Daikita 太北

Page 2 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Daikita 太北

Message par Maraud le Jeu 3 Déc - 22:02

Oula, le japon qui devient finalement pote avec la Chine contre les blanc? L'empereur du Japon deviendra t il l'empereur où le soleil ne se couche jamais?

Maraud

Messages : 560
Date d'inscription : 01/11/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Daikita 太北

Message par Thomas le Jeu 3 Déc - 22:41

Maraud a écrit:Oula, le japon qui devient finalement pote avec la Chine contre les blanc? L'empereur du Japon deviendra t il l'empereur où le soleil ne se couche jamais?
Oui, mais non. Il n'y aura pas de guerre de blanc contre les jaunes. Juste une Asie qui va se construire différemment, pas dans un bain de sang même si tous ne se fera pas en heurte à mon avis.

_________________
« Ce n’est que devant l’épreuve, la vraie, celle qui met en jeu l’existence même, que les hommes cessent de se mentir et révèlent vraiment ce qu’ils sont. »
Alexandre Lang.
Mes livres
avatar
Thomas
Admin

Messages : 1280
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 32
Localisation : Lyon

Voir le profil de l'utilisateur https://thomas_diana.artstation.com/

Revenir en haut Aller en bas

Porte-avions de classe Hōshō

Message par Thomas le Ven 4 Déc - 21:18

Aujourd'hui c'est porte-avions^^

Porte-avions de classe Hōshō

Les porte-avions de classe Hōshō (phénix) furent parmi les premiers porte-avions conçus dès le départ comme tel (précédé par le HMS Hermes). Le premier de la série – le Hōshō – était exclu du calcul de tonnage du traité naval de Washington du fait de son statut de navire expérimental. Il s’agit aussi du premier porte-avions japonais.
Le Hōshō fut lancé en 1922 afin de testé les équipements et doctrines liés à l’apparition de l’arme aéronavale. Les enseignements tirés de ces tests permirent d’inclure de légère modification sur les deux navires suivants qui furent lancés en 1924 : le Hakuyō (bélier) et le Kujira (baleine). Une partie de leurs équipements furent inspirés du HMS Furious.
La coque des Hōshō était basée sur celle d’un croiseur, les trois cheminés étaient conçues pour être inclinable sur le côté afin de ne pas gêner les opérations de décollage et d’appontage. Les Hōshō mesuraient 168,25 mètres de long, 17,98 mètres de large (22,62 mètres au pont d’envol) avec un tirant d’eau de 6,17 mètres pour tonnage de 9 646 tonnes en opération. L’équipage était composé de 512 marins et officiers. Deux turbines à vapeur Parsons fournissaient 30 000 chevaux pour une vitesse maximale de 30 nœuds.
Inspirés par les HMS Argus et Furious, ils subirent de nouvelles modifications en avril 1919 tels que la suppression de l’îlot faisant des Hōshō des Flush decker. Cela signifie qu’aucune superstructure n’encombre le pont d’envol. Les différentes modifications réduisent la vitesse des navires à 25 nœuds. Le concept de porte-avions étant récent personne n’avait réalisé qu’il ne serait jamais engagé dans un combat d’artillerie navale. Les Hōshō reçurent donc 4 canons de 140 mm et 2 canons 76 mm. Ces pièces d’artillerie furent retirées et remplacées par 30 canons antiaériens de 25 mm en 1936.
Le groupe aérien d’un Hōshō comptait au départ 9 chasseurs Mitsubishi 1MF et 6 bombardiers Mitsubishi B1M3. Les groupes aériens furent modernisés à plusieurs reprises :
-Chasseurs Nakajima A1N1 en 1928.
-Chasseurs Nakajima A2N et bombardiers Mitsubishi B2M en 1931.
-Chasseurs Nakajima A4N et bombardiers Yokosuka B3Y en 1938.
-Chasseurs Mitsubishi A5M et bombardiers Yokosuka B4Y1 en 1940.
Le 23 septembre 1935, le Hōshō fut impliqué dans « l’incident de la 4ème flotte », lorsque des navires japonais en manœuvre d’entrainement furent pris dans un typhon. L’avant du pont du Hōshō s’effondra et un torpilleur chavira. L’incident de la 4ème Flotte et l’incident de Tomozuru de 1934 poussèrent la marine impériale à enquêter sur les défauts de stabilité de ses navires résultant en des modernisations et changement de conception. Les trois Hōshō furent immobilisé 4 mois chacun – l’un après l’autre de novembre 1935 à juin 1936- pour des travaux de renforcement de leurs structures et l’installation de canons antiaériens à la place de l’artillerie.
Les trois porte-avions furent utilisés en soutien de troupes républicaines durant la guerre civile chinoise. Malgré leurs maigres groupes aériens (quinze appareils seulement), leur contribution à la victoire républicaine fut non négligeable puisque les belligérants avaient peu ou pas d’aviation.
En 1939, suite à l’apparition de porte-avions plus moderne les trois navires sont placés en réserve et servent à l’entrainement des pilotes de l’aéronavale. Les trois porte-avions sont ferraillés en 1947.

_________________
« Ce n’est que devant l’épreuve, la vraie, celle qui met en jeu l’existence même, que les hommes cessent de se mentir et révèlent vraiment ce qu’ils sont. »
Alexandre Lang.
Mes livres
avatar
Thomas
Admin

Messages : 1280
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 32
Localisation : Lyon

Voir le profil de l'utilisateur https://thomas_diana.artstation.com/

Revenir en haut Aller en bas

La crise financière Shōwa

Message par Thomas le Sam 5 Déc - 20:02

Il me reste encore un chapitre en stock pour demain et après vous serrez surement contraint d’attendre un peu. Pas que je ne sache pas quoi écrire. Mais je suis dans les toutes dernières corrections de « Au Bord de l’Abîme » et le processus de publication risque de démarrer dans le courant de la semaine. Je ne sais donc pas si je vais pouvoir écrire pour Daikita cette semaine.
Bonne lecture.

La crise financière Shōwa

Une panique financière connue sous le nom de crise financière Shōwa frappa le Japon en 1927, première année du règne de l’Empereur Shōwa. Elle frappa juste après le boum économique qu’avait connu le Japon à la fin de la Première Guerre mondiale. Beaucoup d’entreprises avaient investi pour augmenter leur capacité de production dans ce qui s’avéra être une « bulle économique ». Le ralentissement économique d’après 1920 et le grand séisme du Kantō le 1er septembre 1923 (105 385 morts et 37 000 disparus) provoquèrent une dépression économique qui mena à la faillite de nombreuses entreprises. Le gouvernement intervint via la Banque du Japon en émettant des « bons d’obligation du séisme » peu chers pour soutenir les banques. En janvier 1927, lorsque le gouvernement proposa de racheter ces bons, apparurent des rumeurs que les banques qui possédaient ces bons allaient faire faillite. Cela provoqua une panique bancaire, trente-sept banques japonaises (dont la Banque du Teikoku) et plusieurs zaibatsu furent touchés. Le Premier ministre Wakatsuki tenta de faire passer un décret d’urgence qui permettrait à la Banque du Japon d’accorder des prêts pour sauver ces banques, mais sa demande fut rejetée par le conseil privé et il fut forcé de démissionner.
Tanaka Giichi succéda à Wakatsuki au poste de Premier ministre. Il parvient à contrôler la situation avec une vacance bancaire de trois semaines et l’octroi de prêts d’urgence. Cependant, du fait de la faillite de nombreuses petites banques, les branches financières des grands zaibatsu (Sumitomo, Mitsui et Mitsubishi) prirent une position dominante dans le secteur bancaire japonais.

_________________
« Ce n’est que devant l’épreuve, la vraie, celle qui met en jeu l’existence même, que les hommes cessent de se mentir et révèlent vraiment ce qu’ils sont. »
Alexandre Lang.
Mes livres
avatar
Thomas
Admin

Messages : 1280
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 32
Localisation : Lyon

Voir le profil de l'utilisateur https://thomas_diana.artstation.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Daikita 太北

Message par hendryk le Sam 5 Déc - 21:00

Très intéressant! Je m'étais moi-même demandé il y a des années ce qu'aurait pu donner une colonisation japonaise de l'Alaska, mais je n'avais pas creusé l'idée. D'ailleurs, les grands esprits se rejoignent, je pensais moi aussi que l'Alaska japonaise serait rebaptisée Daikita Cool
avatar
hendryk

Messages : 68
Date d'inscription : 21/10/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Daikita 太北

Message par Thomas le Sam 5 Déc - 22:28

J'ai du tomber sur ce thread lors de mes recherches initial, mais comme c'était il y a genre deux ans je ne me rappel pas.
J'avais cherché d'autre nom potentiel comme:
Kitahoku
Kitado => chemin du nord
Kitakokudo => territoire du nord
Kitaryoudo => territoire du nord


Mais Daikita, me semblait le plus intéressant. Je ne voulais pas utiliser la traduction Arasuka , je me suis dis que les Japonais, pas spécialement potes avec les russe voudrait faire table-rase de colonisation russe.


Dernière édition par Thomas le Lun 31 Oct - 11:04, édité 1 fois

_________________
« Ce n’est que devant l’épreuve, la vraie, celle qui met en jeu l’existence même, que les hommes cessent de se mentir et révèlent vraiment ce qu’ils sont. »
Alexandre Lang.
Mes livres
avatar
Thomas
Admin

Messages : 1280
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 32
Localisation : Lyon

Voir le profil de l'utilisateur https://thomas_diana.artstation.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Daikita 太北

Message par Imberator le Dim 6 Déc - 20:21

Intéressant cette idée de gonfler le Japon Meiji grâce à un décollage plus précoce.


Par contre, même dans les circonstances ici exposées, je doute sincèrement que les Britanniques et les Américains accordent la parité de tonnage à la flotte nippone lors du traité de Washington.

Étant donné la disparité de puissance industrielle entre les anglo-saxons et le Japon, une trop grande rigidité des représentants de Tokyo engendrerait un début de course aux armements, certes sans doute douloureusement couteuse pour les anglo-américains, mais que les nippons ne pourraient en aucun cas remporter, et ils ne l'ignoraient pas.


Historiquement, les anglo-saxons étaient prêts à autoriser un tonnage japonnais du deux tiers du leur, voir des au pire des trois quarts, mais, ayant décryptés les codes nippons, ils surent que Tokyo était disposée à se contenter de la proportion 3-3-2. Cette valeur fut donc fermement tenue par les Anglais et les Américains car ils savaient pouvoir arracher un accord sur cette base.

Une meilleure protection des communications japonaises à elle seule aurait pu permettre à la marine combinée de disposer en 41 d'une paire de navires de ligne et d'au moins un porte-avion lourd de plus, ce qui déjà aurait changé tout au moins la première phase de la Seconde Guerre Mondiale.


Sinon, le boulot réalisé est bien sympathique.

Imberator

Messages : 50
Date d'inscription : 06/12/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Daikita 太北

Message par Thomas le Dim 6 Déc - 20:35

Voilà le dernier chapitre que j'avais en stock. J'espère pouvoir maintenir le rythme d'un chapitre par jour, mais je ne garantie rien. Demain, j'attaque le processus de publication d'Au Bord de l'Abîme.

Aujourd'hui les cuirassés de classes Fusō. Dans cette TL les classes Fusō et Ise ne forment qu'une seule classe.

Classe Fusō

La classe Fusō fut la première classe de cuirassés de type Dreadnought de la Marine impériale japonaise. Ces cuirassés ont été les premiers dreadnoughts de plus de 29 000 tonnes de déplacement à être construits au Japon. Lors de leurs lancements, ils surclassèrent tous les navires de guerre de la Royal Navy et de l’US Navy en termes de vitesse et de puissance de feu.
Après l’une des premières étapes de la mise en œuvre de la Flotte 8-8, une seconde étape fut entreprise, après la sortie du HMS Dreadnought britannique en 1906, nécessitant la construction de navires de plus fort déplacement avec un armement principal en canons de plus de 300 mm.
La conception s’est largement inspirée de l’architecte naval britannique George Thurston comme pour les croiseurs de bataille de la classe Kongō. Dans un effort pour surpasser les modèles étrangers les concepteurs japonais décidèrent de doter l’artillerie principale de canons de 356 mm avec une implantation de six tourelles doubles (deux à l’avant, deux à l’arrière et deux au centre) au lieu des quatre tourelles triples. Avec une vitesse de pointe de 23 nœuds, cette nouvelle conception japonaise était supérieure aux conceptions étrangères et compensait l’infériorité numérique par une qualité de la puissance de feu. La classe Fusō fut considérée, lors de son lancement, comme les premiers cuirassés modernes, surclassant la classe New York américaine par sa puissance de feu et sa vitesse.
À la construction, le blindage entrait pour 8 588 tonnes, soit approximativement 30 % du déplacement total. Le blindage de ceinture était épais de 305 à 229 millimètres, sa partie basse faisait 102 mm d’épaisseur. La protection du pont atteignait 51 mm et 32 mm sur les parties inclinées sur les bords. Les tourelles étaient protégées avec un blindage de 279.4 mm sur la face avant, 228.6 mm sur les côtés, et 114.5 mm pour le toit. Les barbettes des tourelles avaient 305 mm d’épaisseur, tandis que les casemates des pièces secondaires de 152 mm étaient protégées par des plaques de 152 mm. Les côtés de la tour de commandement avaient 351 millimètres d’épaisseur. La protection sous-marine était constituée de trois cloisons longitudinales sur les deux côtés, dont la plus à l’intérieur faisait 37 mm d’épaisseur. En complément, le navire contenait 737 compartiments étanches (574 sous le pont blindé, 163 au-dessus) pour préserver la flottabilité en cas de dommages au combat. Durant leurs reconstructions, le blindage des cuirassés fut augmenté. Le blindage du pont passa à un maximum de 114 mm et la cloison longitudinale centrale fut épaissie à 76 mm en acier haute résistance. Enfin des contre-carènes furent apposées le long de la coque pour améliorer la protection sous-marine. Cela entraina un poids total de blindage de 12 395 tonnes, soit approximativement 31 % du déplacement total. Malgré ces améliorations, le blindage restait encore incapable de résister à des projectiles de 356 mm.
L’artillerie principale était constituée de douze canons de 356 mm en six tourelles doubles. Celles-ci étaient positionnées de manière symétrique avec deux tourelles superposées sur l’avant et l’arrière, et les deux dernières de chaque côté de la cheminée. L’artillerie secondaire était constituée de seize canons de 152 mm en casemate, huit sur chaque côté du navire. Ces pièces furent maintenues au cours des refontes. En plus des canons cités précédemment, on trouvait à la construction 4 affuts simples de canons de 76 mm, mais aussi 6 tubes lance-torpilles de 533 mm positionnés dans la coque, trois sur chaque bord. Après refonte, les tubes lance-torpilles supprimés. Les pièces de 76 mm furent débarquées et remplacées par huit pièces de 127 antiaériennes en quatre affuts doubles, deux sur chaque bord. On notera une différence entre les deux premiers navires au niveau de la troisième tourelle de 356 mm, qui n’est pas positionnée au repos de la même manière sur les deux navires. Si le Yamashiro garde la disposition existante à la construction, le Fusō voit sa tourelle n° 3 positionné en inverse, les canons tournés dorénavant vers l’avant du navire. L’Ise et le Hyūga eurent leurs deux tourelles centrales regroupées, superposées, en arrière de seconde cheminée. À la fin des travaux en 1933, le Fusō fut équipé avec quatre affuts quadruples de mitrailleuses de 13.2 mm, alors que le Yamashiro fut équipé avec huit affuts doubles de canons antiaériens de 25 mm Type 96. Cette même configuration fut ensuite adoptée pour le Fusō. En 1943, seize affuts simples et deux doubles furent ajoutés pour un total de 36. En aout 1944, ces deux navires furent dotés de vingt-trois affuts simples supplémentaires, six doubles et huit triples, pour un total de 95 canons antiaériens de 25 mm pour leur dernière configuration. À noter qu’en 1944, ne subsistait que quatorze pièces de 152 mm en tout, une pièce en casemate, là plus en avant, fut en effet supprimé sur chaque bord. Une modernisation, en 1934-1936, pour le Hyūga et en 1935-1937, pour l’Ise. L’artillerie secondaire perdit les deux casemates avant, qui étaient peu utilisables par gros temps, et reçut huit pièces de 127 mm Type 89, à double usage et 20 canons antiaériens de 25 mm Type 96. Une nouvelle motorisation porta la puissance installée sur les quatre navires faits passer la puissance de 45 000 chevaux à 80 000 chevaux et la vitesse passa à 25 nœuds pour une autonomie de 8 000 miles à 14 nœuds. Les 24 chaudières Miyabara étant remplacées par 8 chaudières Kampon. Les navires disposent d’une catapulte et trois hydravions.

Les unités de la classe
Fusō : armée le 18 novembre 1915.
Yamashiro : armée le 31 mars 1917.
Ise : armée le 15 décembre 1917.
Hyūga : armée le 30 avril 1918.

Caractéristiques de la classe après refonte
Type : Cuirassé
Longueur : 206 m
Maître-bau : 28.6 m
Tirant d’eau : 8.8 m
Déplacement : 29 980 tonnes
Propulsion : 8 chaudières Kampon
Puissance : 45 000 cv
Vitesse : 23 noeuds
Blindage :
Ceinture = 100-300 mm
Pont = 51 mm
Kiosque = 305 mm
Barbette = 200-305 mm
Tourelle = 200-305 mm
Armement :
(6X2) canons de 356 mm
(14X1) canons de 152 mm
(4X2) canons de 127 mm
(95x1) canons de 25 mm
Aéronefs : 3 hydravions, 1 catapulte
Rayon d’action : 8 000 miles à 14 nœuds

_________________
« Ce n’est que devant l’épreuve, la vraie, celle qui met en jeu l’existence même, que les hommes cessent de se mentir et révèlent vraiment ce qu’ils sont. »
Alexandre Lang.
Mes livres
avatar
Thomas
Admin

Messages : 1280
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 32
Localisation : Lyon

Voir le profil de l'utilisateur https://thomas_diana.artstation.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Daikita 太北

Message par Imberator le Lun 7 Déc - 5:45

Hendryk a écrit:Très intéressant! Je m'étais moi-même demandé il y a des années ce qu'aurait pu donner une colonisation japonaise de l'Alaska, mais je n'avais pas creusé l'idée. D'ailleurs, les grands esprits se rejoignent, je pensais moi aussi que l'Alaska japonaise serait rebaptisée Daikita
Oui, "Grand Nord" ça semble aller de soi. Du moins du point de vue des occidentaux pour lesquels le nord extrême est forcément grand.

Je ne parle pas japonais, mais Okita, avec le "O" de noblesse/respect (comme dans Okami, Otcha,...) aurait-il pu être une alternative ?

Imberator

Messages : 50
Date d'inscription : 06/12/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Daikita 太北

Message par Thomas le Jeu 10 Déc - 14:53

Okita aurait en effet pu être une alternative.

Je vais reprendre l'écriture de cette TL d'ici peu. Le temps de digérer l'épuisant bouclage d'Au Bord de l'Abime.


Dernière édition par Thomas le Mer 14 Déc - 15:51, édité 2 fois

_________________
« Ce n’est que devant l’épreuve, la vraie, celle qui met en jeu l’existence même, que les hommes cessent de se mentir et révèlent vraiment ce qu’ils sont. »
Alexandre Lang.
Mes livres
avatar
Thomas
Admin

Messages : 1280
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 32
Localisation : Lyon

Voir le profil de l'utilisateur https://thomas_diana.artstation.com/

Revenir en haut Aller en bas

Le Teikoku

Message par Thomas le Mar 15 Déc - 18:37

Daikita est de retour. J'ai mis les derniers jours à profit pour écrire quelques chapitre d'avance au cas ou...

Le Teikoku

Histoire
Après la défaite face à l’Empire du Japon en 1895, les Qing cèdent Taïwan et les îles Pescadores au Japon à perpétuité le 17 avril 1895, selon les termes du Traité de Shimonoseki. Les termes du traité laissent une période aux sujets han leur permettant de vendre leurs biens et retourner sur le continent.
Afin de résister à l’occupation japonaise, les notables taïwanais créent la République de Taïwan le 23 mai 1895, le but étant de recevoir de l’aide venant de l’étranger pour contrer l’arrivée des Japonais. La capitale est installée à Tainan et Tang Jingsong en devient le Président. Bien qu’indépendante, la jeune République reconnait la suzeraineté chinoise. Les troupes japonaises débarquent près de Keelung le 29 mai et prennent Taipei, Tang Jingsong s’enfuit et Liu Yongfu qui dirigeait l’armée lui succède. L’armée impériale japonaise se dirige vers le sud et Tainan tombe en octobre, Liu Yongfu s’enfuit à son tour le 20 octobre. La république n’aura vécu que cinq mois.
La colonisation japonaise doit faire face à de nombreuses révoltes. Les premières années, la pacification de Taïwan engloutit près de 90 % du budget de la colonie.
En 1930, durant l’Incident de Wushe les Japonais utilisent des armes chimiques sur les populations aborigènes.
Le gouvernement colonial met en place une politique agricole afin d’améliorer la production et de tirer des profits des exportations. Les techniques agricoles et les techniques d’irrigation sont améliorées. Une réforme agraire distribue des terres aux paysans. La surface cultivée est ainsi doublée et les rendements triplés.
L’occupation contribue significativement à l’industrialisation de l’île : entre autres, un réseau de voies ferrées, un système d’assainissement et un système d’éducation publique sont mis en place.
Dès 1927, l’Empire du Japon initie une politique d’assimilation sociale et culturelle (kōminka) sur toute l’île pour raffermir les liens entre l’île et la nouvelle mère patrie. L’usage de la langue et l’adoption de noms nippons sont encouragés par des mesures répressives et l’enregistrement à un sanctuaire shintō de même que le culte de l’Empereur Shōwa sont déclarés obligatoires. L’élite taïwanaise porte les costumes d’apparat japonais.
À partir de 1927 et la signature du traité d’amitié et de coopération sino-japonais, l’île sert de base arrière à une partie des forces engagées aux côtés de la République de Chine.
À partir de 1937, le Japon crée une unité spéciale composée de volontaires aborigènes. L’unité est appelée les Volontaires de Takasago. En 1943, l’Armée impériale compte deux divisions de Takasago, dont les hommes sont spécialisés dans le combat de jungle.
L’assimilation japonaise fait son effet peu à peu et les tensions s’apaisent dès 1941, une partie des opposants au régime japonais ayant préféré s’installer en Chine. Le développement de l’économie, de l’agriculture, de l’industrie et des transports a fait le reste.
En 1943, le Teikoku qui était un domaine de l’Empire devient une préfecture. L’île compte huit sous-préfectures : Taihoku, Shinchiku, Taichū, Tainan, Takao, Karenkō, Taitō  et Hōko (îles Pescadores).
En 1945, le Japon conduit une réforme agraire qui permet aux paysans de devenir de petits propriétaires, de s’enrichir et de constituer un marché interne assez volumineux qui a lancé une industrie légère de transformation pour satisfaire la demande locale. Cette paysannerie enrichie donne naissance à des petites et moyennes entreprises ainsi que deux grandes corporations. C’est sur la base de ce tissu de petites et moyennes entreprises que l’économie du Teikoku prend son envol dès le début des années 1960, stimulée notamment par de grands travaux d’infrastructure, puis par une politique de développement d’industries à forte teneur technologique.

Économie
L’industrialisation rapide de Teikoku comme du reste du Japon a entraîné durant la deuxième moitié du 20ème siècle une croissance rapide décrite comme le « Le miracle économique japonais » faisant du Japon la première puissance économique mondiale.
Aujourd’hui, le Teikoku serait ainsi la 24ème puissance économique du monde, en fonction de son PIB.
En 2007, les services (secteur tertiaire) représentent 71,1 % du PIB, contre 27,5 % pour l’industrie (secteur secondaire) et seulement 1,4 % pour l’agriculture (secteur primaire). Ces trois secteurs emploient respectivement 57,9 %, 36,8 % et 5,3 % de la population active.
Les principales corporations de l’île sont Evergreen Marine Corporation (transport maritime par conteneur), Teikoku Plastics Corporation (fabrication de plastique et PVC) et Shibata Construction & Engineering (ingénierie diversifiée, infrastructure, sous-traitance pour des plus grosses corporations).
L’industrie de Teikoku est principalement basée sur la haute technologie. Les secteurs importants comprennent : la biotechnologie, la nanotechnologie, les semiconducteurs, le TFT-LCD, les ordinateurs, les smartphones, les communications et réseaux, le photovoltaïque, les énergies renouvelables, la pétrochimie, la machinerie, l’automobile et les transports maritimes.
La préfecture du Teikoku est aujourd’hui le principal vecteur des investissements japonais vers la Chine et le Vietnam.

Population
Au dernier recensement de 2012, la préfecture comptait 90 305 021 habitants (14 % de la population japonaise) soit 2 400 habitants/km2. La mégapole de Taihoku compte 14 391 000 habitants. L’espérance de vie est très élevée (76 ans pour les hommes, 83 pour les femmes), mais la population vieillit rapidement comme dans tout le reste du Japon. Le taux de fécondité, à peine plus d’un enfant par femme, est parmi les plus bas au monde. La population du Teikoku est constituée de 60 % de Japonais, 28 % de Chinois Han et de 12 % d’Austronésiens.

Défense
L’Armée impériale compte 80 000 hommes au Teikoku. Outre les deux brigades Takasago, l’île abrite une brigade blindée, une brigade mécanisée et une brigade d’infanterie. Près d’un quart des navires de la Marine impériale mouillent aux abords de l’île, notamment quatre destroyers, un porte-hélicoptères et six sous-marins ainsi que trois brigades Rikusentai. La force aérienne impériale dispose de plus de 400 aéronefs sur l’île : hélicoptères de combats, chasseurs, bombardiers…


Dernière édition par Thomas le Lun 31 Oct - 11:16, édité 2 fois

_________________
« Ce n’est que devant l’épreuve, la vraie, celle qui met en jeu l’existence même, que les hommes cessent de se mentir et révèlent vraiment ce qu’ils sont. »
Alexandre Lang.
Mes livres
avatar
Thomas
Admin

Messages : 1280
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 32
Localisation : Lyon

Voir le profil de l'utilisateur https://thomas_diana.artstation.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Daikita 太北

Message par Maraud le Mar 15 Déc - 18:57

Thomas a écrit:

Population
La mégapole de Taihoku compte 14 391 habitants.

Il manquerait pas un zéro quelque part? Parceque 14 000 habitant pour une mégalopole...

Maraud

Messages : 560
Date d'inscription : 01/11/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Daikita 太北

Message par Imberator le Mar 15 Déc - 19:06

90 millions d'habitants, 4 fis plus qu'OTL ça fait beaucoup, surtout sans l'immigration des Chinois chassés du continents à l'issue de la guerre civile. Et 14% de l'empire, ça révélé un empire nippon de plus de 600 millions d'âmes. Va falloir que les Japonais travaillent un peu moins et jouent beaucoup, beaucoup plus au docteur.

Imberator

Messages : 50
Date d'inscription : 06/12/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Daikita 太北

Message par Imberator le Mar 15 Déc - 19:18

Thomas concrètement, qu'est-ce que change ici pour Taïwan entre 1895 et 1945 ? J'avoue que je ne cannais rien de l'histoire locale de l'île. Et si Teikoku c'est Taïwan en japonais, Teihoku c'est Taipei ?


Dernière édition par Imberator le Mar 15 Déc - 23:11, édité 1 fois

Imberator

Messages : 50
Date d'inscription : 06/12/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Daikita 太北

Message par Thomas le Mar 15 Déc - 20:10

Maraud a écrit:Il manquerait pas un zéro quelque part? Parceque 14 000 habitant pour une mégalopole...
C'est corrigé.

Imberator a écrit:Thomas concrètement, qu'est-ce que change ici pour Taïwan entre 1895 et 1945 ? J'avoue que je ne cannait rien de l'histoire locale de l'île. Et si Teikoku c'est Taïwan en japonais, Teihoku c'est Taipei ?
L'assimilation va mieux se passer du fait qu'il n'y aura pas de guerre sino-japonaise et que la WW2 sera très différente. Donc pas besoin d’enrôler de force les aborigènes dans l'armée, ni de réduire en quasi esclavage la population local. Sans l'arriver massive des chinois, les japonais vont être plus en plus nombreux à s'installer faisant de l'île un territoire de plus en plus japonais. Les aborigènes et han restant étant assimilé.
Oui, Taihoku est la Taipei combinée à New Taipei d'OTL.

Imberator a écrit:90 millions d'habitants, 4 fis plus qu'OTL ça fait beaucoup, surtout sans l'immigration des Chinois chassés du continents à l'issue de la guerre civile. Et 14% de l'empire, ça révélé un empire nippon de plus de 600 millions d'âmes. Va falloir que les Japonais travaillent un peu moins et jouent beaucoup, beaucoup plus au docteur.
Ce n'est que la V1 de la TL, donc il peu y avoir du changement. Sans trop spoiler, les japonais ne vont pas mourir par millions dans les années 40 et vont être encouragé à "peupler" les vastes territoires de l'Empire.

Au fils de l'avancement de la TL, j'applique certaines modifications dans un mode de Master of the World pour voir à quoi ressemblerais le monde en 2014/2015.

Pour l'instant en terme de population le top 3 est:
Inde 1,2 Md d'habitants
Chine 645 M d'habitants
Japon 635 M d'habitants

Je fais aussi quelques clin d'oeil à l'univers de Shadowrun, ainsi l'Asie à quelques mégalopole façon mégaplexe de Shadow run. Et le nom de certains compagnie fictive pour bien venir aussi de Shadowrun.
D'ailleurs, quand la TL sera assez avancé les membres pourront tout à fait raconter l'histoire de certaines compagnie fictives ou faits divers fictifs, si l'univers les inspires.

Le seul truc sur lequel je me retient c'est les illustration.
Je réserve mon énergie pour la suite d'Au bord de l'Abime.

_________________
« Ce n’est que devant l’épreuve, la vraie, celle qui met en jeu l’existence même, que les hommes cessent de se mentir et révèlent vraiment ce qu’ils sont. »
Alexandre Lang.
Mes livres
avatar
Thomas
Admin

Messages : 1280
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 32
Localisation : Lyon

Voir le profil de l'utilisateur https://thomas_diana.artstation.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Daikita 太北

Message par hendryk le Mar 15 Déc - 22:48

J'aurais juré avoir posté, j'ai dû faire une fausse manoeuvre. Je recommence:
Thomas a écrit:Population
Au dernier recensement de 2012, la préfecture comptait 90 305 021 habitants (14 % de la population japonaise) soit 2 400 habitants/km2. La mégapole de Taihoku compte 14 391 000 habitants.
Je connais un peu Taiwan pour y avoir séjourné à trois reprises, et c'est petit. A peine la superficie de la Belgique, dont les deux tiers de montagnes. La population OTL est de 23 millions d'habitants et ils sont déjà serrés, franchement je pense que 35 millions, c'est le grand maximum qu'on peut caser sur l'île, sauf à construire des arcologies.

Thomas a écrit:Pour l'instant en terme de population le top 3 est:
Inde 1,2 Md d'habitants
Chine 645 M d'habitants
Japon 635 M d'habitant.
Par contre la population chinoise me semble largement sous-estimée, surtout par rapport à ce Japon incroyablement surpeuplé. C'est moins de la moitié de sa population OTL, laquelle est le résultat de trois décennies de réduction autoritaire de la natalité.
avatar
hendryk

Messages : 68
Date d'inscription : 21/10/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Daikita 太北

Message par Thomas le Mar 15 Déc - 23:08

hendryk a écrit:Je connais un peu Taiwan pour y avoir séjourné à trois reprises, et c'est petit. A peine la superficie de la Belgique, dont les deux tiers de montagnes. La population OTL est de 23 millions d'habitants et ils sont déjà serrés, franchement je pense que 35 millions, c'est le grand maximum qu'on peut caser sur l'île, sauf à construire des arcologies.
C'est noté.

hendryk a écrit:Par contre la population chinoise me semble largement sous-estimée, surtout par rapport à ce Japon incroyablement surpeuplé. C'est moins de la moitié de sa population OTL, laquelle est le résultat de trois décennies de réduction autoritaire de la natalité.
Spoiler alert : la Chine est plus petite qu'OTL, mais quand je dévoilerais la situation, peut être faudra-t-il faire quelques ajustements.

_________________
« Ce n’est que devant l’épreuve, la vraie, celle qui met en jeu l’existence même, que les hommes cessent de se mentir et révèlent vraiment ce qu’ils sont. »
Alexandre Lang.
Mes livres
avatar
Thomas
Admin

Messages : 1280
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 32
Localisation : Lyon

Voir le profil de l'utilisateur https://thomas_diana.artstation.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Daikita 太北

Message par Imberator le Mer 16 Déc - 4:21

Je viens de relire les données de la classe Hosho dans la TL Daikita et je trouve que cela ressemble beaucoup à celles données par l'article français de Wikipédia.

Cela n'a rien de discutable en soi. C'est juste pour comprendre : Tout ce qui change quant au Hosho dans cette uchronie ce ne sont pas les caractéristiques du navire mais le fait qu'il ait deux syster-ships c'est bien ça ?

Imberator

Messages : 50
Date d'inscription : 06/12/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Daikita 太北

Message par Thomas le Mer 16 Déc - 8:47

Imberator a écrit:Je viens de relire les données de la classe Hosho dans la TL Daikita et je trouve que cela ressemble beaucoup à celles données par l'article français de Wikipédia.

Cela n'a rien de discutable en soi. C'est juste pour comprendre : Tout ce qui change quant au Hosho dans cette uchronie ce ne sont pas les caractéristiques du navire mais le fait qu'il ait deux syster-ships c'est bien ça ?
Oui.

_________________
« Ce n’est que devant l’épreuve, la vraie, celle qui met en jeu l’existence même, que les hommes cessent de se mentir et révèlent vraiment ce qu’ils sont. »
Alexandre Lang.
Mes livres
avatar
Thomas
Admin

Messages : 1280
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 32
Localisation : Lyon

Voir le profil de l'utilisateur https://thomas_diana.artstation.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Daikita 太北

Message par Maraud le Mer 16 Déc - 14:39

Au fait va tu traiter des troubles politiques interne? Parceque le Japon est aussi doté d'une forte extrême gauche qui comme en France est très influencé par l'anarchisme et le marxisme. Et il me semble que comme en France durant la fin des année 1800, les attentats s'enchainaient contre le gouvernement. Donc même si le Japon reste "gentil", il aura comme objectif à calmer ses sujets les plus républicains.

Maraud

Messages : 560
Date d'inscription : 01/11/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Daikita 太北

Message par Thomas le Mer 16 Déc - 15:13

Maraud a écrit:Au fait va tu traiter des troubles politiques interne? Parceque le Japon est aussi doté d'une forte extrême gauche qui comme en France est très influencé par l'anarchisme et le marxisme. Et il me semble que comme en France durant la fin des année 1800, les attentats s'enchainaient contre le gouvernement. Donc même si le Japon reste "gentil", il aura comme objectif à calmer ses sujets les plus républicains.

Oui, je vais probablement en parler à un moment ou un autre.

_________________
« Ce n’est que devant l’épreuve, la vraie, celle qui met en jeu l’existence même, que les hommes cessent de se mentir et révèlent vraiment ce qu’ils sont. »
Alexandre Lang.
Mes livres
avatar
Thomas
Admin

Messages : 1280
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 32
Localisation : Lyon

Voir le profil de l'utilisateur https://thomas_diana.artstation.com/

Revenir en haut Aller en bas

Karafuto et drapeaux

Message par Thomas le Mer 16 Déc - 20:26

Avant le nouveau chapitre, des drapeaux:

Le domaine de Daikita


La préfecture du Teihoku




Karafuto

Karafuto  est une île japonaise située dans le nord-ouest de l’océan Pacifique, au large de la Sibérie et au nord d’Hokkaido.
Administrativement, l’île constitue, avec les îles Chichima, la préfecture de Karashima (littéralement « les îles vides). Sa capitale, Toyohara compte 179 000 habitants.


L’île de Karafuto  s’étend sur une superficie de 72 492 km. Elle est baignée par les eaux de la mer d’Okhotsk à l’est. Sa côte occidentale est séparée du continent asiatique par le détroit de Tartarie (mer du Japon). Son extrémité sud est séparée de l’île d’Hokkaidō par le détroit de La Pérouse. L’île a une forme très étirée dans le sens nord-sud si bien que plus de 8 degrés de latitude séparent ses extrémités méridionale (cap Crillon) et septentrionale (cap Élisabeth). Sa longueur est de 948 km tandis que sa largeur varie entre 6 km et 160 km selon la latitude. La côte sud-orientale est échancrée par une large baie, la baie Patience, tandis que la baie d’Aniva incurve l’extrémité méridionale de l’île.
Le relief de l’île est différencié et complexe. Tandis que le centre et le sud de l’île sont montagneux, le nord de l’île est occupé par une plaine. La partie centrale de l’île est dominée par deux grandes chaînes de montagnes parallèles. La chaîne orientale, la plus haute, culmine à 1 609 m, tandis que la chaîne occidentale culmine à 1 325 m.

Histoire
En 1905, à la fin de la guerre russo-japonaise, les Russes et les Japonais signèrent aux États-Unis le traité de Portsmouth. Par cet accord, le Japon récupérait la totalité de l’île. Comme pour Daikita, le Japon déporte les membres de l’ethnie Aïnou sur Karafuto, les jugeant plus adaptés au climat au local.
En 1983, un Boeing 747 de la Korean Air Lines (KAL 707), faisant route entre New York et Séoul via Teihaku est endommagé par un avion de chasse soviétique après avoir survolé le Kamchatka. Grâce à l’intervention de l’aviation japonaise, deux chasseurs soviétiques sont abattus. Le KAL 707 se pose en catastrophe sur Karafuto, faisant 35 morts.

Économie
Aujourd’hui environ 547 800 habitants vivent dans l’archipel. La pêche est la première activité. Les îles ont une importance stratégique et économique grâce à leurs eaux poissonneuses et leurs gisements de pyrite, soufre et minéraux polymétalliques.
Pour faire face à la demande croissante d’électricité, le gouvernement local utilise des centrales géothermiques exploitant la vapeur et l’eau chaude résultant de l’activité volcanique.
L’économie locale est axée avant tout sur le secteur primaire : pétrole, gaz, pêche, charbon et bois. L’agriculture est très limitée, car la saison de croissance des cultures durent généralement moins de 100 jours par an.
La seule compagnie locale de taille honorable et la compagnie de fret maritime Karafuto Shipping Company.
L’exploitation locale du pétrole et du gaz commence en 1992 et permet de relancer l’économie japonaise. On estime que l’île et ses eaux abritent 14 milliards de barils de pétrole et 2 700 km3 de gaz. Pour exploiter ces ressources, les compagnies Shōwa Shell Sekiyu, Mitsui Oil Exploration et Nippon Oil ont considérablement amélioré les infrastructures de l’île. Ainsi dès 1996, la construction de grand quai de déchargement est lancée au port de Toyohara et un mur antitsunami est construit pour protéger la baie. En 2003, les trois corporations signent un accord avec le gouvernement pour l’exploration de la côte nord-est de l’île. L’accord est validé par une transaction de 29 milliards de $ et engage les trois corporations à financer la construction d’un aéroport à Toyohara. L’exploration commence en 2006 avec les plateformes de forage mobile Karafuto-ichi et Karafuto-ni, et à permit de découvrir des gisements de pétrole, de gaz et d’hydrate de méthane, mais les quantités estimées n’ont pas été révélées au public. Ils ne sont pas encore entrés en exploitation. De plus l’activité des trois corporations est surveillée et critiquée par plusieurs groupes de défense de l’environnement.
La manne énergétique compte pour 57 % de revenus industriel de l’île en 2000 et 80 % en 2006. En 2007, Mitsui et Mitsubishi investissent à leur tour dans les projets d’exploration et exploitation de l’île, laissant présager d’importante réserve d’énergie.

_________________
« Ce n’est que devant l’épreuve, la vraie, celle qui met en jeu l’existence même, que les hommes cessent de se mentir et révèlent vraiment ce qu’ils sont. »
Alexandre Lang.
Mes livres
avatar
Thomas
Admin

Messages : 1280
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 32
Localisation : Lyon

Voir le profil de l'utilisateur https://thomas_diana.artstation.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Daikita 太北

Message par Imberator le Mer 16 Déc - 22:24

Karafuto, je m'en souvenais c'est le nom nippon de Sakhaline, de même que Manchukuo (Mandchoukuo orthographié en français) c'est la Mandchourie.

Par contre je ne me souviens plus avec certitude si la Corée c'est bien Koshen.

Imberator

Messages : 50
Date d'inscription : 06/12/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Daikita 太北

Message par Thomas le Mer 16 Déc - 23:02

Imberator a écrit:Karafuto, je m'en souvenais c'est le nom nippon de Sakhaline, de même que Manchukuo (Mandchoukuo orthographié en français) c'est la Mandchourie.

Par contre je ne me souviens plus avec certitude si la Corée c'est bien Koshen.

Il me semble que la Corée "japonaise" était appelé Chōsen.

Maraud a écrit:Au fait va tu traiter des troubles politiques interne? Parceque le Japon est aussi doté d'une forte extrême gauche qui comme en France est très influencé par l'anarchisme et le marxisme. Et il me semble que comme en France durant la fin des année 1800, les attentats s'enchainaient contre le gouvernement. Donc même si le Japon reste "gentil", il aura comme objectif à calmer ses sujets les plus républicains.
Pour y revenir. Je pense que les groupes communistes vont apparaitre plutôt qu'OTL. Je ne veux pas trop spoiler donc je n'en dis pas trop, mais le communisme des années 20-30 et sa gestion seront identique à OTL. C'est plus tard qu'il y aura du changement.

_________________
« Ce n’est que devant l’épreuve, la vraie, celle qui met en jeu l’existence même, que les hommes cessent de se mentir et révèlent vraiment ce qu’ils sont. »
Alexandre Lang.
Mes livres
avatar
Thomas
Admin

Messages : 1280
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 32
Localisation : Lyon

Voir le profil de l'utilisateur https://thomas_diana.artstation.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Daikita 太北

Message par Maraud le Jeu 17 Déc - 0:17

Japon Rouge! Japon Rouge! Japon Rouge!
(Bon il est plus probable que l'empereur les interdise et s'en servent comme mouton noir comme OTL)

Maraud

Messages : 560
Date d'inscription : 01/11/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Daikita 太北

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum