Guerre froide : De Gaulle au pouvoir ! + Une brève histoire du Vietnam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Guerre froide : De Gaulle au pouvoir ! + Une brève histoire du Vietnam

Message par Emile Ollivier le Mer 21 Juin - 16:18

Élu député de Colombey-les-Deux-Eglises aux élections générales de 1945 sous l'étiquette « Alliance démocratique », celui que l'on surnomme « Le Général » est rapidement dégoûté par le retour aux querelles incessantes du parlementarisme et à l'instabilité gouvernementale chronique dans la France libérée. Ainsi, en 1946, lors d'un grand discours à Fontainebleau, dénonce-t-il le « Régime des Partis » et se déclare pour la fondation d'une Quatrième République disposant d'un régime présidentiel. Dans cette optique, il rejoint le PSF (Parti social français) du Colonel de la Rocque.

Aux législatives de 1950, le PSF est le premier parti de France mais il n'a pas la majorité nécessaire pour gouverner et l'Alliance démocratique, qui s'est effondrée car si le PSF se veut au-dessus du clivage Droite-Gauche, son programme attire principalement les gens de Droite qui se sont donc détournés de l'Alliance démocratique, s'allie une nouvelle fois à la SFIO, qui se maintient à peu près, pour former la nouvelle (et éphémère) équipe dirigeante avec Robert Schumann à sa tête.

Mais le PSF, bien que de plus en plus populaire, voit nombre de ses députés participer à leur tour au jeu parlementaire et à se « compromette » aux yeux du Général en votant l'investiture à divers gouvernement de « Coalition ». Certains même quittent le PSF pour l'Alliance démocratique et rejoignent des cabinets gouvernementaux.

De Gaulle dégoûté, démissionne alors de son poste de député. Le PSF s'effondre de lui-même. C'est la « Traversée du désert ».

Il faudra que la France se soit enlisée en Algérie pour que le Général fasse son grand retour en politique et prenne en main les destinées du pays.

En effet, depuis le soulèvement du 1er Novembre 1954, dit « Toussaint rouge », le FLN et son pendant militaire, l'ALN, ont déclenché une insurrection contre la présence française en Algérie afin de contraindre les Français à quitter le pays, comme ils l'ont déjà fait en Tunisie et au Maroc.

Le gouvernement a certes envoyé des renforts militaires en Algérie (dont des divisions retirées d'Asie du Sud-Est (Ex-Indochine) suite à la signature des Accords de Genève) et parvient à tenir le pays (donner la pleine citoyenneté française aux familles des Musulmans ayant rejoint l'Armée française suite à l'exil de 1940 a profité à la France en augmentant le nombre d'Algériens favorables à la France), mais des affrontements sporadiques ont toujours lieu entre l'ALN et l'Armée française. Pire, voyant que l'insurrection risque d'échouer, le FLN déclenche une série d'attaques contre la France métropolitaine même (à la grande fureur de Bourguiba, le Premier ministre tunisien, soutien discret du FLN certes, mais qui ne veut pas trop durcir le conflit avec la France dont il admire la culture).

Face à cette situation explosive et les élections législatives de 1955 approchant, De Gaulle sort de sa réserve et fonde un nouveau parti, l'Union pour la Nouvelle République (UNR) reprenant les thèmes de campagnes du défunt PSF.

De Gaulle promet en plus de « régler au plus vite la question algérienne ». Bien que ce propos soit ambigu, la plupart le prenne pour une défense de l'Algérie française.

D'ailleurs, l'Armée s'agite. En colère après le retrait de Tunisie, du Maroc et d'Indochine, elle craint un nouveau lâchage en Algérie à l'heure où le gouvernement s'apprête à accorder l'indépendance aux colonies d'Afrique noire au sein d'une nouvelle forme d'Union, la « Communauté française ». De Gaulle joue de la peur d'un coup d'État militaire lors de sa campagne tout en brossant l'Armée dans le sens du poil en promettant, à demi-mots, une guerre à outrance contre le FLN.

45 % des voix, c'est le score de l'UNR aux législatives. Face à l'ampleur du succès des « Gaullistes » à la menace d'un Putsch et grâce aux ralliements d'une partie des députés Front Républicain et Alliance démocratique, acquis en échange de quelques portefeuilles ministériels dans le gouvernement De Gaulle, celui-ci obtient l'investiture.

Mais cela sera-t-il un éphémère ministère de plus de la IIIème République ? De Gaulle fera en sorte que non. S'étant fait céder les pouvoirs constitutionnels par le Parlement, De Gaulle s’attelle à la rédaction d'une nouvelle constitution pour la France, constitution qui posera les bases d'un régime présidentiel fort. Par ailleurs, voulant tirer sa légitimité du peuple, il décide que cette constitution nouvelle devra être approuvée par référendum.

Une fois sa position fermement assise à la tête du pays, le Général se rend en Algérie. C'est en tenue d'officier qu'il fait son retour sur la terre où s'exila le gouvernement de la République française durant les heures tragiques de l'Occupation.

Le Général est toujours ambigu dans ses propos, adressant un tonitruant « Je vous ai compris » à la foule algéroise. Mais qui a-t-il compris ? Les Pieds-noirs, qui ont bloqués toutes les réformes visant à la mise en place d'un nouveau Décret Crémieux accordant la nationalité française pleine et entière à tous les Musulmans d'Algérie ? Les Musulmans pro-français qui souhaiteraient ce nouveau Décret Crémieux ? Ou bien les Indépendantistes ?

Seul l'avenir nous éclairera sur la véritable portée de ses paroles.

Notons que bien qu'ayant été porté en partie au pouvoir par les tenants de l'Algérie française (l'UNR ayant obtenue des scores magnifiques de la part des Pieds-noirs), le Général ne criera qu'une seule fois « Vive l'Algérie française ! » lors de sa tournée.

Peu après son retour en France, sans pour autant engager le contingent, le Général envoie d'importants renforts en Algérie.

Dans les mois qui suivent, De Gaulle paraphe la nouvelle constitution, la fait approuver par référendum (y compris par les Musulmans d'Algérie qui ont tous obtenus de De Gaulle la nationalité française pleine et entière) puis se fait élire Président de la République par le collège des Grands électeurs de la Communauté française (De Gaulle eut préféré se faire élire au S.U direct mais c'eut été trop pour le Parlement qui aurai pu le démettre. De plus, secrètement De Gaulle refuse de donner un tel pouvoir aux habitants de l'ex-Empire colonial) que De Gaulle a finalement mis en place.

Élu président de la IVème République, De Gaulle se doit de donner des gages aux tenants des grands partis qui ont finalement acceptés de voter la nouvelle constitution.

Ce gage est la nomination d'un grand Républicain issu des rangs du Parti radical et ancien Président du Sénat qui a finalement accepté de se rallier au Général (qui a toujours refusé le titre de Maréchal de France) au tout nouveau poste de Premier Ministre.

Un Premier ministre qui d'ailleurs, a aussi le mérite de rassurer les tenants du maintien de l'Union française.

Cet homme, c'est Gaston Monnerville.

Petit-fils d'esclave, combattant dans la Marine nationale durant la guerre, excellent orateur et, en tant que Guyanais, à la fois fermement attaché au maintien de l'Outre-Mer au sein de la République et à l'égalité stricte entre ses habitants et ceux de Métropole et, par conséquent, aux valeurs de Liberté-Égalité-Fraternité.

C'est d'ailleurs un cabinet de coalition allant de la SFIO à l'aile droite du PSF en passant par les modérés de l'Alliance démocratique que dirige Monnerville.

Pour Darlan, opposant opportuniste au retour du Général, c'est l'échec complet. Non seulement il ne sera pas Président du Conseil pour la 3ème fois avec des pouvoirs élargis de la IIIème République, mais en plus de ne pas figurer au cabinet Monnerville, il verra son bloc parlementaire d'opposition à la politique du Général progressivement s'effriter !

De Gaulle, désireux de montrer son admiration pour le Président démissionnaire, Georges Mandel, le nomme à la Présidence du Conseil constitutionnel, gage s'il en fallait encore, de la volonté démocratique de De Gaulle là où certains voyaient en lui un potentiel dictateur !

Immédiatement, De Gaulle et Monnerville se mettent au travail pour régler le brûlant dossier algérien.

--------------------------------------

Et maintenant, une brève histoire du Vietnam.

Je vais essayer de ne pas trop spoiler la Seconde guerre mondiale uchronique :p

Face à la menace grandissante de l'Empire du Japon et de l'irrédentisme thaï, et conformément aux vœux exprimés par les élus indochinois au "Conseil de l'Empire", la République française décida de réunifier les 3 Ky (Cochinchine, Annam et Tonkin) au sein d'une seule entité autonome, l'Empire du Vietnam, qui fut confié à Bao Dai, Empereur d'Annam.

Cependant, rapidement envahie après Décembre 1941, les autorités impériales furent à leur tour contrainte de quitter le Vietnam envahi par les Japonais, Japonais qui y installèrent leurs fantoches à la tête d'un soi disant "État de Vietnam".

Après le bombardement atomique de Hiroshima et la capitulation japonaise qui s'ensuivit, Hô Chi Minh proclama l'indépendance de la République Démocratique du Vietnam et entra dans Hanoï avant même le départ des troupes japonaises. Il tînt alors un discours qui était un véritable plaidoyer contre la domination française et le colonialisme et appela tous les Vietnamiens à s'unir pour empêcher le retour des Impérialistes français et de leur serviteur, Bao Dai.

Mais le CEFEO, de De Hauteclocque, n'était pas loin et un assaut brusqué fut lancé par les Français contre Haiphong bientôt suivi par l'entrée de l'Armée française à Hanoï.

Hô Chi Minh et son Lieutenant, le Général Giap, reprirent alors le maquis. Commença alors la Guerre d'Indochine qui de guerre coloniale, se transforma rapidement en guerre civile, au fur et à mesure que les Français formèrent l'Armée impériale vietnamienne et que le Viet-Minh fut équipé par la Chine populaire de Mao. En 1950, la France proclama officiellement la fin de tous liens de sujétion entre le Vietnam et la France, même si le Vietnam signa dans la foulée des accords de coopération et un traité d'amitié avec la République française.

Bao Dai et son gouvernement envoyèrent symboliquement une petite forcée armée lutter contre l'agression nord-coréenne dans la guerre de Corée.

En 1953, la guerre de Corée étant achevée, et la France étant malmenée par les troupes de Giap dans un conflit qui grevait son budget, commencèrent les négociations Franco-Américaines qui aboutirent aux Accords de Paris de 1954, les négociations ayant traînées en longueur du fait de l'instabilité gouvernementale chronique de la IIIème République française et des réticences de Paris à "lâcher" ses Alliés indochinois.

Les Accords de Paris stipulent que l'Armée française se retirera des 3 royaumes indochinois  mais que la France y maintien son influence culturelle et économique ainsi que quelques bases (ainsi, même si à Paris on parle de la fin de la guerre, des soldats français continuent encore de combattre le Vietminh, notamment en tant que « Conseillers militaires » comme Marcel Bigeard) tandis qu’un puissant Corps expéditionnaire américain commandé par le Général Matthew Ridgway, qui commandait déjà en Corée, débarque dans l’Ex-Indochine, suite officielle à l'appel au secours du gouvernement de l'Empire du Vietnam.

Au début, les Américains sont surpris, malgré les mises en garde françaises, par la vigueur de la guérilla et subissent quelques échecs locaux en dépit de leur énorme puissance de feu.

Finalement, les Américains contrôlent la majeure partie du pays mais subissent d’importantes pertes dû à la fois à la maîtrise tactique de Giap et au matériel livré à Hô Chi Minh par l’URSS et, surtout, la Chine populaire.

Hors, Staline est mort depuis 1953 et la Détente commence à poindre alors que les Américains sont toujours englués au Vietnam.

Après une brève mais intense lutte de pouvoir, Khrouchtchev s’est en effet imposé à la tête de l’URSS et, dans ses propositions aux Occidentaux figurent un plan de paix pour l’Indochine.

Cependant, les Américains choisissent l'option militaire tandis que la majorité des Vietnamiens soutiennent leur gouvernement, démocratiquement élu. Finalement, il faut attendre 1960 pour que les Américains, qui ont subis des pertes insupportables et qui font face à une forte contestation pacifiste, acceptent de signer, à Vienne, un Traité prévoyant un cessez-le-feu, la légalisation du Parti communiste vietnamien et l'entrée de plusieurs de ses membres au gouvernement impérial en échange du retrait des troupes américaines du Vietnam. Hô, symboliquement, ne participe par à ce nouveau gouvernement.

Les élections générales qui s'ensuivent, seront un relatif échec pour les Communistes, qui pensaient les remporter, mais les Vietnamiens, las de la guerre, ont choisis d'élire un gouvernement modéré.

Octobre 1962. Suite à l’installation par l’URSS de missiles nucléaires sur l’île de Cuba, le monde semble au bord de la troisième guerre mondiale. Depuis l’arrivée au pouvoir de Khrouchtchev à Moscou, les relations se sont tendues entre les deux puissances du bloc communiste que sont la Chine populaire de Mao et l’Union soviétique et la rupture est quasi-officielle désormais. N’ayant jamais accepté en son for intérieur les Accords de Genève « gelant » l’Ex-Indochine, le dirigeant chinois décide de profiter du fait que l’URSS soit « occupé » ailleurs pour lancer son armée à l’assaut de l’Empire du Vietnam de Bao-Dai. Bien entendu, Mao utilisera un prétexte et se sera un « appel au secours » d’Ho Chi Minh et du peuple vietnamien à la Chine anti-impérialiste (une mascarade en fait) qui lui servira de prétexte. Soutenu par les partisans de l’oncle Ho, l’Armée populaire de libération se rue à l’assaut du Tonkin.

Las… USA et URSS dénoncent tous deux la violation des Accords de Genève et trouve rapidement un accord pour mettre fin à la crise des missiles. Le dirigeant soviétique masse son armée à la frontière chinoise et dénonce l’invasion du Vietnam mais s’abstient de soutenir l’agressé. Pour l’Amérique, l’équation est tout aussi compliquée. Le traumatisme de la « Guerre du Vietnam » étant tout proche. Kennedy se contentera donc d’envoyer massivement des armes, d’envoyer des conseillers militaires à Bao Dai et, au cas où, de mobiliser la Flotte dans le détroit séparant Taïwan de la Chine continentale. De Gaulle aussi soutient massivement le Vietnam en envoyant des armes et ses propres conseillers militaires à l’Empereur.

Sur le terrain, contre toute attente, la petite armée vietnamienne est parvenue à contenir les premiers assauts de l’APL mais elle risque de crouler sous le nombre. Heureusement, le Laos, le Cambodge et, surtout, la Chine républicaine envoient leurs propres armées soutenir le petit dragon indochinois.
Néanmoins, devant également mobiliser d’importantes ressources au nord, pour faire face à une éventuelle intervention soviétique (de nombreux incidents de frontières ont déjà eu lieu), et étant enlisé au sud face à la courageuse armée vietnamienne, Mao accepte la médiation indienne et un cessez-le-feu et finalement signé.

L’Armée populaire de Libération se retire des modestes territoires vietnamiens qu’elle a conquis mais le « mal » est fait. Vietnam, Cambodge et Laos acceptent la présence de bases américaines sur leur sol et se lient désormais définitivement au bloc de l’Ouest.

Dans les années qui suivent, le gouvernement vietnamien conduira le pays sur la voie d'un important développement économique, tout en prenant discrètement le "leadership" de l'Ex-Indochine.



Oui je sais, je pollue le forum + Maraud va en faire une attaque :p


Dernière édition par Emile Ollivier le Jeu 22 Juin - 10:17, édité 1 fois
avatar
Emile Ollivier

Messages : 826
Date d'inscription : 26/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerre froide : De Gaulle au pouvoir ! + Une brève histoire du Vietnam

Message par Rayan du Griffoul le Mer 21 Juin - 17:12

C'est quand même dommage de nous sortir le deuxiéme tome d'une saga, alors que le premier c'est pas fini.


Dernière édition par Rayan du Griffoul le Ven 23 Juin - 17:32, édité 1 fois
avatar
Rayan du Griffoul

Messages : 38
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 25
Localisation : Dans le grand nord Ariégeois

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerre froide : De Gaulle au pouvoir ! + Une brève histoire du Vietnam

Message par Thomas le Mer 21 Juin - 18:55

Question Emile Ollivier: est-il prévu à terme une publication?
Car dans ce cas vu la multiplication des sujets LFC, il faurais peut être les regrouper dans la section "Projets".

_________________
« Ce n’est que devant l’épreuve, la vraie, celle qui met en jeu l’existence même, que les hommes cessent de se mentir et révèlent vraiment ce qu’ils sont. »
Alexandre Lang.
Mes livres
avatar
Thomas
Admin

Messages : 1304
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 32
Localisation : Lyon

Voir le profil de l'utilisateur https://thomas_diana.artstation.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerre froide : De Gaulle au pouvoir ! + Une brève histoire du Vietnam

Message par Emile Ollivier le Mer 21 Juin - 19:33

Rayan,

Ça n'est pas le premier topic où je m'attaque à la guerre froide LFC. L'an dernier j'avais bidé avec la liste des présidents du conseil :p Et puis ça n'estqu'une beta si je puis m'exprimer ainsi Wink

Thomas,

Rien que l'idée que tu puisses penser ça me touche beaucoup Smile En effet créer une catégorie pour mes topics est une bonne idée. Peut être pas dans projet pat contre vu que c'est, pour l'instant un passe temps loin du niveau de tes oeuvres ou de celles d'Anaxagore.
avatar
Emile Ollivier

Messages : 826
Date d'inscription : 26/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerre froide : De Gaulle au pouvoir ! + Une brève histoire du Vietnam

Message par Thomas le Mer 21 Juin - 21:06

u peux m'envoyer en MP, tout les sujets créés en rapport à ta TL. Je vais voir pour créer une section.

_________________
« Ce n’est que devant l’épreuve, la vraie, celle qui met en jeu l’existence même, que les hommes cessent de se mentir et révèlent vraiment ce qu’ils sont. »
Alexandre Lang.
Mes livres
avatar
Thomas
Admin

Messages : 1304
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 32
Localisation : Lyon

Voir le profil de l'utilisateur https://thomas_diana.artstation.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Guerre froide : De Gaulle au pouvoir ! + Une brève histoire du Vietnam

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum