[Vignette] La bête d’Orcival

Aller en bas

[Vignette] La bête d’Orcival

Message par Thomas le Ven 3 Aoû - 21:51

La bête d’Orcival

La courte histoire que je vais vous raconter ici se déroule en pleine guerre de cent dans le Duché d’Auvergne alors que la Reconquête est lancée contre les Anglais. Peu documenté, il s’agit vraisemblablement de la première histoire de « bête féroce » en France.


En 1369, la commune d’Orcival dans le Duché d’Auvergne commence à recevoir la visite d’une bête féroce après qu’une étrange comète rouge a traversé les cieux.
La bête s’attaque aux troupeaux domestiques des environs. Elle frappe généralement à l’aube et au crépuscule. Très vite la psychose s’installe dans les villages alors que les autorités ignorent initialement les appels à l’aide.

Au bout de quelques semaines, la bête s’attaque aux habitants. D’abord un garçon de douze ans et sa mère ramassant du bois dans la forêt proche d’Orcival. Aucun d’eux n’en réchappe. Les nobles et religieux appellent à prier pour éloigner la bête, sans résultat.

Jean Ier de Berry, Duc d’Auvergne, fait rassembler quelques chasseurs sous les ordres d’un de ses hommes. Des battues sont organisées et de nombreux loups sont tués, mais la bête nargue la troupe. Il est conté qu’un après-midi, une heure avant le crépuscule, la bête charge les chasseurs qui décochent alors leurs flèches sans blesser la bête. L’ont-ils seulement touché ? Toujours est-il que la bête s’éloigne ensuite au petit trot, s’assoit et toise les hommes alors qu’ils se replient vers Orcival.

Au début de l’hiver 1370, l’histoire arrive jusqu’aux oreilles du Roi Charles V le Sage, qui alors que la Reconquête fait rage, promet une prime de deux-cents deniers d’argent à celui qui tuerait la « bête ». De nouvelles battues furent organisées et toujours plus de loups sont tués, des carcasses de moutons empoisonnés sont abandonnées dans les champs, mais la bête ne s’y laisse pas prendre. Les attaques se succédèrent, avec de jeunes enfants pour principales victimes. La bête s’enhardit et se montre même en pleine journée.
Le Père Torchier, recteur de la basilique Notre-Dame d’Orcival, consigne un fait étrange : « les rares survivants des attaques semblent prit d’une fièvre étrange et tombe dans un profond sommeil de plusieurs jours avant de se réveiller divaguant au sujet de lieux étranges et de cité diabolique qu’ils décrivent avec des mots qui dépassent de bien loin leur éducation. Ensuite ils deviennent fous et agressifs tentant de mordre les gens. Le Diable les possède avant de les tuer ». Le Roi envoie un médecin dénommé Charlier constater l’étrange infection. Ce dernier constate que les malades semblent contaminées par une forme étrange de rage. Les personnes infectées meurent systématiquement treize jours après leur contamination. Consigne est donc donné d’achever les personnes blessées par la bête ou de maintenir les malades enfermés jusqu’à leur décès. Le médecin ordonne que les corps soient brulés.

Les descriptions qui furent faites de la bête varient beaucoup, certaines parlant d’un loup immense de la taille d’un âne avec une crinière et un pelage brun ou roux, d’autres d’une créature noire ou encore d’un loup de la taille d’un veau avec un pelage gris et rouge.
Le Roi envoie des troupes (vingt hommes en armes et dix arbalétriers) menées par le Capitaine Châtillon alors que quarante et une personnes ont déjà été tuées. Le Duc d’Auvergne semble trop occuper par la guerre et ne prête pas attention à la situation. L’abattage des loups ne change rien au court des évènements. La bête pénétrant avec audace dans les zones habitées et s’attaquant même à la troupe envoyée par le Roi. La bête est insaisissable.

En 1371, la bête tue quatre personnes et en blesse dix-sept lors d’une grande journée de battues. Les soldats eux-mêmes sont dépassés, car la bête semble résister aux carreaux d’arbalète. L’économie locale s’effondre à cause des pertes en bétail. La bête attaquant plus rarement le jour, les paysans cultivent les terres sous la protection de troupes royales et de chasseurs. La récompense promise par le Roi passe de deux-cents deniers d’argent à deux-cents écus d’or.
La situation n’évolue pas. Certains des habitants quittent la région pour trouver la sécurité. À la nuit tombée, Orcival et les villages alentours ressemble à des zones assiégées. Les fenêtres sont closes par de grands panneaux de bois, les portes sont barricadées et un couvre-feu a été instauré. D’après le Père Torchier, le Capitaine Châtillon est abattu par la situation.

Le 9 janvier 1373, « un homme d’âge mûr et portant une barbe grisâtre se présente à Orcival, il annonce être venu tuer la bête et refuse de décliner son identité. Il affirme venir de Gascogne, mais n’en dit pas plus.  On le décrit d’apparence solide et usée par les éléments, mais en bonne santé et de bonne éducation. Il porte une arme étrange avec lui, elle ressemble à un canon de guerre, mais bien plus petite et fine. » Probablement une escopette, mais les locaux n’en ont jamais vue avant. On se souvient de lui comme étant « le vieux chasseur ». Ses seules demandes sont d’être nourrit et loger et de disposer comme il lui sied de la dépouille de la bête.
Le vieux chasseur emprunte un cheval et une carriole en plus de sa propre monture et disparait dans la nature pendant 5 jours. Durant ce laps de temps on entend dans la forêt ce qui semble être des coups de tonnerre alors que le ciel est dégagé. Surement les tirs d’escopette.

À l’aube du sixième jour le chasseur se présente devant la basilique Notre-Dame d’Orcival, sa carriole chargée d’une carcasse dissimulée sous une bâche de toile alors qu’il est lui-même couvert de sang et semble épuiser. Avant de montrer la bête, il exige un seau d’eau pour sa toilette, qu’on lui dresse une table et lui apporte un repas chaud. Il refuse de quitter la carriole des yeux et interdit à quiconque de la toucher, aussi fait-il sommairement sa toilette en public.
Après s’être nettoyé et nourri, il dévoile la carcasse ensanglantée. Le chasseur n’autorise pas de mesure ni de contact avec la bête.

D’après le recteur de la basilique Notre-Dame d’Orcival « la bête ressemblant à loup en plus massif et trapu semble dépasser six pieds et demi de long (2 mètres) de long avec un poids probable de 260 à 310 livres (120 à 140 kilogrammes). Sa mâchoire semble massive et puissante, mais légèrement plus courte que celle du loup. Son poil plus épais et fourni que celui du loup. Sous le poil de son dos et sa nuque la peau semble être de cuire, comme celui d’un sanglier. Le poil est noir sauf sur le dos ou l’on trouve des nuances marron-roux toujours sombre. Le poil ne reflète quasiment pas la lumière. L’œil de la bête et rouge. Diabolique. »
Si on se fie au reste de la description, la bête a été touchée par au moins cinq tirs avant de succomber.

À midi le vieux chasseur se fait remettre des vivres et quitte Orcival. On n’entendra plus jamais parler de lui ni de la bête. Les deux-cents écus d’or n’ont jamais été réclamés.
La bête quant à elle, a fait en quatre ans près trois-cents victimes. Deux cent cinq personnes tuées au cours des attaques et quatre-vingt-dix personnes mortes de l’infection transmise par la bête. Pendant quatre ans, elle décimera le cheptel bovin et ovin de cette région de l’Auvergne. Les estimations oscillent en quatre-cents et neuf cents bêtes tuées.


Note de l’auteur :
La localisation et la date de cette histoire sont un clin d’œil à la Bête de l’Averoigne du Mythe de Chtulhu. Le chasseur est un clin d’œil à Bloodborne. En dehors du Roi et du Duc, les autres personnages sont fictifs.

_________________
« Ce n’est que devant l’épreuve, la vraie, celle qui met en jeu l’existence même, que les hommes cessent de se mentir et révèlent vraiment ce qu’ils sont. »
Alexandre Lang.
Mes livres
avatar
Thomas
Admin

Messages : 1512
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 33
Localisation : Lyon

Voir le profil de l'utilisateur https://thomas_diana.artstation.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Vignette] La bête d’Orcival

Message par Emile Ollivier le Sam 4 Aoû - 7:55

Mince, je m'étais laissé prendre à ton récit, Thomas :p
avatar
Emile Ollivier

Messages : 960
Date d'inscription : 26/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Vignette] La bête d’Orcival

Message par Thomas le Sam 4 Aoû - 7:58

On est pas à l'abri qu'un jour l'histoire reprise comme véridique sur d'autre site Wink

_________________
« Ce n’est que devant l’épreuve, la vraie, celle qui met en jeu l’existence même, que les hommes cessent de se mentir et révèlent vraiment ce qu’ils sont. »
Alexandre Lang.
Mes livres
avatar
Thomas
Admin

Messages : 1512
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 33
Localisation : Lyon

Voir le profil de l'utilisateur https://thomas_diana.artstation.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Vignette] La bête d’Orcival

Message par Emile Ollivier le Sam 4 Aoû - 8:09

Ça c'est clair :p

Mais Macron veille avec sa nouvelle loi "Fake news" !
avatar
Emile Ollivier

Messages : 960
Date d'inscription : 26/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Vignette] La bête d’Orcival

Message par Anaxagore le Sam 4 Aoû - 10:56

Je me disais bien que cela me faisait penser à du chtulhu. 

Si j'y pense et que je trouve le temps, je vous ferais uen liste de toutes les attaques de "bêtes" en France. La bête du Gévaudan, si c'est la plus connue, n'est cependant pas la plus meurtrière... et de loin.

_________________
Le champ de bataille ne fait que révéler à l'homme sa folie et son désespoir, et la victoire n'est jamais que l'illusion des philosophes et des sots. William Faulkner
avatar
Anaxagore

Messages : 1196
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 44

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Vignette] La bête d’Orcival

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum