Le Second Empire Romain, ou une autre continuité de l'empire byzantin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Second Empire Romain, ou une autre continuité de l'empire byzantin

Message par PauL62 le Ven 17 Fév - 19:12




Dans cette TL, je propose ici une continuité différente de l'empire byzantin. Le PoD se situerait ici en 543, année où sévissait une peste sévère; imaginons que Justinien en soit lui-même affectéet meurt de ce coup; après c'est son neveu le général Germanus qui le remplace ! On le sait, il a (temporairement) uni les Ostrogoths aux Byzantins, mais en OTL il meurt en 550. Et si, étant de ce fait empereur dans cette TL, il avait par conséquent des chances de ne pas mourir? Imaginons ce que ça donne. Nous aurions de ce fait lors de son règne un empire consolidé militairement et qui se maintiendrait en Occident (Espagne, Afrique du Nord, Italie). Le souci de Germanus sera tout d'abord de restaurer l'empire romain. D'une part, les institutions politiques y sont inspirées et il assure d'ailleurs la continuité des réformes voulues par Justinien: codification des droits, meilleure organisation administrative, réforme de la justice. Sur le plan militaire, il reprend les méthodes tactiques et stratégiques également de l'armée romaine. Par ailleurs, lors de son accès au pouvoir, il consolide les positions territoriales de l'empire, et reprend à peu de choses près les frontières de son prédecesseur. Sur le plan politique, l'empereur décide de replacer le pouvoir central à Rome, comme au bon temps. Sur le plan religieux, il confirme le christianisme en tant que religion d'Etat.

A sa mort en 580, c'est son fils, Justinien II (qui du coup ne meurt pas de manière suspicieuse) qui reprend les rennes du pouvoir. Ce dernier mettra non seulement l'accent sur une meilleure justice, mais aussi sur une plus grande libéralisation du pouvoir, une baisse des impôts et reprend d'autres mesures commencées par Justinien Ier comme le droit des femmes, les égalités sociales, le droit familial. Bref, on assiste plus ou moins à une quasi-résurrection de la démocratie athénienne.

A sa mort en 603 , c'est Germanus II qui lui succède. Ce dernier aura pour souci de vouloir unifier les différentes ethnies de l'empire (Wisigoths, Ostrogoths, Vandales...) sous une même entité. Il ordonne que dans l'empire, la langue d'état soit le grec, le latin étant (encore momentanément) la langue religieuse. Il aura aussi pour souci de favoriser les échanges commerciaux, tant entre les provinces qu'à l'extérieur. De nombreuses plaques tournantes pousseront par la suite, outre Constantinople et Rome: Genova (Gênes), Venetiae (Venise), Ravena (Ravenne), Naples, Syracuse, Tingis (Tanger), Tiberia (Alger), Carthage, Cyrène, Tripoli, Alexandrie, Byblos, Tyr, Jaffa, Trébizonde, Carthagène, Portus Albus (Algésiras), Olissipo (Lisbonne). Ces vilels feront beaucoup fleurir les échanges commerciaux en Méditerranée qui y maintiendra sa première place dans le domaine.


Plus tard, aux alentours de 660, les byzantins tentent de percer en Hispanie, ou après quelques tentatives d'invasion, il a été conclu que le fils de Germanus III, Constantin II, épouse Cixilo, le fille d'Ervige, dernier grand roi des Wisigoths, dans le but de ranger ces derniers sous l'orbite néo-romaine pour de bon.

Cependant, à l'extérieur, le Second Empire Romain doit faire face à de nombreux adversaires:

  • les vikings, qui font dans le même temps des ravages en Europe de l'Ouest, séviront également dans la région au travers de leurs raids: Olissipo, Tingis et Portus Albus furent pillées mais les batailles tactiques navales byzantines eurent raison de ces envahisseurs du nord


  • les Francs, voisins irréductibles et redoutables, auxquels les Romains ont dû faire face aux batailles du St-Gothard (769) qui vit une victoire franque, de Saluces (754) et de Zermatt (776) qui virent des matchs nuls, puis celle de Trente (764) qui vit désepérément une victoire byzantine.


  • les Perses et les Sassanides, dont leur religion devient elle aussi monothéiste, notamment par le fait qu'un nouveau culte émergent a épris toute la péninsule arabique, la Perse puis une partie de la Mésopotamie qu'on appellera plus tard "Islam". Ces royaumes, ou Califats, titillent l'empire à l'ouest dans le but d'étendre tant la mouvance de leur culte que de leurs territoires: Séleucis (636) et Tabruk (631) sont des défaites à demi-teinte mais celles de Damascus (635) et de Yarmouk (636) s'affichent comme d'éclatantes victoires sur les Sassanides. Ces derniers attendront encore plusieurs années avant de retenter leur chance de voir la Méditerranée. Ces victoires furent menées sous Germanus III.


Sous le règne de Constantin III (734-767), ce dernier ordonnera l'élévation d'une basilique aussi (voire plus) somptueuse et grande que la basilique Ste-Sophie de Constantinople qu'avait érigé en son temps Justinien Ier: ce sera la basilique Constantine, rebaptisée ultérieurement St-Pierre de Rome, dont la première pierre est posée en 741 et la dernière en 752.

Aux alentours du Xème siècle, apparut un courant de renaissance que l'on appellera "renaissance hellenique". C'est une forme artistique que l'on retrouvera principalement dans les édifices religieux, les orfèvreries, les stèles en pierre, en ivoire, ainsi que de nombreuses représentations picturales voulant à la fois rompre avec ce qui s'est fait jusqu'à présent et à la fois faire revivre la gloire antique.











Voici la liste des empereurs byzantins, ou romains dans cette TL:
- Justinien Ier (527-543)
- Germanus Ier (543-585)
- Justinien II (585-603)
- Germanus II (603-627)
- Germanus III (627-641)
- Constantin II (641-672)
- Julius Ier (672-690)
- Justinien III (690-701)
- Julius II (701-734)
- Constantin III (734-757)
- Mauritius ou Maurice (757-795)
- Julius III (795-810)
- Tibère II (810-829)
- Théophile (829-842)
- Théodose (842-881)
- Romain Ier (881-920)
- Romain II (920-944)
- Héradius Ier (944-959)
- Nicéphare (959-969)
- Basile Ier (969-986)
- Romain III (986-1014)

Le reste de l'histoire sera à suivre...
avatar
PauL62

Messages : 26
Date d'inscription : 12/12/2016
Age : 27
Localisation : Pas-de-Calais

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Second Empire Romain, ou une autre continuité de l'empire byzantin

Message par Anaxagore le Sam 18 Fév - 0:02

660 pour les vikings ? Ils n'existent pas encore (du moins sous ce nom qui leur attribué par erreur, un "Viking" c'est une expédition de pillage scandinave).

Et une menace plus immédiate est constituée par les Lombards qui entrent en Italie... amenés par Justinien comme mercenaires contre les Ostrogoths. Comme les Saxons furent amenés en Bretagne par les Celtes, ils se retournent rapidement contre les Byzantis et s’emparent de la région qui s'appelle encore de nos Jours la Lombardie, entre le Latium et l'exarchat de Ravenne où siège l’exarque de Byzance.

Tu traites aussi bien légèrement les Arabes. Ce sont des combattants féroce et ils commercent jusqu'en Chine. Ils ont appris des Cinghalais à fabriquer des boutres à voiles trapézoïdale et gouvernail d'étambot (une invention chinoise). Ils ramènent aussi la boussole et... les machines de guerre de type pierriers, les leurs comme ceux des Chinois n'ont pas de contrepoids mais ils envoient quand même des boulets de deux cent kilos plus loin qu'un mangonneau byzantin. OTl - plus encore que le fanatisme des premiers musulmans- ces machines de siège expliquent la rapidité des conquêtes des premiers califes.

_________________
Le champ de bataille ne fait que révéler à l'homme sa folie et son désespoir, et la victoire n'est jamais que l'illusion des philosophes et des sots. William Faulkner
avatar
Anaxagore

Messages : 816
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Second Empire Romain, ou une autre continuité de l'empire byzantin

Message par PauL62 le Sam 18 Fév - 0:40

Comme j'avais dit, 660 ce n'était pas du tout les vikings, eux ce sera en 850 environ,mais la période où les byzantins investissent l'Hispanie.
Les Lombards, au vu que Germanus survivra, pourraient ne pas se retourner, du moins je pense.
Pour ce qui est des Arabes, à défaut de percer une première fois, certes au vu des leurs machines comme tu le mentionnes, vont de tout évidence tenter leur deuxième chance, mais ça, je le réserve pour la suite...
avatar
PauL62

Messages : 26
Date d'inscription : 12/12/2016
Age : 27
Localisation : Pas-de-Calais

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Second Empire Romain, ou une autre continuité de l'empire byzantin

Message par Anaxagore le Sam 18 Fév - 16:24

PauL62 a écrit:
Les Lombards, au vu que Germanus survivra, pourraient ne pas se retourner, du moins je pense.

Pourquoi ? Les Lombards ont faim de conquête, ils tenteront le coup... mais ils pourraient échouer. Trois choses pourraient empêcher le destin des Lombards de s'accomplir :
- Ils n'ont aucune connaissance de la poliorcétique (l'art du siège), or, jusqu'à la prise de Pavie, ils échouent dans toute leurs tentatives pour prendre des cités.
- Après le meurtre de leur roi et de sa famille, les Lombards se trouvent divisés en bandes qui se combattent entre elles
Note : si à ce moment en Italie, les Byzantins avaient eu une force militaire digne de ce nom, les Lombards auraient disparu de l'histoire.
- Les Lombards ont attaqué les Francs qui leur ont infligé une mémorable déculottée.

_________________
Le champ de bataille ne fait que révéler à l'homme sa folie et son désespoir, et la victoire n'est jamais que l'illusion des philosophes et des sots. William Faulkner
avatar
Anaxagore

Messages : 816
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Second Empire Romain, ou une autre continuité de l'empire byzantin

Message par Emile Ollivier le Lun 20 Fév - 14:07

Le site m'a affiché comme titre "Le Second Empire..." alors j'ai cru à un topic sur Napoléon III Laughing

Puis j'ai constaté que c'était un topic sur l'Empire romain d'Orient (Oui Anaxagore, je ne dis pas Byzantin :p)

J'ai hâte de voir la suite Paul Wink
avatar
Emile Ollivier

Messages : 779
Date d'inscription : 26/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Second Empire Romain, ou une autre continuité de l'empire byzantin

Message par Anaxagore le Lun 20 Fév - 17:30

Emile Ollivier a écrit:

Puis j'ai constaté que c'était un topic sur l'Empire romain d'Orient (Oui Anaxagore, je ne dis pas Byzantin :p)


Et tu as raison, bien sûr. le terme "Byzantin" et tous les adjectifs qui en découlent (comme "querelle byzantine") sont péjoratifs. Moi j'admire Byzance, j'ai d'ailleurs proposé une TL où l'Empire Romain d'Orient gagne la bataille de Mantzikert.

_________________
Le champ de bataille ne fait que révéler à l'homme sa folie et son désespoir, et la victoire n'est jamais que l'illusion des philosophes et des sots. William Faulkner
avatar
Anaxagore

Messages : 816
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Second Empire Romain, ou une autre continuité de l'empire byzantin

Message par Emile Ollivier le Lun 20 Fév - 17:38

TL que j'ai lu !
avatar
Emile Ollivier

Messages : 779
Date d'inscription : 26/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Second Empire Romain, ou une autre continuité de l'empire byzantin

Message par Anaxagore le Lun 20 Fév - 18:08

Pour en revenir à celle-ci, pour que ce Second Empire Romain se maintienne, il faut prendre en compte plusieurs choses.

1°) Les Lombards : ils sont un vrai problème à court terme. Ils tiennent les campagnes de l'Italie du Nord et leur nouvelle indépendance a privé les Byzantins de leurs auxiliaires. Les garnisons de l'empire ne sont pas assez puissante pour contre-attaquer et défendre les places fortes. c'est donc une guerre d'usure. Les Moyens de s'en débarrasser ne sont guère nombreux :
- Amener des renforts, mais on a besoin de troupes contre les Sassanides à l'est.
- Faire appel aux Francs.... mais ils risqueraient de prendre la place des Lombards.
- Semer la division parmi les Lombards.

2°) Les Sassanides : les Perses sont l'ennemi n°1 de l'Empire Romain d'Orient. Ils se haïssent à un point qu'il est difficile d'imaginer. Ils se font la guerre depuis des siècles avec un fanatisme sanglant qui épuise les populations frontalières qui passent d'un camp à un autre en fonction du sort des armes. les villes sont fortifiées, il y a des forts autour du moindre pont. Les campagnes sont ruinés et des partis de l'un ou de l'autre... voire des pillards sèment la mort. les Byzantins maintiennent des troupes puissantes sur la frontière. Pour les conquêtes de Justinien, ce dernier à versé de l'or en quantité pour négocier une trêve. Seulement, elle est temporaire...
Les Sassanides sont la principale épine dans le pied de Byzance.

3°) Les Francs : depuis l'époque mérovingienne, les Francs sont la deuxième puissance de ce que l'on appelle pas encore l'Europe. Ils sont expansionnistes et ont une puissante infanterie, courageuse, qui combat en se groupant en coin. Ils utilisent des javelots (angon) de grands boucliers circulaires, des haches de jet (francisque), des épées romaines, et de courts couteaux (scramasaxe) qui les avantage en cas de mêlées. Ces rudes gaillards qui se rasent la tête sont renommés pour leurs qualités de combattants. Depuis la reconquête de l'Italie, ils essaient de s'emparer du nord du pays, ils combattent aussi les autres nations de l'actuelle Allemagne (en particulier les Saxons) et s'attaquent aussi aux Bretons d'Armorique ainsi qu'aux Wisigoths qu'ils ont chassés du sud de la Gaule. Inutile de dire qu'un conflit prolongé en Italie du Nord fera l'affaire des Francs (comme OTL).

4°) La papauté : Le pape à Rome n'est pas exactement pro-byzantin. Même s'il est plutôt content que Vandales et Ostrogoth (dont les sympathies arianistes étaient bien connues) aient disparu, il se voit bien "primus inter pater" et en tant que détenteur de la vérité religieuse, véritable héritier des empereurs romains. A court terme les Francs - dont le royaume est " la fille aînée de l'Eglise"- pourrait être un bon instrument.

5°) Les Wisigoths : ce royaume barbare est très dynamique, ayant réussis à se créer une culture propre, et ayant fait des efforts réels pour sauvegarder l'héritage antique, en particulier ne matière d'éducation. Non seulement ils ont contenu les Byzantins, mais ils pourraient contre-attaquer (comme OTL !) et reprendre la Vandalousie (enlevez le "v" initial qui a sauté au cours des siècles).

Et ça c'est juste les menaces à court termes....

_________________
Le champ de bataille ne fait que révéler à l'homme sa folie et son désespoir, et la victoire n'est jamais que l'illusion des philosophes et des sots. William Faulkner
avatar
Anaxagore

Messages : 816
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Second Empire Romain, ou une autre continuité de l'empire byzantin

Message par PauL62 le Sam 25 Fév - 23:15

Entamons désormais la suite de l'histoire du 2d empire romain.
En ce tournant du IIe millénaire de notre ère, il apparaît comme étant vaste, prospère et en toute quiétude. Toute? Non! Car plusieurs choses vont commencer à le miner:
- sur le plan extérieur: les Arabes, puis les Francs: bien que vaincus, ils décident toutefois d'en découdre une bonne fois pour toutes, et leurs armements et leurs outils n'en sont pas moins modernes pour l'époque (boutres à voiles trapézoïdales, boussoles, pierriers pour les Arabes, francisques, boucliers circulaires, javelots et scramasaxes pour les Francs)
- sur le plan intérieur: une politique intérieure commençant à être passive, se laissant aller, et dont les institutions commençant à s'essoufler; économiquement, l'empire commence à montrer ses faiblesse, malgré qu'il reste une plaque tournante du commerce. De plus, les élites romaines sont de plus en plus en proie à d'importantes corruptions financières et politiques.

Sur le plan religieux, les Romains se voient dans l'obligation de partager leur Eglise avec les Occidentaux, ce qui ne plaît pas toujours certaines élites. Et c'est là que commencera la scission avec une importante mesure de Dioclétien Ier qui ordonne le Schisme en 1099: il instaure en tant que culte d'Etat la religion orthodoxe romaine, et la différencie de la religion catholique, culte des Occidentaux désormais privés du Saint-Siège. Victor III, pape de l'époque, désapprouvé et est destitué sur ordre de l'empereur. Il se réfugiera dans une ville en France, Avignon. Il sera remplacé par un partisan fidèle aux idées de Dioclétien, le futur pape Matthieu. La chrétienté est désormais bipolaire, ce qui suscite l'ire des Francs, Anglo-Saxons et Allemands qui, sous l'impulsion du pape catholique Urbain II en 1095, se lancent dans ce qu'on appellera la "croisade"contre ces "byzantins"voulant s'accaparer à eux seuls la chrétienté (à noter que cette croisade s'appliquera aussi un peu contre les Arabes en terre sainte, mais on y reviendra).







De plus, la dynastie dioclétienne s'accapare une grande partie des pouvoirs, fragilisant la démocratie et provoquant des révoltes en Lombardie, soutenues par les Francs. Les royaumes nord-italiens font sécession, et finissent enfin par repousser les Byzantins lors de la bataille de Pavie en 1127. Ces derniers sont de plus vaincus par les Hongrois à Split en 1140 et par les Bulgares à Kleition en 1270.
En Espagne, une fois une grande partie de l'ancien royaume wisigoth gobé par Rome, le spetits royaumes au nord nouvellement indépendants des Francs décident d'entamer la Reconquista à partir de 1127 et prennent Tolède 3 ans plus tard.
Pire: les Arabes parviennent à entraver la frontière fortifiée; ils balayent les Byzantins en Mésopotamie et en Egypte, ils occupent la terre sainte dès 1165; mais le pape catholique Innocent III incite à l'occupation de cette dernière, elle durera jusque 1320, date de la chute de Jérusalem.
Puis, entre 1210 et 1220, certains généraux et gouverneurs byzantins en Afrique du Nord décident de faire sécession contre Isaac Ier, suite à des désaccords politiques et surtout militaires; il en découlera de nombreuses entités éparses de républiques qui seront soit englouties par les Maures en 1415, soit par les Espagnols en 1392 (chute de Grenade), soit par les Ottomans.




Sur le plan intérieur, la situation décline comme nous l'avons dit au tournant du IIe millénaire. Premièrement, nous avons Dioclétien Ier, qui en plus d'avoir provoqué le calamiteux Schisme, impose une autocratie de plus en plus stricte. Puis, il y a Isaac Ier qui s'autoproclama chef de la papauté orthodoxe romaine (puis byzantine par la suite).
S'en viendra ensuite une 1ère guerre civile entre 1298 et 1303 qui verra la dynastie dioclétienne renversée au profit de Jean II Botaniatès (1303-1322). Ce dernier rendra le titre de chef de la papauté et tentera d'éliminer toute corruption et de renouveler la politique byzantine. Ses successeurs feront de même. En vain. L'appauvrissement et le déclin de l'empire (d'autant plus que les Occidentaux viennent de mettre à sac le Pirée et le Dodécanèse) sont tels que le tribun Michel organise et réussit un coup d'Etat et se proclame empereur Michel V. Il conserve quelques réformes de son prédecesseur déchu qui s'exile dans le sud de l'Italie.

Jusqu'à la fin du XIVe siècle, il y aura une relative période de paix. Le pays se relève peu à peu, mais n'est plus ce qu'il était à la fin du Ier millénaire. Les grandes villes portuaires (Ravenne, Venise, Gênes, Tiberia sont perdues et les greniers à blé (Egypte, Maurétanie, Espagne) sont perdus également; les grands savants et intellectuels du pays fuient également, et notamment pour l'Occident, on les appellera les "érudits". Ce qui reste de l'empire tente de survivre, et les grandes familles byzantines proclament également des républiques sécessionnistes en Grèce, mais éphemères car englobées par les Turcs.

Parlons en justement de ces derniers, car vers 1387 jusque 1415, ils organisent un grand raid, une invasion de l'Anatolie et de la Grèce comme il était dit! La seconde bataille du Pirée s'avérera fatal pour la marine byzantine qui sera peu à peu éradiquée du paysage méditerranéen. S'ensuit une 2ème guerre civile par conséquent qui opposera Alexis III au général rebelle Dioclétien (à ne pas confondre de ce fait avec l'autre!) qui se proclame 2ème du nom en tant qu'empereur. Ce dernier souhaite une refonte totale de l'Etat, visant à redéfinir et à redécouper l'ensemble des biens privés et publics et à bousculer les codes du féodalisme, mais en un système encore plus autocratique. Certains philosophes et politiciens, des siècles plus tard, s'inspireront un peu de ses idées. Cependant, il meurt sans avoir vu la fin de la guerre civile et Dioclétien III, son fils, étant incapable, ne la remportera pas. Andronic V, fils d'Alexis III, confirme l'assise de sa dynastie, mais à quel prix!

D'autant plus q'une 3ème guerre civile éclate, et celle-ci sera sans doute fatale entre les Comnène et les Lascaris, qui sont nostalgiques de la gloire d'antan de l'empire. Elle dure entre 1482 et 1499. Les Lascaris prennent le pouvoir, mais tout n'est qu'en lambeaux.

En 1527, les Turcs prennent ce qui reste d'empire byzantin et s'emparent la même année de Constantinople. Selon les historiens, nul ne sait ce qu'il est advenu du dernier empereur, Constantin VIII, qui mourut au même moment de la prise de la ville.




C'en est hélas fini d'un empire quasi millénaire se voulant être la continuité d'un autre empire tout aussi célèbre dans l'antiquité, mais hélas, d'autres forces extérieures ainsi que des dissenssions internes eurent raison de lui. Le tire d'empereur romain sera désormais porté par les rois catholiques d'Occident puis ceux d'Espagne (qui aura, entretemps ramassé les lambeaux des pays orthodoxes d'Afrique du Nord en guise de comptoirs). De nombreux artéfacts et coutumes ont néanmoins perduré par la suite, outre la religion orthodoxe, qui n'aura désormais plus de pape, à l'inverse de sa consoeur catholique. De nombreux monuments, comme la basilique St-Pierre de Rome, ou les murailles de Théodose en Mésopotamie, le Pirée remis au goût du jour ou même les églises désormais transformées en Espagne comme à Séville attestent encore de ce glorieux passé.



Des villes comme Gênes, Venise continueront de faire fleurir le commerce hérité de cette époque. Ce passé servira même de terreau pour le nationalisme grec et même balkanique au XIXe et XXe siècle de notre ère.

Voilà pour ce récit byzantin... Qu'en pensez-vous, chers lecteurs? Neutral
avatar
PauL62

Messages : 26
Date d'inscription : 12/12/2016
Age : 27
Localisation : Pas-de-Calais

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Second Empire Romain, ou une autre continuité de l'empire byzantin

Message par Emile Ollivier le Dim 26 Fév - 10:36

Super ! Tout simplement Very Happy

Petit coup de cœur pour les drapeaux :p
avatar
Emile Ollivier

Messages : 779
Date d'inscription : 26/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Second Empire Romain, ou une autre continuité de l'empire byzantin

Message par Anaxagore le Mar 14 Mar - 14:25

Oups, j'avais raté la suite.
Voyons, pas mal de bonne idées, seulement je tique un peu sur la "démocratie" des romains d'Orient. l'empire a un sénat et deux partis les bleus et les verts..; je me souviens pas lequel est le parti du peuple et lequel est le parti de l'aristocratie Rolling Eyes .
S'ils sont influents - chacun à leur manière - ils ne font pas une démocratie. Ils se contentent en général de régler leurs différents sur l'hippodrome... où en ensanglantant les rues de Constantinople.

Pour l'invasion des Turcs, elle est surtout due à des erreurs des Byzantins/Romains en OTL. Dans ta Time-line, il n'y a pas de trace de l'emploi successif des Turcs en temps que mercenaire... et pas de raison non plus que cela se fasse (à moins que... pendant les guerres civiles). Parce que ce sont les Byzantins qui ont amenés les Turcs dans leur frontières. Une erreur courante, malheureusement ! Si au moment de l'invasion mongole du XIIIème siècle, l'empire byzantin/romain est en meilleur état qu'OTL, les Turcs ne survivraient probablement pas à une contre-attaque. la politique des Byzantins OT. a toujours été la recherche d’une alliance de revers contre des attaquants. ici un résultat positif serait facile à obtenir car les Mongols eux-mêmes seraient partisan d'une alliance avec les ennemis de l'Islam.

Par contre la fragmentation de l'empire romain dans ta TL est logique. Il na jamais eu une grande cohésion interne.

_________________
Le champ de bataille ne fait que révéler à l'homme sa folie et son désespoir, et la victoire n'est jamais que l'illusion des philosophes et des sots. William Faulkner
avatar
Anaxagore

Messages : 816
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Second Empire Romain, ou une autre continuité de l'empire byzantin

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum