Mon scénario "victoire de l'Axe"

Aller en bas

Mon scénario "victoire de l'Axe"

Message par DemetriosPoliorcète le Jeu 6 Déc 2018 - 12:17

Salut! Je développe ici ma version, mi-récit, mi-tableau, d'un monde où l'axe a triomphé, en me basant sur les réflexions que nous avons eu sur le topic d'Anaxagore. Il arrivera en plusieurs foir, vous vous en doutez.


1940: après un projet d'attentat déjoué dans lequel étaient directement impliqués les services britanniques, Adolf Hitler se décide à renoncer à une paix négociée avec le Royaume-Uni et se persuade qu'il faut abattre la puissance britannique. La destruction de la poche de Dunkerque devient une priorité et, malgré les grands moyens mis en place par Londres et l'héroïsme des franco-britanniques, la majeure partie de l'armée britannique est anéantie.


S'ensuit l'envoi rapide de l'Afrikakorps pour renforcer les Italiens en Afrique. Rommel parvient à Alexandrie tandis qu'une émeute anti-britannique et anti-monarchique éclate au Caire. Un gouvernement dominé par les membres les plus radicaux du parti nationaliste Wafd est mis en place. D'autres combats ont lieu autour du canal de Suède, où la Légion Arabe Jordanienne et les troupes du foyer juif sont détruites par les troupes de l'Axe, qui entrent dans Jérusalem sous les acclamations de la population, emmenant dans leurs bagages le grand Mufti de Jérusalem. Les populations juives sont massacrées par les milices palestiniennes sous le regard bienveillant des troupes allemandes. Dans la foulée, Vichy est contrainte de proclamer la fin de son mandat sur la Syrie et le Liban. Une Grande Syrie est proclamée, réunissant Syrie, Liban, Jordanie et Palestine, dominée par la formation pro-nazie du Parti Social-Nationaliste et par le Baas. Décidé à protéger coûte que coûte les champs pétrolifères d'Irak, le Royaume-Uni débarque troupes et matériels à Bassora, au prix d'énormes efforts demandés aux Indes.

Dans le Raj britannique, la tension monte rapidement, tandis que les famines touchent des régions entières. L'assassinat du vice-roi, suivie d'une répression brutale, puis celui de Mohandas Gandhi, débouchent sur des émeutes, tandis que les Japonais remportent plusieurs succès navals, achevant de convaincre la population des colonies que l'Empire britannique s'effondre. Le Parti du Congrès proclame unilatéralement l'indépendance de l'Empire des Indes sous la forme d'un Etat unitaire, demandant une réconnaissance immédiate de Londres en échange de la poursuite de la gurre en tant que co-belligérant. Devant l'absence de réponse, le pays entier se soulève.

Comprenant que les Britanniques vont céder et que l'URSS va se retrouver seule, et malgré le résultat de simulations désastreuses pour l'armée soviétique [historique, les Soviétiques avaient vraiment envisager de rompre le Pacte de non-agression les premiers!], Staline lance des offensives massives sur la Pologne et la Roumanie. La Wehrmacht se ressaisit très vite rempousse en quelques semaines la ligne de front de l'autre côté de la frontière.

Les stratèges de Tokyo, comprenant que les possessions britanniques vont tomber rapidement dans son escarcelle et qu'il est inutile de commencer une lutte prolongée contre les Etats-Unis, honorent le Pacte Anti-Kommintern et envahissent la Sibérie soviétique.

A Londres, malgré l'arrivée du ouveau belligérant, le moral est au plus bas. Churchill est contraint à la démission, il mourra quelques mois plus tard, dans la dépression et l'alcoolisme. Halifax, qui le remplace, fustige la politique "irrationnelle et romantique" de son prédecesseur et engage des pourparlers avec l'Allemagne, justifiant son choix en expliquant que "même si un événement miraculeux nous permettait de résister encore à l'Allemagne, la victoire serait aussi celle de l'agresseur bolchévique".

Un armistice est signé à Bayeux, suivi d'une paix à Londres. L'Angleterre obtient de négocier directement l'indépendance de l'Inde (bien que l'Allemagne propose sa médiation). Les colonies britanniques et néerlandaises du Pacifique doivent néanmoins "engager un processus d'accession à l'indépendance sous la supervision des autorités japonaises".


Immédiatement après la reddition britannique, l'Espagne, le Portugal puis la France de Vichy déclarent la guerre à l'URSS. Au Moyen-Orient, l'Arabie Saoudite signe un traité de coopération avec l'Allemangen, tandis que Reza Shâh déclare la guerre à l'URSS. Rommel, désormais assis sur un océan de pétrole, attaque par le Caucase et fait sa jonction avec les troupes venue de l'ouest à Bakou.

Malgré d'immenses efforts, l'industrie soviétique finit par s'effondrer. 1943 voit la chute de Moscou et Léningrad. C'est la fin. Staline, trahi par un membre de son personnel, est éliminé par une attaque aérienne alors qu'il se déplaçait à l'ouest. Nikita Khrouchtchev signe un armistice, mais les chefs de l'Armée Rouge refusent de capituler. Un Etat Russe d'inspiration fasciste est instauré à Moscou par le transfuge Andreï Vlassov, mais son pouvoir se limite à quelques grandes villes. La majeure partie de l'URSS devient une zone de non-droit, se partageant entre seigneurs de guerre, républiques cosaques et poches de résistance communiste (lesquelles s'affrontent bientôt autant entre elles qu'elles n'affontent les troupes de l'Axe.
Le territoire "utile" de l'ancienne Union (Courlande, plaines agricoles d'Ukraine et de Russie du Sud, Caucase pétrolifère) sont directement annexées par le Reich, dans le cadre des "Reichkommissariat", destinés à être colonisés. Pour les populations slaves, qui ne croyaient pas cela possible, connaissent des années qui supassent en horreur celles de la terreur stalinienne. Des dizaines de millions de Slaves meurent dans les famines organisées, les déplacements forcés et les opérations antiguérilla, quand ils ne sont pas tout simplement tués par le travail forcé.

avatar
DemetriosPoliorcète

Messages : 89
Date d'inscription : 05/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon scénario "victoire de l'Axe"

Message par DemetriosPoliorcète le Jeu 6 Déc 2018 - 12:46

Les Amériques:

En 1944 en 1945, les Etats-Unis découvrent avec stupeur que le Reich est désormais sans rivaux en Europe, tandis que le Japon s'est emparé à peu de frais de territoires immenses, encerclant les Philippines américaines. Dans le même temps, les nouvelles des atrocités nazies arrivent progressivement aux Etats-Unis. C'est la période dite de la "Great Shame": l'opinion devient farouchement anti-nazie, et des personnalités comme Harry Truman, qui avait soutenu devant le Congrès une politique visant à n'avantager ni l'Allemagne ni l'URSS, sont décrédibilisées. L'isolationnisme cède la place à un réflexe défensif: il faut empêcher le pré-carré américain de tomber à son tour entre les mains de l'Axe. Le gouvernement lance des programmes de réarmement et de recherche militaire. La destruction d'un cuirassé allemand hors-service à la limite des eaux internationales américaines par une fusée V3 de Werner von Braun achève de convaincre l'opinion américaine de la nécessité de se lancer dans la course aux armements. Des ingénieurs soviétiques, récupérés par les services américains dans le cadre de l'"Opération Paperclip" sont associés aux recherches, dont Korolev qui deviendra le chef de la NASA.

En Amérique Latine, les régimes montrant des sympathies fascistes, Juan Peron en Argentine et Getulio Vargas au Brésil, sont renversés par des coups d'Etat militaire. Mais hors de question de laisser dans ces pays un terrain fertile à la contestation: les Etats-Unis imposent des réformes agraires et des systèmes redistributifs sociax-démocrates, suivis par un vaste plan d'aide financière destiné à encourager le développement industriel.

Il faut dire que sous la présidence de Henry Wallace, qui a succédé à Roosevelt, les Etats-Unis maintiennent un cap très à gauche, dans la continuité du New Deal. Plus de menace communiste à affronter désormais. Les républicains revenus au pouvoir dans les années 1950 maintiennent cette politique, tandis que la "Brown Scare", instrumentalisée par le sénateur McCarthy, plonge le pays dans la paranoïa anti-nazie.
avatar
DemetriosPoliorcète

Messages : 89
Date d'inscription : 05/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon scénario "victoire de l'Axe"

Message par Thomas le Jeu 6 Déc 2018 - 15:09

Quel monde plein de joie.

_________________
« Ce n’est que devant l’épreuve, la vraie, celle qui met en jeu l’existence même, que les hommes cessent de se mentir et révèlent vraiment ce qu’ils sont. »
Alexandre Lang.
Mes livres
avatar
Thomas
Admin

Messages : 1631
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 33
Localisation : Lyon

Voir le profil de l'utilisateur https://thomas_diana.artstation.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon scénario "victoire de l'Axe"

Message par PauL62 le Jeu 6 Déc 2018 - 18:12

Le canal de Suède? Ne serait-ce pas le canal de Suez plutôt?
avatar
PauL62

Messages : 52
Date d'inscription : 12/12/2016
Age : 29
Localisation : Pas-de-Calais

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon scénario "victoire de l'Axe"

Message par DemetriosPoliorcète le Jeu 6 Déc 2018 - 21:18

Thomas a écrit:Quel monde plein de joie.

J'essaie de faire un  XIXe et un XXe siècles moins sinistres que les nôtres dans "Histoire des Premiers Consuls", alors ici on peut dire que ça compense…

PauL62 a écrit:Le canal de Suède? Ne serait-ce pas le canal de Suez plutôt?

Euh oui...je fatigue, moi!
avatar
DemetriosPoliorcète

Messages : 89
Date d'inscription : 05/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon scénario "victoire de l'Axe"

Message par DemetriosPoliorcète le Jeu 6 Déc 2018 - 22:11

L'Europe

Avec la fin de l'URSS et la conquête du "Lebensraum", le but des Nazis est presque achevé. En 1945, Hitler, poussé par les pangermanistes dans son entourage, décide de parachever l'unité des germanophones en envahissant la Suisse, alors que le réveil de l'opinion américaine menace de gêner à l'avenir les projets Allemands (les Etats-Unis font sauter leur première bombe A l'année suivante). Prétextant le refus de la Confédération de rejoindre les nouvelles institutions économiques européennes, l'Allemagne provoque une crise diplomatique, suivie de pseudo-émeutes pangermanistes dans les cantons alémaniques. Une Blitzkrieg abat en quelques jours la Suisse, tandis que des milliers de juifs s'entassent dans les ambassades et consulats des puissances étrangères. Contre toute attente, les ambassadeurs Américains à Berlin et Berne réussissent à obtenir l'évacuation des juifs de Suisse vers les Etats-Unis. On sait aujourd'hui que l'Allemagne a cédé sur ce point qui satisfaisait l'opinion publique américaine pour mieux obtenir gain de cause sur tous les autres points, mettant la main sur l'économie suisse. Le pays est partagé entre l'Allemagne, l'Italie et l'Etat libre de Genève, en réalité dirigé par un commissaire allemand. La France n'obtient que quelques arrangements de frontière.


A l'échelle européenne, Hallstein, Schuman, Monet et Albert Speer créent la CECA dès 1946, mettant dans les faits la production industrielle de l'Europe entre les mains des technocrates du Reich. Une politique agricole commune est également mise en place pour obtenir l'autosuffisance alimentaire, d'autant plus que l'exploitation des terres agricoles de l'Est met du temps à se mettre en place. Les différentes institutions sont fusionnées dans la Communauté Economique Européenne en 1950.
Dans le même temps, l'Allemagne rassemble autour d'elle une alliance militaire, le Pacte de Delhi, qui rassemble les pays d'Europe et du Moyen Orient. Les Etats-Unis créent en réaction l'Organisation du Traité des Amériques. En Asie, la Sphère de Coprospérité rassemble compétences politiques, économiques et militaires.

Au Royaume-Uni, Halifax, qui espérait encore négocier une indépendance avantageuse des Indes, partagées entre plusieurs Etats où les Britanniques garderaient une forte influence, échoue. L'Empire des Indes devient un Etat unitaire, incorporant également Ceylan. La démission du premier ministre entraine une période de troubles, où l'aile la plus droitière du parti conservateur prend le pouvoir. Les fascistes d'Oswald Mosley, remis en liberté, contribuent au chaos tandis qu'à gauche, les Trade Unions se radicalisent, réclamant des réformes sociales et un rapprochement avec les Etats-Unis (théoriquement rendu impossible par le traité de paix qui impose la neutralité britannique). Les villes industrielles du Nord de l'Angleterre deviennent de véritables champs e batailles. Les Trade Unions finissent par être interdites, suivies du Parti Travailliste. Finalement, le Parti Conservateur et la British Union of Fascists fusionnent dans un nouveau Parti National. Le roi Edward VIII, revenu au pouvoir, accepte une Constitution (la première depuis Cromwell!) qui l'impose comme parti unique. Immédiatement, les pays du Commonwealth quittent l'organisation et rappellent George VI, qui s'installe à Ottawa (sans revendiquer le trône britannique néanmoins). Le premier geste du nouveau régime est de lancer une vaste offensive contre l'IRA en Irlande du Nord, suivie de l'expulsion systématique de tous les catholiques. L'Etat lance une répression terrible contre les travaillistes, les libéraux, les Juifs et les Indo-Pakistanais qui ne se sont pas encore enfuit ou n'ont pas été déjà assassinés par les bandes de la BUT. Le Royaume-Uni rejoint la Communauté Européenne.
avatar
DemetriosPoliorcète

Messages : 89
Date d'inscription : 05/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon scénario "victoire de l'Axe"

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum