Forum des Uchronies Francophones
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-22%
Le deal à ne pas rater :
-110€ sur Roborock S5 Max Aspirateur Robot
389.99 € 499.99 €
Voir le deal

Les grands empires africains.

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Les grands empires africains. Empty Les grands empires africains.

Message par Anaxagore le Mer 4 Sep - 21:29

L'histoire est injuste avec les empires africains. Vous ne trouvez guère de livres qui parlent d'eux, ni de documentaires sur leurs réalisations. L'Afrique Noire a pourtant connu plusieurs grands empires, riches, étendus, puissants, nous ayant laissés des trésors architecturaux, des récits de conquêtes épiques mais... on n'en parle jamais.
Il y a un oubli complet de ces civilisations pourtant splendides, riches et artistiquement avancés, parfaitement comparables à d'autres grandes civilisations du même niveau technologiques en Europe, en Amérique latine ou en Asie. Mais l'histoire officielle nous compte l'histoire de "tributs" vivant à l'âge de pierre dans de modestes villages.  

L' Empire du Mali :


Le Mali actuel est un pays pauvre ravagé par l’intolérance religieuse et ethnique. Pourtant, il y de cela sept cent ans, il s'agit d'un des pays les plus riches au monde.

L'histoire du Mali : la naissance  


Le fondateur du mali est l'empereur Soundiata Keïta, né en 1190. Son histoire nous est parvenue par un conte transmit par les griots ( des bardes s'accompagnant de la cora, une lyre). Tout commence avec un roi de Manding ( un royaume s'étendant sur une partie de la Guinée et du Mali actuel). On lui fait la prophétie qu'il épouserait une femme laide et qu'il en naîtrait un enfant promis à un grand destin. Bien sûr, l'enfant qui né doit faire face à de dures épreuves. Né handicapé il ne réussit à marcher qu'à l'âge de sept ans. A la mort de son père, il est exilé par son frère aîné. Le roi de Sosso, un royaume voisin, envahit le pays et tue tous les fils du précédent roi à l’exception de Soundiata. Le jeune homme revient pour prendre son héritage d'où son nom ( de "kien" héritage et "ta" prendre). Soundiata Keïta commence par s'emparer d'un pays voisin, le Fouta-Djalon, puis défait le roi de Sosso à la tête d'une coalition de petits royaumes inquiets de l'appétit de puissance du Sosso.
C'est la fondation de l'empire du Mali. Lors de son intronisation comme empereur de ce nouveau pays, Soundiata abolit l'esclavage. La légende dit qu'il aurait après cela rédigé un texte qui est la première déclaration des droits de l'homme ( on est en 1235 !)https://fr.wikipedia.org/wiki/Charte_du_Manden.
En 1240, il s'empare ensuite de la ville de Koumbi-Saleh, capitale du Ghana, qu'il rase. Un de ses lieutenants conquière le Bambouk.
Outre cela, on lui doit la création d'une administration efficace basée  sur des gouverneurs de province disposant localement du contrôle de l'armée. Soundiata développera l'exploitation de l'or, et favorisera la culture du coton. Sous son règne, l'Islam et l'animisme coexisteront en paix grâce à un édit de tolérance.
Sa mort, en 1255, résulte peut-être d'un complot ou d'un accident.  
En dépit des conflits de sa jeunesse et de deux guerres après son couronnement, Soundiata Keïta a laissé dans l'histoire l'image d'un organisateur de talent et d'un pacifiste. Il a cependant conquis un empire qui s'étend du Sahara aux jungles équatoriales, de la Guinée, à l'Atlantique.

Le premier successeur de Soudianta est son fils Mansa Oulé dit "l'empereur rouge" (à cause de sa couleur de peau. Pacifique et pieux, il laissera ses généraux se créer des états vassaux. Toutefois, en dépit de son pacifisme, il travaillera avec talent à maintenir l'armée sosu son contrôle et à en améliorer ses institutions. ses frères et ses fils lui succèdent, mais n'ont aucunement le talent de leurs prédécesseurs. Pendant 15 ans, le pays est en proie à l'anarchie, jusqu'à ce qu'un général ( Sakoura) s'empare du trône. Il est un puissant chef militaire qui remporte deux campagnes et transforme la capitale en vaste plate-forme commerciale qui reçoit des marchands venus de Tripolitaine. C'est à cette époque que les Arabes commencent à mentionner le Mali.

Sakoura ne fonde pas une nouvelle dynastie. A sa mort, le pouvoir revient à un petit-fils de Soudianta.
Le règne d'AbouBakri II " l'empereur Explorateur" (1310-1312) est très court car il meurt dans une tentative de précéder la découverte de l'Amérique par Christophe Colomb !  affraid Il est à noter que cette histoire repose sur des sources peu sûres et qu'il s'agit peut-être d’une simple parabole.

L'histoire du Mali : l'apogée  


Mansa Moussa régna de 1312 à 1337. A son époque, l'empire est à son apogée. Il a conquis le Ghana, et établit des relations diplomatiques avec des états aussi éloigné que le Portugal et l'Egypte. Plus, il fut peut-être l'homme le plus riche de l'histoire. Lorsqu'il se rendit en pèlerinage à la Mecque, ce fut avec une escorte de 8 000 à 14 000 serviteurs et fit des offrandes un chargement en or porté par 80 dromadaires ( 2 tonnes d'or au minimum et jusqu'à un maximum de 12 tonnes !).  Il revint au Mali accompagné de nombreux érudits arabes dont l’historien Ibn Battuta et d'architectes qui construiront son palais et la mosquée Djingareyber. On lui doit aussi la fondation de la madrasa (école coranique) de Tombouctou, la plus célèbre au sud du Sahara., ainsi que le fort et les remparts qui protègent la ville.

L'histoire du Mali : le déclin  


Le déclin de l'empire du mali est rapide. Les deux frères de Mansa lui succèdent sur le Trône en quelques années et l'Empire atteint à cette époque son expansion maximum. Plusieurs souverains successifs sont calamiteux, avec quelques épisodes d'empereurs compétents. L'empereur Maghan II est assassiné par un de ses ministres qui devient empereur. Lui aussi n'installe pas une nouvelle dynastie et l'empereur suivant est un descendant de Soundiata Keïta. Après 1400 se succèdent de pâles empereurs qui ne laissèrent que peu de traces dans l'histoire. Le dernier empereur Nani  Mansa Mamadou tente un coup de force pour reprendre des régions qui avaient échappé à l'empire. Il attaque Djenné mais son expédition est un échec qui entraîne l'Effondrement de la dynastie des Mansa.

_________________
Le champ de bataille ne fait que révéler à l'homme sa folie et son désespoir, et la victoire n'est jamais que l'illusion des philosophes et des sots. William Faulkner
Anaxagore
Anaxagore

Messages : 1632
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Les grands empires africains. Empty Re: Les grands empires africains.

Message par Emile Ollivier le Jeu 5 Sep - 9:56

Super ! Y'aura t il une suite ?
Emile Ollivier
Emile Ollivier

Messages : 1712
Date d'inscription : 26/03/2016
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas

Les grands empires africains. Empty Re: Les grands empires africains.

Message par Emile Ollivier le Jeu 5 Sep - 10:13

Sur les empires du 19ème siècle par exemple ?
Emile Ollivier
Emile Ollivier

Messages : 1712
Date d'inscription : 26/03/2016
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas

Les grands empires africains. Empty Re: Les grands empires africains.

Message par Anaxagore le Jeu 5 Sep - 14:11

Bien sûr qu'il va y avoir une suite. Je vais essayer de traiter toutes les grandes nations d'Afrique noire : Kanem-Bournou, les différents royaumes du Soudan, le roi des roi d'Ethiopie, l'empire du Songhai, les architectes du grand Zimbabwe etc...

_________________
Le champ de bataille ne fait que révéler à l'homme sa folie et son désespoir, et la victoire n'est jamais que l'illusion des philosophes et des sots. William Faulkner
Anaxagore
Anaxagore

Messages : 1632
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Les grands empires africains. Empty Re: Les grands empires africains.

Message par Emile Ollivier le Jeu 5 Sep - 14:49

J'ai hâte Smile
Emile Ollivier
Emile Ollivier

Messages : 1712
Date d'inscription : 26/03/2016
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas

Les grands empires africains. Empty Re: Les grands empires africains.

Message par Anaxagore le Jeu 5 Sep - 20:53

Les Empires du Ghana


A l'origine, Ghana est le titre porté par le souverain d'un empire apparu à l'âge classique des civilisations africaines (avant le IXème siècle). Toutefois, les Arabes qui les premiers ont vent de son existence utilisent le terme "Ghana" pour désigner aussi bien le roi, le pays que la capitale.

Le royaume du Ogadougou


Le plus ancien état du Ghana est le royaume du Ogadougou. Il est fondé par les Sonnikés, un peuple originaire du Sahara vert qui est descendu vers le sud à partir de 3000 ans avant J.C., en raison de la désertification. Vers le IVème siècle de notre ère, un personnage mythique appelé Igo Kassé Dingka (c'est à dire "le gros vieil homme") arrive dans la région du Gnana à l'époque peuplé par une peuplade encore assez primitive, les Kakolos. Ceux-ci vivent de la culture sur brûlis alors que les Sonnikés sont des pasteurs nomades qui portent des vêtements tissés et magnifiquement teints, montent à chevalent et pratiquent la métallurgie du fer (ils ont des épées, des lances et des boucliers de fer). D'après la légende, le roi des Kakolos est un serpent à sept têtes. Il laisse les Sonnikés s'installer à condition que Dingka lui offre une de ses filles, comme repas, chaque année. Bien sûr, une des jeunes filles est fiancée est l'amant se révolte et tranche les têtes du monstre. Toujours d'après la légende, le combat est une course poursuite dans toute la région et le héros tranche chacune des têtes dans un endroit différent. A chaque fois, une mine d'or apparaît.

Le royaume du Ogadougou nous a laissé aucune trace écrite, les Sonnikés n'ayant pas d'écriture propre. On sait cependant qu'ils sont le plus ancien peuple d'Afrique de l'Ouest à s'être converti à l'Islam. La chute de leur royaume ( en 1076) est le résultat de l'invasion des Almoravides, un mouvement rigoriste musulman né au Maroc.

L'empire du Ghana


Le "vrai" empire du Ghana apparaît au IIIème siècle de notre ère et survit jusqu'au XIIIème siècle. Il semble qu'il soir à l'origine une partie du royaume du Ougadougou. il n'accède au rang d'empire qu'au VIIIème siècle. Il s'agit d'abord d'une puissance commerciale qui vit du négoce du fer et du sel, mais aussi de l'exploitation de trois grandes mines d'or. De nos jours (2019) la région est encore la première productrice d'or d'Afrique et elle fut renommée depuis le moyen-âge pour la création d'objets en or très orné comme des statuettes étrange. Au IXème siècle, l'historien arabe al-Fazari appelle le Ghana "le pays de l'or". Il s'agit à l'époque d'une société florissante, riche culturellement et... esclavagiste. En effet le Ghana fait commerce d'esclave avec la cité-état de Sijilmassa.

L'apogée du Ghana


Le règne de Kaya Magan Cissé (au VIIIème siècle) marque l'apogée du Ghana, avec la fin de la menace Berbère (refoulée vers le nord). Au Xème siècle, le Ghana s'est étendu dans toutes les directions et à même soumis une partie du Sahara; cependant, le royaume connait aussi ses premières révoltes et les berbères triomphe du roi et le mettent à mort. Le royaume continue pourtant à prospérer et atteint le maximum de sa richesse au XIème siècle. sa capitale de Koumbi Saleh (parfois appelée Ghana)atteint 30 000 habitants.
Al-Bakri a écrit:
"Ghâna se compose de deux villes situées dans une plaine. Celle habitée par les musulmans est très grande et renferme douze mosquées, dans lesquelles on célèbre la prière du vendredi. Toutes ces mosquées ont leurs imams, leurs muezzins et leurs lecteurs salariés. La ville possède des jurisconsultes et des hommes remplis d’érudition. Dans les environs se trouvent plusieurs puits d’eau douce, qui fournissent la boisson des habitants et auprès desquels on cultive des légumes.

« La ville habitée par le roi est à six milles de celle-ci. Le territoire qui les sépare est couvert d’habitations. Les édifices sont construits avec des pierres et du bois d’acacia. La demeure du roi se compose d’un palais et de plusieurs huttes aux toits arrondis et la circonférence est entourée d’une clôture semblable à un mur.

« La ville du roi est entourée de huttes, de massifs d’arbres et de bosquets, qui servent de demeures aux mages de la nation, chargés du culte religieux ; c’est là qu’ils ont placé leurs idoles et les tombeaux de leurs souverains. Des hommes préposés à la garde de ces bois empêchent qui que ce soit d’y entrer ou de prendre connaissance de ce qui s’y passe. C’est là aussi que se trouvent les prisons du roi.

Le déclin


après l'invasion des Almoravides, le royaume entre dans un déclin rapide. Koumbi Saleh a été en partie détruite. Toutefois, la véritable raison de l'effondrement de l'Empire est tout simplement lié à la sécheresse. Le Ghana est conquis en 1203 par le roi de Sosso avant d'être intégré à l'Empire du Mali par Sundjata Keïta en 1240.

Les rois d'or d'Ashanti


Le royaume d'Ashanti est le plus tardif des royaumes du Ghana. Il apparaît en 1700 et disparaît avec l'indépendance en 1957. A l'origine, il s'agit d'un état vassal du Denkyira (1620- 1868), un état esclavagiste qui nourrit la traite des nègres. Toutefois, ils finissent par provoquer une révolte des vassaux qui prennent la lutte aidé par la Hollande et l'Angleterre qui fournissent des armes à feu aux Ashantis.
La capitale des Ashantis est Kumasi, une ville fondée en 1680 par le roi Osei Tutu.

Contrairement à beaucoup de royaume africain, le royaume Ashanti est le fruit de la diplomatie. Il est né d'une alliance de plusieurs états ( la coalition des cités-états Akan) créé par le ministre-mage Okomfo Kwame Frimpon Anokye. Par la suite, l'Ashanti connu une dérive impérialiste et conquérante. Okomfo Anokye est également le créateur du Trône d'Or :https://fr.wikipedia.org/wiki/Tr%C3%B4ne_royal_Ashanti

Le Ghana commerçait l'or de ses mines et la noix de cola, ainsi que des produits manufacturés comme ses célèbres orfèvreries. Esclavagistes, ils autorisent les Portugais à s'installer sur la côte. Le commerce du bois d'ébène les enrichis, mais l'importation de produits européens ruine ses manufactures. Quatre guerre de colonisation se succèdent au XIXème siècle, faisant tomber le royaume Ashanti aux mains des Anglais.
Finalement le Ghana devient indépent en 1957.


Note : si le sujet vous intéresse, j'ai trouvé un dossier complet : https://journals.openedition.org/afriques/1283

_________________
Le champ de bataille ne fait que révéler à l'homme sa folie et son désespoir, et la victoire n'est jamais que l'illusion des philosophes et des sots. William Faulkner
Anaxagore
Anaxagore

Messages : 1632
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Les grands empires africains. Empty Re: Les grands empires africains.

Message par Anaxagore le Jeu 3 Oct - 13:11

La longue épopée du Kanem-Bournou

Les grands empires africains. Kanem-11
J'ai découvert les guerriers du Kanem-Bournou, adolescent, et ma première impression a été : " Whaou... z'on de la gueule"... à cause de ça, même maintenant, j'ai une affection particulière pour cet état.

Je parle d'une "longue épopée" du Kanem-Bournou, mais jugez-en, les premiers rois (légendaires) de cet état auraient été contemporains de Charlemagne, le dernier roi de ce pays est mort en 1937...

Le terme Kanem veut dire "Pays du sud" en Kanuri. Ces habitants sont les Kanembou, les "gens du pays du sud" par opposition aux Tobou, les "gens des montagnes" (le Tibesti).

La naissance du royaume


Bien entendu tout commence par des légendes, une époque où des caravanes chargés de sel traversaient l'est du Sahara. D'anciens textes racontent qu'il y eut d’abord des confédérations de peuples nomades. Les Kanembou vinrent du sud, chassés par la désertification. Des historiens musulmanes mentionnent dès le VIIIème siècle. Ainsi, l'historien al-Kwarezmi parle des Zaghawa dans lesquels les ethnologues modernes reconnaissent la peuplade Teba-Tubu de langue Kanuri.

Le premier Kanembu (vers 700)


Au sud du lac Tchad fleurissait déjà à cette époque la culture Sao. Ils édifiaient des villes fortifiées, cultivaient, élevaient des bovins et des ovins. Toutefois, l' avancée de du désert amena vers eux des peuplades Teba-Tubu chassé par la destruction de leurs zones de pâturage. D'une manière ou d'une autre (on n'a aucun texte sur cette époque et cette région), les Teba-Tobu dominèrent les Sao (conquête ?) et assimilèrent les éléments de leur civilisation, ainsi que leur culture.

Descendant des Assyriens ? Aussi anciens que l’Égypte ptolémaïque ?


Une théorie émanant du professeur Dierk Lange ( http://www.dierklange.com/biography.html ) veut que l'origine de la peuplade Teba-Tobu soit... l'ancienne Assyrie ! Ils auraient immigrés dans la région vers - 600. Leur royaume serait l'ancienne Agyisymba (https://en.wikipedia.org/wiki/Agisymba) mentionnée par les géographes de l’Égypte ptolémaïque. Notons bien que ces deux hypothèses sont très controversées dans les milieux scientifiques.    

Dugua, la première dynastie ( vers 700, 1086


Nous connaissons la première dynastie de Kanembu par la route du commerce des esclaves qui unissait Tripoli (Libye) à la région du lac Tchad. La légende dit que le premier roi de Kanembu fut un certain Sayf b. Dhi Yazhan qui aurait unifié toutes les tribus Teba-Tebu du premier Kanembu. Il s'agissait d'une dynastie "divine" de rois appelés mais.
A cette époque, les historiens musulmans comptent le Kanem parmi les trois empires du Soudan. Les descriptions disent : "Leurs habitations sont des huttes faites de roseaux et ils n’ont pas de villes." Toutefois, ils ont déjà à cette époque une armée faite de cavalerie. Une description du Xème siècle mentionne cependant deux villes dans leur royaume, l'une Manan est leur capitale. Le roi divin y vit "apportant la vie et la mort, la maladie et la santé".
Les géographes et les voyageurs musulmans font état d'une sédentarisation progressive qui voit l'apparition de petites villes qui croissent progressivement et se complexifient.

Sayfawa, la seconde dynastie (1086, 1846)

Les grands empires africains. Group_of_Kanem-Bu_warriors

Evidemment, l'islam se répand au sud du Sahara. A partit du IXème siècle, le pouvoir passe progressivement au main des Sayfawa une dynastie convertie au Coran. Ils prennent le contrôle des mines de sel de Bilma et des routes qui y conduisent. Ce sont surtout des marchands d'esclaves. Ils razzient les kafir (nom musulman)de la région du Tchad et les transportent à Zawira dans le Fezzan où ils les échangent contre des chevaux et des armes. Au VIIème siècle les Kanembou vendent 1000 esclaves par an, au XVème siècles ils en vendront 5 000 par ans.
Les Kanembou fixent leur première véritable capitale à Nijm, au Xième siècle.

Coutume étrange, les mais de Kanem siègent... sur une cage renfermant un animal sauvage ! La présence du "charmant toutou" du roi devait égayer les rencontres diplomatiques !

Pour donner une idée de la puissance de cet état, le mais Dunama Dabbalemi avait une armée de 100 000 cavaliers et 120 000 fantassins !

La chute du Kanem, la naissance du royaume de Bournou

Les grands empires africains. Bornu_10


A la fin du XIV siècle, une suite de troubles internes et d'attaques extérieures provoquent l'effondrement du royaume de Kanem. En particulier, la guerre contre le peuple de Bulala provoqua la mort successive de quatre mais. Le mai Umar b. Idris à fuir jusqu'au Bournou et à édifier sa nouvelle capitale sur la rive ouest du lac Tchad, la cité fortifiée de Ngarzargamu. Depuis ces remparts il mena des campagnes contre ses rivaux.

La naissance du Kanem-Bournou


Si le mai  Umar b. Idris mit fin à un siècle de défaites, il fallu attendre le XVIème siècle pour que le mai Idris Katarkamabe reprenne Nijm aux Bulala. La capitale resta cependant à Ngarzargamu car la région était plus propice à l'agriculture et à l'élevage. Un de ses successeurs Ali Gaji assuma le titre de ... Calife ! Et oui, le grand empire du Kanem-Bournou avait des ambitions hégémonique sur tout le monde musulman, rien que ça...
A l'époque du mai Idris Alooma, le Kanem-Bournou atteignit son extension maximale. Le pays s'étendait du sud du Sahara jusqu'au Cameroun, entourant le sud du lac Tchad. L'armée était tout aussi avancée que celle des autres grands états de l'époque avec une infanterie d'esclave armée de mousquets, une cavalerie mercenaire turque avec des mousquets, une cavalerie couverte de maille et de nombreux fantassins. Outre son équipement, elle combattait de manière "moderne" divisée entre avant-garde, gros des troupes et arrière-garde, avec un service d'intendance disposant de dromadaires et de bateaux.  L’organisation militaire et l'entraînement n'était pas négligée et des ribats (des monastères fortifiés) longeaient les frontières.
Il faut dire que la route des esclaves de tripoli était devenue une autoroute où passa près d'un million d'esclaves au XVIIème siècle.

La Djihaad des Fulani


Les querelles d'eunuques affaiblirent la position des mais de Kanem-Bournou au cours du XVIIIème siècle. Finalement, au XIXème siècle, le pays - en déclin-  fit face à l'invasion des Fulani, des croyants voulant restaurer la pureté de l'islam. Ceux-ci prirent Ngarzargamu. Ils furent finalement arrêter par Muhammad al-Kameni un Kanembou n'appartenant pas à la dynastie des Sayfawa. Il se construisit sa propre capitale à Kukawa (au Nigeria actuel). Néanmoins, les mais restèrent les monarques en titre jusqu'en 1846, où le mai Ibrahim mourut dans une guerre civile. Son fils Omar n'accepta que le titre de Sheik, mettant fin à l'une des plus longues dynastie a n'avoir jamais régné dans toute l'histoire mondiale.

La fin du Kanem-Bournou


Bien que la dynastie des Sayfawa est perdu le trône, les descendants de Muhammad al-Kameni règnent de manière indépendante sur le Kanem-Bournou jusqu'à.... ce que la région soit convoité par la France et l'Angleterre.  Le 22 avril 1900, le sultan Rabih fut tué à la bataille de Kousséri par le commandant Lamy... ce dernier donna son nom à Fort-Lamy, l'actuelle N’Djamena, la capitale du Tchad.


Dernière édition par Anaxagore le Jeu 3 Oct - 14:46, édité 3 fois

_________________
Le champ de bataille ne fait que révéler à l'homme sa folie et son désespoir, et la victoire n'est jamais que l'illusion des philosophes et des sots. William Faulkner
Anaxagore
Anaxagore

Messages : 1632
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Les grands empires africains. Empty Re: Les grands empires africains.

Message par Emile Ollivier le Jeu 3 Oct - 13:45

Sans vouloir être taquin, elle est plutôt courte sans le texte Laughing
Emile Ollivier
Emile Ollivier

Messages : 1712
Date d'inscription : 26/03/2016
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas

Les grands empires africains. Empty Re: Les grands empires africains.

Message par Emile Ollivier le Jeu 3 Oct - 14:01

En voyant le dessin, j'ai pensé à des cataphractaires.
Emile Ollivier
Emile Ollivier

Messages : 1712
Date d'inscription : 26/03/2016
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas

Les grands empires africains. Empty Re: Les grands empires africains.

Message par Anaxagore le Jeu 3 Oct - 14:42

Je faisais juste un test pour voir le dessin, je n'avais pas terminé.

_________________
Le champ de bataille ne fait que révéler à l'homme sa folie et son désespoir, et la victoire n'est jamais que l'illusion des philosophes et des sots. William Faulkner
Anaxagore
Anaxagore

Messages : 1632
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Les grands empires africains. Empty Re: Les grands empires africains.

Message par Emile Ollivier le Jeu 3 Oct - 14:48

J'avais compris Wink
Emile Ollivier
Emile Ollivier

Messages : 1712
Date d'inscription : 26/03/2016
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas

Les grands empires africains. Empty Re: Les grands empires africains.

Message par Thomas le Jeu 3 Oct - 20:12

Emile Ollivier a écrit:En voyant le dessin, j'ai pensé à des cataphractaires.
Pareil.
Est-ce qu'on a beaucoup de vestiges de cette époque? Dans des musées européens?

_________________
« Ce n’est que devant l’épreuve, la vraie, celle qui met en jeu l’existence même, que les hommes cessent de se mentir et révèlent vraiment ce qu’ils sont. »
Alexandre Lang.
Mes livres
Mon Shop
Thomas
Thomas
Admin

Messages : 2287
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 35
Localisation : Lyon

https://thomas_diana.artstation.com/

Revenir en haut Aller en bas

Les grands empires africains. Empty Re: Les grands empires africains.

Message par Emile Ollivier le Ven 4 Oct - 9:44

Encore merci pour ce texte Anaxagore
Emile Ollivier
Emile Ollivier

Messages : 1712
Date d'inscription : 26/03/2016
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas

Les grands empires africains. Empty Re: Les grands empires africains.

Message par Anaxagore le Ven 4 Oct - 13:03

Thomas a écrit:
Emile Ollivier a écrit:En voyant le dessin, j'ai pensé à des cataphractaires.
Pareil.
Est-ce qu'on a beaucoup de vestiges de cette époque? Dans des musées européens?

Des vestiges oui, y compris dans les musées mais bon... l'Afrique n'attire pas foule. Quand on parle de dynastie ayant régné 8 siècles, d'empire de mille ans, de grande civilisation, les gens pensent à l'Europe ou l'Asie. Si on leur précise que l'on parle de l'Afrique, ils vont tout au plus penser à l'Egypte.farao Comme s'il n'y avait rien d'autre.

Je n'ai pas cherché à vous dorer la pilule. Le Kanem-Bournou était une nation d'esclavagiste, mais cette nation a eu une histoire incroyablement longue et une vitalité étonnante.

_________________
Le champ de bataille ne fait que révéler à l'homme sa folie et son désespoir, et la victoire n'est jamais que l'illusion des philosophes et des sots. William Faulkner
Anaxagore
Anaxagore

Messages : 1632
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Les grands empires africains. Empty Re: Les grands empires africains.

Message par Emile Ollivier le Ven 4 Oct - 15:57

L'histoire de l'Afrique est passionnante. Et oui l'homme africain est bien entré dans l'histoire...
Emile Ollivier
Emile Ollivier

Messages : 1712
Date d'inscription : 26/03/2016
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas

Les grands empires africains. Empty Re: Les grands empires africains.

Message par Thomas le Ven 4 Oct - 18:03

Je fait partie des gens au courant de l'existence des ces grandes empires et royaumes africains Wink
J’avoue par contre ne pas avoir eu plus le temps que ça de me pencher dessus. c'est pour ça que j’étais content de la mise en Avant de l'Empire du Mali dans la BD Jour-J.

_________________
« Ce n’est que devant l’épreuve, la vraie, celle qui met en jeu l’existence même, que les hommes cessent de se mentir et révèlent vraiment ce qu’ils sont. »
Alexandre Lang.
Mes livres
Mon Shop
Thomas
Thomas
Admin

Messages : 2287
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 35
Localisation : Lyon

https://thomas_diana.artstation.com/

Revenir en haut Aller en bas

Les grands empires africains. Empty Re: Les grands empires africains.

Message par Anaxagore le Sam 5 Oct - 12:01

Tu fais donc partie d'une minorité, Thomas. N'oublie jamais que pour l'histoire moniale, il ne s'est rien passé au sud du Sahara jusqu'à la colonisation. Il n'y avait que des primitifs vêtus de peaux de bêtes et vivant dans des cases... oui, c'est lamentable.

_________________
Le champ de bataille ne fait que révéler à l'homme sa folie et son désespoir, et la victoire n'est jamais que l'illusion des philosophes et des sots. William Faulkner
Anaxagore
Anaxagore

Messages : 1632
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Les grands empires africains. Empty Re: Les grands empires africains.

Message par Emile Ollivier le Sam 5 Oct - 16:03

Je suis bien d'accord :'(
Emile Ollivier
Emile Ollivier

Messages : 1712
Date d'inscription : 26/03/2016
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas

Les grands empires africains. Empty Re: Les grands empires africains.

Message par Anaxagore le Lun 21 Oct - 13:45

L'Empire de Gao et l'Empire du Songhai


L'empire de Gao est une entité territoriale qui a précédé l'Empire du Mali. On ne sait que très peu de choses sur cet empire. Il faut dire qu'il nous manque des sources écrites, les indigènes du Gao n'ont jamais développés d'écriture propre. Dans le territoire de cet empire, notre seule source écrite est la découverte (en 1939) de tombes portant des pierres tombales en arabe. Cela ne fait pas beaucoup.

Fondation


Il faut bien comprendre que l'Empire de Gao a d'abord été une cité-état s'étendant à partir de la ville de Gao. L'actuelle cité de Gao https://www.google.com/maps/place/Gao,+Mali/@15.2851899,-0.9638305,8.17z/data=!4m5!3m4!1s0xe20096c8f6ebd0f:0xb09baec07a595a63!8m2!3d16.2639807!4d-0.0279867
se trouve sur le site de la cité actuelle. Le site de Gao-sané se trouve à  4 km à l'est  et on a également trouvé des poteries dans l'oued au nord de la ville actuelle.
On pense que les fondateurs du Gao sont des métis de Songhaï et de Berbères qui se sont sédentarisés et ont créé un premier royaume au alentour du VIIème siècle, autour d'un chef légendaire : Za el-Ayamen, fondateur de la dynastie des Za ou Dia.

Sources écrites :

Al-Yaqubi (IXème siècle) a écrit:« Voici le royaume de Gawgaw, qui est le plus grand des royaumes du Soudan, le plus important et le plus puissant. Tous les royaumes obéissent à son roi. Gawgaw est le nom de la ville. Outre cela, il y a un certain nombre de royaumes dont les dirigeants lui prêtent allégeance et reconnaissent sa souveraineté, bien qu'ils soient des rois sur leurs propres terres.
»

Yaqout Al-Rumi (Xème siècle) a écrit:« Leur roi prétend devant ses sujets être un musulman et la plupart d'entre eux font aussi semblant d'être musulmans. Il y a une ville sur le Nil [Niger], sur la rive orientale, appelée Sarnah, où il y a des marchés et des maisons de commerce, avec un trafic intense avec tous endroits. Il a une autre ville, sur la rive occidentale du Nil [Niger], où il vit avec ses hommes et ceux qui ont sa confiance. Il y a une mosquée là où il prie, mais le terrain commun pour les prières est entre les deux villes. »

La ville que Al-Rumi appelle Sarnah pourrait être Gao-Sané, malheureusement en l'absence de véritable fouille archéologique de la ville, il est impossible de connaître exactement la période de peuplement (estimé entre le VII et le IXème siècle). Le site dit "de la dune rose" correspondrait peut-être à la ville mentionnée par le Tarikh el-Fettach (un recueil du XVIIème siècle qui décrit l'histoire de l'Empire Songhai). En effet, il est dit dans ce livre que la ville de Gao se trouvait à l'époque sur la rive ouest du Niger, dans la région du Gourma. Là aussi, il n'y a jamais eu de fouille archéologique sérieuse et nos seuls indices sont des poteries retrouvées sur site et datant du IXème ou du Xème siècle).

Histoire recoupée :


En se basant sur le Tarikh es-Soudan et sur les inscriptions des pierres tombales trouvées à Gao-sané, le Gao aurait été converti à l'islam vers 1009- 1010, du moins c'est à cette époque que le souverain Zuwa kusoy, 15ème roi de Gao de la dynastie Za (ou Zuwa) se serait converti. Le Tarikh es-Soudan recense 32 souverains. L'origine de leur pouvoir et leur richesse serait des routes caravanières à destination de l'Egypte. Bien que celle-ci souffrent des tempêtes de sable et des attaques de brigands, elles amènent la prospérité dans la région.

Il existe deux théories quant à l'origine des rois Zuwa. L'une (ancienne) est à présent à peu près abandonnée, elle considérait que les Zuwa seraient des Arabes issus des Almoravides qui auraient attaqués la région au XIème siècle. L'autre (plus récente et plus acceptée) pense que les Almoravides auraient converti des rois africains de la région, probablement originaire du Ghana.

Déclin :


Au douzième siècle, l'Empire du Mali conquière le Gao. La cité-état devient une simple composante de cet empire plus vaste, mais continue à exister en tant qu'entité ethnique. C'est à cet époque que le grand historien inb Battûta visite la ville :
Ibn Battûta a écrit:« Je suis allé à la ville de Gawgaw, qui est une grande ville sur le Nil [Niger], une des plus belles, plus grandes et plus fertiles du Soudan. Il y a ici beaucoup de riz, de lait, de poulets, de poissons et le concombre n'a pas son pareil. La population achète et vend en utilisant des cauris, comme les populations du Mali. »
Les cauris sont des coquillages blancs utilisés comme monnaie par les peuples d'Afrique.
Il est à noter qu'à cette époque, Gao avait 100 000 habitants ! (La moitié de la population du Paris contemporain).

Révolte :


Alors que l'Empire du Mali commence son propre déclin, au Gao règne la dynastie vassale des Sonni. Ces derniers tentent une première révolte, au XIVème siècle, celle-ci échoue. Néanmoins, Sonni Souleimane Dama obtiendra l'indépendance au début du XVème siècle.

La fondation de l'Empire Songhaï


Sous le règne du fils de Souleimane, Sonni Ali le Grand, le Songhaï s'étend rapidement dans toute les directions. Ardent chef de guerre, Ali affronte les Peuls, les Touaregs et affronte les lettrés musulmans de Tombouctou. Sur la plan intérieur, il met en place une politique de défense de la culture autochtone non-islamique. A la mort d'Ali, son fils Sonni Baare refuse de se convertir à l'Islam, ce qui lui interdit le trône. Après une brève période d'instabilité, le gouverneur Mohamed Sylla se proclame roi et fonde la dynastie des Askia.

La dynastie des Askia


La dynastie des Askia prend le parfait contre-pied de la politique de la dynastie Sonni, en forçant l'Islamisation de l'Empire, y compris par la force. Léon l'Africain qui visite la région, raconte les innombrables batailles victorieuse des Songhais pour imposer leur puissance aux nations voisine et aux communautés non-musulmanes.

Les grands empires africains. Askia10

La conquête marocaine :


En 1591, les Songhaïs font face à l'invasion du sultan marocain Ahmed IV el-Mansour. Ce qui conduit à la bataille de Tonbibi https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Tondibi. Écrasés, les Songhaïs échouent à obtenir une sortie diplomatique. Incapables de combattre une armée plus moderne que la leur, ils se tournent vers la guérilla. Toutefois, comme un Askia est maintenu à la tête du Pachalik de Tombouctou, le Songhaï éclate en une dizaine de principautés indépendante, faute de chef pour les diriger. En 1595 le Songhaï a cessé d'exister.

_________________
Le champ de bataille ne fait que révéler à l'homme sa folie et son désespoir, et la victoire n'est jamais que l'illusion des philosophes et des sots. William Faulkner
Anaxagore
Anaxagore

Messages : 1632
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Les grands empires africains. Empty Re: Les grands empires africains.

Message par Thomas le Lun 21 Oct - 21:05

Merci pour celui-là. J'avais entendu parler de l'Empire du Songhai, mais pas de celui de Gao.

Précision étymologique pou ceux que ça intéresse:
*L'usage de Nil pour Niger vient probablement du fait que Nil vient du que l'un comme l'autre sont situé dans une vallée. Nil vient du romain Nilus qui vient du grec Neîlos voualnt dire Vallée. La vallée du Nil est donc la Vallée de la Vallée Wink.
*Dans cette série d'articles Anaxagore vous voyez aussi souvent le terme soudan. Qui vous fait probablement penser à l'actuel pays d'Afrique de l'Est. le mot Soudan vient de l'Arabe as-Sūdān, de l’expression balad as-sūdaan (« pays des Noirs »). C'est pour ça que les même les pays dAfrique de l'ouest se trouve parfois appelé Soudan, ou qu'il y a eu un "Soudan Français" puis une "République Soudanaise" lors de la domination Française sur l’actuel Mali.

_________________
« Ce n’est que devant l’épreuve, la vraie, celle qui met en jeu l’existence même, que les hommes cessent de se mentir et révèlent vraiment ce qu’ils sont. »
Alexandre Lang.
Mes livres
Mon Shop
Thomas
Thomas
Admin

Messages : 2287
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 35
Localisation : Lyon

https://thomas_diana.artstation.com/

Revenir en haut Aller en bas

Les grands empires africains. Empty Re: Les grands empires africains.

Message par Emile Ollivier le Mar 22 Oct - 9:29

En dépit des levées de boucliers de certains, je suis content que désormais on apprenne l'histoire des empires africains à l'école Smile
Emile Ollivier
Emile Ollivier

Messages : 1712
Date d'inscription : 26/03/2016
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas

Les grands empires africains. Empty Re: Les grands empires africains.

Message par Anaxagore le Dim 10 Nov - 15:02

Le lion de Judas


L'Ethiopie est un des pays ayant le plus influencé l'histoire humaine dans son ensemble. Rappelons, pour commencer, que certains des plus anciens hominidés comme "Lucy" proviennent de l'Ethiopie.

Les grandes périodes de l'histoire éthiopienne

:

- La préhistoire (jusque vers - 3000 ou vers - 4 000 avant J.C.)
- L'antiquité, entre - 3 000 et 1 270
-Le Moyen-âge, entre entre 1 270 et le XVIème siècle
- L'époque moderne, puis contemporaine après le XVIème siècle.

La préhistoire :


L'Ethiopie a une des plus anciennes industries lithiques connues. On trouve des traces de créations d'outils et d'armes en pierre remontant à une époque aussi lointaine que  2,5 millions d'années. C'est aussi en Ethiopie que l'on trouve certains des plus anciens fossiles d'Homo Erectus du continent africain.
Vers le dixième millénaire avant J.C. une civilisation assez avancée apparaît en Ethiopie, construisant des tumulus de pierre ou dolmens. Il est à remarquer que les sites n'ont aucune datation officielle et sont d'un niveau particulièrement raffiné (sculptures, symboles caractéristiques d'une phase de pré-écriture, représentations d'épées sur certains menhirs etc...) aussi les archéologues s'opposent sur l'origine de cette civilisation et même la période historique de leur édification. Les théories les plus "classiques" ne font remonter les dolmens et les menhirs qu'à une période vers - 1600 à - 900... ce  qui aurait le mérite de ne pas bouleverser la chronologie du monde connu.

L'antiquité

:

Le terme "Ethiopie" nous vient du grec Αἰθιοπία / Aithiopía qui signifie "Pays des visages brûlé". Néanmoins ce terme désigne une contrée bien plus vaste que l'Egypte actuelle et fait référence au sud de l'Egypte, la Corne d'Afrique et tout le cours supérieur du Nil.
Les plus anciens textes mentionnant l'Ethiopie sont les inscriptions Égyptiennes parlant du " Pays de Koush". Toutefois le nom Koush (ou Kush) vient de l'Ancien Testament.

Le Koush :


Dans la Bible, il est dit que Cham fils de Noé eut pour fils Koush. Les Égyptiens de l'époque pharaonique mentionnent déjà un pays de Koush des siècles avant la rédaction de l'Ancien Testament et localise cette contrée en amont de la Deuxième Cataracte du Nil. Il est probable que les Hébreux aient appris l'existence du Koush à l'époque de l'emprisonnement des Juifs en Egypte et aient ensuite "trouvé" l'origine mythique de ce peuple.
Il est à noter que pour les Hébreux, les Éthiopiens et les nomades Mandéens du Sinaï étaient apparentés. Ainsi lorsque Moïse épouse une fille de ce peuple, elle est désignée comme " fille de Koush". Nous le verrons plus tard, cela va avoir une énorme importance.

Le pays de Pount :


Les Égyptiens de l' antiquité parlent aussi d'un pays de Pount qui correspond à l'Ethiopie actuelle. Les plus anciens textes Égyptiens datant des premières dynastie parlent de Ta Meterou, le pays des dieux d'où serait venus le peuple qui fonda plus tard l'Egypte. La région indiquée correspond à l'Ethiopie actuelle. Déjà à l'époque de l'Ancien Empire, les Égyptiens importent de cette contrée la myrrhe, une essence aromatique utilisée pour la confection de baumes et la momification. Dès le 25ème siècle avant J.C., les Égyptiens lancent une expédition au pays de Pount pour ramener des arbres à encens.  
Des fouilles ont permis de retrouver un port occupé par les Égyptiens à l'époque de la XIIème dynastie (Moyen Empire) qui servait sans doute au commerce avec le pays de Pount. Des stèles plus récentes , datant du roi Sésostris 1er mentionnent de tels voyages.

Au Nouvel Empire, la reine Hashepsout envoie le haut fonctionnaire Nehesy dans une expédition restée célèbre parce qu'il couvre le portique nord d'un temple édifié par la reine.  On y apprend que les Égyptiens commerçaient avec le POnt pour se procurer de l'or, de l'encens, des peaux de léopard (qui étaient portaient par les prêtres)
La localisation classique du Pount (l’Éthiopie) a été récemment remise en question par les Égyptologues qui pensent à présent qu'il s'agirait d'une contrée aux rives de la mer Rouge des deux côtés. A cette époque, il semblerait qu'il n'y ait qu'un seul peuple à habiter.
La localisation du pays de Irem, royaume noir dont les représentants sont associés à ceux de Pount sur le relief de Deir el-Bahari pourrait correspondre à la cité perdue d'Iram mentionnée dans le Coran. Cette dernière fut longtemps considérée comme une légende (et apparaît en particulier dans l'oeuvre de Lovecraft). Néanmoins des recherches archéologiques et des prises de vues sur orbite ont permis de découvrir des ruines de villes ensevelies sous les sables. Elles auraient probablement été abandonnées au premier millénaire avant- J.C.
Et voilà ce que le Coran dit d'Iram () :
Al-Fajr, verset 8 a écrit:الَّتِي لَمْ يُخْلَقْ مِثْلُهَا فِي الْبِلَادِ
"dont jamais pareille ne fut construite parmi les villes".

Pays de D'mt

:

Ce royaume éthiopien est apparu vers 800 avant J.C. et a perduré jusqu'au siècle suivant. On le connait par des inscriptions de la civilisation sabéenne, sur l'autre rive de la mer Rouge.
Les grands empires africains. Yeha_Tigray_Ethiopia
Temple de Yeha.
Les habitants cultivaient le millet, utilisaient la charrue, bâtissaient des temples et se servaient d'armes et d'outils de fer.

Le royaume d'Aksoum

:

Étendu sur les deux rives de la mer Rouge ( région d'Arabie du sud autour de Tihama), le royaume d'Aksoum était une des quatre Grande puissance du IIIème siècle de notre ère, compté comme un rival de Rome, de l'Empire de Perse et de la Chine ! Il tirait sa puissance du commerce qui le reliait aussi bien à Rome qu'à l'Inde.
Le roi Ezana (320-360) fut le premier souverain à se convertir au christianisme et à entraîner avec lui la conversion de son pays. Et oui, l'Ethiopie est le premier pays a avoir été christianisé ! Des siècles plus tard, lorsque Mahomet est chassé de la Mecque, certains de ses fidèles trouvent refuge en Aksoum, sous la protection de son roi. Ce geste ne sera pas oublié des musulmans, puisque les premiers califes refuseront de rendre la violence contre la bonté, et ne chercheront pas à envahir Aksoum.
A partir du IVème siècle après J.C., le royaume d'Aksoum prend le nom d'Ethiopie...  qui est à l'époque synonyme d'Afrique ( le mot "Afrique" désigne à l'époque la province romaine de ce nom qui correspond plus ou moins à la Tunisie actuelle).
Les grands empires africains. In_The_Precincts_Of_The_Old_Church_of_St._Mary_of_Zion_%282857064590%29
Eglise Sainte-Marie de Sion, IVème siècle.

Apogée et déclin

Jusqu'au VIIème siècle de notre ère, le royaume d'Aksoum... pardon, l'Empire d'Ethiopie (depuis le IVème siècle) est un acteur majeur du monde. Il combat contre les Perses au côté des Byzantins. Mais... dès le siècle suivant l'Empire est en déclin inexorable. On raconte qu'une reine païenne (ou juive) aurait pris le pouvoir, qu'elle aurait brûlé les églises et les livres... ça c'est la légende. Pour les archéologues, la vrai raison du déclin est l’ascension des Arabes. Il prennent la place d’intermédiaire commercial entre l'Inde, la chine (d'un côté) et le monde occidental ( de l'autre).
Le royaume d'Aksoum reste cependant le plus puissant royaume d'Afrique sub-saharienne a avoir existé. Il a frappé ses propres monnaies ( les Triens d'or, certaines pièces furent les premières monnaies à avoir été marqué de la croix chrétienne) :
Les grands empires africains. Triens_d%E2%80%99or_du_Royaume_Axoumite
Il a eu sa propre écriture :
Les grands empires africains. Axum_inscr

Le Moyen-âge

:

Avec l'effondrement du royaume Aksoum au Xème siècle, l'Ethiopie traverse une succession de crise, on sait que la ville d'Aksioum n'est plus la capitale. Toutefois, on ignore quelle ville servie de capitale jusqu'à ce que le roi Mara Takla Haymanot épouse une descendante de la dynastie d'Aksioum et fonde la dynastie Zagwë.

La dynastie Zagwë

:

Le fils de Mara Takla Haymanot s'appelle Gebre Mesqel Lalibela, il est le fondateur de la nouvelle capitale de l'Ethiopie : Labiella. Symboliquement, cette cité est vue comme une seconde Jérusalem et est célèbre pour ses bâtiments taillés dans la pierre. Selon certaine légende, ce travail aurait été fait par des anges...
La situation confuse religieusement dans tout le moyen orient (recul des Chrétiens en  Terre Sainte) mais aussi en Ethiopie, guerre contre les tribus de Falachas convertis au judaïsme, provoque des troubles accentués par la défection du patriarche métropolite d'Afrique ( le supérieur de l'Eglise nommé pour toute l'Afrique, il est nommé par le Patriarche du Caire mais réside à cette époque en Ethiopie) qui abandonne sa fonction.
Labiella enverra une délégation au Caire qui frappera ses contemporains, offrant au patriarche du Caire des cadeaux somptueux dont une couronne d'or et des animaux d'Afrique (Girafe, éléphant, lion, zèbre).
La dynastie est cependant brève, et disparaît dès 1270.

La dynastie salomonienne

:

C'est à cet époque qu’apparaît le terme Negusse pour désigner l'empereur d'Ethiopie.  Cette dynastie se prétends directement descendante du roi Salomon par la reine de Saba (rappelons que, dans l'antiquité, l'Empire d'Ethiopie s'étendait sur les deux rives de la mer Rouge), la dynastie Salomonienne a régné ans discontinuer du roi Menelik I en 1070 à... l'invasion Italienne de 1936... avant que les Alliés ne remettent Haïlé Sélassié 1er sur le trône où il demeurera jusqu'en 1974 !

Il faut savoir que l'Empire d'Ethiopie est probablement en partie à l'origine de la légende du royaume du Prêtre Jean et que des expéditions portugaises du XVème siècles redécouvrent ce royaume chrétien, coupé de l'Europe depuis le XIème siècle. Le Negusse Negest reçu d'ailleurs une de ces ambassades destinées au Prêtre Jean. Il s'en suivra une alliance entre l'Ethiopie et le Portugal puisque l'Ethiopie était alors en guerre contre les Turcs. Une première bataille oppose l'armée Turc à la force alliée commandée par Christophe de Gama ( fils du célèbre navigateur Vasco de Gama). Les colaisés sont battus par les Turcs et Christophe de Gama Capturé.
Conduit en la présence du roi vainqueur, Grada Ahmed lui demanda ce qu'il aurait fait de lui en pareille occasion s'il l'avait pris. Gama sans s'étonner lui répondit fièrement : “je t'aurais fais trancher la tête, couper ton corps en quartiers que j'aurais fait suspendre en divers endroits, pour y servir d'exemple et d'épouvantail aux tyrans" […] il lui coupa la tête de sa propre main, et exécuta sur lui le reste de la sentence qu'il avait prononcé contre lui-même. […]

L'année d'après, les alliés retournent la situation lorsque Grada Ahmed est tué d'une décharge d'arquebuse. Par contre, l'alliance ne survit pas à l'arrogance des Portugais qui demandent ni plus ni moins que la conversion du Negusse comme prix de leur aide ! Les Portugais sont alors chassés du pays.

Au siècle suivant, les catholique reviennent sous la forme de Jésuites qui convertissent de force les Éthiopiens... ce qui provoque une guerre civile.
Seule conséquence positive de ce ce conflit est le retour des relations entre les Éthiopiens et les Indiens, au siècle suivant des palais et des châteaux sont édifiés en Ethiopie en un style indien... grâce à des architectes et des maçons importés par les Negusses.

L’ère des princes


Bien que la dynastie salomonienne reste au pouvoir, les negusses perdent progressivement tout pouvoir au XVIII et XIXème siècle. Il s'en suit une longue suite de conflits internes qui continuent encore de nos jours... le pays se morcelle et certaines parties (Somalie, Djibouti, Érythrée) sont colonisé par les puissances coloniales.

L'Ethiopie Moderne


Il faut attendre le règne du Negusse Negest Tewodros II pour qu'une nation centralisée renaisse... juste à temps pour s'opposer aux ambitions des Grandes Puissances coloniales. Sa méthode pour reprendre le contrôle est simple il dépose les princes... au besoin en les défaisant par la force des armes !
Il y aura cependant une guerre perdue entre les Ethiopiens et les britanniques. Elle commence lorsque le Negusse Menelik II s'offense que la reine Victoria n'ait pas répondu à une de ses lettres. En représailles, il fait emprisonner les ressortissants anglais et se trouve face à une armée de 130 000 hommes. Les Éthiopiens qui utilisent encore des fusils à mèche, sont vaincus à cause d'une pluie diluvienne qui empêche leurs armes de fonctionner. Refusant de tomber aux mains des Anglais, Menelik II se suicide et les britanniques pillent sa capitale de Magada, brûlant sa bibliothèque...  qui sont les barbares ? Quant au fruits du pillage, ils sont toujours dans les musées britanniques.

Avec l'ouverture du canal de Suez, l'Ethiopie reprend un rôle stratégique de premier plan. Le negusse Yohannes IV mène un combat vital pour sauver l'indépendance de son pays, repoussant deux invasions égyptiennes. En 1887, il défait les Italiens à Dogali, puis les Soudanais armés de canons Krupp !
Son successeur Menelik II obtient la paix des Italiens en leur cédant l’Érythrée, en échange de 30 000 fusils et de canons. Mais le traité cause une nouvelle guerre car les Italiens estiment qu'il fait de l'Ethiopie un protectorat. Cela provoque une nouvelle guerre. Certains de leurs supériorité, inférieurs en nombre, les Italiens se laissent entraîner sur un terrain défavorable et perdent la bataille d'Adoua. Un des événements les plus retentissants de l'histoire africaine moderne puisque les Éthiopiens y sauvegarderont leur indépendance devenant le seul pays d'Afrique à n'avoir jamais été colonisé. Le traité de 1896 reconnait l'indépendance absolue et sans réserves de l'Éthiopie .

Finalement, Mussolini, dans sa quête de reconnaissance internationale se lancera dans une seconde invasion de l'Ethiopie. Le pays ne disposant pas d'usine ni d'armée moderne sera balayée par l'utilisation d'obus dotés de têtes chimiques et des bombes d'avion du même genre.
Véritable prophète de ce qui deviendra la Deuxième Guerre Mondiale, Haïlé Sélassié 1er met en garde la SDN sur les dangers de la montée du fascisme, prévenant les nations qui l'écoutent que si elles autorisent l’annexion de son pays par la force, elles ne feront qu'aiguiser l'appétit de Mussolini et de ses imitateurs.

Reconnu comme belligérant de la Seconde Guerre mondiale le gouvernement en exil d'Haïlé Sélassié sera le premier dirigeant allié d'un pays occupé à regagner sa capitale, dès 1941.

Conclusion

:

Il y aurait encore beaucoup à raconter, mais j'ai décidé d'arrêter avec la deuxième guerre mondiale, considérant que les troubles de l'époque moderne sortent du cadre fixé par  "Les grands empires africains".

_________________
Le champ de bataille ne fait que révéler à l'homme sa folie et son désespoir, et la victoire n'est jamais que l'illusion des philosophes et des sots. William Faulkner
Anaxagore
Anaxagore

Messages : 1632
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Les grands empires africains. Empty Re: Les grands empires africains.

Message par Emile Ollivier le Mar 12 Nov - 14:01

Excellent ! Petite coquille, c'est Tewodros II et non Menelik II qui s'est offusqué de l'ignorance victorienne
Emile Ollivier
Emile Ollivier

Messages : 1712
Date d'inscription : 26/03/2016
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas

Les grands empires africains. Empty Re: Les grands empires africains.

Message par Thomas le Mer 13 Nov - 8:42

Je connaissais deux trois trucs sur l’Éthiopie, mais je ne savais pas qu'il s'étaient étendus sur l'autre rive de la mère rouge.

_________________
« Ce n’est que devant l’épreuve, la vraie, celle qui met en jeu l’existence même, que les hommes cessent de se mentir et révèlent vraiment ce qu’ils sont. »
Alexandre Lang.
Mes livres
Mon Shop
Thomas
Thomas
Admin

Messages : 2287
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 35
Localisation : Lyon

https://thomas_diana.artstation.com/

Revenir en haut Aller en bas

Les grands empires africains. Empty Re: Les grands empires africains.

Message par Anaxagore le Mer 13 Nov - 13:49

Thomas a écrit:Je connaissais deux trois trucs sur l’Éthiopie, mais je ne savais pas qu'il s'étaient étendus sur l'autre rive de la mère rouge.

Ils ont probablement été sur les deux rives de la mer Rouge pendant l'essentiel de leur histoire, n'ayant perdu leurs territoires sur la rive arabe qu'après l'Hégire.

_________________
Le champ de bataille ne fait que révéler à l'homme sa folie et son désespoir, et la victoire n'est jamais que l'illusion des philosophes et des sots. William Faulkner
Anaxagore
Anaxagore

Messages : 1632
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Les grands empires africains. Empty Re: Les grands empires africains.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum