The day After, fight for Promised Land

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

The day After, fight for Promised Land

Message par Anaxagore le Lun 9 Nov - 13:19

Année 1962....
La troisième guerre mondiale a eu lieu. Les USA et l'URSS se sont atomisés mutuellement. Prenez la tête de l'Armée française et de ce qui reste de l'armée ouest-allemande réfugiée dans l'Hexagone. Votre mission sera dans un premier temps de conquérir l'Espagne puis vous servir de ce tremplin pour débarquer en Afrique du Nord. Vous n'avez pas beaucoup de temps avant que les nuages radioactifs détruisent ce qui reste de l'Europe. Il va vous falloir conduire en sécurité la population civile...

Créé et vendu par la société russe Black Bean, ce jeu fait vraiment un choix étrange - en tout cas pour un jeu russe - puisqu'il permet de contrôler les armées françaises (rarement individualisées dans un jeu sur la troisième guerre mondiale).  The day after utilise le même moteur de jeu que l'excellent "Stalingrad" du même éditeur, en rajoutant plus de types d'unités (en particulier les hélicoptères) et plus de gestion... Dans Stalingrad le pétrole était infini... il fallait juste compter ses munitions. Là il faudra aussi compter chaque goutte de pétrole... vraiment chaque goutte ! Je peux vous dire que c'est épuisant. Et en plus les manœuvres complexes conduisent rapidement vos véhicules à la panne sèches... Foncez dans le tas  est le meilleur conseil à donner dans ce cas !

Au début du jeu, vous commencez avec une excellente armée... mais vos arsenaux, dépôts de pièces de rechange, dépôt de pétrole sont menacés par les retombées radioactives. En terme clair, vos ressources vont disparaître à court terme. Il vous faut donc rapidement vous déplacer en territoire sûr... et donc conquérir l’Afrique du Nord. Il est à remarquer qu'à l'issu de la première phase du conflit, les dépôts sont considérés comme vide, il faudra donc s'emparer des "sites de production" et des "raffineries" (1). Il faut aussi contrôler les radars (pour se protéger des attaques aériennes) et les aérodromes (pour attaquer avec l'aviation).

Il y a deux phases de jeu. Une phase stratégique sur la carte à l'échelle des pays... qui ne vous laisse pas beaucoup d'initiative, elle se réduit globalement à choisir (ou pas) de lancer une phase aérienne de bombardement. Parfois, vous aurez le choix entre plusieurs objectifs pour l'attaque au sol. Un conseil pour le premier engagement, n'envoyez pas vos bombardiers contre l'Espagne. Celle-ci dispose de radars et de chasseurs, vous perdriez tous vos bombardiers sans aucun gain !
Une fois que vous cliquez sur l'objectif, vous commencez l'attaque au sol sur la carte tactique. Un conseil : faites demi-tour quand vos unités mécanisées sont à mi-réservoir ! Cela vous évitera d'avoir à leur envoyer un camion citerne... leurs chances de survie sont maigres en premières ligne ! Le mieux est de sécuriser une position  au milieu de la carte, y transporter les camions  citernes, les camions de ravitaillement et les véhicules de réparation plutôt que revenir en bord de carte, vous économiserez du carburant. Et je ne le dirais jamais assez : chaque goutte compte !
Si vous trouvez ce jeu et arrivez à l'installer sur un ordinateur moderne, voilà mes conseils tactiques : repérez la DCA ennemie et utilisez vos tanks et vos chars pour la détruire. Utilisez ensuite vos hélicoptères pour attaquer les unités au sol.
Il est à remarquer que - contrairement à Stalingrad- les attaques aériennes consomment des ressources. Vous devez dépenser des ressources pour vous doter en chasseurs et bombardiers et utilisez les uns et les autres sur le terrain.
The day After est un jeu stressant  (mais addictif) où vous serez toujours à cours de temps et de ressources. C'est une course en avant où le moindre échec peut avoir des conséquences... génocidaires.
L'ambiance est superbement retranscrite, en particulier dans le menu de sélection, remplis de ruines en feu et envahis par le son glaçant des sirènes d'alerte qui hululent sinistrement.

La grosse difficulté du jeu ( il n'est vraiment pas facile:! ) c'est qu'il utilise le moteur de jeu tactique de Stalingrad dans un jeu stratégique avec une phase de gestion des ressources. Dans Stalingrad, peu importait vos pertes tant que vous gagniez la bataille. Le scénario suivant vous mettait au commande d'une nouvelle force dont les composantes étaient déterminées par le scénario. dans "The day After" si vous perdez une unité en phase tactique, elle a disparu en phase stratégique et donc ne peut plus être sélectionnée. Il faut la remplacer en utilisant des ressources... et vu que vos ressources s’épuisent très vites. Pour gagner, il faudrait remporter chaque affrontement avec peu de perte..; mais c'est le moteur de jeu de Stalingrad. La plupart des scénarios sont de type : " Attaquez  les postions ennemies retranchées, les canons AT camouflées, les contre-attaques brutales... " Bref, vous perdez du monde... forcément...
Seul bon côté de la gestion des unités en campagne, elles gagnent en expérience. Plutôt que de fabriquer de nouvelles unités, vous pouvez améliorer une unité existante avec du meilleur matériel.
(1) heureusement, les sites de production et les raffineries sont considérées comme approvisionnés en permanence sinon ce serait galère.

_________________
Le champ de bataille ne fait que révéler à l'homme sa folie et son désespoir, et la victoire n'est jamais que l'illusion des philosophes et des sots. William Faulkner
avatar
Anaxagore

Messages : 901
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum