription : 05/03/2016

Thomas, LFC/Emile Ollivier et Collectionneur aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas

Le discours de Goering (librement inspiré de LFC) Empty Re: Le discours de Goering (librement inspiré de LFC)

Message par LFC/Emile Ollivier Lun 3 Mai - 16:46

Super texte, Demetrios !

Merci pour le clin d’œil Wink
LFC/Emile Ollivier
LFC/Emile Ollivier

Messages : 2047
Date d'inscription : 26/03/2016
Age : 32

Thomas et DemetriosPoliorcète aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas

Le discours de Goering (librement inspiré de LFC) Empty Re: Le discours de Goering (librement inspiré de LFC)

Message par Amon luxinferis Mer 5 Mai - 21:20

incroyable pense tu faire une suite pour la guerre froide Smile

Amon luxinferis

Messages : 437
Date d'inscription : 17/08/2020

LFC/Emile Ollivier et Collectionneur aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas

Le discours de Goering (librement inspiré de LFC) Empty Re: Le discours de Goering (librement inspiré de LFC)

Message par DemetriosPoliorcète Jeu 6 Mai - 19:01

Amon luxinferis a écrit:incroyable pense tu faire une suite pour la guerre froide Smile

Merci!

Rien de prévu pour l'instant, mais après tout pourquoi pas!
DemetriosPoliorcète
DemetriosPoliorcète

Messages : 401
Date d'inscription : 05/03/2016

LFC/Emile Ollivier aime ce message

Revenir en haut Aller en bas

Le discours de Goering (librement inspiré de LFC) Empty Re: Le discours de Goering (librement inspiré de LFC)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum