LFC : 16 Juin 1940, un autre destin pour la France (Inspiré de la FTL)

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: LFC : 16 Juin 1940, un autre destin pour la France (Inspiré de la FTL)

Message par Emile Ollivier le Dim 28 Mai - 11:10

Édition du mois d'Octobre 1940 suite aux discussions sur le Forum Air-Défense. L'Ark Royal participe désormais à la bataille de Détroit d'Otrante.
avatar
Emile Ollivier

Messages : 748
Date d'inscription : 26/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LFC : 16 Juin 1940, un autre destin pour la France (Inspiré de la FTL)

Message par Emile Ollivier le Dim 28 Mai - 13:43

Juin 1942

Conformément aux plans de leur Haut-Commandement, les Allemands lancent un assaut préliminaire sur la Crimée en vue de protéger le flanc sud de leur assaut contre les champs pétrolifères du Caucase. Si la Crimée est rapidement occupée, ce n'est pas le cas de la forteresse de Sébastopol qui résistera 1 mois aux assauts des Nazis aidés pourtant de leurs alliés roumains et de canons géants. Ainsi, Sébastopol n'est pas encore tombée lorsque le reste du groupe d'Armée du Sud lance sa grande offensive d'été en direction du Caucase et de Stalingrad.


Sebastopol après la bataille

En France, le « Chef du gouvernement » de l’État français collaborateur, Pierre Laval, déclare, dans un discours prononcé le jour anniversaire du déclenchement de Barbarossa, soit le 22 Juin, souhaiter la victoire de l'Allemagne car « sans elle, le Bolchévisme s'installerait partout » ! Bien évidemment, ce discours est rapidement dénoncé par le gouvernement de la République française depuis Alger, De Gaulle mettant toute sa verve à dénoncer le « Collaborateur Laval ». Georges Mandel rappelle dans le même temps l'admiration du peuple français pour l'héroïque résistance du peuple soviétique.


Pierre Laval et Carl Oberg

C'est en ces termes que le Général répondra au « Chef du gouvernement » de l’État français.

« Les derniers voiles, sous lesquels l'ennemi et la trahison opéraient contre la France, sont désormais déchirés. L'enjeu de cette guerre est clair pour tous les Français : c'est l'indépendance ou l'esclavage. Chacun a le devoir sacré de faire tout pour contribuer à libérer la patrie par l'écrasement de l'envahisseur. Il n'y a d'issue et d'avenir que par la victoire.

Mais cette épreuve gigantesque a révélé à la nation que le danger qui menace son existence n'est pas venu seulement du dehors et qu'une victoire qui n'entraînerait pas un courageux et profond renouvellement intérieur ne serait pas la victoire.

Un groupe, issu d'une criminelle collaboration, s'exalte en pouvoir personnel. Le peuple français le condamne. La France s'unit pour la victoire.

Malgré les chaînes et le bâillon qui tiennent la nation en servitude, mille témoignages, venus du plus profond d'elle-même, font apercevoir son désir et entendre son espérance. Nous les proclamons en son nom. Nous affirmons les buts de guerre du peuple français.

Nous voulons que tout ce qui appartient à la nation française revienne en sa possession. Le terme de la guerre est, pour nous, à la fois la restauration de la complète intégrité du territoire, de l'Empire, du patrimoine français et celle de la souveraineté complète de la nation sur elle-même. Toute usurpation, qu'elle vienne du dedans ou qu'elle vienne du dehors, doit être détruite et balayée. De même que nous prétendons rendre la France seule et unique maîtresse chez elle, ainsi ferons-nous en sorte que le peuple français soit seul et unique maître chez lui. En même temps que les Français seront libérés de l'oppression ennemie, toutes leurs libertés intérieures devront leur être rendues. Une fois l'ennemi chassé du territoire, les institutions pour l'instant en exil, reprendront leur place conformément au vœu profond du peuple français.

Nous voulons que tout ce qui a porté et tout ce qui porte atteinte aux droits, aux intérêts, à l'honneur de la nation française soit châtié et aboli. Cela signifie, d'abord, que les chefs ennemis qui abusent des droits de la guerre au détriment des personnes et des propriétés françaises, aussi bien que les traîtres qui coopèrent avec eux, devront être punis. Cela signifie, ensuite, que le système totalitaire qui a soulevé, armé, poussé nos ennemis contre nous soit à tout jamais renversé.

Nous voulons que les Français puissent vivre dans la sécurité. A l'extérieur, il faudra que soient obtenues, contre l'envahisseur séculaire, les garanties matérielles qui le rendra incapable d'agression et d'oppression. A l'intérieur, il faudra que soient réalisées, contre la tyrannie du perpétuel abus, les garanties pratiques qui assureront à chacun la liberté et la dignité dans son travail et dans son existence. La sécurité nationale et la sécurité sociale sont, pour le gouvernement de la République, des buts impératifs et conjugués.

Nous voulons que l'organisation mécanique des masses humaines, que l'ennemi a réalisée au mépris de toute religion, de toute morale, de toute charité, sous prétexte d'être assez fort pour pouvoir opprimer les autres, soit définitivement abolie. Et nous voulons en même temps que, dans un puissant renouveau des ressources de la nation et de l'Empire par une technique dirigée, l'idéal séculaire français de liberté, d'égalité, de fraternité soit désormais mis en pratique chez nous, de telle sorte que chacun soit libre de sa pensée, de ses croyances, de ses actions, que chacun ait, au départ de son activité sociale, des chances égales à celles de tous les autres, que chacun soit respecté par tous et aidé s'il en a besoin.

Nous voulons que cette guerre, qui affecte au même titre le destin de tous les peuples et qui unit les démocraties dans un seul et même effort, ait pour conséquence une organisation du monde établissant, d'une manière durable, la solidarité et l'aide mutuelle des nations dans tous les domaines. Et nous entendons que la France occupe, dans ce système international, la place éminente qui lui est assignée par sa valeur et par son génie.

La France et le monde luttent et souffrent pour la liberté, la justice, le droit des gens à disposer d'eux-mêmes. Il faut que le droit des gens à disposer d'eux-mêmes, la justice et la liberté gagnent cette guerre, en fait comme en droit, au profit de chaque homme, comme au profit de chaque État.

Une telle victoire française et humaine est la seule qui puisse compenser les épreuves sans exemple que traverse notre patrie, la seule qui puisse lui ouvrir de nouveau la route de la grandeur. Une telle victoire vaut tous les efforts et tous les sacrifices. Nous vaincrons! »

En Birmanie, les Japonais, du fait de la mousson, ne peuvent aller plus loin. La Route de Birmanie qui permet aux Alliés de ravitailler l'Armée chinoise reste donc ouverte.

Dans le Pacifique, la bataille de Midway commence par une attaque de diversion des Japonais sur les îles Aléoutiennes, en Alaska. Mais les Américains, au courant des plans japonais car ils ont pu décrypter leurs messages radio, n'ont pas dispersés leurs forces et se tiennent prêt à repousser l'assaut d'une force de 4 Portes-avions (Akagi, Kaga, Hiryu, Soryu) avec un nombre équivalent de Portes-avions (Enterprise, Hornet, Yorktown et Lexington).


L'Akagi est prêt au combat
La bataille qui s'ensuit est rude et est la première de l'histoire à opposer 2 flottes qui ne se combattront que par aviation interposée.

Les premiers à attaquer sont les Japonais, qui lancent un raid contre l'île de Midway elle-même. En effet, Nagumo, qui commande l'avant-garde, se sent protégé par l'écran de sous-marins placé entre Midway et Pearl Harbor par l'Amirauté japonaise.

Cependant, ce sont les sous-marins alliés qui détectent la Flotte combinée avant leurs homologues nippons et signalent sa position à Nimitz.

Malheureusement, le Sous-marin américain est repéré. Cependant, même s'il parvient à s'échapper, il a mis les Japonais en état d'alerte.

Pendant ce temps, Midway est ravagée par les bombes japonais non sans que les courageux défenseurs US n'infligent des pertes substantielles aux assaillants.

Au retour des avions qui ont participé au raid sur Midway, Nagumo décide de faire de l'assaut aérien contre les Portes-avions américains une priorité pour sa Flotte.

C'est à ce moment que les appareils lancés par Nimitz, des bombardiers torpilleurs et en piqués, solidement escortés, arrivèrent en vue de la Flotte nippone et se ruèrent à l'assaut. En dépit de leur talent, les pilotes des Zéros qui protégeaient la Flotte de Nagumo ne purent empêcher les Américains de couler le Soryu et d'endommager le Hiryu.

A peine l'assaut terminé, l'Amiral japonais lança ses propres appareils contre la Flotte US, dont il venait d'apprendre la position. Les vétérans de Pearl Harbor firent payer cher aux Américains l'affront de la destruction du Soryu en coulant le Yorktown et l'Entreprise !

Nagumo pouvait alors transmettre un message enthousiaste à Yamamoto et à Tokyo, annonçant que la Flotte US ne survivrait pas à un second assaut à 3 contre 2 !

C'est alors qu'une gigantesque explosion déchiquette le Hiryu ! Un sous-marin allié, le USS Nautilus (SS-168), ayant en effet infiltré le Flotte ennemie et attaqué le Porte-avions japonais déjà endommagé.

Nagumo ne peut qu'annoncer le désastre à son supérieur.

Yamamoto reste de marbre comme l'explique ses subordonnés directs mais ordonne à la Flotte japonaise de retraiter vers le Japon.

Si les pertes en pilotes et en appareils dans les deux camps sont extrêmement lourdes, les USA peuvent plus aisément compenser les leurs contrairement aux Japonais pour qui la perte de leurs précieux Portes-avions et pilotes chevronnés est une catastrophe.

Cependant, le Japon est très loin d'être vaincu. En effet, Au soir de la retraite de Midway, Yamamoto, un moment ébranlé par cet échec, se ressaisit.

Il décide de regrouper ses forces et de lancer l'opération FS, l"invasion des Fidji et de la Nouvelle Calédonie en vue d'isoler l'Australie et de la contraindre à la paix.

Ce qui est ambitieux, vu que même les Français, dont la Métropole est entièrement occupée, continuent la guerre. Alors un simple blocus...

Yamamoto sait que si, comme il s'en doute, l'Australie refuse de signer la paix, alors il devra envahir l'île-continent.

Mais avant de songer à envahir les Fidji et la Nouvelle-Calédonie, il faut d'abord investir Port-Moresby, dernière place alliée en Nouvelle-Guinée.

Après avoir rapidement obtenu l'aval du Haut Etat-Major impérial et de l'Empereur lui-même pour déclencher FS, il envoie ses ordres. 

Les PA basés à Singapour sont déplacés à Truk où ils rejoindront la Flotte qui a combattue à Midway.

Mais Yamamoto espère que FS et la menace pesant sur l'Australie contraindra les Alliés, notamment les Britanniques, à tenter de s'opposer à l'invasion dans une grande bataille aéronavale que l'Amiral japonais espère décisive.

L'assaut préliminaire sur Port-Moresby est programmé pour début Juillet.

En Tunisie, le Prince Moncef de la dynastie husseinite devient le nouveau Bey de Tunis. Son discours d'investiture, s'il est un éloge de la liberté et un appel aux Tunisiens à se battre pour elle aux côtés de la République française, est aussi un plaidoyer en faveur d'une indépendance à terme de son pays. Il se rapproche rapidement des militants indépendantistes du Néo-Destour.


Moncef Bey


Dernière édition par Emile Ollivier le Mar 20 Juin - 9:40, édité 1 fois
avatar
Emile Ollivier

Messages : 748
Date d'inscription : 26/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LFC : 16 Juin 1940, un autre destin pour la France (Inspiré de la FTL)

Message par Thomas le Dim 28 Mai - 14:28

Roh ta bataille de Midway est trop peu décrite. c'est le choc des titans, faut pas me faire ça.

_________________
« Ce n’est que devant l’épreuve, la vraie, celle qui met en jeu l’existence même, que les hommes cessent de se mentir et révèlent vraiment ce qu’ils sont. »
Alexandre Lang.
Mes livres
avatar
Thomas
Admin

Messages : 1187
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 32
Localisation : Lyon

Voir le profil de l'utilisateur https://thomas_diana.artstation.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: LFC : 16 Juin 1940, un autre destin pour la France (Inspiré de la FTL)

Message par Emile Ollivier le Dim 28 Mai - 15:16

Thomas,

J'ai hésité avant de poster cette suite car oui, je ne détaille pas assez Midway mais j'ai eu peur de dire des énormités en détaillant :p
avatar
Emile Ollivier

Messages : 748
Date d'inscription : 26/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LFC : 16 Juin 1940, un autre destin pour la France (Inspiré de la FTL)

Message par Thomas le Dim 28 Mai - 15:27

bah au pire envoie moi ta version et je te ferais des suggestions. De la guerre du pacifique j'en ai magner pour l'ABATL Tome 1 tu sais.

_________________
« Ce n’est que devant l’épreuve, la vraie, celle qui met en jeu l’existence même, que les hommes cessent de se mentir et révèlent vraiment ce qu’ils sont. »
Alexandre Lang.
Mes livres
avatar
Thomas
Admin

Messages : 1187
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 32
Localisation : Lyon

Voir le profil de l'utilisateur https://thomas_diana.artstation.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: LFC : 16 Juin 1940, un autre destin pour la France (Inspiré de la FTL)

Message par Emile Ollivier le Dim 28 Mai - 15:28

Je n'en doutais pas Wink

Ce qui est bien avec ce récit, c'est qu'avec le fonction éditer, il est en constante amélioration et comme je suis ouvert aux suggestions Smile
avatar
Emile Ollivier

Messages : 748
Date d'inscription : 26/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LFC : 16 Juin 1940, un autre destin pour la France (Inspiré de la FTL)

Message par Emile Ollivier le Lun 19 Juin - 10:33

Appel de Mandel ajouté au chapitre du 16 Juin.

Édition de Midway (Merci Thomas)

Juillet 1942

Face à l’arrivée massive de troupes américaines en Grande-Bretagne et en Afrique du nord, Hitler ordonne l’envoi d’importants renforts en France et en Italie (notamment en Sicile et en Sardaigne). Dans le même temps, l'offensive allemande se développe en direction de Stalingrad, premier objectif pour les armées du Führer. En effet, la prise de cette ville a pour objectif de sécuriser le flanc nord de l'offensive principale contre le Caucase et les champs pétroliers de Bakou. En Crimée, la forteresse de Sébastopol finit par tomber aux mains de l'Armée allemande, mais la résistance soviétique lui a coûté fort cher.

Le Führer fait bien de se méfier. En effet, ce n'est que suite aux mauvaises performances lors des entraînements des soldats canadiens et au mauvais temps associé à un raid de l'aviation allemande contre la Flotte rassemblée à l'occasion que les Alliés ont retardé l'Opération Rutter (devenue désormais Jubilee/Jubilée), un puissant raid sur Dieppe, en Normandie ! Celui-ci devait initialement avoir lieu au mois de Juillet mais il a finalement été reporté au mois suivant.

Dans le Pacifique, l'assaut sur Port-Moresby, préliminaire à l'opération FS, est lancé. Les Alliés, ne se sentant pas de taille à affronter la puissante Flotte rassemblée par Yamamoto, préfèrent évacuer leurs garnisons de Nouvelle-Guinée. C'est donc dans un port vidé de tous ses défenseurs que débarquent l'infanterie japonaise ! Cependant, les Alliés qui ont bien compris que l’objectif des Nippons était d'isoler l'Australie, ont décidés, d'un commun accord, d'envoyer à Brisbane la Flotte britannique de l'Océan indien. Mais déjà, Yamamoto lance 2 Flottes contre les Fidji et la Nouvelle-Calédonie...


Port Moresby

L'autre événement marquant de ce mois de Juillet 1942 est la Conférence d'Alger, qui se tient dans la capitale provisoire de la République française. Staline ne participe pas à cette rencontre entre Georges Mandel, Winston Churchill et Franklin Roosevelt. Les 3 Grands décident d'exiger la capitulation sans condition des puissances de l'Axe, d'opérer rapidement un débarquement en Sicile suivi d'un autre dans la péninsule italienne tout en décidant de maintenir leur aide à l'URSS.

C'est au cours de la conférence que les rumeurs qui étaient parvenus à Alger se confirment. Une gigantesque rafle des Juifs de France occupée a été organisée par les Nazis, soutenus par leurs affidés de l’État français. Les Forces de Sécurité Légionnaires (FSL), les pseudos soldats de Pétain et Laval participent aux côtés de la Gestapo et de l'Armée allemande à l'arrestation de masse des Juifs de France, qu'ils soient Français ou étrangers.

Les débris de la police et de la gendarmerie française qui ont ralliés le Régime collaborateur soutiennent également le crime. Néanmoins, il se trouve des policiers et des gendarmes français, résistants ou tout simplement humains, pour faire de leur mieux pour prévenir les Juifs du sort qui les attend. Ainsi, de nombreuses personnes échapperont à l'arrestation et parviendront à se cacher, aidées en cela par la Résistance.

Mandel dénoncera cette rafle sur les ondes de Radio-Alger ainsi que de Gaulle et les plus hautes personnalités du Cabinet de la République. Les Français prennent conscience du sort qui attend leur malheureux frères juifs mais des milliers de personnes sont tout de même regroupées dans des camps partout en France, notamment dans le tristement célèbre Drancy. Des ordres sont rapidement donnés à la Résistance en vue d'empêcher dans la mesure du possible les déportations vers la Pologne.

Création en Union soviétique du « Comité de l'Allemagne libre ». Il est composé d'écrivains émigrés, de chefs, de députés du Reichstag, d'officier et de soldats allemands, ramassés dans les camps de prisonniers. L’objectif du Comité est de revenir aux frontières de 1937, d’entamer des négociations de paix et de démettre et poursuivre les dirigeants nazis. Le drapeau du comité n'est non pas celui de la République de Weimar mais celui de l'Empire allemand, noir, blanc et rouge, considéré comme plus populaire.


Le Colonel Hans-Günter van Hooven lors de la création du Comité.

La campagne japonaise dans le Tché-Kiang et le Kiang-si se termine. L'Armée impériale japonaise a massacré environ 250 000 civils chinois durant cette campagne de représailles.

Bataille du convoi PQ-17. Les Alliés organisent en effet un système de convois en vue de ravitailler l'Union soviétique. Heureusement, ils disposent d'une large supériorité navale ce qui leur permet de doter le convoi d'une solide escorte en Cuirassés pour tenir à distance le Tirpitz et la Flotte allemande.


Le convoi en Islande avant de son départ pour l'URSS

Mais il reste la menace des sous-marins et de la Luftwaffe basés en Norvège.

C'est dans cette optique que la Royal Navy fait participer les Porte-Avions ‌HMS Furious et HMS Victorious à l'opération d'escorte en vue de doter le convoi d'une couverture aérienne.


Le HMS Furious

Les Allemands, engagés massivement en URSS, sont bien décidés à faire subir de lourdes pertes au convoi et déclenchent l'opération Rösselsprung d'attaque coordonnée de l'aviation et des U-Boots contre les vaisseaux alliés. Cependant, face à l'escorte massive du convoi (dont le Cuirassé français Jean-Bart, sister-ship du Richelieu qui a combattu à Midway), ils renoncent à engager leurs propres vaisseaux de ligne ce qui est déjà une victoire pour les Alliés !

L'assaut allemand est enragé. En effet, tandis que Stukas et JU-88 larguent leurs bombes depuis le ciel, les sous-marins du IIIème Reich s'infiltrent entre les escorteurs et tirent leurs torpilles sur les malheureux cargos alliés. Pire, l'Axe endommage sérieusement le Furious qui devra passer plusieurs mois en réparation à Scapa Flow.

Cependant, face à la détermination des chasseurs britanniques et des destroyers alliés (dont plusieurs français), les assaillants subissent de lourdes pertes.

Néanmoins, sur les 42 navires marchands du convoi, 9 sont coulés par les Allemands contre la perte d'environ 20 avions et 5 U-Boots.

C'est donc une victoire stratégique pour les Alliés même si un peu moins d'un quart des navires marchands a été coulé et que cette victoire n'a été permise que par la présence importante de navires de ligne et au prix d'un Porte-avion lourdement endommagé.

Sortie sur les écrans à Alger du long-métrage de la « France en exil », « Résistance en Indochine », dans lequel apparaît Yul Brynner, acteur aux origines mystérieuses (et Brynner ne fait rien pour dissiper ces doutes). Brynner crève l'écran dans son rôle d'officier indochinois de l'Armée française combattant l'invasion nippone aux côtés de Raoul Salan. C'est le premier film d'une longue carrière.


Photo d'identité utilisée par Yul Brynner pour traverser l'Espagne et rejoindre la France en exil (1940)
avatar
Emile Ollivier

Messages : 748
Date d'inscription : 26/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LFC : 16 Juin 1940, un autre destin pour la France (Inspiré de la FTL)

Message par Emile Ollivier le Mar 20 Juin - 14:48

Bonjour à tous,

Connaissez-vous un bon convertisseur Youtube => Format MP4 ?

Ainsi qu'un bon logiciel gratuit pour monter de vidéos ?

Merci Smile
avatar
Emile Ollivier

Messages : 748
Date d'inscription : 26/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LFC : 16 Juin 1940, un autre destin pour la France (Inspiré de la FTL)

Message par Thomas le Mar 20 Juin - 15:01

online video converter

_________________
« Ce n’est que devant l’épreuve, la vraie, celle qui met en jeu l’existence même, que les hommes cessent de se mentir et révèlent vraiment ce qu’ils sont. »
Alexandre Lang.
Mes livres
avatar
Thomas
Admin

Messages : 1187
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 32
Localisation : Lyon

Voir le profil de l'utilisateur https://thomas_diana.artstation.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: LFC : 16 Juin 1940, un autre destin pour la France (Inspiré de la FTL)

Message par Emile Ollivier le Mar 20 Juin - 15:21

Merci Thomas Very Happy
avatar
Emile Ollivier

Messages : 748
Date d'inscription : 26/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LFC : 16 Juin 1940, un autre destin pour la France (Inspiré de la FTL)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum