La fondation de Rome est une uchronie

Aller en bas

La fondation de Rome est une uchronie

Message par Anaxagore le Sam 16 Déc - 11:36

Rome fut fondée le 21 avril 753 av J.C. par Romulus... euh... où est-ce deux génération plus tôt par Enèe ? Ah non, les romains se sont mis d'accord pour dire que le Troyen avait fondé Albe la longue, ville dont ses descendants (Romulus et Remus) seraient originaires. Tout ça c'est de la construction littéraire établie des siècles après les événements.

Je ne vais pas "rétablir la vérité", elle nous restera pour toujours inconnue. Il ne nous reste pratiquement plus aucune source littéraire sur les premiers temps de Rome. Quand aux preuves archéologiques... et les Romains de l'époque impériale ont creusé profondément les fondations de leurs thermes et de leurs cirques, et les palais de la Renaissance ont fait pire. Résultat... impossible d'en apprendre beaucoup.

1°) Fondation de Rome

Le site de Rome a été occupé depuis le néolithique. On a trouvé en particulier les ruines d'une cabane de bois détruite par incendie qui a livré la dépouille d'un chat piégé par les flammes... l'infortuné félin est le plus vieux chat domestique trouvé en Italie. Plus proche de nous dans le temps, on a daté les ruines d'un village vers -750. Lors de cette découverte, les médias ont parlé de la ville fondée par Romulus... la date n'est qu'une coïncidence. Rome n'a pas été fondé en - 753. Même les Romains de l'antiquité n'y croyaient pas. Cette datation était le résultat de comparaisons entre la chronologie traditionnelle de Rome et celle d’Athènes.... et surtout de contorsions et d'approximations incroyables. En plus, l'archéologues et historiens modernes se sont rendus compte que la chronologie athénienne est entachée d'erreurs. Pour tout vous dire, chercher une date pour la "fondation de Rome" n'a aucun sens. L'archéologie a mis en évidence que le site a toujours été occupé. Simplement, les baraques isolées et les petits villages sont devenus au VIème siècle avant J.C. une ville de 30 000 habitants. Il serait plus intéressant de demander quand Rome a eu conscience d'être une communauté ?

2°) La Rome des Rois

Ce que nous savons des rois de Rome se résume à la propagande anti-royaliste de l'époque républicaine. Allez demander aux Sans-culottes de vous parler des Bourbons ! L'intérêt historique est nul ! Par contre, l'archéologie nous a appris quelque chose. Sur le forum romain, il y a une dalle noire... étonnante puisque toutes les autres sont blanches. Tout spécialiste de l'antiquité vous apprendra que lorsque des modifications importantes de l'urbanisation entraînait la destruction d'un temple, il était d'usage d'en marquer l'emplacement. Les auteurs de l'antiquité romaine (époque impériale) mentionnaient brièvement cette plaque noire, signalant un "écrit en grec". Les archéologue ont donc creusé et trouvé une stèle enterrée avec des offrandes. Il s'agissait du reliquat de ce que les archéologues pensent être un des plus anciens sanctuaires de Rome, un simple autel à l'air libre qui devait se trouver sur le forum primitif de la ville.
L'inscription ressemble effectivement à du grec... mais n'en est pas ! Il s'agit en fait du plus ancien texte en latin trouvé à ce jour. Les lettres archaïque sont semblables à l'alphabet grec... malheureusement la stèle est mutilée (il manque la partie haute) et il ne reste pas assez de mots pour comprendre le sens du texte. Cependant, on lit clairement recei forme archaïque du latin rex (roi). La stèle devait être un édit royal... cela dit, si les archéologues ne nient pas le terme lui-même, mais avait-il à l'époque le sens que lui donnons, celui de "roi" avec toute la pompe que nous imaginons ? Le recei primitif pouvait être une sorte de magistrat.
Une autre découverte a eu lieu, non pas à Rome, mais à Vulci. Au XIXème siècle on mit au jour une grande tombe d'une famille aristocratique locale qui vivait au IVème siècle avant J.C. La grande sépulture était décorée de peintures en excellente état. On avait d'un côté des scènes de la mythologie grecque - principalement la guerre de Troie- et de l'autre des scènes de l'histoire (et des légendes locales) qui étant perdues depuis longtemps restent en grande partie incompréhensible. L'intérêt est que chaque personnage est accompagné de son nom et de sa ville de naissance. Or, on y voit un certain Masterna... Selon l'empereur Claude (qui était aussi philosophe et historien) Masterna était le nom étrusque de Servius Tulius, un roi de Rome. Un autre panneau montre un certain Gnaius Tarquinus de Rome... or, les Tarquins sont censés être les rois de Rome.
On attribue aux rois de Rome la construction de la première enceinte de Rome... c'est une légende. Rome n'a été entourée de murs qu'à l'époque du consul Servius Tulius, 400 ans avant J.C. Ils auraient aussi bâtis le premier égout de la ville (cloaqua maxima), possible... mais pas celui que les Romains connaissaient, fortement étendu à la fin de République. On dit aussi que le temps de Jupiter aurait été commencé à l'époque du dernier roi... possible aussi.  

3°) Une république ordonnée et structurée dès le départ ?

Lors que l'on lit les auteurs de l'antiquité romaine, on est frappé par la projection à posteriori de la gloire de Rome. On y raconte de grandes batailles... qui ont toutes eu lieu à moins de 60 km de Rome contre de "grandes villes" que l'archéologie réduit au rang de gros villages. On y voit des traités, des déclarations de guerre en règle. L'empereur Claude, à partir de sources étrusques (il lisait cette langue) décrit Rome comme un gros village aux mains de bandes rivales qui se livraient à des raids les uns contre les autres. Point étayé par une inscription retrouvée près de Rome en 1977. C'est un ex-voto dédié à Mars (écris Marmatei, car la langue est très archaïque). La plaque devrait dater du Vème ou VIème siècle avant J.C. et demande à Mars de protéger le "gang" d'un certain Popliosio Valesiosio qui pourrait bien être le Publius Velerius Publicolo des auteurs classiques, un des premiers consuls de Rome.
Les lois et le calendrier sont eux aussi attribuées aux premiers consuls. L'archéologie montre cependant que la Rome du Vème siècle n'avait pas de grands édifices, ni une organisation très élaborée.

_________________
Le champ de bataille ne fait que révéler à l'homme sa folie et son désespoir, et la victoire n'est jamais que l'illusion des philosophes et des sots. William Faulkner
avatar
Anaxagore

Messages : 1148
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 44

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fondation de Rome est une uchronie

Message par Lunarc le Sam 16 Déc - 17:49

J'ai justement eu un cours sur l'histoire urbaine de rome cette année, donc je copie/colle mes notes:

De la fondation aux Tarquin
Rome, entre mythes et réalités archéologiques
On dispose de peu de sources, très postérieures, et marquées par la réécriture, la reformulation.
Les romains ont une grande conscience de la dimension mythique des conflits et de leur fondation.
21 avril -753 jusqu’à -509. Romains ont conscience que leur histoire est largement réécrite, marquée par le mythe. Besoin d’avoir un récit fondateur, de légitimité, l’emporte. Justification politique. Auguste avec le mouvement antiquaire fossilise les textes fondateurs. Textes de la fondation sont très bourgeonnant, et sous auguste il y a une fixation du mythe. Une version parmi tant d’autre à l’époque à été choisi et fixée car elle servait le discours augustéen.
Aulu Gelle : Imago Romae, les villes colonies fondées après Rome ne sont que des répliques de Rome. On ne fonde pas une ville n’importe comment, il faut avoir l’accord des dieux, le faire selon des rites omniprésent depuis des générations. Espace sacré créé en traçant un sillon, un augure demande aux dieux lors de la procédure d’inauguratio s’ils sont d’accord.
21 avril 753, inoguratio de la ville de Rome, date célébrée tout les ans par la fête des Parilia.
Fonder une ville ne peut être fait par un moment court, longue chaine d’action et de création d’une mémoire collective.
Mundus, lieu de Rome où chaque nouvel habitant de Rome aurait jeté une poignée de terre de son ancienne cité.
Fidéisme ou hypercriticisme, deux manières de considérer l’histoire de Rome, soit on fait confiance aux sources, soit on critique tout. Deux types de sources pour les périodes de la fondation. Sources narratives, c a d la tradition.
Élément chez Varron, Festus, Tite Live.
Qui permettent d’avoir des visions discordantes ou complémentaires par rapport à la tradition. Denys d’Halicarnasse donne aussi une autre version de la fondation.
Vestige archéo, sur la coline du Palatin, et probléme d’aller tojours plus bas. Car destruction des périodes antérieures.
Romulus et Rémus deux enfants petits fils du roi d’Albe la Longue, Numitor, descendant du fondateur de la cité, Iule. Numitor détroné par son frêre Amulius. Mars viole Rhea Silvia, la fille de Numitor. Amulius tente de tuer les deux fils du viol, mais un esclave pose leur berceau sur le Tibre en pensant que le Tibre va les tuer. Ils s’échouent sur le Palatin, allaité par une louve. Un couple de berger les recueillent, ils apprennent leurs identités, remettent leur gtrand pére sur le trône, puis vont sur le lieu où ils se sont échoué pour fonder une cité. Romulus va sur le Palatin, Rémus sur l’Aventin. Romulus estime que les dieux lui donne raison, car ila vu passer douze vautours, et Rémus six.
Sillon tracé par Romulus, rémus le franchit, Romulus le tue en prononçant les paroles « Meurt ainsi tout ceux qui franchiront mes murailles ».
Récit augustéen, correspondant à une compilation de textes antérieurs. Remontant à Fabius Pictor, au IIIéme siécle.
Denys d’Halicarnasse, auteur de la période augustéenne. Il rapporte un magma de variations sur le récit de la fondation, les auteurs ne sont pas d’accord sur l’origine du nom de la ville, du fondateur, etc. Impossible de dire quoi que ce soit sur la fondation de la ville. Insertion dans une chronologie propre au latium, avec des villes du latium, Lavinium, Albe La Longue, Rome, ville inséré dans un même ensemble, une même généalogie
Un point commun, rapport à l’orient, à la Gréce.
Position des hypercriticiste. L de Beaufort, Dissertation sur l’incertitude des cinq premiers siécles de Rome, 1738, position aussi d’Ettore Pais et Theodor Mommsen.
Argument de l’incertitude des auteurs anciens, linguistique, avec nom de Romulus qui ne donne pas son nom à la ville, mais plutôt la ville qui donne le nom de Romulus, celui qui est romain. Fédération de village, qui se serait réunie pour former une ville. Idée des septs colline originelle serait plutôt colline close.
Mythologie comparée, Georges Dumézil, observer que l’on retrouve dans les mythologies des différents peuples des éléments structuraux, qu’il ramène à trois fonctions, pilier commun aux mentalités originelle, la fonction d’autorité.
Numa pompilius, aurait créé les institutions religieuses, ses successeurs reprennent les fonctions de guerre et la fécondité. Projection de fonctions structurelle a tout récit de fondation pour investir ces persos imaginaire et construir des fonctions de guerre, de religion et de fécondité.
Histoire antidaté, point de départ est date de 509, calcul de sept rois. Pour les romain, cycle de vie est de trente-cinq ans. 7 fois 35 est égal à 245, et donc égal à 509-245=754.
Selon certain la période royale n’existe pas, Rome commence en 509.
Lézarde en 1889 avec la découverte de la Lapis Niger, pierre boustrophédique, inscrite en continuité sans revenir à la ligne, daté du sixième siècle avant, plus ancienne inscription romaine.
Mot distinctement lisible de Regae, des rois. Donc difficile de dire que la royauté n’a pas existé.
Que disent les fouilles remontant à l’age du bronze ?
Il y a une utilisation très ancienne du sommet des collines de Rome. Dès XIVéme siècle avant notre ère, incertaine, et totalement certaine depuis le 10éme avant. Développement d’une population dans un cadre escarpé et boisé.
Civilisation latiale, on replace Rome dans le contexte de naissance d’une civilisation correspondant à un type d’organisation propre au latium. Caractéristique, nott le recueil des cendres des défunts dans des petites urnes, la fixation sur le sommet des collines. Sur le Palatin, on a retrouvé des vestiges de cette civilisation.
IXéme siécle, tombe plus nombreuse, véritable communauté sont sur place. Archéo disent qu’il y a donc quelque chose avant 753, mais les deux théories pas incompatible, en 753 juste quelque chose de nouveau.
Nécropole latiale d’Osteria dell’Osa, comparaison, avec ces tombes du IXéme/VIIIéme siécle avant.
Deux conclusions :
-Phase de la civilisation latiale voit le développement de rites funéraire sous domination stricte du père.
-Structure sociale très égalitaire, ensemble humain peu divers, avec pas de riche ou de pauvre

Tombe de + en + nombreuses, interprétation comme nouvelle croissance démographique, nécropoles se ferment, d’autres apparaissent, le forum est déserté dans son rôle funéraire, pour l’esquilin. Probablement a cette période que se resserent les liens entre commu, et les tombes se différencie, différenciation sociale accusé. Accumulation d’objets précieux dans certaines tombes. App d’objets non locaux, céramique corinthienne, étrusque. Soc s’organise donc, avec échange, groupe sociale aristo se détache, prob en rapport avec le commerce. Palatin voit apparaitre des structures solides, des traces d’habitations, trous de poteaux.
Cabanes, cité en développement, en évolution. Intéressant, car VIIIéme est période de fondation.
Donc source narrative pas complétement à côté de la plaque, n’invente pas tout. Est-ce qu’on a une évolution ou une révolution avec un fondateur su==qui change tout ?
avatar
Lunarc

Messages : 232
Date d'inscription : 25/10/2015
Age : 19
Localisation : Poitiers, ou dans sa région

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fondation de Rome est une uchronie

Message par Emile Ollivier le Dim 14 Jan - 19:23

Encore merci pour ces informations sur Rome, Anaxagore
avatar
Emile Ollivier

Messages : 937
Date d'inscription : 26/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fondation de Rome est une uchronie

Message par Anaxagore le Dim 14 Jan - 20:19

Mais de rien.

_________________
Le champ de bataille ne fait que révéler à l'homme sa folie et son désespoir, et la victoire n'est jamais que l'illusion des philosophes et des sots. William Faulkner
avatar
Anaxagore

Messages : 1148
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 44

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fondation de Rome est une uchronie

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum