Forum des Uchronies Francophones
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -25%
-25% Figurines Funko – Calendrier d’Avent ...
Voir le deal
18 €

Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968)

+2
Uranium Colonel
DemetriosPoliorcète
6 participants

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968) - Page 2 Empty Re: Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968)

Message par Collectionneur Jeu 10 Nov - 9:44

Tout de même. Les forces de l'OTAN qui envahissent au débouté l'Allemagne de l'est ?!? C'est extrêmement rare comme scénario hors proposition lors de la construction du Mur de Berlin en 62.
Collectionneur
Collectionneur

Messages : 1872
Date d'inscription : 03/09/2016
Age : 51
Localisation : Languedoc-Roussillon

https://fr.wikipedia.org/wiki/Utilisateur:L%27amateur_d%27a%C3%A

Uranium Colonel aime ce message

Revenir en haut Aller en bas

Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968) - Page 2 Empty Re: Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968)

Message par Uranium Colonel Dim 13 Nov - 17:00

Chapitre 13:Une drôle de chose est arrivée sur le chemin du Hilton d'Hanoi.

Il est impossible de dire avec certitude si le président sud-vietnamien Nguyen Van Thieu aurait consenti à des négociations de cessez-le-feu avec l'État communiste du Nord dirigé par Ho Chi Minh si la guerre tchèque n'avait pas éclaté. Mais une fois que l'impasse Dubcek-Brezhnev a dégénéré en conflit armé ouvert et que les superpuissances ont recentré leur attention de l'Asie du Sud-Est vers l'Europe centrale, les dirigeants politiques et militaires des deux côtés du 17e parallèle ont progressivement compris qu'ils seraient livrés à eux-mêmes, du moins à court terme ; les envois d'aide militaire à Saigon et à Hanoï ont ralenti au compte-gouttes, Washington et Moscou donnant la priorité à leurs fronts de bataille européens sur ce qui s'apparentait essentiellement à une guerre civile dans un pays de second rang. Il y a des comptes-rendus différents sur ce qui a conduit Thieu à ouvrir finalement un dialogue avec Ho, mais les historiens sont largement d'accord que l'un des catalyseurs majeurs pour sa décision était une réunion du 31 août 1968 avec ses conseillers militaires supérieurs dans laquelle ils lui ont dit que les forces de l'ARVN sous le commandement de Saigon avaient, au plus, seulement assez d'équipement et de munitions pour continuer la guerre avec le Nord Vietnam pour encore 18 à 24 mois. Quand il leur demanda si cela serait suffisant pour tenir jusqu'à ce que la guerre en Tchécoslovaquie soit terminée et que Saigon puisse recevoir une nouvelle infusion d'aide militaire américaine, ils lui répondirent qu'ils ne pouvaient pas garantir une telle chose.

À Hanoi, Ho Chi Minh reçoit un tableau tout aussi sombre de son ministre de la défense Vo Nguyen Giap. Sans l'aide soviétique, dit Giap, il est difficile d'imaginer que l'ANV ou le Viêt-cong puissent continuer à combattre le régime de Saigon au-delà des six premiers mois de 1970. La seule autre source possible d'aide militaire étrangère était la Chine, une nation avec laquelle le peuple vietnamien avait des tensions politiques et culturelles datant de plusieurs siècles. Giap craignait, entre autres, que Mao Zedong, de plus en plus imprévisible, ne tente de tirer parti du soutien à l'effort de guerre nord-vietnamien pour prendre le contrôle politique de Hanoi. Giap a suggéré à Ho que la perspective de perdre la guerre au profit du Sud était une mauvaise chose, mais que celle de devenir un vassal de Pékin était bien pire. Ho se trouvait donc face à un sérieux dilemme politique, suffisamment grave pour l'inciter à convoquer une session à huis clos du Politburo du Parti communiste vietnamien tôt le matin du 2 septembre. Comme l'un des participants à cette réunion s'en souviendra plus tard, la réunion a été l'une des plus houleuses auxquelles les participants se souviennent d'avoir assisté ; près d'une douzaine de fois au cours de la session, Ho a dû taper du poing sur la table pour rétablir l'ordre. Mais lorsque la réunion se termina finalement vers 13h30 cet après-midi-là, un consensus s'était établi sur le fait qu'il serait prudent de tendre un rameau d'olivier à Saigon.

Après quelques tâtonnements initiaux entre diplomates de bas niveau aux ambassades respectives des deux pays à Belgrade, les pourparlers de cessez-le-feu devaient commencer sérieusement le 10 septembre dans la capitale autrichienne, Vienne. Les négociateurs arrivaient à Vienne à un moment où la situation déjà explosive en Europe promettait de le devenir encore plus ; les troupes américaines et soviétiques étaient engagées dans un combat sans merci pour la ville historique de Bratislava, tandis que le régime d'Ulbricht à Berlin-Est se trouvait confronté aux premières dissensions au sein d'une Armée nationale populaire qui, jusqu'alors, avait fait preuve d'une loyauté sans faille envers ses maîtres.....

Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968) - Page 2 Thieu610
Uranium Colonel
Uranium Colonel

Messages : 942
Date d'inscription : 31/07/2019
Age : 23
Localisation : République Démocratique de l'Icaunais

Thomas, Collectionneur, Rayan du Griffoul, Flosgon78 et Amon luxinferis aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas

Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968) - Page 2 Empty Re: Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968)

Message par Uranium Colonel Dim 13 Nov - 17:06

Chapitre 14: La Bataille de Bratislava


Pour la plupart des Américains, septembre signifie généralement le début d'une nouvelle année scolaire ou le début de la saison de football. Mais pour les troupes américaines chargées de la défense de Bratislava, le 4 septembre 1968 marquait le début de la bataille terrestre peut-être la plus importante menée par une armée américaine depuis Gettsyburg. Pour les hauts responsables militaires des deux côtés du rideau de fer, il était tout à fait clair que Bratislava était une des premières clés de la réussite de la campagne de l'OTAN visant à sauver la Tchécoslovaquie de l'occupation du Pacte de Varsovie ; une défense réussie de la ville signifiait que l'OTAN pouvait au moins tenir la ligne contre les Soviétiques et les Allemands de l'Est, tandis qu'une défaite de l'OTAN mettrait les forces du Pacte de Varsovie en position non seulement d'occuper Bratislava, mais aussi de lancer une attaque terrestre sur Brno, voire même d'attaquer Prague. Et si la Tchécoslovaquie tombait, cela mettrait à son tour en péril la position tactique de l'OTAN en Allemagne de l'Est et exposerait l'Allemagne de l'Ouest à une éventuelle invasion soviétique. Le message de Washington aux GI's sur le terrain est clair : tenez Bratislava à tout prix.  Si le Pacte de Varsovie avait un léger avantage sur les forces de l'OTAN dans la région en ce qui concerne les chars, l'OTAN avait un avantage en ce qui concernait l'infanterie, car de nombreux fantassins sur lesquels les Soviétiques auraient normalement compté pour l'offensive imminente de Bratislava étaient immobilisés dans l'arrière-pays slovaque pour tenter de supprimer les forces de guérilla anti-Husak.

Les forces terrestres américaines étaient soutenues par les paras britanniques, l'artillerie canadienne, les unités des forces spéciales néerlandaises et belges, les sapeurs tchèques et, enfin et surtout, les milices volontaires composées de nombreux adultes valides de la population civile de Bratislava. Le commandant régional principal de l'OTAN avait proposé d'évacuer l'ensemble de la population adulte de la ville ainsi que leurs familles ; la plupart, cependant, avaient choisi de rester dans la ville - et une bonne partie d'entre eux étaient d'anciens combattants de la résistance antinazie qui n'avaient pas oublié leur entraînement au combat. Ces volontaires ont été déployés aux côtés des forces spéciales belges et néerlandaises dans l'idée que les trois contingents harcèlent les unités soviétiques et est-allemandes sur leur flanc sud vulnérable. À quelques kilomètres au nord de Bratislava, un détachement de parachutistes français se tenait prêt à fournir une puissance de feu supplémentaire en cas de besoin ; ils seraient les premières forces terrestres françaises à entrer en action dans la guerre tchèque.

Il était un peu plus de 7 h 10 le matin du 4 septembre lorsque les Soviétiques ont lancé leur première attaque dans Bratislava, en lançant un assaut massif de blindés et de missiles sur les principales positions des troupes américaines et britanniques le long du bord nord-est de la ville. Les forces américaines et britanniques ont rapidement riposté et il s'en est suivi une bataille de chars comme l'Armée rouge n'en avait pas connu depuis Koursk. Bien que le T-62, le char de combat principal le plus connu de l'armée soviétique à l'époque de la guerre tchèque, ait affronté les M-60 Patton américains à quelques reprises au Vietnam sous les auspices de l'armée nord-vietnamienne, la bataille de Bratislava a marqué la première fois que des chars soviétiques et américains se sont affrontés directement. Pour les commandants de chars de l'Armée rouge qui avaient considéré comme acquis que leurs T-62 vaincraient facilement les Pattons, ce fut un réveil brutal ; rien que le premier jour de la bataille, l'Armée rouge perdit près d'un quart de la force blindée qu'elle avait initialement engagée dans l'attaque de la ville, et lorsque la bataille prit fin près de six jours plus tard, les Soviétiques avaient perdu la majeure partie de deux divisions blindées complètes et en avaient vu une troisième être anéantie jusqu'au dernier char. Leurs alliés est-allemands n'ont pas fait beaucoup mieux : le 6 septembre, 48 heures après la poussée initiale du Pacte de Varsovie contre les défenses de l'OTAN à Bratislava, le régiment de blindés "Karol Swierczewski" a été pratiquement anéanti par une combinaison de roquettes antichars américaines, de frappes aériennes tactiques de la RAF et de quelques pièges bien placés tendus par les sapeurs tchèques.

Le 7 septembre, 72 heures après le début de la bataille, les forces terrestres soviétiques et est-allemandes restantes étaient clouées au sol et largement sur la défensive. Moscou et Berlin-Est faisaient de leur mieux pour tourner la situation à leur avantage, mais avec les médias occidentaux sur le terrain en Tchécoslovaquie et en Allemagne de l'Est et Radio Prague qui transmettait des rapports de bataille non censurés à travers la frontière tchèque vers l'Allemagne de l'Est et l'Ukraine, il devenait de plus en plus difficile pour Brejnev et Ulbricht de tromper leurs sujets. La poignée de miliciens de l'État fantoche de Husak qui ont pris part aux combats de Bratislava n'ont pas été d'un grand secours - en fait, nombre d'entre eux ont tout simplement jeté leurs armes au premier signe de combat réel et se sont enfuis, certains choisissant de traverser furtivement la frontière autrichienne et de demander l'asile dans diverses ambassades de l'OTAN à Vienne.



Le régime Brejnev a connu une brève lueur d'espoir le 8 septembre, lorsque des commandos Spetsnaz de l'Armée rouge se sont glissés dans une brèche des lignes de combat de l'OTAN et ont capturé la gare de Bratislava-Petržalka. La prise de cette gare, l'une des principales installations de transport de la ville, était considérée comme une priorité majeure pour les forces du Pacte de Varsovie. L'état-major de l'Armée rouge était persuadé qu'une fois le nœud ferroviaire occupé par les Soviétiques, ce ne serait plus qu'une question de temps avant que le reste de la ville ne passe aux mains du Pacte de Varsovie. Mais la malchance qui poursuivait les forces d'invasion depuis qu'elles avaient franchi la frontière tchèque se manifesta une fois de plus. Des éléments de la 22e brigade de parachutistes de l'armée tchèque, qui devaient être déployés dans le village voisin de Stupava, furent déroutés vers Bratislava et encerclèrent la gare ferroviaire en quelques minutes. Au cours de la bataille rangée de deux heures qui s'ensuivit, un peloton entier de la 3e brigade de Spetsnaz de la Garde fut anéanti jusqu'au dernier homme. Les Spetsnaz restants ont ensuite dû se frayer un chemin hors de la gare afin de regagner les lignes du Pacte de Varsovie. Le commandant de la 3e brigade de la Garde, l'esprit brisé par les pertes dévastatrices subies par ses hommes, s'est suicidé le lendemain.

Dans une dernière tentative désespérée de prendre le contrôle de la ville, des unités d'infanterie soviétiques et est-allemandes ont tenté de prendre d'assaut le quartier Podunajské Biskupice de Bratislava vers midi le 9 septembre... et c'est à ce moment-là que les milices volontaires tchèques et les parachutistes français ont apporté ce qui a peut-être été leur plus grande contribution à la défense de la ville par l'OTAN. Ils ont stoppé net les Soviétiques et les Allemands de l'Est avec une enfilade dévastatrice qu'un capitaine de l'Armée rouge décrira plus tard comme "un petit avant-goût de ce que doit être l'enfer". Même les Soviétiques, aussi vastes que soient leurs ressources humaines, ne pouvaient pas éternellement supporter des pertes aussi brutales, et vers 1 heure du matin, heure de Moscou, le 10 septembre, Bréjnev a donné l'ordre, à contrecœur, aux forces soviétiques de se retirer de Bratislava.

Pour l'Allemagne de l'Est, l'échec des forces du Pacte de Varsovie à s'emparer de Bratislava constituait plus qu'une simple défaite militaire - il allait s'avérer être l'allumette qui alluma la mèche de l'explosion qui fit définitivement exploser le régime d'Ulbricht. Affligés par la perte de leurs camarades et ayant le sentiment d'avoir été trompés sur l'ampleur de la détermination des Tchèques à défendre leur patrie, les militaires est-allemands ordinaires deviendront de plus en plus désenchantés par les dirigeants politiques de Berlin-Est. Même au sein d'unités d'élite comme le bataillon Sanger, des grondements de mécontentement ont commencé à monter.....

Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968) - Page 2 M48tan10
Uranium Colonel
Uranium Colonel

Messages : 942
Date d'inscription : 31/07/2019
Age : 23
Localisation : République Démocratique de l'Icaunais

Thomas, Collectionneur, Rayan du Griffoul, Flosgon78, Amon luxinferis et ezaski aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas

Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968) - Page 2 Empty Re: Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968)

Message par Thomas Dim 13 Nov - 18:20

Toujours plaisant à lire. Je ne sais pas si c'est à dessein, mais on retrouve pas mal de parallèle avec la situation ukrainienne actuelle.

_________________
« Ce n’est que devant l’épreuve, la vraie, celle qui met en jeu l’existence même, que les hommes cessent de se mentir et révèlent vraiment ce qu’ils sont. »
Alexandre Lang.
Au Bord de l'Abîme et au-delà
Thomas
Thomas
Admin

Messages : 3157
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 37
Localisation : Lyon

https://auborddelabime.com/

Collectionneur et Uranium Colonel aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas

Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968) - Page 2 Empty Re: Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968)

Message par Uranium Colonel Lun 14 Nov - 15:31

À vrai dire Pats a commencé à publier cette série en 2020...
Uranium Colonel
Uranium Colonel

Messages : 942
Date d'inscription : 31/07/2019
Age : 23
Localisation : République Démocratique de l'Icaunais

Revenir en haut Aller en bas

Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968) - Page 2 Empty Re: Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968)

Message par Uranium Colonel Lun 14 Nov - 15:37

Chapitre 15:Zur Hölle mit Ulbricht! (Au diable Ulbricht !)

Lorsque les forces du Pacte de Varsovie en Tchécoslovaquie se sont regroupées près de la ville de Nitra le 12 septembre après leur défaite à Bratislava, Walter Ulbricht avait déjà consulté son médecin personnel au moins deux douzaines de fois. Le stress combiné dus aux manifestations de la Porte de Brandebourg, toujours en cours, et de l'avancée implacable de l'OTAN sur Berlin avaient des conséquences de plus en plus graves sur sa santé physique. L'issue de la bataille de Bratislava n'avait fait qu'aggraver son sort ; la nouvelle du désastre de Podunajské Biskupice a déclenché de graves migraines qui l'ont obligé à se rendre brièvement a l'hôpital de la Charité de Berlin pour y être traité par ses neurologues. Selon les dossiers médicaux conservés aujourd'hui aux Archives fédérales allemandes à Munich, le dictateur est-allemand souffrait également d'hypertension. Un rapport confidentiel soumis au nouveau directeur de la Stasi, Markus Wolf, le 13 septembre, exprimait des inquiétudes quant au risque accru d'accident vasculaire cérébral ou d'arrêt cardiaque et recommandait de persuader Ulbricht de se retirer de son poste pour sa propre sécurité.

Et il n'y avait pas que la santé physique d'Ulbricht qui était menacée - une annexe à ce même rapport, rédigée par l'un des meilleurs psychiatres de la Charité, laissait entendre qu'Ulbricht pouvait ressentir les premiers symptômes d'une dépression mentale. Il ne pouvait donc pas y avoir de pire moment pour lui pour être confronté à la perspective d'une mutinerie au sein de ses propres forces armées. Pourtant, c'est exactement la situation qui se préparait parmi les soldats est-allemands à la suite des revers subis par le bloc soviétique dans ses tentatives d'écraser la Tchécoslovaquie. Avant même la bataille de Bratislava, les officiers politiques de la Volksarmee avaient perçu des signes de mécontentement au sein de leurs unités. Quelques jours avant le massacre de la place du marché à Cracovie, le commissaire du détachement de mortiers lourds Hermann Rentzsch avait informé ses supérieurs qu'il avait entendu deux soldats de son unité exprimer des doutes quant à la façon dont le régime d'Ulbricht gérait le conflit entre Prague et Moscou au sujet des réformes d'Alexander Dubcek. De même, l'officier politique affecté à l'escadre de chasse Fritz Schmenkel de l'armée de l'air est-allemande a noté que de nombreux équipages de l'escadre étaient ouvertement en colère contre le gouvernement d'Ulbricht en général et contre Ulbricht lui-même en particulier après la frappe aérienne désastreuse du Pacte de Varsovie sur Brno. Les agents de la sécurité militaire faisaient de leur mieux pour ramener les râleurs dans le droit chemin, mais pour chaque plaignant réduit au silence, deux ou trois semblaient apparaître à la place. Les censeurs des bureaux centraux de la Deutsche Post à Berlin-Est devaient faire des heures supplémentaires pour empêcher les lettres contenant des propos désobligeants à l'égard du régime de parvenir aux familles ou aux amis des militaires est-allemands. La Stasi, déjà mise à rude épreuve pour faire face à l'agitation croissante de la population civile, se retrouvait presque au point de rupture dans ses efforts pour étouffer les propos dits "défaitistes" des soldats, marins et aviateurs blessés dans les hôpitaux militaires de la République démocratique allemande.

C'est au cours de la semaine du 16 septembre, alors que les unités avancées de l'OTAN ont pénétré dans la banlieue berlinoise de Potsdam et que le ministre polonais de l'Intérieur Kazimierz Świtała a été démis de ses fonctions sous la pression politique croissante de ses collègues dégoûtés par sa gestion des événements qui ont précipité le massacre de la place du Marché, que l'Ouest a commencé à prendre conscience de la gravité du mécontentement. Un certain capitaine de l'armée de l'air est-allemande, qui travaillait sous couverture pour la CIA et recueillait des informations sur le moral général des forces armées de son pays, a informé ses supérieurs à la mission américaine de Berlin-Ouest qu'un de ses collègues officiers avait été exécuté par un peloton d'exécution la veille, sous des accusations douteuses de trahison et d'insubordination. Le condamné, un sous-lieutenant ayant onze ans de service distingué dans l'armée de l'air est-allemande et une histoire familiale d'engagement marxiste remontant aux premiers jours du Kaiser Wilhelm II, avait été arrêté après avoir été entendu en train d'insulter Ulbricht dans les termes les plus profanes imaginables. Décidant qu'ils devaient faire un exemple du sous-lieutenant, ses supérieurs ont convoqué à la hâte une cour martiale et ont condamné le malheureux à mort après un procès de moins de vingt minutes. Juste avant d'être exécuté, le sous-lieutenant a crié au peloton d'exécution : "Zur Hölle mit Ulbricht ! (Au diable Ulbricht !)" Ce n'était pas la première fois que ces mots étaient entendus en Allemagne de l'Est - ils avaient été le cri de ralliement officieux des manifestants du sit-in de la Porte de Brandebourg pendant des semaines. Ce ne sera pas non plus la dernière ; lors d'une session d'urgence du 19 septembre de l'assemblée législative de la Volkskammer, un jeune législateur les a criés au président de la Volkskammer, Johannes Dieckmann, dans un élan de frustration.
Mais ce sont les hommes désabusés de l'armée est-allemande qui les prendront particulièrement à cœur. Même au sein de la Stasi, le mécontentement se faisait sentir, le sentiment croissant que les choses avaient mal tourné et la décision du gouvernement Ulbricht de soutenir l'intervention soviétique en Tchécoslovaquie était à l'origine de bon nombre de ces problèmes. Tel le monstre de Frankenstein, la machine sécuritaire qui avait permis aux dirigeants de la RDA de maintenir un contrôle absolu sur leurs citoyens depuis 1949 allait bientôt se retourner contre ses créateurs.....

Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968) - Page 2 Volksa10
Uranium Colonel
Uranium Colonel

Messages : 942
Date d'inscription : 31/07/2019
Age : 23
Localisation : République Démocratique de l'Icaunais

Thomas, Collectionneur, Rayan du Griffoul, Flosgon78, Amon luxinferis et ezaski aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas

Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968) - Page 2 Empty Re: Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968)

Message par Uranium Colonel Lun 14 Nov - 15:44

Chapitre 16: Arrive, Raise Hell, Leave (Arriver, déclencher l'enfer, partir)

Bien que la branche des opérations spéciales de l'U.S. Navy SEALs existe depuis 1962 et qu'elle ait participé à des opérations au Vietnam dès 1966, c'est pendant la guerre de Tchécoslovaquie qu'elle s'est véritablement affirmée en tant que corps de combat. Dès que le premier avion de transport de l'armée de l'air américaine est arrivé à Prague, les équipes SEAL étaient sur le terrain en Tchécoslovaquie pour commencer à coordonner les opérations avec d'autres unités des forces spéciales de l'OTAN et recueillir des informations essentielles sur le front pour le quartier général de l'opération Pressgang, situé dans la banlieue de la capitale tchèque. Une fois que les combats ont commencé pour de bon, les équipes SEAL ont lancé des raids de type guérilla derrière les lignes du Pacte de Varsovie et ont transporté des fournitures essentielles aux partisans anti-Husak dans l'est de la Tchécoslovaquie occupée par les Soviétiques. Après la fin de la guerre, elles ont assumé une grande partie de la responsabilité de la traque et de la capture des collaborateurs présumés du régime fantoche de Husak. Mais aucune mission qu'ils ont accomplie dans les zones de combat en Europe n'illustre mieux leur importance vitale pour l'effort de guerre de l'OTAN que celle qu'ils ont accomplie dans la nuit du 16 septembre 1968, lorsqu'ils ont joint leurs forces à celles du Special Boat Service (SBS) de la Royal Navy britannique pour attaquer la base d'hélicoptères anti-sous-marins de la marine est-allemande à Parow. Parow était une épine dans le pied des capitaines de sous-marins occidentaux depuis le début de la guerre tchèque, et le commandement central de l'opération Pressgang a convenu à l'unanimité qu'il était temps d'arracher cette épine. À l'origine, les hauts responsables militaires de l'OTAN avaient l'intention d'utiliser des frappes aériennes pour mettre hors service les Mil Mi-8 stationnés à Parow et détruire les installations de ravitaillement et de réparation dont dépendaient les hélicoptères pour effectuer leurs missions ; toutefois, la défense aérienne des villes tchèques et le soutien aérien rapproché des troupes de l'OTAN en Tchécoslovaquie étant considérés comme des priorités par les principaux commandants aériens de l'OTAN, il a alors été décidé qu'une frappe terrestre par des détachements de commandos contre Parow serait peut-être plus réalisable.

De nombreux détails concernant le raid de Parow sont encore classifiés pour des raisons de sécurité, mais on peut affirmer avec une certitude absolue que la rumeur selon laquelle des parachutistes des Forces de défense israéliennes accompagnaient les SEAL et les commandos SBS lors de la mission de Parow est fausse. Selon un mémo du Pentagone, aujourd'hui déclassifié, publié dans le Washington Post en 2012, l'idée avait été lancée lors des premières étapes de la planification du raid, mais elle a finalement été abandonnée après que l'OTAN et le ministre israélien de la défense de l'époque, Moshe Dayan, ont convenu qu'il serait impossible, d'un point de vue logistique, d'acheminer les paras en Europe à temps pour qu'ils participent de manière significative à l'opération. Le raid a toutefois fait un usage intensif des renseignements sur les signaux recueillis par le poste d'écoute du Mossad en Roumanie. En particulier, les informations obtenues par le poste d'écoute concernant les gardes de la base de Parow ont joué un rôle essentiel dans la détermination du moment et du mode d'attaque des commandos. Sachant que les gardes seraient préparés à un débarquement par bateau, le groupe d'assaut combiné SEAL/SBS a opté pour un débarquement par hélicoptère. Vers 21 h 35, heure locale, le 16 septembre, le groupe a débarqué des UH-1 de la Bundeswehr ouest-allemande dans un champ situé à quelques kilomètres de la base navale de Parow. Ils sont arrivés à la base elle-même environ quarante minutes plus tard, et pendant que les gardes changeaient d'équipe, les SEALs et les hommes de la SBS se sont mis au travail pour placer des charges explosives à l'intérieur des hélicoptères stationnés sur la piste d'atterrissage principale de la base. Pour faire bonne mesure, l'un des SEAL a également désactivé la principale liaison téléphonique de la base avec Berlin-Est. La première charge a explosé vers 22 h 25 ; à 22 h 42, la piste d'atterrissage était jonchée de débris et le personnel de la base de Parow essayait désespérément d'éteindre de multiples incendies.

Fait remarquable pour une telle opération, personne n'a été tué et la seule victime sérieuse des deux côtés a été un officier de liaison de la marine soviétique qui a subi une légère commotion et une perte temporaire de l'audition de son oreille droite. Mais les pertes d'équipement pour les Allemands de l'Est ont été catastrophiques : 40 % de l'inventaire des hélicoptères de la base de Parow ont été purement et simplement détruits, 15 % ont été rendus définitivement inopérants et, sur les 45 % restants, beaucoup auraient besoin de réparations importantes simplement pour pouvoir voler à nouveau. En fait, le cœur des opérations anti-sous-marines de la Volksmarine a été mis à mal. Au quartier général de la Volksmarine à Rostock, l'amirauté est-allemande réagit rapidement et durement au raid de Parow, licenciant tous les officiers supérieurs de la base dans les 48 heures et ordonnant que la plupart des officiers subalternes arrêtés soient traduits en cour martiale pour incompétence et manquement au devoir ; le commandant en chef de la Volksmarine, le vice-amiral Wilhelm Ehm, est connu pour avoir personnellement procédé à au moins quatre de ces arrestations. En revanche, les SEALs et les hommes de la SBS ont tous été décorés pour leur rôle dans le raid de Parow ; un membre particulièrement astucieux de l'équipe SEAL a finalement transformé son expérience du combat en une carrière politique réussie au sein du Sénat des États-Unis.

Pendant qu'Ulbricht et ses principaux conseillers militaires s'efforçaient de concevoir un plan pour compenser la perte de tant d'hélicoptères à Parow, le dictateur hongrois Janos Kadar avait ses propres problèmes militaires à résoudre. Jusqu'à présent, la campagne de l'armée hongroise contre la Roumanie ne s'est pas déroulée comme Kadar l'avait espéré ; elle n'a pas réussi à prendre pied de manière significative sur le territoire roumain. Les forces terrestres roumaines avaient en effet établi au moins trois positions sur le sol hongrois et occupé la ville de Debrecen. Déjà, Nicolae Ceausescu, qui ne manquait jamais une occasion de se livrer à des fioritures rhétoriques, annonçait à ses compatriotes qu'à Noël, le drapeau roumain flotterait sur Budapest. Le 21 septembre, Kadar téléphona à l'ambassade soviétique de Budapest pour demander l'aide du KGB dans ce qu'il appelait par euphémisme "la résolution du problème Ceausescu". La réponse du KGB à cette demande rapprocherait le Pacte de Varsovie d'un pas de géant vers la "fracture irréparable" contre laquelle Granma les avaient mis en garde.....

Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968) - Page 2 Navyse10
Uranium Colonel
Uranium Colonel

Messages : 942
Date d'inscription : 31/07/2019
Age : 23
Localisation : République Démocratique de l'Icaunais

Thomas, Collectionneur, Rayan du Griffoul, Flosgon78, Amon luxinferis et ezaski aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas

Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968) - Page 2 Empty Re: Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968)

Message par Collectionneur Lun 14 Nov - 16:00

Berlin Ouest assiégé à toujours des moyens de communication avec Berlin-Est ?
Collectionneur
Collectionneur

Messages : 1872
Date d'inscription : 03/09/2016
Age : 51
Localisation : Languedoc-Roussillon

https://fr.wikipedia.org/wiki/Utilisateur:L%27amateur_d%27a%C3%A

Revenir en haut Aller en bas

Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968) - Page 2 Empty Re: Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968)

Message par Uranium Colonel Lun 14 Nov - 16:04

C'est plus que probable vu l'état d'apesanteur qui règne en RDA (et en RFA) à ce moment.
Plus que le rôle de la colonne de l'OTAN est de dégager Berlin afin d'éviter que le Pacte de Varsovie ne s'en serve de "monnaie d'échange".
Uranium Colonel
Uranium Colonel

Messages : 942
Date d'inscription : 31/07/2019
Age : 23
Localisation : République Démocratique de l'Icaunais

Collectionneur aime ce message

Revenir en haut Aller en bas

Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968) - Page 2 Empty Re: Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968)

Message par Flosgon78 Mar 15 Nov - 9:23

Passionnant !
Flosgon78
Flosgon78

Messages : 255
Date d'inscription : 19/03/2019
Age : 23
Localisation : Paris

Uranium Colonel aime ce message

Revenir en haut Aller en bas

Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968) - Page 2 Empty Re: Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968)

Message par Collectionneur Mar 15 Nov - 10:22

Pour le chapitre 16, on peut imaginer un très lourd brouillage radar au-dessus de la RDA et une agitation côté tchèque pour éviter que les hélicoptères UH-1 ne se fassent réperé.
Collectionneur
Collectionneur

Messages : 1872
Date d'inscription : 03/09/2016
Age : 51
Localisation : Languedoc-Roussillon

https://fr.wikipedia.org/wiki/Utilisateur:L%27amateur_d%27a%C3%A

Uranium Colonel aime ce message

Revenir en haut Aller en bas

Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968) - Page 2 Empty Re: Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968)

Message par Uranium Colonel Mer 16 Nov - 16:15

Exact, à ce point l'Armée de l'air peut probablement tester les défenses est-allemandes avec ses SMB-2 et ses Mirage III.
Uranium Colonel
Uranium Colonel

Messages : 942
Date d'inscription : 31/07/2019
Age : 23
Localisation : République Démocratique de l'Icaunais

Collectionneur aime ce message

Revenir en haut Aller en bas

Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968) - Page 2 Empty Re: Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968)

Message par Uranium Colonel Mer 16 Nov - 16:28

Chapitre 17:Nicolae Ceausescu doit mourir

Pour Youri Andropov, éliminer Nicolae Ceausescu n'était pas seulement une question de sécurité nationale, c'était aussi l'occasion de régler un compte personnel. Le chef du KGB avait été mortellement embarrassé par la fuite du mémo de l'opération Danube et, bien qu'il n'ait aucune preuve que Ceausescu ait été impliqué de quelque manière que ce soit, il était convaincu que le dirigeant roumain était au moins en partie responsable de cette fuite. Les déclarations répétées de Ceausescu en faveur de Dubcek à la presse internationale avaient irrité Andropov au point qu'il était prêt à tuer Ceausescu lui-même. Ainsi, lorsque l'ambassade soviétique à Budapest l'a informé de la demande du premier ministre hongrois Janos Kadar d'une assistance du KGB pour éliminer Ceausescu, Andropov n'a pas hésité à accepter la requête. Aux premières heures du 22 septembre 1968, trois des assassins les plus habiles du KGB rencontrèrent Andropov au siège de l'agence d'espionnage, sur l'actuelle place de la Loubianka, au cœur de Moscou, pour un débriefing sur la manière dont ils allaient procéder à l'assassinat de Ceausescu. Peu de temps après le premier contact de Kadar avec l'ambassade soviétique à Budapest, les agents du KGB en Roumanie avaient appris que Ceausescu rendrait visite aux troupes d'occupation roumaines à Debrecen le mardi suivant. En conséquence, il a été décidé que le groupe d'assassins liquiderait Ceausescu à l'aide de fusils de précision ; à 13 h 30, heure de Moscou, cet après-midi-là, les assassins s'étaient déjà procuré les armes à feu nécessaires à leur mission meurtrière, et juste avant 17 h 45, ils sont arrivés à Budapest pour rencontrer des agents de l'Autorité de protection de l'État hongrois qui les aideraient à s'infiltrer à Debrecen.

Les assassins sont entrés à Debrecen à l'aube du 23 septembre ; se faisant passer pour des soldats roumains en permission, ils se sont enregistrés dans une auberge locale et ont passé le reste de la journée à examiner les informations que les informateurs locaux leur avaient données sur l'itinéraire que Ceausescu prévoyait d'emprunter lors de sa visite de la ville. Lorsque Ceausescu est arrivé à l'aéroport de Debrecen, peu après 12 h 30, heure de Budapest, dans l'après-midi du 24 septembre, le groupe d'intervention du KGB était prêt à l'attendre. Alors que le cortège du dirigeant roumain passait devant le théâtre Csokonai, une demi-douzaine de coups de feu ont été tirés sur sa limousine personnelle ; deux ont touché Ceausescu en plein cœur, un troisième a fait un gros trou sur le côté de sa tête, et les trois autres balles ont déchiré son cou. Leur mission meurtrière achevée, les assassins ont pris la fuite et ont été ramenés à Budapest par hélicoptère. Malgré tous les efforts des médecins militaires roumains, Ceausescu meurt de ses blessures à 18 h 28 ce soir-là.

Il est difficile d'imaginer avec certitude quelle direction la carrière politique de Ceausescu aurait pu prendre après la guerre tchèque s'il n'avait pas été assassiné. Ses impulsions réformatrices étaient en conflit permanent avec sa tendance latente à la mégalomanie, et sa femme Elena (qui s'est suicidée peu après avoir appris la mort de son mari) aurait été une admiratrice de Mao Zedong. Mais une fois que sa mort a été confirmée par le journal officiel du gouvernement roumain, Scînteia, il est devenu une figure de martyr célébrée par ses compatriotes. Lors de ses funérailles, le 28 septembre, des dizaines de milliers de Roumains ont parcouru les rues de Bucarest en scandant son nom et en brandissant des pancartes à son effigie. Gheorge Maurer, le nouveau président roumain par intérim, prononça un éloge funèbre dans lequel il promit de préserver l'héritage de Ceausescu (une promesse ironique, puisque c'est Ceausescu qui avait discrédité Maurer lorsque les deux hommes étaient candidats à la succession de Gheorghe Gheorghiu-Dej, décédé en 1965). Des étudiants ont défilé jusqu'à la maison d'enfance de Ceausescu à Scornicești et ont déposé des fleurs sur le pas de la porte. À l'Assemblée générale des Nations unies à New York, l'ambassadeur de Roumanie aux Nations unies a présenté une résolution qualifiant Ceausescu de "plus grand dirigeant de l'histoire de notre nation". À Debrecen, les troupes d'occupation roumaines ont tiré une salve de 21 coups de canon en mémoire de leur leader décédé.

Bien qu'il ait fallu près d'un quart de siècle pour démasquer toute l'histoire derrière l'assassinat de Ceausescu, il ne faisait guère de doute dans l'esprit de la plupart des gens, même à l'époque, que les Soviétiques avaient été largement impliqués dans le meurtre - et lorsque le médecin qui avait pratiqué l'autopsie post-mortem de Ceausescu a tenu une conférence de presse pour montrer les fragments de balle de fabrication soviétique qu'il avait retirés du corps du président roumain assassiné, le sentiment antisoviétique a explosé dans le monde entier. En Arabie saoudite, l'ambassade soviétique de Riyad fut le théâtre de protestations furieuses et de destruction de drapeaux. Le président égyptien Gamal Abdel Nasser fut contraint de déployer des troupes de sécurité pour empêcher des centaines de ses compatriotes de prendre d'assaut le consulat soviétique d'Alexandrie. Le dirigeant yougoslave Josip Broz Tito a appelé avec colère l'ambassadeur soviétique à Belgrade pour menacer de déclarer la guerre à l'Union soviétique. Le parti communiste américain, qui n'a cessé de s'affaiblir depuis le milieu des années 1950 sous les effets combinés du maccarthysme et de la campagne de déstalinisation de Nikita Khrouchtchev, s'est finalement brisé une fois pour toutes lorsque de nombreux membres ont quitté le parti, dégoûtés par le refus de la direction du parti de condamner l'assassinat ; La plus célèbre de ces défections s'est produite lorsque la militante politique et future professeure de l'UCLA Angela Davis s'est tenue sur les marches du bureau régional du CPUSA pour la Californie du Sud à Los Angeles et a déchiré sa carte de membre du parti devant des dizaines de journalistes. Pratiquement tous les partis politiques marxistes d'Europe occidentale ont adopté des résolutions rompant catégoriquement avec le Kremlin après l'assassinat de Ceausescu. Le Premier ministre ghanéen Kwame Nkrumah, qui avait reçu le prix Lénine de la paix des Soviétiques en 1962, a renvoyé sa médaille à Moscou, accompagnée d'une lettre indiquant qu'il ne pouvait plus soutenir l'URSS en raison de son comportement "hypocrite" dans l'affaire de l'assassinat de Ceausescu. Des émeutiers mirent à sac l'ambassade soviétique à Pyongyang ; curieusement, le gouvernement nord-coréen, qui était normalement très prompt à infliger des punitions sévères même pour les délits les plus insignifiants, ne pris pratiquement aucune mesure contre ceux qui avaient déclenché l'émeute - ce qui suscita des théories de conspiration persistantes dans certains milieux, selon lesquelles le dirigeant nord-coréen de l'époque, Kim Il Sung, aurait orchestré ou du moins encouragé cette émeute.

La communauté ethnique roumaino-américaine organisa des rassemblements massifs contre l'Union soviétique dans presque toutes les grandes villes des États-Unis ; nulle part ailleurs ces manifestations n'ont été plus importantes ou plus conflictuelles qu'à New York, où le maire de l'époque, John Lindsay, a été obligé de déployer des escadrons anti-émeute de la police de New York pour empêcher les manifestants de prendre d'assaut la mission soviétique de l'ONU à Manhattan. L'atmosphère du rassemblement a été parfaitement résumée par un titre du New York Post qui disait avec le style irrévérencieux typique de ce journal : "LES MANIFESTANTS ONT LES ROUGES DANS LE COLLIMATEUR". Il n'est pas surprenant que les diplomates soviétiques de l'ONU n'aient pas trouvé cela drôle le moins du monde. Pas plus que Leonid Brejnev, qui, courroucé par les manifestations de Manhattan, a dû être dissuadé par ses principaux conseillers militaires de lancer une frappe nucléaire sur New York. En fait, il a dénoncé le rassemblement avec le genre de vocabulaire salé que l'on attribue plus souvent à un autre homme fort soviétique, Joseph Staline. Dans ses mémoires d'après-guerre, Andrei Grechko, ministre de la défense de Brejnev au moment où la guerre a commencé, se souviendra que Brejnev a frôlé dangereusement la crise cardiaque au plus fort de sa tirade.

Brejnev aurait pu franchir ce cap s'il avait eu la moindre idée de ce qui allait se passer à Leipzig, en Allemagne de l'Est. C'est dans cette ville que le mécontentement et la frustration qui s'accumulaient depuis des semaines au sein de l'armée est-allemande à l'égard du régime d'Ulbricht allaient finalement atteindre une masse critique.....

Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968) - Page 2 Kgblog10
Uranium Colonel
Uranium Colonel

Messages : 942
Date d'inscription : 31/07/2019
Age : 23
Localisation : République Démocratique de l'Icaunais

Thomas, Collectionneur, Rayan du Griffoul et ezaski aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas

Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968) - Page 2 Empty Re: Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968)

Message par Uranium Colonel Mer 16 Nov - 16:36

Chapitre 18:La mutinerie de Leipzig

À l'instar du soulèvement des marins de Kiel qui avait conduit à l'abdication de l'empereur Guillaume II un demi-siècle plus tôt, la mutinerie des soldats de Leipzig d'octobre 1968, qui allait constituer le point de basculement dans l'effondrement final du régime d'Ulbricht, était la conséquence d'une baisse de moral. Depuis la bataille de Bratislava, un sentiment croissant d'inutilité s'était installé au sein de la Volksarmee, le sentiment que le soutien continu de Berlin-Est à la campagne menée par les Soviétiques pour soumettre la Tchécoslovaquie ne pouvait que se solder par un désastre. Et les soldats ordinaires n'étaient pas les seuls à avoir ce sentiment ; nombre de leurs officiers commençaient à le partager, au point qu'au moins un général de la Volksarmee risquait sa carrière (et certains diraient sa vie) en exhortant Walter Ulbricht à retirer toutes les forces est-allemandes de Tchécoslovaquie et à accepter un cessez-le-feu avec l'OTAN. Le mécontentement est également perceptible au sein de la Volksmarine, des Luftstreitkräfte (forces aériennes est-allemandes) et des Grenztruppen (police des frontières est-allemande). Un rapport top secret présenté à Heinz Hoffman le jour même de l'assassinat de Nicolae Ceausescu dressait un tableau alarmant de la gravité du problème de moral dans tous les secteurs des forces armées est-allemandes - un soldat de la Volksarmee sur trois désertait son poste chaque jour, des dizaines d'avions du Luftstreitkräfte avaient déjà disparu, leurs pilotes ayant rejoint l'OTAN, les marins de la Volksmarine faisaient preuve d'une défiance croissante à l'égard des officiers politiques de leur navire, et même les gardes-frontières, normalement fiables sur le plan politique, ont commencé à critiquer ouvertement le gouvernement d'Ulbricht en général et Ulbricht lui-même en particulier. En outre, un nombre croissant de jeunes hommes dans les parties de l'Allemagne de l'Est encore sous la juridiction du régime d'Ulbricht refusaient de se conformer aux ordres de se présenter au service militaire - un contraste frappant avec la situation en Allemagne de l'Ouest, où les volontaires affluaient en masse dans les stations de recrutement de la Bundeswehr, beaucoup d'entre eux étant motivés par la perspective que l'Allemagne pourrait enfin être réunifiée une fois la dictature marxiste de Berlin-Est renversée.

À l'instar d'un autre tyran allemand tristement célèbre, Adolf Hitler, Walter Ulbricht est devenu de plus en plus détaché de la réalité à mesure que son régime se rapprochait de sa chute finale. Discours après discours, il a continué à promouvoir l'idée d'une victoire finale du Pacte de Varsovie sur l'OTAN, alors même que des avions de guerre américains et britanniques effectuaient des frappes tactiques depuis des bases situées à quelques kilomètres seulement du quartier général d'Ulbricht à Berlin-Est. Quiconque tentait de le faire sortir de son monde imaginaire et de lui faire voir la vérité sur la détérioration de la situation militaire de la RDA se retrouvait rapidement en butte à la colère du chef du Parti socialiste unifié. Les plus chanceux étaient simplement renvoyés ; l'un des renvois les plus notables a eu lieu le 27 septembre lorsque Erich Honecker, un membre du Politburo chargé de superviser la politique de défense et de sécurité pour le régime d'Ulbricht et considéré à un moment donné par de nombreux analystes du renseignement occidentaux comme le successeur le plus probable d'Ulbricht, a été brusquement expulsé de son poste après avoir prudemment suggéré à Ulbricht que certaines troupes terrestres est-allemandes pourraient devoir être retirées de Tchécoslovaquie pour renforcer les défenses de Berlin-Est. Ceux qui n'avaient pas cette chance pouvaient s'attendre à être remis à la Stasi pour une détention indéfinie dans le meilleur des cas - et une exécution pure et simple dans le pire des cas. Une enquête commandée en 1986 par le gouvernement allemand moderne sur les activités de la Stasi en Tchécoslovaquie a révélé que sur le nombre d'exécutions sommaires auxquelles l'agence a procédé dans les dernières semaines précédant le renversement d'Ulbricht, au moins quinze pour cent des victimes étaient des membres du parti ou des militaires qui avaient croisé Ulbricht.
C'est, par-dessus tout, l'obsession de maintenir l'illusion du contrôle qui a poussé Ulbricht à ordonner que les célébrations prévues le 7 octobre pour marquer le 19e anniversaire de la fondation de la République démocratique allemande se déroulent comme prévu, malgré les avertissements urgents et répétés selon lesquels il n'était pas sûr de le faire. La décision d'Ulbricht n'a pas eu de conséquences plus dramatiques que dans la ville de Leipzig, où une quasi-guerre civile couvait depuis des semaines. Alors que le commandant supérieur de la Volksarmee en charge de la garnison de Leipzig était entièrement d'accord avec la directive d'Ulbricht, bon nombre de ses officiers subalternes ne partageaient pas son enthousiasme, pas plus que la majorité des hommes enrôlés ou la population civile de Leipzig. Le 2 octobre, le chef de la Stasi de Leipzig remit à ses supérieurs un rapport inquiétant décrivant l'atmosphère de la ville comme "un tas de bois prêt à être enflammé".
L'allumette qui allait mettre le feu aux poudres est apparue le 5 octobre lors d'une confrontation verbale entre le commandant de la garnison de la Volksarmee et Walter Kresse, alors maire de Leipzig. La dispute a rapidement dégénéré en un pugilat qui a atteint son paroxysme lorsque le chef de la garnison, furieux, a ordonné à ses troupes d'arrêter Kresse pour trahison. À son grand étonnement et à son indignation, les troupes ont au contraire formé un cordon de protection autour de Kresse et arrêté leur général, le jetant avec le chef de la Stasi dans la prison de la ville. Pour ajouter l'insulte à la blessure du général incarcéré, la plupart de ses officiers subalternes ont choisi de se ranger du côté des troupes rebelles contre leurs supérieurs. En peu de temps, les rues de Leipzig sont ensevelies sous une avalanche de badges et de pancartes du Parti de l'unité socialiste, les habitants civils de la ville se joignant aux soldats dans leur soulèvement. Les officiers supérieurs de la garnison, toujours fidèles au régime, rejoignent la milice locale des Kampfgruppen der Arbeiterklass (Groupe de combat de la classe ouvrière) et ont essayé de prendre d'assaut la prison ; bien que pris au dépourvu, les mutins ont réussi à repousser l'assaut.

À peu près au même moment, les forces d'infanterie britanniques et françaises, soutenues par un corps blindé ouest-allemand, poussaient vers Leipzig dans le cadre d'une poussée de diversion destinée à immobiliser les unités du Pacte de Varsovie qui pourraient interférer avec la poussée finale de l'OTAN sur Berlin. L'une des unités britanniques faisait une pause déjeuner vers midi le 5 octobre lorsqu'elle a capté un signal radio des mutins demandant une aide extérieure pour maintenir leurs positions en sécurité contre un assaut imminent attendu des troupes de la Volksarmee encore fidèles à Ulbricht. Après des consultations rapides avec le siège suprême de l'OTAN à Bruxelles et le principal poste de commandement britannique à Erfurt, il a été décidé de faire pivoter l'un des contingents français pour intercepter les fidèles d'Ulbricht tandis que le reste des forces françaises continuait avec leurs camarades britanniques et ouest-allemands vers Leipzig pour aider les rebelles. Les hélicoptères de combat UH-1C américains ont fourni des tirs de couverture dans les deux cas, beaucoup de ces hélicoptères étant pilotés par des équipages qui avaient déjà participé à des combats au Vietnam et qui avaient été réaffectés au front germano-tchèque afin que leur expérience du combat puisse être utilisée au mieux.
L'esprit d'Ulbricht, déjà mis à rude épreuve par la détérioration de la situation militaire et politique générale à laquelle son gouvernement était confronté, s'est complètement effondré lorsqu'il a appris que les troupes de la Volksarmee qu'il avait envoyées pour réprimer la mutinerie de Leipzig avaient été vaincues par les forces de l'OTAN. Le directeur de la Stasi, Markus Wolf, a été contraint de le démettre de ses fonctions pour sa propre sécurité et, au petit matin du 8 octobre, Friedrich Dickel, ancien ministre de l'intérieur est-allemand, a été assermenté à la hâte comme nouveau secrétaire général du parti socialiste unifié. D'un esprit un peu plus réaliste que son prédécesseur, Dickel savait qu'il devait agir rapidement afin d'éviter ce qui promettait d'être un combat dévastateur pour Berlin-Est ; moins d'une journée après avoir pris ses fonctions, il a émis deux directives qui ont changé la donne, l'une rappelant toutes les forces de combat est-allemandes restantes de Tchécoslovaquie et l'autre donnant instruction à l'ambassade est-allemande à Belgrade de contacter son homologue américain pour demander les termes du cessez-le-feu.....

Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968) - Page 2 Leipzi10
Uranium Colonel
Uranium Colonel

Messages : 942
Date d'inscription : 31/07/2019
Age : 23
Localisation : République Démocratique de l'Icaunais

Thomas, Collectionneur, Rayan du Griffoul, Flosgon78 et ezaski aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas

Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968) - Page 2 Empty Re: Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968)

Message par Uranium Colonel Lun 21 Nov - 19:21


Chapitre 19: Polonaise.

Lorsque Dwight Eisenhower a inventé le concept de "théorie des dominos" en 1954 pour justifier son soutien au gouvernement du Sud-Vietnam contre l'insurrection du Viêt-cong, sa logique était que si le Sud-Vietnam tombait aux mains du Nord communiste, cela déclencherait une réaction en chaîne d'autres alliés des États-Unis en Asie du Sud-Est qui seraient renversés par les communistes. Ironiquement, le déclenchement de la guerre de Tchécoslovaquie avait déclenché un effet domino inverse, les États clients du Pacte de Varsovie se séparant les uns après les autres de l'Union soviétique. Alexander Dubcek avait renversé le premier domino en retirant la Tchécoslovaquie du Pacte de Varsovie, feu Nicolae Ceausescu avait renversé le second en soutenant Dubcek, et le troisième allait bientôt tomber avec la reddition de l'Allemagne de l'Est à l'OTAN (bien que la République démocratique allemande ne soit pas officiellement dissoute avant le début du mois d'août 1969). Malgré tous les efforts déployés par le régime de Gomulka pour maintenir sa fragile emprise sur son peuple, la Pologne s'apprêtait à devenir le quatrième domino. Les brutalités impitoyables que les forces de sécurité du gouvernement avaient infligées aux dissidents lors du massacre de la place du Marché ont eu l'effet inverse de celui escompté par Gomulka : loin d'être intimidé, le mouvement de protestation anti-Gomulka est devenu plus défiant que jamais. Bien sûr, le fait que le service de contre-espionnage ouest-allemand (Bundesnachrichtendienst) leur fournisse une aide financière secrète a peut-être aidé un peu leur cause.

Au moment de la mutinerie de Leipzig, la plus grande organisation anti-Gomulka, Nowa droga naprzód ("Nouvelle voie vers l'avant", souvent abrégée en "Nouvelle voie"), comptait plus de trois millions de membres sur une population totale de 29 millions d'habitants, avec des sections dans presque toutes les grandes villes polonaises. À elle seule, Varsovie abritait trois chapitres de Nouvelle Voie, dont l'un était situé à deux pâtés de maisons du siège central de SB. L'un des plus grands succès de Voie Nouvelle dans sa campagne pour mettre fin à la dictature de Gomulka a été la grève de trois jours des travailleurs du tramway de Lodz, qui a débuté le 6 octobre. Comme beaucoup d'autres villes polonaises à l'époque, Lodz dépendait fortement de son système de tramway pour le transport de ses citoyens ; avec le système effectivement arrêté par la grève, les usines industrielles de Lodz se sont rapidement arrêtées car les ouvriers ne pouvaient pas se rendre à leur travail. Cela a déclenché une crise politique au plus haut niveau du gouvernement polonais, une crise si grave qu'elle a poussé Gomulka à convoquer une session d'urgence du Politburo du Parti ouvrier unifié polonais moins de 24 heures après le début de la grève. La session s'est rapidement transformée en une orgie de reproches, chaque homme dans la pièce accusant les autres d'avoir fait de Nouvelle Voie une menace majeure pour le pouvoir du Parti ouvrier unifié. L'un des hommes présents à la session, l'ancien dirigeant du district industriel de Katowice, Edward Gierek, a ressenti un sentiment de découragement fort et croissant ; dans son journal, le soir même, il a confié ses craintes que la Pologne se dirige, selon ses termes, vers "l'Armageddon politique". Bien qu'il y ait eu un débat considérable pendant des décennies sur le moment précis où Gierek a pris la décision de s'assurer la coopération de Nouvelle Voie dans sa tentative de renverser Gomulka, il est largement admis que la réunion du Politburo du 7 octobre a marqué un tournant crucial.

Le principal compatriote de Gierek dans son projet d'évincer Gomulka était Jan Dobraczyński, un membre du parlement polonais Sejm qui avait également le grade de général dans l'Armée populaire polonaise. Dobraczyński était habitué à prendre des risques importants, ayant aidé à abriter des enfants juifs pendant l'occupation nazie de la Pologne et combattu lors du soulèvement de Varsovie en 1944. À la fin de la grève des tramways de Lodz, le 9 octobre, Dobraczyński et Gierek avaient pris des dispositions préliminaires pour une réunion secrète avec le ministre de l'Intérieur polonais par intérim, Wiesław Ociepka, afin de préparer le terrain pour un coup d'État. Au petit matin du 11 octobre, les trois hommes se sont retrouvés dans le bureau de Gierek ; échangeant des notes manuscrites pour déjouer les éventuelles écoutes du SB, ils ont mis la touche finale à leurs plans. Le lendemain, Dobraczyński a fait en sorte que des unités de l'armée polonaise favorables à la cause de Nouvelle Voie soient rappelées à la frontière polono-tchèque sous le prétexte de faire rentrer les hommes fatigués chez eux en les remplaçant par des troupes fraîches - en réalité, ces unités étaient destinées à occuper des points stratégiques clés dans et autour des grandes villes polonaises afin de se prémunir contre un éventuel contrecoup des forces pro-Gomulka. Craignant que les Soviétiques n'envahissent la Pologne pour tenter de réprimer la rébellion prévue, le général a également contacté des sympathisants de Nouvelle Voie au ministère polonais des Affaires étrangères, leur conseillant d'alerter les responsables de la défense américains et alliés en Allemagne de l'Ouest de l'imminence de la révolte afin que l'aide militaire de l'OTAN puisse être demandée si le pire devait arriver. Ne voulant pas répéter les erreurs tragiques qui avaient condamné la campagne de 1944 de l'Armée de l'intérieur polonaise contre les nazis, l'OTAN accepta de stationner des porte-avions de la 6e flotte américaine et de la flotte occidentale de la Royal Navy à portée de tir du nord de la Pologne et de placer deux détachements de Marines américains en attente en Allemagne de l'Ouest ; des F-4 de l'U.S. Tactical Air Command et des Hawker Hunter de la RAF Strike Command furent déployés dans l'ouest de la Tchécoslovaquie pour fournir un soutien aérien aux insurgés dans le sud de la Pologne.

L'insurrection anti-Gomulka, dont le nom de code officiel est "Opération Sikorski" et qui est connue dans les livres d'histoire de la Pologne moderne sous le nom de "Révolution d'automne", a commencé pour de bon le 14 octobre avec l'appel de Nouvelle Voie à une grève générale nationale des industries civiles de la Pologne. Furieux de ce défi flagrant à son autorité, Gomulka est passé à la télévision d'État pour ordonner aux grévistes de reprendre le travail... avant d'être arrêté par des soldats rebelles cinq minutes seulement après le début de l'émission. Bien que l'intervention soviétique tant redoutée ne se soit jamais matérialisée, de nombreux combats ont eu lieu dans les rues des villes polonaises, les rebelles affrontant les troupes encore fidèles à Gomulka dans ce qui s'apparentait à une guerre civile au sein du conflit plus large entre l'OTAN et le bloc soviétique qui s'effondrait. De nombreux membres de Voie nouvelle sont devenus des guérilleros de facto, utilisant des armes artisanales pour aider à défendre les troupes rebelles contre les forces du régime de Gomulka ; en fait, de nombreux historiens pensent que l'expression désormais omniprésente "engin explosif improvisé" (EEI) est née de reportages de la BBC décrivant comment les partisans de Nouvelle Voie utilisaient ces munitions pour saper le moral des forces gouvernementales.

Le moment le plus emblématique de la révolution d'automne s'est produit le 17 octobre, lors d'un événement connu depuis sous le nom de "Jour de la Bastille polonaise", lorsque les troupes rebelles et les militants de Nouvelle Voie ont pris d'assaut la tristement célèbre prison de Montelupich à Cracovie et libéré de nombreux prisonniers politiques de la détention SB. De sa cellule à Varsovie, Gomulka écoutait avec une inquiétude croissante les conversations de ses gardiens sur les victoires des forces rebelles contre ses troupes et s'accrochait désespérément à l'espoir déclinant qu'une intervention extérieure pourrait encore sauver son régime de l'effondrement final. Cet espoir s'est éteint une fois pour toutes le 19 octobre, lorsque le chancelier est-allemand Friedrich Dickel a signé l'instrument de reddition mettant officiellement fin aux hostilités entre l'Allemagne de l'Est et l'OTAN. Les personnes prévoyantes des deux côtés du rideau de fer ont rapidement compris que cette reddition était en fait la première étape vers une éventuelle réunification de l'Allemagne - et que le gouvernement allemand post-réunification continuerait plus que probablement à se ranger du côté de l'OTAN contre l'Union soviétique. Quelques heures après l'annonce officielle de l'accord de reddition par le gouvernement ouest-allemand, Gomulka est retrouvé mort dans sa cellule. Bien que des rumeurs persistent encore aujourd'hui selon lesquelles Gomulka se serait suicidé, ceux qui ont une connaissance directe des derniers jours de Gomulka pensent qu'il est bien plus probable qu'il ait succombé à une crise cardiaque fatale provoquée par la colère qu'il a sans doute perçue comme une trahison des liens fraternels entre la RDA et la République populaire de Pologne.
La Révolution d'automne, et l'ère communiste de l'histoire de la Pologne, ont pris fin le 22 octobre lorsque la dernière unité de l'armée pro-Gomulka s'est rendue à Poznan. Sa base de pouvoir étant assurée à court terme, Gierek a pris trois décisions qui allaient avoir un effet profond sur l'avenir de son pays : la première était d'ouvrir des discussions avec la nouvelle voie afin de finaliser un calendrier pour la transition vers un gouvernement multipartite, la deuxième était de mettre fin à l'alliance militaire de la Pologne avec l'Union soviétique et d'ordonner le retrait en Pologne de toutes les forces polonaises encore présentes sur le sol tchèque dans un délai de 40 jours, et la troisième était de commander une enquête sur le massacre de la place du marché. C'est la troisième décision, en particulier, qui aura le plus grand impact à long terme, mais ce n'est que partie remise.

Pour le Kremlin, la chute du régime de Gomulka fut un cauchemar aux proportions presque bibliques. À l'apogée de la puissance du Pacte de Varsovie, juste avant la séparation de l'Albanie avec l'Union soviétique au début des années 60, Moscou disposait de sept alliés européens sur lesquels elle pouvait compter en cas de guerre avec l'OTAN ; aujourd'hui, elle avait perdu cinq de ces alliés, et pire encore, trois d'entre eux étaient passés dans le camp ennemi, tandis que le quatrième allait bientôt cesser d'exister. Les seuls partenaires de l'URSS en Europe étaient la Bulgarie et la Hongrie - et tout le monde se demandait combien de temps encore on pourrait compter sur la Hongrie, si l'on se fiait aux derniers rapports de renseignement du chef de la station du KGB à Budapest.....

Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968) - Page 2 Warsaw10
Uranium Colonel
Uranium Colonel

Messages : 942
Date d'inscription : 31/07/2019
Age : 23
Localisation : République Démocratique de l'Icaunais

Thomas, DemetriosPoliorcète, Collectionneur, Rayan du Griffoul, Flosgon78 et ezaski aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas

Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968) - Page 2 Empty Re: Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968)

Message par Uranium Colonel Lun 21 Nov - 19:28

Chapitre 20: Une rhapsodie bulgare.

Le rôle de la Bulgarie dans la guerre de Tchécoslovaquie tend à être négligé - peut-être parce qu'elle n'a pas joué un grand rôle. Avant même que l'OTAN ne commence à déployer des troupes en Tchécoslovaquie, Brejnev était depuis longtemps arrivé à la conclusion que la participation de la Bulgarie à la campagne du Pacte de Varsovie visant à soumettre les Tchèques serait davantage un handicap qu'un atout, et il a donc fait tout ce qu'il pouvait pour maintenir le régime de Todor Jivkov à distance une fois que les combats ont commencé pour de bon. Il n'était pas le seul à penser ainsi ; lorsque Jivkov a proposé de déployer des unités d'infanterie motorisées de l'Armée populaire bulgare à la frontière est-allemande et tchèque pour aider à renforcer le bataillon Sanger, Walter Ulbricht a refusé catégoriquement. Wladislaw Gomulka est tout aussi peu réceptif à la proposition de Zhivkov d'attacher des corps de chars de l'APB au contingent polonais en Tchécoslovaquie. Même Gustav Husak, dont l'État fantoche qu'était la République populaire tchécoslovaque, un paria international, hésitait à se rapprocher du régime de Jivkov. Dans une tentative désespérée de prouver que ses forces pouvaient être utiles à l'effort de guerre du bloc soviétique, il prit ce qui pourrait bien être la décision militaire la plus malavisée prise par un dirigeant d'Europe du Sud depuis que Benito Mussolini avait ordonné à l'armée italienne d'envahir la Grèce en 1940. Le 23 octobre 1968, contre les objections de ses principaux généraux, Zhivkov a ordonné aux forces terrestres et aériennes bulgares d'attaquer le sud de la Roumanie ; il a également envoyé des torpilleurs pour attaquer les installations navales roumaines sur la mer Noire. Zhivkov croyait avec arrogance que ses troupes pouvaient simplement balayer l'armée roumaine et prendre Bucarest en 36 heures ou moins, forçant le gouvernement roumain à capituler rapidement et complètement.

L'invasion était vouée à l'échec dès le moment où elle a commencé. La première erreur fatale de Jivkov fut de croire que les Roumains seraient trop préoccupés par les combats en Hongrie pour faire quoi que ce soit contre l'invasion bulgare ; cette hypothèse sous-estimait grandement le nombre de troupes de réserve et de milices locales que les forces armées roumaines pouvaient utiliser pour défendre la frontière sud du pays. Sa deuxième erreur a été de lancer l'offensive avant que ses services de renseignements n'aient recueilli les informations nécessaires à la prise de décisions tactiques ou stratégiques judicieuses. Mais sa pire erreur d'appréciation, la goutte d'eau qui a fait déborder le vase, a été de ne pas prendre en considération la façon dont ses autres voisins pourraient réagir à ce qui était essentiellement une attaque non provoquée contre un pays qui, jusqu'alors, n'était pas en conflit avec la Bulgarie. Dans l'une de ses premières grandes décisions de politique étrangère après avoir succédé à Nicolae Ceausescu en tant que président de la Roumanie, Gheorge Maurer avait signé des accords de défense mutuelle avec la Grèce et la Turquie, stipulant que si l'une des trois parties à l'accord était attaquée par la Bulgarie, les deux autres viendraient rapidement à l'aide de la partie attaquée. Quelques minutes après que les premières troupes bulgares aient franchi la frontière sud de la Roumanie, le ministère roumain de la défense avait déjà contacté les ambassades de Grèce et de Turquie à Bucarest pour les informer de l'invasion ; à leur tour, les ambassades ont dûment contacté les hauts responsables de la défense à Athènes et Ankara.

À 13 heures, heure d'Athènes, dans l'après-midi du 23 octobre, des F-5 et des F-104 de l'armée de l'air grecque effectuaient des bombardements contre des installations militaires dans le sud de la Bulgarie, tandis que des unités navales turques se déplaçaient pour aider la marine roumaine à défendre ses avant-postes de la mer Noire contre les attaques de bateaux-missiles bulgares. L'état mental déjà fragile de Zhivkov se détériorait encore plus à mesure qu'il prenait conscience de l'ampleur du désastre. Paralysé par le choc, il ne prit aucune mesure significative pendant plusieurs heures critiques, laissant ses soldats et marins assiégés se débrouiller seuls face à la puissance combinée des forces armées roumaines, grecques et turques. L'armée de l'air bulgare, dont la plupart des effectifs de combat avaient été perdus dans l'action contre les Roumains ou bien détruit par les bombardements grecs, avait essentiellement cessé d'exister en tant que force de combat cohérente. Lorsque les Marines turcs ont débarqué près de la ville côtière de Varna vers 18 h 25 ce soir-là, la dictature de Jivkov était finie. Et bien que la plupart des gens ne l'aient pas su pendant près de trois décennies, la Bulgarie elle-même était sur le point de disparaître. Au cours de l'une des nombreuses réunions d'urgence que le cabinet roumain a tenues ce soir-là, un conseiller diplomatique de haut niveau de Gheorge Maurer a préconisé de diviser le territoire de la Bulgarie entre ses voisins immédiats. Selon cette proposition, la Yougoslavie aurait hérité du coin nord-ouest de la Bulgarie, y compris de la capitale Sofia ; la Grèce aurait occupé le sud-ouest ; les régions du sud-est de la Bulgarie seraient passées sous le contrôle de la Turquie ; et le nord-est aurait été absorbé dans les frontières de la Roumanie.
À son grand mérite, Maurer a rapidement rejeté la proposition, la jugeant à la fois peu pratique et contre-productive. Néanmoins, le fait qu'elle ait été abordée donne une forte indication de la profondeur de la colère du peuple roumain envers les Bulgares pour avoir envahi leur patrie. La colère des Bulgares eux-mêmes à l'égard de Jivkov était encore plus grande ; alors que les restes en lambeaux de l'armée bulgare se retiraient du sol roumain, des émeutes contre son régime ont éclaté à Sofia, Plovdiv et dans une demi-douzaine d'autres villes bulgares. Le KDS, la principale agence de police secrète bulgare de l'époque, a tenté désespérément de réprimer les émeutiers, mais s'est heurté à une forte résistance à chaque fois. Jivkov et ses adjoints se retrouvèrent bientôt assiégés par une foule particulièrement nombreuse et belliqueuse d'insurgés qui encerclaient le quartier général de Jivkov et le bâtiment du Conseil des ministres de Sofia. Le ministre de la défense bulgare de l'époque, Dobri Dzhurov, craignant que son pays ne soit sur le point de sombrer dans l'anarchie totale et amèrement furieux que des milliers de braves gens aient été inutilement sacrifiés pour apaiser la fierté blessée de son patron, a décidé de prendre les choses en main et a arrêté Zhivkov juste après 20 heures comme première étape vers le rétablissement de l'ordre. Malgré les appels frénétiques de Jivkov à Djourov pour qu'il l'épargne, ce dernier le livra au peloton d'exécution sans hésitation ni remords ; 30 minutes plus tard, Jivkov était exécuté dans le sous-sol du bâtiment du Conseil des ministres. À 21 h 24, Djourov est passé à la télévision publique pour annoncer la formation d'un nouveau gouvernement provisoire bulgare et demander l'aide de l'ambassade de Suisse à Sofia pour négocier un cessez-le-feu avec la Grèce, la Turquie et la Roumanie.

Grâce en partie aux actions décisives de Dzhurov, les troubles dans les villes bulgares se sont calmés en milieu de matinée le lendemain et la Turquie a accepté de retirer son contingent du sol bulgare. Le 27 octobre, des diplomates grecs, turcs et roumains rencontrent à Genève des représentants du gouvernement de Djourov pour signer le pacte d'armistice mettant fin aux hostilités avec la Bulgarie. Pendant ce temps, dans le nord de l'Europe, le long et lent processus de réunification de l'Allemagne s'est mis en marche, les ingénieurs de l'OTAN travaillant avec leurs homologues est-allemands pour démanteler le mur de Berlin, qui semblait autrefois impénétrable. Pour Brejnev et ses généraux, les images télévisées de marteaux-piqueurs et de boules de démolition en train de détruire ce que Willy Brandt, alors maire de Berlin-Ouest, avait surnommé "le mur de la honte", ne faisaient qu'exacerber leurs craintes, déjà vives, que l'esprit de rébellion qui avait envahi les satellites de l'Union soviétique n'atteigne bientôt l'Union soviétique elle-même.....

Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968) - Page 2 Zhivko10
Uranium Colonel
Uranium Colonel

Messages : 942
Date d'inscription : 31/07/2019
Age : 23
Localisation : République Démocratique de l'Icaunais

Thomas, DemetriosPoliorcète, Collectionneur, Rayan du Griffoul, Flosgon78, ezaski et Yodarc aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas

Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968) - Page 2 Empty Re: Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968)

Message par Thomas Lun 21 Nov - 22:23

Toujours prenant!

_________________
« Ce n’est que devant l’épreuve, la vraie, celle qui met en jeu l’existence même, que les hommes cessent de se mentir et révèlent vraiment ce qu’ils sont. »
Alexandre Lang.
Au Bord de l'Abîme et au-delà
Thomas
Thomas
Admin

Messages : 3157
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 37
Localisation : Lyon

https://auborddelabime.com/

Revenir en haut Aller en bas

Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968) - Page 2 Empty Re: Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968)

Message par Yodarc Lun 21 Nov - 23:11

En effet Smile

La présentation de ce conflit est plausible et bien détaillée et l'effet boule de neige lié à ce type d'événements est bien développé.

J'apprécie aussi le fait que ce soit un conflit "conventionnel" qui y soit présenté comme pour rappeler la peur de l'apocalypse nucléaire héritée de la crise des missiles de Cuba, ce qui rend le récit d'autant plus plausible et intense et évite un cliché classique des récits d'uchronie sur la guerre froide, à savoir le fait que les deux blocs s'échangent une distribution de pains atomiques.
Yodarc
Yodarc

Messages : 147
Date d'inscription : 14/02/2022
Age : 29

Collectionneur et Uranium Colonel aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas

Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968) - Page 2 Empty Re: Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968)

Message par Uranium Colonel Ven 25 Nov - 16:59

Uranium Colonel
Uranium Colonel

Messages : 942
Date d'inscription : 31/07/2019
Age : 23
Localisation : République Démocratique de l'Icaunais

Collectionneur aime ce message

Revenir en haut Aller en bas

Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968) - Page 2 Empty Re: Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968)

Message par Uranium Colonel Lun 28 Nov - 17:41

INTERMISSION 2 / Un autre mot de votre auteur (Pats)



Eh bien, ça a été une folle aventure jusqu'à présent, n'est-ce pas ? Et je peux vous promettre qu'elle ne fera que s'intensifier avec le lancement de la prochaine série de 10 épisodes. À la fin de la partie 20, nous en sommes à la fin du mois d'octobre 1968, alors naturellement, à partir de la partie 21, je vais me plonger dans l'élection présidentielle américaine de novembre 1968 et dans le drame du défilé annuel de la révolution d'octobre à Moscou. Les épisodes suivants couvriront l'escalade des activités de la guérilla anti-Husak dans l'est de la Tchécoslovaquie, la façon dont la Nouvelle Voie commence à se préparer à prendre sa place dans le paysage politique polonais post-Gomulka, l'impact de la guerre tchèque sur les tensions frontalières entre la Chine et l'Union soviétique et la résolution de l'incident de Pueblo, les premiers bruits d'une dissidence potentielle en Ukraine et, enfin et surtout, ce qui se passe dans la course à l'espace. Je vais également esquisser quelques notes sur certains domaines précédemment négligés, tels que :

--la relation finno-soviétique ;

--la culture populaire occidentale ;

--les Jeux Olympiques d'été de 1968 ;

--et l'Irlande du Nord.

Au fait, le segment de la partie 20 où Dzhunov fait fusiller Jivkov n'est pas sorti de nulle part ; en OTL 1989, Dzhunov a effectivement utilisé la menace de l'exécution pour inciter Jivkov à démissionner de la tête du parti communiste bulgare. Alors que je faisais des recherches sur la carrière politique de Zhivkov, je me suis demandé ce qui aurait pu se passer si Dzhunov avait jugé nécessaire de mettre sa menace à exécution, et les choses se sont emballées à partir de là. Quoi qu'il en soit, merci de m'avoir suivi jusqu'ici et j'espère que vous resterez dans les parages pour la prochaine étape du voyage.
Uranium Colonel
Uranium Colonel

Messages : 942
Date d'inscription : 31/07/2019
Age : 23
Localisation : République Démocratique de l'Icaunais

Rayan du Griffoul et Yodarc aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas

Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968) - Page 2 Empty Re: Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968)

Message par Uranium Colonel Lun 28 Nov - 17:46

Chapitre 21:Et ils arrivent dans la foulée

Après avoir obtenu l'investiture de leur parti respectif pour la présidence des États-Unis, Hubert Humphrey et Richard Nixon ont mis le paquet pour être choisis pour succéder à Lyndon Johnson à la présidence des États-Unis. Aucun des deux candidats n'a montré la moindre intention de mettre fin à l'engagement de l'Amérique à défendre la Tchécoslovaquie ; en effet, dans sa première grande déclaration sur la sécurité nationale après avoir obtenu l'investiture du Parti démocrate, Humphrey a carrément déclaré aux journalistes que la principale priorité de son administration en matière de politique étrangère serait de renforcer les liens entre Washington et Prague. En conséquence, les principaux experts en défense de son équipe de campagne ont commandé à la RAND Corporation une analyse de 36 pages destinée à servir de point de départ à d'éventuels accords de sécurité futurs entre la Maison Blanche de Humphrey et le gouvernement Dubcek. Pour souligner davantage son engagement à renforcer les liens des États-Unis avec la Tchécoslovaquie, le vice-président s'envola pour Prague le 19 octobre et accompagna des responsables de la défense de l'OTAN lors d'une visite d'inspection des bases aériennes situées près de la capitale tchèque. Bien que la campagne de Nixon ait dénoncé ce voyage comme un "coup de pub bon marché", il a contribué à renforcer la position de Humphrey auprès des électeurs probables et a peut-être aussi convaincu quelques personnes encore indécises de se ranger du côté de Humphrey. Un sondage Gallup publié le 25 octobre montrait que Humphrey bénéficiait d'un soutien particulièrement solide parmi les Américains d'origine est-européenne ; plus des deux tiers des personnes interrogées dans cette catégorie se disaient "susceptibles" ou "certaines" de voter pour Humphrey en novembre.

Malgré cela, personne au sein de l'équipe de campagne de Humphrey ne comptait ses œufs avant qu'ils ne soient éclos ; grâce à Nixon qui ne cessait de vanter ses mérites en tant que candidat de la "loi et de l'ordre", l'élection de novembre devait être l'une des plus serrées - sinon la plus serrée - de l'histoire américaine. De nombreux experts dans les médias de l'époque prévoyaient la possibilité que les résultats des élections générales se résument à une poignée de bulletins de vote dans des États comme la Floride ou l'Indiana. Les états-majors des campagnes de Nixon et de Humphrey en faisaient autant ; les deux groupes avaient déjà retenu les services d'avocats de premier ordre pour déposer des demandes de recomptage si cela s'avérait nécessaire. Le New York Times a même spéculé sur le scénario cauchemardesque d'une intervention de la Cour suprême des États-Unis pour résoudre un résultat électoral contesté. Et le fait que George Wallace, ségrégationniste notoire et ancien gouverneur de l'Alabama, menait sa propre campagne pour le tiers parti, détournant les jeunes électeurs masculins potentiels de Nixon et Humphrey, n'a pas arrangé les choses. Wallace, qui était déjà un personnage controversé, s'était encore plus attiré la foudre en choisissant son colistier : Le général de l'armée de l'air américaine Curtis LeMay, ancien chef du Strategic Air Command et le plus faucon des faucons en ce qui concernait l'Union soviétique. LeMay ne manquait que rarement, voire jamais, une occasion de faire connaître ses opinions antisoviétiques au public, préconisant ouvertement une première frappe nucléaire contre les plus grandes villes de l'URSS afin de hâter la fin de la guerre tchèque. (On a entendu plus tard le comédien Bob Hope répondre par une boutade : "Ce genre de propos pourrait empêcher Rip Van Winkle de dormir.")

Après une courte pause pour permettre aux familles de leurs collaborateurs de campagne de fêter Halloween, Humphrey, Nixon et Wallace se préparèrent chacun à un dernier meeting de campagne pour dynamiser leur base avant l'élection du 7 novembre. Humphrey choisit de tenir son meeting de veille d'élection près de Fort Benning, en Géorgie, à la fois pour symboliser l'engagement de sa campagne en faveur de l'amélioration des soins aux anciens combattants tchèques blessés et pour recevoir un débriefing d'officiers des forces spéciales de l'armée américaine concernant les derniers développements tactiques dans l'est de la Tchécoslovaquie. Le dernier discours préélectoral de Nixon a eu lieu au Madison Square Garden de New York, devant une salle comble d'irréductibles du GOP, qui ont ovationné l'ancien vice-président lorsqu'il est entré sur scène, ce qui n'en fait pas pour autant une majorité silencieuse. Wallace, dans un geste qui allait non seulement lui causer d'innombrables maux de tête en matière de relations publiques, mais aussi mettre sa vie en danger, a organisé son dernier événement préélectoral dans un lieu en plein air du Wisconsin qui, par le passé, avait été connu comme un lieu de rassemblement du KKK ; un jeune homme qui vivait à quelques kilomètres du site en question est devenu convaincu que Wallace était l'Antéchrist et a juré de le tuer... un vœu qui a conduit à un acte de violence indicible près de quatre ans plus tard.

Alors que les Américains se rendaient aux urnes en nombre record pour choisir leur prochain président et rentraient chez eux pour suivre les résultats de l'élection sur les chaînes de télévision, un drame politique tout aussi intense et d'un autre genre était sur le point de se jouer dans les rues de Moscou. Malgré tous les efforts du KGB pour écraser la dissidence interne, les militants anti-guerre soviétiques avaient réussi à organiser une marche de protestation pour coïncider avec la 51e parade annuelle d'hommage à la révolution bolchevique sur la Place Rouge de Moscou ; le cauchemar de Brejnev d'un mouvement semblable au Printemps de Prague se rebellant contre le PCUS commençait à devenir réalité, et les conséquences pour les deux parties seraient pour le moins explosives.....

Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968) - Page 2 Presid10

Uranium Colonel
Uranium Colonel

Messages : 942
Date d'inscription : 31/07/2019
Age : 23
Localisation : République Démocratique de l'Icaunais

Collectionneur et Rayan du Griffoul aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas

Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968) - Page 2 Empty Re: Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968)

Message par Uranium Colonel Lun 28 Nov - 17:54

Chapitre 22:En chantant la chanson des hommes en colère

"Ce qui s'est passé à Moscou au cours des dernières quarante-huit heures est un acte de barbarie sans pareil, une trahison inqualifiable des principes de la civilisation et une tache hideuse sur la réputation de l'Union soviétique." On pourrait être excusé de penser que ces mots étaient ceux d'un partisan anti-Husak ou d'un diplomate de l'OTAN ; en fait, il s'agissait de la première phrase d'un éditorial du 9 novembre 1968 dans le journal officiel du gouvernement soviétique, la Pravda. Le fait qu'il ait été possible de penser à une telle phrase, et encore davantage de la publier dans ce qui était alors le plus puissant organe de presse écrite du bloc communiste, en dit long sur la profondeur des horreurs qui se sont déroulées au cœur de la capitale russe pendant ces 48 heures. De nombreux historiens modernes ont affirmé que le régime de Brejnev a essentiellement creusé sa propre tombe dans sa réponse aux manifestations de la Place Rouge du 7 novembre ; il ne fait aucun doute que les actions de Brejnev à l'égard des manifestants ont contribué à accélérer la disparition définitive de l'Union soviétique. La répression vicieuse que le KGB a déclenchée à l'encontre de ceux qui ont bravé un matin d'automne typiquement moscovite pour appeler à la fin de la guerre et à la disparition du parti unique peut être décrite avec plus de précision comme un coup d'huile sur un feu qui faisait déjà rage - en effet, il s'agissait de la répression la plus violente menée par un gouvernement russe contre des dissidents depuis l'attaque du dimanche sanglant de 1905 par la cavalerie du tsar Nicolas II contre des manifestants non armés à Saint-Pétersbourg.

Au départ, Brejnev était très tendu lorsqu'il est arrivé au Kremlin le matin du 7 novembre. La guerre sur le front hongrois se déroulait extrêmement mal, car les forces roumaines avaient poussé jusqu'à Szolnok à l'ouest et semblaient être en bonne voie de réaliser la promesse de feu Nicolae Ceausescu de faire flotter le drapeau roumain sur Budapest avant Noël. Le régime fantoche de Gustav Husak ne tenait qu'à un fil alors que les troupes régulières de l'OTAN et les guérilleros tchécoslovaques anti-Husak réduisaient progressivement l'emprise ténue de l'armée soviétique sur la Tchécoslovaquie orientale. Les États-Unis étendaient leur présence militaire déjà importante dans l'ancienne Allemagne de l'Est et avaient récemment entamé des négociations avec le gouvernement Gierek pour louer des bases aériennes en Pologne. Et le plus inquiétant, c'est que la Chine, grand rival de l'URSS pour le leadership du bloc communiste en déclin, semblait profiter des problèmes de Moscou en Europe pour rassembler les forces de l'APL en vue d'une éventuelle prise de contrôle du territoire contesté de la rivière Ussuri, le long de la frontière soviéto-chinoise. Cette situation, ajoutée à l'agitation interne croissante à laquelle était confronté le gouvernement de Brejnev, créait les conditions d'une violente confrontation entre l'appareil de sécurité du Kremlin et le mouvement dissident russe de plus en plus enhardi. La mèche fut allumée moins d'une heure après le début du défilé, lorsque 500 manifestants anti-guerre formèrent une chaîne humaine directement sur le chemin des troupes défilant sur la Place Rouge. Furieux de cet acte de défi flagrant, Brejnev prit le micro pour exiger personnellement que les manifestants se dispersent immédiatement. Les manifestants ont rejeté sa demande en termes catégoriques - et dans certains cas profanes -. Incapable de contenir sa rage face à ce qu'il considérait comme une insolence, le secrétaire général du PCUS a ordonné aux unités du KGB présentes dans les environs de la Place Rouge d'écraser la manifestation à tout prix.
Un journaliste suisse couvrant le défilé de la révolution d'octobre pour le journal Zürichsee-Zeitung a décrit les premières étapes de l'assaut du KGB contre les manifestants comme étant "les portes de l'enfer qui s'ouvrent en grand". La scène horrible qui s'est déroulée sur la Place Rouge, sous une pluie de tirs d'armes automatiques sur les manifestants, avait certainement un air d'Enfer de Dante. Des civils paniqués, cherchant désespérément à éviter d'être pris entre deux feux, se sont rués dans toutes les directions, ajoutant au chaos sanglant. D'autres manifestants anti-guerre, qui attendaient en coulisses de déployer des banderoles devant la tombe de Lénine pour appeler à la paix avec l'OTAN, ont rapidement changé leurs plans et se sont précipités pour contre-attaquer les forces du KGB afin de défendre leurs camarades dissidents. À l'aide de diverses armes improvisées ainsi que d'armes de poing réquisitionnées auprès de la police municipale de Moscou, ils ont combattu les unités du KGB bec et ongles. Ce fut un effort courageux mais finalement voué à l'échec, car les détachements du KGB avaient un avantage considérable en termes de puissance de feu et de nombre ; à la mi-journée, près de 400 manifestants avaient été tués et 51 autres avaient été gravement blessés. Pendant ce temps, Brejnev avait été emmené dans un bunker souterrain pour sa propre protection, de peur que quelqu'un ne tente de l'assassiner. Lorsqu'il est finalement sorti de ce bunker, peu après 18h30, heure de Moscou, le bilan du massacre s'élevait à 1 120 morts, les personnes piétinées dans la course folle des civils qui tentaient de fuir les tirs du KGB ayant commencé à succomber à leurs blessures dans les hôpitaux de la capitale soviétique. Les agences de renseignement et les médias occidentaux ont estimé que le nombre total de morts au moment où la répression a pris fin, en milieu d'après-midi le 8 novembre, s'élevait à un peu moins de 1 450 personnes. Plusieurs de ces documents faisaient référence à un nombre de victimes allant jusqu'à 2 100, et un capitaine de police à la retraite ayant une connaissance directe de leur contenu a déclaré à la BBC dans une interview de 2012 pour Panorama qu'il pensait qu'il y avait eu pas moins de 1 800 morts.

La réaction internationale au massacre est allée de l'horreur à la condamnation véhémente du KGB. Richard Nixon, qui avait finalement concédé l'élection présidentielle américaine à Hubert Humphrey quelques heures avant le massacre, a qualifié les actions du KGB de "terrorisme pur et simple" et a exigé que les auteurs soient jugés pour crimes de guerre. Le président français Charles De Gaulle l'a qualifié de "crime le plus monstrueux contre des êtres humains depuis l'Holocauste". Le gouvernement du chancelier est-allemand par intérim Friedrich Dickel a rompu ses relations diplomatiques avec Moscou tandis que le maréchal Tito a mis à exécution les menaces qu'il avait proférées deux mois plus tôt et a officiellement déclaré l'état de guerre entre la Yougoslavie et l'Union soviétique. Trafalgar Square, à Londres, est le théâtre d'un énorme rassemblement antisoviétique qui tourne presque à l'émeute lorsque des radicaux pro-soviétiques tentent de perturber l'événement. En Pologne, Voie nouvelle, qui s'apprête à tenir sa première convention officielle en tant que parti politique traditionnel, a observé une minute de silence à son nouveau siège national à Cracovie en mémoire des victimes du massacre. Au Vatican, le pape Paul VI a dénoncé les actions du KGB comme "un affront monstrueux à la dignité et à la conscience humaines". En Thaïlande, des émeutiers ont tenté de prendre d'assaut l'ambassade soviétique à Bangkok et n'en ont été empêchés que par l'intervention d'unités de la police royale thaïlandaise. La Finlande, dont la politique étrangère est fondée depuis des générations sur la soumission à la Russie, a surpris le monde en retirant son ambassadeur de Moscou et en expulsant l'ambassadeur soviétique d'Helsinki, dans une rare réprimande diplomatique à l'égard de son énorme voisin oriental. Le Ghana, dont les relations avec l'Union soviétique s'étaient progressivement détériorées depuis l'assassinat de Ceausescu, a complètement rompu ses liens avec Moscou. Même le Nord-Vietnam - jusqu'alors un allié fiable du Kremlin - a critiqué vertement les actions du KGB pour réprimer les manifestations de la Place Rouge. L'Égypte et la Syrie ont commencé à prendre leurs distances avec l'Union soviétique et à s'aligner davantage sur la Chine. Israël, notant que près d'un quart des personnes tuées ou blessées dans le massacre étaient d'origine juive, a accusé le régime de Brejnev d'antisémitisme dans ses actions.

Pourtant, si les problèmes internes de Brejnev étaient déjà graves, ils allaient bientôt empirer. Un volcan politique était sur le point d'entrer en éruption en Ukraine, alors qu'un mouvement indépendantiste fragile mais en pleine croissance voyait les signes du reste de l'Europe et commençait à préparer prudemment sa tentative de réaffirmer la souveraineté ukrainienne après des décennies de contrôle par le Kremlin. La position chancelante de l'Armée rouge dans l'est de la Tchécoslovaquie était quant à elle sur le point de devenir encore plus chancelante.....

Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968) - Page 2 Redsqu10
Uranium Colonel
Uranium Colonel

Messages : 942
Date d'inscription : 31/07/2019
Age : 23
Localisation : République Démocratique de l'Icaunais

Collectionneur, Rayan du Griffoul et ezaski aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas

Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968) - Page 2 Empty Re: Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968)

Message par Yodarc Lun 28 Nov - 18:00

On peut dire que l'URSS tombe de Charybde en Scylla dans ce récit.
Yodarc
Yodarc

Messages : 147
Date d'inscription : 14/02/2022
Age : 29

Revenir en haut Aller en bas

Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968) - Page 2 Empty Re: Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968)

Message par Collectionneur Mar 29 Nov - 12:10

Pour une guerre mondiale, tout de même, les intervenants soviétiques ont mit des gangs niveau déstabilisation de l'OTAN. A priori, pas de spetsnaz commettant des sabotages ou du terrorisme dans les pays occidentaux, les agitateurs style étudiants de Mai 68 n'ont pas beaucoup d'influence.
Collectionneur
Collectionneur

Messages : 1872
Date d'inscription : 03/09/2016
Age : 51
Localisation : Languedoc-Roussillon

https://fr.wikipedia.org/wiki/Utilisateur:L%27amateur_d%27a%C3%A

Revenir en haut Aller en bas

Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968) - Page 2 Empty Re: Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968)

Message par Uranium Colonel Mar 29 Nov - 16:25

Chapitre 23: Là où il y a de la fumée...

Depuis la révolution bolchevique de 1917, l'Ukraine a cherché à réclamer sa souveraineté à la Russie ; elle a mené une rébellion féroce et finalement infructueuse pour éviter d'être absorbée par la jeune URSS, et l'invasion nazie de 1941 a incité les fascistes ukrainiens à créer leur propre et éphémère État. Une fois les nazis vaincus et le Kremlin ayant repris le contrôle de l'Ukraine, il semblait que le rêve d'une Ukraine indépendante était, sinon mort, du moins en sommeil. Mais le déclenchement de la guerre tchèque a donné un nouveau souffle à la croisade pour l'indépendance de l'Ukraine ; voyant le succès des manifestations de la Porte de Brandebourg à Berlin-Est et du mouvement de la Nouvelle Voie en Pologne, de jeunes Ukrainiens ont commencé à former prudemment une organisation clandestine pour défendre la sécession de l'Ukraine de l'URSS. Les débuts ont été modestes : à la mi-septembre 1968, des tracts anonymes ont circulé dans Kiev et Odessa pour dénoncer ce que l'auteur du tract qualifiait de "répression intolérable" de l'identité culturelle de l'Ukraine par le Kremlin. Très vite, le slogan "L'Ukraine libre maintenant" était inscrit sur les murs partout où l'on pouvait trouver un pinceau. En temps normal, le KGB aurait pu écraser le soulèvement embryonnaire comme un grain de raisin, mais avec la désintégration du Pacte de Varsovie et le régime fantoche de Husak dans l'est de la Tchécoslovaquie, au bord de l'effondrement, Moscou était de plus en plus distrait par le bouleversement politique qui se préparait à sa porte. Non pas que l'establishment régional du Parti communiste n'ait pas fait de son mieux pour tenter d'étouffer les groupes indépendantistes - il a imposé des couvre-feux dans toute la ville de Kiev, Odessa, Rostov et Kharkov dans l'espoir d'empêcher toute manifestation de masse en faveur de la sécession de l'Ukraine de l'Union soviétique. Ils ont également envoyé des troupes de miliciens pour arrêter les dissidents connus et présumés dans le but de neutraliser les leaders potentiels d'une révolte armée. Ces mesures se sont retournées contre les autorités communistes ; outrés par ce qu'ils considéraient comme une nouvelle atteinte à leur identité culturelle par les autorités du Kremlin, des milliers d'Ukrainiens ont rejoint le parti de l'Ukraine libre (tel qu'il a été connu dans les médias occidentaux) et ont organisé le premier de ce qui allait devenir une série de rassemblements nationaux quotidiens appelant l'Ukraine à déclarer son indépendance de l'URSS.

À la mi-octobre, les agents infiltrés de la CIA en Union soviétique recevaient des rapports crédibles faisant état de plans des factions les plus militantes du mouvement indépendantiste ukrainien visant à s'emparer des installations clés du PCUS et de l'Armée rouge dans la région de Kiev, première étape d'une prise de contrôle totale du gouvernement ukrainien. À peu près au même moment, des vols de reconnaissance de SR-71 ont détecté des signes indiquant que les forces de réserve de l'Armée rouge, qui devaient initialement être déployées dans l'est de la Tchécoslovaquie, étaient redirigées vers Kiev et Odessa. Cela a éveillé les soupçons de Washington et de Bruxelles selon lesquels le régime de Brejnev se préparait à une véritable rébellion en Ukraine - soupçons qui ont été confirmés la veille de l'élection présidentielle américaine lorsque le journal Izvestia a publié un éditorial avertissant sèchement les citoyens ukrainiens de ne pas s'engager dans ce qu'il appelait un "sabotage politique" contre le gouvernement. La section des renseignements extérieurs de la Securitate roumaine, désireuse de maintenir l'insurrection jusqu'à ce que l'OTAN soit en mesure d'intervenir directement, a commencé à faire passer clandestinement du carburant et des munitions par la frontière roumano-soviétique ; lorsque la nouvelle du massacre de la Place Rouge est parvenue à Bucarest, Gheorge Maurer a commencé à déplacer ouvertement des divisions de réserve de l'armée roumaine vers la frontière en réponse à la tragédie. Le président élu Hubert Humphrey, lors de son premier briefing sur la sécurité nationale après sa victoire sur Richard Nixon, a demandé au Pentagone de rédiger des plans d'urgence pour déployer des troupes terrestres en Pologne au cas où un conflit ukrainien potentiel déborderait sur le territoire polonais. Les Polonais eux-mêmes, pour leur part, ont tenu à rappeler une partie importante de leur réserve militaire pour renforcer leurs défenses le long de la frontière avec l'Ukraine et envoyer un message pas si subtil à leurs anciens alliés soviétiques sur ce à quoi le Kremlin pouvait s'attendre s'ils tentaient de réaffirmer leur contrôle sur leur patrie. Une parfaite tempête insurrectionnelle se préparait.

Cette tempête a éclaté le 11 novembre lorsqu'un groupe de plus de 2 000 manifestants anti-Brezhnev s'est dirigé vers le siège régional du KGB en Ukraine, rue Volodymyrska à Kiev, et a encerclé le bâtiment dans une chaîne humaine. Malgré tous les efforts déployés par les gardes du bâtiment pour tenir les manifestants à distance, ils ont été largement dépassés en nombre et, en deux heures, les bureaux sont passés sous le contrôle de l'Ukraine libre. Le contrôle de l'Ukraine par le PCUS ne se terminera pas dans un fracas ou un gémissement, mais dans un bruissement de papier, lorsque des milliers de dossiers de la police secrète, jusque-là cachés, seront saisis par les manifestants et remis aux diplomates polonais, qui les transmettront à leur tour au siège de l'OTAN à Bruxelles. Pour comble de malheur pour le régime de Brejnev, de nombreuses unités de réserve de l'armée sur lesquelles il comptait pour écraser le soulèvement naissant se tenaient tout simplement à l'écart - ou pire, collaboraient activement avec les insurgés. Pour la deuxième fois depuis la révolution bolchevique, l'Ukraine oppose une résistance armée au régime du PCUS, sauf que cette guérilla aura une issue bien plus favorable pour les Ukrainiens, même s'il faudra de nombreux mois aux rebelles pour atteindre leur objectif d'une Ukraine indépendante. De l'autre côté de la frontière ukraino-polonaise, pendant ce temps, une transformation politique beaucoup plus pacifique se déroulait.....

Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968) - Page 2 Tealea13
Uranium Colonel
Uranium Colonel

Messages : 942
Date d'inscription : 31/07/2019
Age : 23
Localisation : République Démocratique de l'Icaunais

Thomas, Collectionneur, Flosgon78 et ezaski aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas

Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968) - Page 2 Empty Re: Červený Poplach : Une confrontation OTAN-soviétique en Tchécoslovaquie (1968)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum