Un autre uniforme pour l'armée française en 1914?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un autre uniforme pour l'armée française en 1914?

Message par hendryk le Mar 18 Avr - 20:02

Il aura fallu attendre 1915 pour que l'état-major français comprenne enfin que l'uniforme de ses soldats n'était pas adapté à la guerre moderne. Pourtant, diverses propositions avaient été faites au cours des années précédentes. Quel aurait été selon vous le meilleur choix? (Et le plus plausible, ce qui n'est pas nécessairement la même chose...)

LES TENTATIVES DE RÉFORMES DE L'UNIFORME

À des fins de modernisation de l'uniforme, les britanniques avaient adopté en 1900 la couleur kaki (de l'hindoustani signifiant couleur de poussière), déjà essayé à plusieurs reprises aux indes depuis 1857, les allemands la couleur feldgrau en 1907, tandis que les austro-hongrois choisissaient en 1909 une couleur gris-bleu (hechtgrau, gris brochet) et les russes en 1910 une couleur gris verdâtre.
Ainsi la France fût le seul pays en 1914 à partir en guerre sans tenue adaptée à la guerre moderne. On reste pourtant étonné d'apprendre qu'en France il y eut plus d'essais de tenues de couleurs ternes que partout ailleurs. On sentait bien que le rouge garance était trop visible, l'expèrience de la guerre des boers ayant montré la nécessité d'une tenue camouflée (on parlait à l'époque d'invisibilité). Toutefois aucune de ces tentatives ne fût suivie d'adoption. Les partisans du pantalon garance avaient toutefois l'excuse que les spécialistes étaient loin d'être d'accord sur sa visibilité, en réalité d'un rouge trés éteint. Ainsi on pouvait entendre les arguments suivants:

Esprit de corps: la diversité des uniformes a l'avantage de créer l'émulation entre les différentes troupes, dont chacune a son histoire qu'on ne devrait pas rayer d'un trait de plume. Nos soldats pourraient moins qu'avant s'identifier à leurs devanciers.
L'absence de toute couleurs distinctives pourraient produire des méprises sur le champs de bataille, on pourrait prendre nos soldats pour des allemands (c'est une des raisons invoquée contre la tenue réséda, dont la teinte ressemblait trop au feldgrau)
A contre jour on ne les verra pas (Georges Scott)
Ils n'auront plus l'air de rien...
Le pantalon garance c'est la France! (Etienne, ancien ministre de la guerre)
En fait, les tenues d'essai furent l'objet de vives critiques qui les firent abandonner les unes aprés les autres, et c'est vraisemblablement cette recherche du mieux qui a conduit à la conservation de la tenue traditionnelle jusqu'en 1914. Dans ses mémoires Joffre cite un cas comparable pour les cuisines roulantes, dont l'adoption aurait notamment permis d'alléger le sac du fantassin (cf. Les Cuisines Roulantes). Ainsi l'armée française de l'été 14 partit en campagne sans tenue adaptée à la guerre moderne et sans cuisine roulante.

Le seul ordre ferme de réforme interviendra le 27 juillet 1914, quelques jours avant la déclaration de guerre, mais il sera bien sur trop tard pour l'appliquer avant les premières hostilités.

Il reste à préciser que ce fameux pantalon n'est sans doute pas le principal facteur des pertes élevées du début de la guerre, mais bel et bien la doctrine de l'offensive à outrance (cf. doctrine militaire à l'entrée en guerre).

1897 - premières tentatives: On essaya cette année là au 45°RI un casque en cuir noir, avec un cimier assez bas et ornements de cuivre, ainsi qu'une tunique et de petites guêtres en cuir noir à lacets. Le casque tomba dans l'oubli, mais la tunique fût adopté ainsi que les guêtres qui équipèrent l'ensemble des troupes à pieds, à l'exception des zouaves, tirailleurs et troupes des 14° et 15° corps (Lyon, Marseille et secteurs alpins, équipés de bandes molletières)



1902 un casque pour l'artillerie: sur demande des artilleurs un casque chromé est mis à l'essai, mais ne sera jamais officiellement adopté, bien qu'on lui reconnaisse des qualités, notamment sa légèreté, son équilibre, sa faible visibilité et sa résistance aux projectiles. Là aussi, plusieurs variantes seront testées jusqu'à la guerre.

1903 la tenue "boër": On l'a bien compris, l'ancien axiome le feu attire le feu est devenu la visibilité attire le feu. En 1903 une commission a été formée, dirigée par le général Gillain, dont le but est de concevoir un nouvel uniforme pour nos troupes. Une compagnie entière du 28°RI défila avec le nouvel uniforme pour la revue du 14 juillet (appellée la compagnie "boër", les boërs étant trés populaires dans ces temps là). La tenue était de couleur gris-bleuté, plus foncée que la couleur finalement adopté fin 1914.

Le chapeau brun à large bords protége de la pluie et du soleil (c'est cet élément qui a conduit à l'appellation de tenue "boër"). Les encombrantes cartouchières à la ceinture étaient remplacées par des cartouchières en bandoulière, comme c'est le cas chez les anglais, ce qui devait faciliter le tir couché, nécessité moderne!

On aurait du avoir: chapeau boër, avec bord relevé par la cocarde nationale, culotte et vareuse de laine gros bleu de même nuance avec bouton corozo noir. Comme coiffure on pensait aussi au bonnet de police à visière, à l'autrichienne. Donc, plus de boutons en métal, plus de plaques de ceinturon mais des agraphes brunies, etc.

Il s'agissait d'une tenue de campagne simple, pratique, hygiènique, d'un coût modique, et dont la coiffure était sans doute l'élément le plus discutable. On ignore encore les véritables raisons ayant conduit à son abandon.



La tenue beige-bleue 1906: Cette tenue fut mise à l'essai à la 5° compagnie du 43° RI (Lille) et à la 6° compagnie du 72°RI (Amiens). Un mélange de beige et de bleu donne un gris plutôt bleuté et assez soutenu. La tenue comportait une tunique-vareuse à collet rabattu à une rangée de boutons, une capote également à collet rabattu à une rangée de boutons. Les boutons sont bronzés, le numéro de col et la grenade qu'ils surmontent sont de couleur garance. Au 43° la tenue était complétée par une culotte portée avec des bandes molletières, tandis qu'au 72° on conservait le pantalon pris dans des jambières de cuir noir.
Il semble que la coiffure ait particulièrement préoccupé la commission, qui en fit essayer trois: un képi "ovalaire", essayé à Lille, un casque et un béret essayés à Amiens. Le béret en drap beige-bleu était semblable à celui des chasseurs alpins, tandis que le casque lui aussi en drap beige-bleu était semblable au casque colonial. Il avait comme ornement une grenade surmontée d'une cocarde tricolore et d'un pompon. on sait que sa forme haute fut vivement critiquée.

On ignore là encore les véritables raisons ayant conduit à l'abandon de cette tenue, peut être sa couleur ou quelques détails auxquels on aurait sans doute pu remédier.



Le sac Aubry: Ce sac en deux parties, imaginé par l'adjudant Aubry du 124° régiment d'infanterie, a été essayé lors des manoeuvres de 1907. A la fois moins lourd et moins fatiguant que le sac As de carreau qu'il failli remplacer, son concept a été réintroduit 20 ans plus tard.

L'équipement Mills-Bruzon: Cette compagnie américaine a fourni les armées britanniques (1908) et américaine (1910) avec succés. Une variante de leur équipement a été essayée lors des manoeuvres de 1908 avec quelques modifications mineures mais intéressantes de l'uniforme et un allégement du barda, sans adoption là aussi (voir ci-dessous). Un autre de leur équipement sera essayé sur la tenue Détaille (voir plus bas).

La tenue de 1909: Un essai nettement moins ambitieux eut lieu au 131°RI d'Orléans. Le pantalon garance était conservé ainsi que le képi pompon. Seule la tunique ample était remplacé par une vareuse bleu-foncé à col droit, muni de deux poches extérieures sur la poitrine et de pattes d'épaules bleu-foncé orné d'une grenade garance. Cette vareuse ne trouva pas non plus grâce aux yeux des spécialistes.
La tenue gris-vert réséda 1911: une commision fut chargé en 1910, sous la présidence du général Dubail, de rechercher une tenue moins criarde que celle alors en service. Le drap en vert réséda est adopté, et on s'est efforcé de faire disparaitre tout ce qui brille, pour ne pas trahir la présence de la troupe à grande distance.

Les subdivisons d'armes se distinguent par la couleur des boutons, les pattes de parement "à la suédoise" (en fait un élément archaïque qui refait son apparition), les passepoils du pantalon, les pattes d'épaules et la couleur des écussons. Les insignes de grade seront peu voyants (amélioration trés importante).

Les soldats à pieds ont une vareuse, une capote et un pantalon avec des bandes molletières et seront coiffés d'un casque en liège recouvert d'un drap gris vert. Ce casque sera surmonté d'un cimier bas métallique amovible en temps de paix, remplacé par une cocarde tricolore moins visible en temps de guerre. Les officiers auront une casquette avec visière, leur sabre sera remplacé par un sabre court légérement courbe.  

Les cavaliers ont une vareuse, un manteau et une culotte, avec de fausses bottes. Ils ne porteront plus le képi, les dragons et les cuirassiers garderont leur casque actuel, les hussards et les chasseurs auront un nouveau casque. En campagne les casques seront revêtus d'un manchon.

A l'instar de la tenue böer, nous avions là une tenue de campagne simple, pratique, hygiènique, peu coûteuse. Malheureusement cette tenue, promise à un brillant avenir, perd son plus farouche défenseur, le ministre de la guerre Maurice Berteaux, tué par un avion lors d'un meeting aérien. Ainsi l'essai tourne court aprés les manœuvres du 6° corps en septembre. Son successeur, Messimy, se laisse convaincre par les nombreux opposants au vert réséda, de continuer les essais sur le nouvel uniforme. Il écrira pourtant dans ses mémoires: L'expérience ayant été concluante du point de vue tactique, j'estimais qu'elle était sans réplique et je me proposais de passer à l'exécution des marchés. Mais j'avais compté sans les journaux et surtout sans les commissions de la chambre; les uns et les autres furent d'accord pour réclamer "patriotiquement" le maintien du pantalon rouge et s'opposer à l'adoption de la nouvelle tenue... Je décidais donc qu'on devrait rechercher dans les teintes neutres une couleur plus plaisante que le vert réséda, auquel on avait opposé des critiques unanimes, et une tenue plus seyante que celle utilisées aux manoeuvres.

Si ce ministre a aussi écrit: Cet attachement aveugle et imbécile à la plus voyante de toutes les couleurs devait avoir de cruelles consèquences, on ne peut qu'être étonné qu'il n'ait pas plus insisté pour faire adopter la tenue réséda.



Entre la tenue réséda et le bleu horizon: A la fin de 1911, personne ne sait à quoi ressemblera le futur uniforme. Le successeur de Maurice Berteaux, Messimy, constitue une nouvelle commission où entrent Edouard Détaille et Georges Scott, autant dire une garantie de conserver le pantalon garance. A la chambre des députés, la commission du budget estime que seuls les fantassins ont besoin d'une réforme visant à l'invisibilité. Le député Eugène Clémentel s'exprime ainsi dans son rapport pour la cession de 1912 - donnant l'état d'esprit de l'époque:

Restent seuls en cause les fantassins. Nous constatons que dans leur tenue, la visibilité est augmentée par l'encadrement de la capote bleue entre un pantalon et un képi rouges. Le problème ainsi limité, la solution est fort simple. Le rouge du pantalon, déjà masqué en grande partie par la capote et les jambières de cuir, deviendra tout à fait invisible si on donne à notre infanterie des bandes molletières en drap de capote. Quant au képi, on pourra se borner à le recouvrir en temps de guerre, comme l'a proposé M. Paul Cossu, d'un manchon couvre-nuque de la même nuance que la capote. Il est donc possible d'obtenir le résultat recherché - une invisibilité relative - sans apporter une onéreuse perturbation dans nos approvisionnements de guerre...

Nous avons des préoccupations plus graves et nous avons le devoir de vous demander si la couleur réséda élévera le moral de notre armée. Or il est à prévoir que le soldat finira par s'exagérer le danger contre lequel on veut le protéger. S'il voit ses chefs eux mêmes lui donner le moyen de se dissimuler, l'obliger pour ainsi dire à disparaître du terrain de combat, il aura une tendance à continuer cette dissimulation par des moyens plus énergiques... Il ne faut pas apprendre à se cacher à un soldat auquel l'amour propre, le désir de paraître, de se distinguer font accomplir des prodiges.

D'ailleurs, pour éviter un danger illusoire, on court au devant d'un danger certain. Si tout les combattants amis et ennemis sont habillés à peu prés de la même nuance, bien habile qui reconnaîtra les siens sur les futurs champs de batailles... Ne serait il pas souverainement imprudent de laisser se grouper autour de notre drapeau des uniformes presque allemands?

D'autres considérations interviennent encore. Dés le temps de paix nous devons donner aux jeunes gens le goût militaire... Chez les militaires, la négligence et le laisser-aller passent vite des vêtements à l'allure et de l'allure aux actes. L'amour de l'uniforme est aussi un des principaux motifs de rengagement dont nous avons un besoin absolu pour certaines troupes. Ce serait risquer d'en diminuer, sinon d'en tarir la source, que de retirer aux sous-officiers et aux soldats les petites distinctions qui satisfont bien innocemment leur amour propre...

En cherchant à rendre moins visibles, moins brillant nos uniformes actuels, on a donc dépassé le but. Faire disparaître tout ce qui est de couleur, tout ce qui donne au soldat un aspects gai, entraînant, rechercher des couleurs ternes et effacées, c'est aller à la fois contre le goût français et contre les exigences de la vie militaire.

Enfin sans être conservateur à outrance, il est permis de penser que cette habitude qu'à notre œil des uniformes actuels a son importance. Le pantalon rouge a quelque chose de national. Au lendemain des jours de deuil, c'est dans l'uniforme traditionnel  que nous avons enveloppé l'armée de la république et toutes les espérances que nous avons fondées sur elle. Nous voulons donc conserver à notre uniforme ces caractères qui nous attachent tant à lui. La transformation radicale de nos alertes petits troupiers en lourds "réséda" nous paraît une mutilation.

Ce n'est pas à dire que tout est pour le mieux et que nos uniformes intangibles doivent rester absolument tels qu'ils sont. Nous ne voulons pas de gaieté de coeur favoriser le tir de l'ennemi sur nous et sur nos enfants. Des améliorations sont possibles, il faut les chercher. La visibilité d'une troupe tient beaucoup moins à la couleur des vêtements qu'aux accessoires. Supprimons de la tenue de campagnes toutes les parties scintillantes. Les teintes nationales peuvent être adoucies de façon à être moins visibles, tout en restant dans le même rapport. Les éléments d'agrément de l'uniforme doivent être conservés, développés même; on n'est pas obligé de les porter en campagne. Les vêtements doivent être seyants, variés, agréables à l'œil, d'aspect gai et martial, l'équipement et le havresac commodes et peu embarassants.

Le ministre de la guerre semble avoir partagé nos opinions et être entré dans la voie que nous traçons. Répudiant le réséda universel, il a manifesté sa volonté de conserver le pantalon rouge qui n'est d'ailleurs pas la partie la plus visible de notre uniforme. Il a confié à deux artistes, dont l'un est l'honneur même de la peinture militaire française, nous avons nommé M. détaille, le soin de rechercher l'accord de l'art avec les nécessités d'un habillement simple et pratique, d'établir l'harmonie de couleurs et de formes qui, tout en laissant notre œil sous la même impression générale, abaissera ce que nos teintes actuelles ont de trop voyant et laissera cependant à nos uniformes un aspect nettement différent de celui des autres nations. Nous avons deux grands caractères à conserver: le caractère national et le caractère artistique, deux traditions à allier: notre cocarde et notre goût. Leur union ne peut être assuré par des mains plus habiles.

La cavalerie: Georges Scott s'occupa de l'uniforme de la cavalerie. Pour lui une tenue peu visible ne présentait pas d'intérêt, puisque "on ne distingue que les chevaux et que le cavalier ne compte pour ainsi dire pas". Il ne s'occupa pour ainsi dire que de panache, avec notamment un essai de nouveau casque pour la cavalerie légère.

Finalement, aprés des années d'essais, on retint en 1913 pour la cavalerie légère un casque trés voisin de celui que portaient depuis quatre décennies les dragons et cuirassiers.

La tenue Détaille: Edouard Detaille conçut l'uniforme de l'infanterie et proposa une grande tenue et une tenue de campagne. La culotte garance était conservée, préférée au pantalon, car les jambes serrées dans les bandes molletières étaient ainsi bien dégagées.

Pour la tenue de campagne, la capote était en drap bleu-cendré à large col rabattu avec deux grandes poches en travers et sans boutons apparents. La vareuse était confectionnée dans le même drap, mais différents modèles furent proposés. On conservait le képi, mais celui-ci était recouvert de cuir (amélioration certaine).

La grande tenue était composée d'une tunique bleue bordée d'un passepoil garance, à neuf boutons, collet droit et parements rouges. Les clairons et tambours portaient une tunique ornée de huit galons plats en brandebourg.

Le peintre explique se choix dans l'illustration du 9 mars 1912: J'ai été guidé, en créant ces tenues, d'abord par l'observation et le respect des vieilles traditions nationales, ensuite par les nécessités pratiques et les nouvelles habitudes sportives qui, forcément, doivent modifier les coupes des uniformes. Il n'est nullement question de changer de fond en comble les tenues de l'armée... Il est nécessaire de bien nous différencier, et par tout les moyens possibles, des tenues portées par toutes les autres armées; Il est indispensable quand on distinguera à la lorgnette un peu de garance aux képis, de savoir qu'il ne faut pas tirer dessus.



Fantassin en tenue de combat et en tenue de sortie (à gauche) ainsi que le clairon en grande tenue (à droite): on peut constater que dans la tenue de combat, des effets trés voyants, comme la double rangée de boutons de cuivre ou la boucle du ceinturon modèle 1845, ont été enlevés. Les poches de la capote sont plus accessibles, et le col replié est plus fonctionnel par grand froid que le col droit.

L'élément le plus original était le casque, appellé bourguignotte, réservé à la grande tenue, car on le considérait comme trop lourd pour la tenue de campagne. Il était en cuir bouilli pour l'infanterie (ci. 550g) et en acier bruni pour l'artillerie (ci. 950g). Son concepteur le présentait comme le vieux casque français par excellence.

Il revient à Alexandre Millerand, successeur de Messimy à la guerre, de mettre à l'essai deux uniformes:

La tenue Detaille
La tenue réséda modifiée (Commission Dubail, qui dût modifier drastiquement sa tenue: on conservait la vareuse réséda, tandis qu'on réintroduisait le pantalon garance)

Elles furent présentées au public lors de la revue du 14 juillet 1912, la tenue Détaille portée par deux compagnies du 28°RI pour la tenue de campagne, une compagnie du même régiment pour la grande tenue, alors que deux autres compagnies eurent la tenue réséda modifiée. La aussi, nous ignorons pour quelles raisons ces tenues furent à leur tour condamnées.



Le drap tricolore: Peu de temps aprés, la commission Dubail s'étant remise au travail, on pensa trouver la solution dans un drap dit tricolore, composé de laine bleue (60%), rouge (30%) et blanche (10%), qui selon le professeur Moureu, produisait sur l'œil une impression de bleu mal défini. La déclaration de guerre empêcha de confectionner des tenues d'essais dans ce drap.

La couleur finalement adoptée: devant l'urgence d'adopter n'importe quoi de moins voyant, la première réaction est de se tourner vers la couleur de nos alliés britanniques, mais ceux-ci réservent leur production pour leurs propres troupes, et nos industriels ne peuvent pas fournir les métrages nécessaires au réhabillement général de l'armée française. Il y aura bien un kaki français, mais du fait de ses faibles tonnages il sera limité aux troupes d'Afrique, déjà habituées à ce type de coloris pour leurs tenues de toile. Faute de colorants appropriés et de la maîtrise du procédé chimique, quelque peu nouveau pour nous, la nuance sera en fait trés différente du kaki britannique, et sa dominante jaunatre lui vaudra le surnom officieux de drap moutarde.

Pour le reste de l'armée, une seule solution est envisageable, se tourner vers l'essai en cours, celui du drap tricolore. Le professeur Charles Moureu, ayant exercé des fonctions de premier plan au sein de la commission des études et expériences chimiques du ministère de la guerre, s'exprima ainsi dans son ouvrage cité en bibiographie:

Lorsque l'urgence de la situation imposa enfin la nécessité d'une solution immédiate, nous nous trouvions privés de rouge d'alizarine, que nous importions en totalité d'Allemagne. Il fallut renoncer à l'un des éléments du drap tricolore, et l'on se contenta d'un drap composé de laine bleu-indigo et de laine-blanche. Telle est l'origine de ce bleu-horizon auquel l'histoire sera bien forcée d'accorder l'absolution que les techniciens lui refusent à bon droit

L'appellation officielle fut drap bleu clair, bientôt connu de tous sous l'appellation bleu-horizon. C'était une couleur salissante et plutôt visible, mais malgré ses imperfections elle fut employée durant toute la guerre. On ne sait pas pourquoi on n'est pas revenu à d'autres couleurs au cours de la guerre, notamment au drap tricolore lorsqu'on sut enfin fabriquer l'alizarine en France?
avatar
hendryk

Messages : 65
Date d'inscription : 21/10/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un autre uniforme pour l'armée française en 1914?

Message par Anaxagore le Mar 18 Avr - 22:57

On parle de certaines de ces propositions dans "Les secrets de la Grande Guerre" de Rémy Porte.

Je signale au passage un point. Contrairement à ce qu'on croit, l'armée française avait fait quelques efforts de camouflage en 1914. Signalons d'abord l'adoption d'un manchon pour le képi bleu et rouge, et un couvre-casque pour le casque de cavalerie (celui que porte encore les Gardes Républicains). Puis, après le commencement de la guerre, d'une salopette bleue (distribuée en nombre insuffisant) à porter par-dessus le pantalon garance.

Il faut savoir que l'abandon de l'uniforme "pantalon garance capote bleue" est proposée très sérieusement dès 1878 (soit seulement 11 ans après son introduction).

D'après le journal officiel du 5 mars 1913, la tenue et le casque testés depuis 1912 au 28 ème régiment d'infanterie (la dernière photo d'Hendryk) "soulèvent sur leur passage autant de stupeur que de curiosité gênantes" comme le dit si bien le député Justin Godart. M le ministre de la guerre réponds en disant qu'il a déjà donné des ordres pour faire cesser le port de cet uniforme !

Dans la France de la IIIème république, il y a une véritable cabale parlementaire contre le changement d'uniforme ! La direction du Budget allant jusqu'à annoncer quelle ne débloquera pas la moindre rallonge pour que l'armée change de pantalon ! Toutes les demandes de changement d'uniformes faites par l'armée (très consciente de l'absurdité de cette tenue très voyante) sont rejetées par les parlementaires comme " outrancières" ou "extravagantes". Il faut aussi savoir que le budget de 1912 à 1914 est presque entièrement attribué à l'augmentation du nombre de casernes et à l'amélioration des casernes existantes.

Quand à la presse, elle est opposée au changement d'uniforme. Mes articles sont d'ailleurs très orientés, présentant les nouveaux uniformes comme une tentative d'imposer le "felgrau" (l'uniforme allemand) à l'armée française et donc il est sous-entendu que c'est antipatriotique voire défaitiste.
Les tenues moins allemandes sont attaquées pour... leur manque d'esthétique !

En fait, lors du 14 juillet 1912, l'armée fait défiler  cinq compagnines du 28ème régiment d'infanterie, portant trois tenues différentes. Une évolution de la tenue "réséda", la "gris-bleuté".... et surtout une tenue de sortie dessinée par le peintre Dessaille. En choisissant cet ancien combattant de la guerre 1870-71 (connu pour ses tableaux patriotiques) pour une nouvelle tenue, l'armée essaie d'amadouer le peuple et de bien montrer qu’elle veut des tenues patriotiques et seyantes... peines perdues, elle ne recueille pas la majorité des suffrages. Le journal " L'Action française" explique que "l'officier doit avoir un uniforme qui permette au soldat de toujours le reconnaître (...) et qu'il aura pour lui d'autant plus d'estime qu'il ne cherchera pas à se dissimuler." 0 l'époque des fusils à verrou précis à un kilomètre et de la poudre sans fumée, autant lui peindre une cible !
Je ne vais pas citer tous les extraits de journaux cités par Rémy Porte, mais  seule "la France militaire" journal situé à proximité du ministère de la guerre (et qui diffuse des informations de l'armée et de son point de vue) titre  : " Les uniformes de l'armée. Criminelle impuissance". Un extrait : " C'est bien de sang à ménager qu'il s'agit et non de coquetterie."

Je pense que la couleur de l'uniforme, est en fait l'arbre qui cache la forêt. Le refus d'en changer est symptomatique d'une incapacité à reconnaître la guerre moderne pour ce qu'elle est. On parle de courage, d'uniformes qui inspirent, ou qui sont patriotiques. On parle d'offensives à outrance... car c'est bien là le problème. Les Français veulent battre les Allemands comme à Iena, dans la gloire et les charges de cavalerie... contre des fusils à verrou, et des mitrailleuses. Intellectuellement les français n'ont pas assimilé le changement d'époque.

_________________
Le champ de bataille ne fait que révéler à l'homme sa folie et son désespoir, et la victoire n'est jamais que l'illusion des philosophes et des sots. William Faulkner
avatar
Anaxagore

Messages : 816
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un autre uniforme pour l'armée française en 1914?

Message par Anaxagore le Mar 18 Avr - 23:12

Je crois qu'un changement d'uniforme ne pourrait être adopté qu'après un changement de doctrine, qui surviendrait qu'après un changement de mentalité... qui lui même ne pourrait venir que d'un électrochoc, comme la Bataille de Majuba https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Majuba l'a été pour les tuniques rouges anglaises.

_________________
Le champ de bataille ne fait que révéler à l'homme sa folie et son désespoir, et la victoire n'est jamais que l'illusion des philosophes et des sots. William Faulkner
avatar
Anaxagore

Messages : 816
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un autre uniforme pour l'armée française en 1914?

Message par Emile Ollivier le Dim 7 Mai - 17:05

Bonjour Hendryk,

Et bien que suite à la lecture d'un article sur le blog d'un ami historien, je connaissais ces propositions de changement d'uniforme pour l'Armée française. J'ai failli doter l'Armée française d'un uniforme "Réséda" dans "Le Règne de Napoléon IV".
avatar
Emile Ollivier

Messages : 779
Date d'inscription : 26/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un autre uniforme pour l'armée française en 1914?

Message par Collectionneur le Dim 21 Mai - 19:48

Mais notons que durant la guerre de mouvement en 1914, le taux de pertes des différentes infanteries qu'elle soient habillés en rouge ou en kaki sur le front de l'ouest restent équivalent.

Quand on part en rang serrés par centaines, aucun camouflage ne fonctionne...
avatar
Collectionneur

Messages : 352
Date d'inscription : 03/09/2016
Age : 46
Localisation : Languedoc-Roussillon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un autre uniforme pour l'armée française en 1914?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum