La grande guerre galactique (inspiré de Stellaris)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La grande guerre galactique (inspiré de Stellaris)

Message par Emile Ollivier le Mar 3 Jan - 8:55

Bonjour à tous,

Et oui, encore une fiction de ce cher Emile. "Mais il arrête pas d'en faire et ne les finit jamais celui là" allez-vous me dire. Oui, vous avez raison, mais j'écris impulsivement et puis j'avais prévenu pour "Un voyage sans retour"' que je ne l'a finirai probablement pas. D'ailleurs, vous remarquerez que je reprends des personnages de celle-ci dans "La grande guerre galactique".

Rassurez-vous (enfin je ne pense pas que vous soyez inquiet lol), je finirai mes 2 uchronies mais pour l'instant, la flamme ne brûle pas donc je ne vais pas me forcer à écrire ! Et puis, j'ai envie d'écrire sur Stellaris, mais jouant comme un pied et ayant horreur de faire une erreur (ragequitteur que je suis), j'ai préféré m'inspirer de mes parties précédentes avec l'Humanité pour vous écrire ce récit. Et puis, au moins, je peux écrire quasiment ce que je veux dans une fic :p

Bonne lecture.

Et hop, 2 chapitres d'un coup.

PS : Si c'est nul, dîtes le ! Wink

-------------------------------------

Paris, 2154

Siège de la Fédération galactique.

Cela faisait maintenant environ 70 ans que l'Humanité avait la capacité de voyager au-delà de la vitesse de la lumière et ainsi découvert le voyage interstellaire. Depuis lors, les vaisseaux d'explorations humains naviguaient dans toutes les directions et toujours plus loin de la Terre pour découvrir de nouvelles espèces et les intégrer pacifiquement à la Fédération galactique qui était en fait la fusion de l'Organisation des planètes unies (directement issue de l'Organisation des Nations unies qui changea de nom après la fondation de New-Earth en 2102), la « nation » humaine et divers entités extraterrestres comme l'Union Mako'Nass ou bien l’État au nom intraduisible des « Hommes-vapeurs » qui vivaient dans l'atmosphère de la géante gazeuse Siccon IV, au sein de laquelle les premiers transports civils de l'OPU les avaient transportés, leur monde d'origine étant mourant.

Le nom de Fédération galactique était un temps soit peu, légèrement exagéré. En effet, les Humains et les autres membres de celle-ci n'avaient explorés que 5 % environ de la galaxie… Mais les rencontres qu'avaient fait les Humains étaient toutes plus amicales les unes que les autres, et quand un peuple découvert était encore belliqueux, c'est qu'il en était encore à l'ère pré-spatiale…

Atteindre l'espace et l'explorer semblait donc être le stade par lequel les civilisations atteignaient « l'âge de raison » même si certains faisaient remarquer que si les « Hommes-vapeurs » avaient faillis s'éteindre, c'est que leur monde natal avait été impitoyablement bombardé par de mystérieux extraterrestres que l'on surnomma les « Zélotes » du fait qu'ils attaquèrent les pacifiques « Hommes-vapeurs » parce que ces derniers avaient refusés de se convertir à leur foi.

Et puis il y avait les Apkallus, les « pères » de la civilisation humaine qui avaient disparus mystérieusement alors qu'ils étaient en train « d'éduquer » l'Humanité il y a de cela environ 3 millénaires.

Ces personnes faisaient donc remarquer que l'Espace n'étaient peut être pas aussi sûr que l'on pouvait le croire…

Le parlement galactique était en pleine réunion quand son président, un Humain, Géronimo Lincoln, un États-unien d'origine Apache, demanda la silence. Sa mine était grave, mais son allure était emprunte de dignité, comme toujours.

« Mesdames et Messieurs, j'ai une terrible nouvelle à vous annoncer. Le GF Magellan a été attaqué et détruit par une race alien inconnue et visiblement hostile ».

Immédiatement, un murmure choqué s'éleva de la foule des parlementaires galactiques.

-----------------

Quelque part.

GF Magellan

Patrice Mwawé pouvait être fier de ce qu'il avait accompli.

Descendant d'un peuple il n'y a pas si longtemps considéré comme faisant partie du « Tiers-Monde », et qui avait subis les affres de nombreuses guerres civiles avant de connaître enfin la paix et la prospérité suite aux réformes de l'ONU, il avait gravi tous les échelons au sein de la Hiérarchie des Planètes unies devenues la Fédération galactique jusqu'à obtenir le poste de Capitaine du vaisseau d'exploration GF (Pour Galactic Federation) Magellan. C'était un poste quasiment plus prestigieux que celui d'Amiral car dans une entité aussi pacifique et qui misait autant sur l'exploration que la Fédération, on nommait les meilleurs sur les vaisseaux comme le Cook, le Zheng He etc, le poste purement militaire d'Amiral étant un second choix, les seuls ennemis spatiaux qu'avait jamais affronté la Fédération étant des bandes de boucaniers de l'espace.

De plus, au-delà de ces considérations, il fallait avoir les qualités d'un Vasco de Gama pour voyager à travers l'inconnu, survivre aux trois noirs et autres nébuleuses et en revenir pour agrandir encore les frontières de la Fédération galactique. Et ce, sans compter sur les qualités de diplomates nécessaires lors de la première prise de contact avec des races nouvelles !

Mwawé était donc un nouveau Jacques Cartier qui espérait un jour rencontrer ses Hurons…

Patrice Mwawé était pris dans ses réflexions (il pouvait se le permettre, son vaisseau étant en phase de scan d'un petit monde rocheux d'apparence tranquille) quand le responsable du radar du vaisseau, un Mako'Nass, surnommés « Hommes-chevaux », le sortit de sa rêverie.

« Capitaine ! Nous venons de détecter un puits FTL dont l'issue se situe dans ce système ! » Dit-il dans un Globish parfait avec tout de fois un léger accent inévitable pour un extraterrestre.

« Pensez-vous qu'il puisse s'agir d'un vaisseau de la Fédération ? » Demanda le Capitaine du Magellan.

« Improbable, le puits a son entrée dans un système inconnu situé à l'opposé de l'espace fédéral ». Répondit le Mako'Nass.

« Finalement, ce sont les Hurons qui viennent à Cartier » Pensa Mwawé

Patrice Mwawé ordonna alors à son équipage de se préparer à un « Premier contact » avec une race alien inconnue.

3 jours plus tard, le ou plutôt les vaisseaux inconnus émergèrent dans le système où se situait le Magellan. Leurs structures étaient totalement nouvelles même si leurs technologies semblaient assez similaires à celles des vaisseaux fédéraux.

Simplement, premièrement les vaisseaux émergèrent avec plusieurs heures d'avance sur les prévisions du Capitaine Mwawé, ce qui aurait dû lui mettre la puce à l'oreille quant au niveau technologique de ses futurs interlocuteurs.

Et puis ce qui semblait être un petit vaisseau d'exploration était accompagné de ce qui devait être logiquement 2 escorteurs de petites tailles.

Des vaisseaux de guerre qui escortent un vaisseau d'exploration. Si Mwawé n'était pas excité à l'idée d'entrer dans le panthéon des grands explorateurs de la galaxie par sa rencontre avec un peuple inconnu, qui plus est, ayant atteint l'ère spatiale, il aurait immédiatement pris la fuite pour rejoindre la base alliée la plus proche.

Mais on choisissait les plus intrépides pour être commandant de vaisseau d'exploration. Voire, les plus téméraires...

Mais Mwawé préféra donc s'approcher, tous boucliers baissés, vers les nouveaux venus. De toute façon, les protections de son vaisseau ne lui aurait été d'aucune aide face à 2 vaisseaux de guerre, alors autant faire preuve de bonne volonté. Après tout, cela a toujours fonctionné par le passé…

Comme convenu dans le manuel, que Mwawé connaissait par cœur, il avait néanmoins signalé le nouveau contact à la station Arkonos de la Fédération, en fait un petit avant poste minier.

Arrivé à la bonne distance des Aliens, il diffusa un message de paix sur toutes les fréquences possibles et imaginables.

Mais déjà, les Extraterrestres pointaient leurs canons en direction du Magellan !

« Capitaine ! » Dit l'officier responsable des transmissions, un humain dont on pouvait sentir la peur poindre dans le son de la voix. « Nous recevons un message en provenance des vaisseaux aliens ».

« Ouvrez le haut-parleur » Ordonna alors le Capitaine.

« Vénères Koht ? » Demanda une voix ridicule, car elle semblait provenir d'un Humain qui se pinçait le nez tout en parlant, comme le font les doubleurs des Films d'animation pour la jeunesse humaine (Mwawé d'ailleurs, envisagea pendant un quart de seconde de rire) mais qui portait en elle quelque chose qui fit perler la sueur le long de l'échine de Mwawé.

Mwawé regarda alors les membres de son équipage présents sur le pont du Magellan. Tous, quelque soit leur espèce d'origine, firent signe à leur façon qu'ils ne savaient pas qui était ce Koht…

Avec un mauvais pressentiment, Patrice Mwawé ordonna à son officier de transmission d'ouvrir un canal de transmission afin qu'il puisse répondre à ses interlocuteurs.

« Veuillez m'excuser mais… Qui est Koht ? » Demanda le Capitaine.

Après un temps de latence interminable, les Extraterrestres ouvrir le feu sur le Magellan. Mwawé eut juste le temps d'avertir Arkonos de l'attaque avant la destruction du Magellan.


Dernière édition par Emile Ollivier le Mar 3 Jan - 16:45, édité 2 fois
avatar
Emile Ollivier

Messages : 848
Date d'inscription : 26/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La grande guerre galactique (inspiré de Stellaris)

Message par Thomas le Mar 3 Jan - 9:45

Démarrage sympa.

_________________
« Ce n’est que devant l’épreuve, la vraie, celle qui met en jeu l’existence même, que les hommes cessent de se mentir et révèlent vraiment ce qu’ils sont. »
Alexandre Lang.
Mes livres
avatar
Thomas
Admin

Messages : 1346
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 32
Localisation : Lyon

Voir le profil de l'utilisateur https://thomas_diana.artstation.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La grande guerre galactique (inspiré de Stellaris)

Message par Emile Ollivier le Mar 3 Jan - 9:59

Merci Thomas !
avatar
Emile Ollivier

Messages : 848
Date d'inscription : 26/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La grande guerre galactique (inspiré de Stellaris)

Message par Anaxagore le Mar 3 Jan - 12:03

Comme quoi l'avance technologie et l'avance morale/philosophique ne sont concomitantes.

_________________
Le champ de bataille ne fait que révéler à l'homme sa folie et son désespoir, et la victoire n'est jamais que l'illusion des philosophes et des sots. William Faulkner
avatar
Anaxagore

Messages : 940
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La grande guerre galactique (inspiré de Stellaris)

Message par Emile Ollivier le Mar 3 Jan - 17:07

RPC.

Camp 217

La Fédération avait beau être pacifique, elle n'en avait pas moins une belle armée, notamment une infanterie dotée des technologiques derniers cris dans le domaine des exosquelettes.

Liu Cheng était originaire de la République populaire de Chine, un des membres si ce n'est le membre le plus puissant de l'OPU et avait donc un poids considérable dans la Fédération galactique.

Cheng pouvait contempler le ciel d'un bleu éclatant de son pays. Et dire qu'il y a moins d'un siècle et demi, celui-ci aurait été embrumé par des nuages toxiques !

Mais c'était du passé. L'air n'était plus pollué car on était passé depuis longtemps aux énergies renouvelables.

Bien sûr, cela secondaire pour Cheng. Ce qui comptait, c'était sa patrie, la Chine, devenue une hyperpuissance galactique, que tous les peuples connus, humains ou aliens, respectaient et admiraient.

Pourquoi donc avoir fait de Paris, capitale de l'Union européenne, la Capitale de l'OPU et a fortiori de la Fédération et non Beijing ? Certes, la ville avait subie le feu nucléaire au XXIème siècle et dès sa reconstruction et sa décontamination, les instances européennes et onusiennes votèrent leur transfèrement dans la capitale française. Mais cela n'empêchait pas la Chine d'être la plus grande puissance depuis le XXIème siècle, à la fois démographiquement et économiquement grâce au patronage efficace des instances du Parti.

L'Armée populaire de Libération , dont Liu Cheng admirait la tradition et l'histoire, des combats contre les Fascistes japonais aux divers interventions musclées contre des groupes terroristes au XXIème siècle, était en effet une arme d'une redoutable efficacité qui fournissait l'essentiel de l'infanterie de choc de l'Armée fédérale.

Fédération, infanterie dotée d'armures et de fusils lasers… Cela évoquait ce vieux film du XXème siècle, Starship Trooper, à Cheng.

Il ne manquait plus que les « Bugs »…

En terme de Bugs, Cheng allait bientôt être servi...

Les officiers hurlèrent en Mandarin (Une des 2 langues officielles de l'OPU avec le Globish) à leurs hommes de se mettre en rang devant les gigantesques écrans car le Président de la Fédération galactique allait faire une allocution.

Cheng, non seulement ne perdit pas sa prestance mais ne peut s'empêcher d'esquisser un léger sourire, inapproprié dans l'armée et au vu de la situation, quand il entendit les mots « attaque extraterrestre ».

La guerre ! Enfin la guerre ! Enfin l'infanterie allait servir à autre chose qu'à parader dans les rues de Beijing et à faire acte de présence dans les stations orbitales ou dans les colonies.

On ne savait rien de l'ennemi, si ce n'est qu'il avait attaqué un vaisseau d'exploration pacifique sans avertissement. Certes, ça n'était pas officiellement la guerre, mais Cheng se doutait bien que les Aliens en question n'allaient pas en rester là…

Dans les jours qui suivirent, lors de différents briefings, les officiers expliquèrent à leurs hommes la situation et notamment que l'Armée et la Flotte allait être concentrée sur et autour de New-Mumbai, la colonie la plus proche du lieu de l'attaque et donc, de « L'empire » alien.

On allait massacrer du « Bugs » ou autre chose. En effet, on ne savait même pas à quoi ressemblait l'ennemi. Il est donc inutile de dire que les paris étaient ouverts quand à la forme de l'adversaire. La forme insectoïde étant en tête chez les parieurs. Quand à leur véritable nom… Pour l'instant, les experts parmi les bidasses leur trouvaient des noms à faire rougir les plus chevronnés des marins !
avatar
Emile Ollivier

Messages : 848
Date d'inscription : 26/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La grande guerre galactique (inspiré de Stellaris)

Message par Emile Ollivier le Mer 4 Jan - 10:17

Palais de l’Élysée, Réunion du premier comité de guerre fédéral.

Paris

Quelques semaines plus tard.

« Vénères Koht ? »

Ces mots, désormais synonymes de guerre et d'infamie, résonnait dans la tête du Président Lincoln.

Qui était Koht ? Se demandaient le chef de la Fédération et ses principaux conseillers, humains et aliens.

L'Alien avait demandé au Capitaine Mwawé s'il le vénérait. Se devait donc être une sorte de divinité.

On avait tant tué sur Terre au nom des divinités (De nombreux monuments parisiens étaient là pour le lui rappeler), voilà qu'on le se mettait également à tuer en leurs noms dans l'espace…

Patrice Mwawé, Capitaine émérite et son équipage étaient morts car ils ne savaient pas qui était ce Koht.

Et dire que l'on pensait que voyager dans l'espace était l’apanage d'espèces pacifique et éclairée !

Lincoln redoutait le pire. Certes, la Fédération mobilisait ses forces et les concentrait à New Mumbai, mais, n'ayant jamais rencontrée que des espèces pacifiques ou, si ce n'était pas le cas, en retard technologiquement, elle avait préféré se concentrer sur le développement économique et social de ses différents peuples (qui ne faisait quasiment qu'un) plutôt que sur la constitution d'une puissante force armée.

La Fédération avait un bas de soie mais une épée de bois !

Déjà les rapports annonçaient qu'après plusieurs semaines à n'avoir envoyer que des petits vaisseaux éclaireurs dans le système Arkonos, que l'ennemi avait enfin envoyé une gigantesques armada dans celui-ci. Savant qu'elle n'avait aucune chance, Lincoln en avait ordonné préventivement l'évacuation en dépit des protestations du général Steven Mendez, qui disait que si la station Arkonos résistait, non seulement cela permettrait de « tester » la valeur de l'ennemi avant le combat décisif de New Mumbai, mais en plus, peut-être l'affaiblir !

« Ce type est fou, les militaires sont fous ! » Pensa le Président galactique.

Un État pacifique était attaqué par ce qui était visiblement une superpuissance militariste. Cependant, il y avait de l'espoir. Les temps « barbares » d'une Humanité constamment en guerre n'étaient pas si loin et au plus profond d'eux-même, les Humains étaient toujours des guerriers potentiels. Et c'était sans compter sur les Mako'Nass, entre autres, qui étaient en pleine époque féodale quand les Humains apparurent dans leur ciel ! Les « Hommes-chevaux » étaient passés de l'épée au bazooka en quelques années seulement et on doit dire qu'ils étaient plutôt doués dans le domaine…

Par contre, il était inutile de compter sur les paisibles « Hommes-vapeurs » pour combattre les « Disciples de Koht » comme on commençait à les surnommer… dans les médias !

En effet, l'information avait fuité et fait le tour de l'espace fédéral en quelques heures. Déjà, les médias parlaient de « Grande guerre galactique » alors qu'aucune déclaration de guerre n'avait été transmise et que l'ennemi n'avait pas encore pénétré le système Arkonos.

Maintenant, il est vrai qu'avec la probable attaque de la station minière, la guerre semblait inévitable mais les journalistes ne pouvaient s'empêcher d'aller trop vite.

Cependant, Lincoln se refusa à appliquer la moindre censure, au grand désespoir du général Mendez !
avatar
Emile Ollivier

Messages : 848
Date d'inscription : 26/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La grande guerre galactique (inspiré de Stellaris)

Message par Emile Ollivier le Mer 4 Jan - 17:45

Orbite de la planète New-Mumbai

Système Siplim

Muhammad Mansur était aumônier musulman au sein de la station orbitale de New-Mumbai. En effet, chaque religion, quelle soit humaine ou extraterrestre, et du moment qu'elle était représentative au sein de la population fédérale, disposait de son aumônier militaire au sein de la station Açoka, celle orbitant autour de la colonie fédérale menacée. Le personnel musulman de la station était regroupé autour de l'Imam pour une dernière prière avant le prochain combat que l'on espérait victorieux car, après tout, on connaissait même pas l'ennemi et encore moins le sort qu'il réservait aux Fédéraux en cas de défaite.

Cependant, l'aura du bon Imam éclairait bien au-delà des fidèles musulmans et certains athées venaient parfois vers lui pour avoir des conseils de vie.

Mais désormais, la véritable prière était la seule chose que pouvait offrir l'Imam car il ne savait pas comment aider à arrêter les hordes aliens autrement qu'en demandant à Allah une intervention.

Liu Cheng était en position. Ses armes étaient fourbies. Il allait dégommer tous les Bugs (il continuait à les appeler ainsi en dépit du fait que le terme « Disciples de Koht » s'était répandu) qui allaient se mettre à portée de son arme. D'ailleurs, l'infanterie s'apprêtait à contre-attaquer contre les éventuelles têtes de pont que constituerait l'ennemi sur la surface de New-Mumbai. Soutenus par les Mécas de l'APL, comment ces monstres pouvaient-ils gagner ? D'ailleurs, si la Flotte repoussait l'ennemi, il n'y aurait peut être pas de combats au sol !

L'Amiral Price, commandant l'Armada fédérale défendant New-Mumbai, était en communication permanente avec le Palais de l’Élysée. Il avait disposé sa Flotte de façon à ce que l'ennemi subisse en premier le tir des Cuirassés lors de son approche. Certes, cela les exposaient également mais au moins, l'ennemi serait « cueilli à froid » dès le début du combat.

Ayant rasé Arkonos depuis plusieurs jours, l'Armada des « Disciples de Koht » attendit au sein de ce système les rapports de ses éclaireurs. En effet, toutes les cartes de l'espace fédéral avait été soigneusement effacées des systèmes de la station avant son évacuation afin que l'ennemi ne puisse pas disposer de l'emplacement des planètes fédérées, dont New-Mumbai. Mais celle-ci était tellement proche qu'il est certain qu'il la trouverait assez vite et en premier et ce, en dépit du fait que les convois d'évacuation de la base Arkonos ait fait un détour en se repliant vers le cœur de l'espace fédéral.

Et finalement, ce fut le branle-bas de combat quand un vaisseau éclaireur ennemi (et son escorte habituelle) pénétra dans le système Siplim, celui où avait été fondé New-Mumbai.

Encore une fois, l'Armada alien arriva plus vite que prévu dans le système Siplim, mais cela ne décontenança pas Price. Après tout, il y avait tellement de facteurs à prendre en compte lors des voyages spatiaux…

Mieux, la Flotte ennemie était en infériorité numérique mais elle continua son avance. Price mit cela sur la présumé folie de l'ennemi lié à son fanatisme religieux.

« Les imbéciles... » Pensa l'Amiral. « Ils vont se suicider contre mes cuirassés ! »

Mais certains de ses lieutenants l'invitèrent à la prudence. L'attitude franche de l'ennemi semblait cacher quelque chose. Peut-être y'avait-il un piège en préparation ?

Mais Price campa sur ses positions. D'ailleurs, le subit arrêt de l'Armada des envahisseurs semblait lui donner raison. L'ennemi semblait, en effet, soudain douter !

Après quelques instants de latence, les radars signalèrent l'approche de 30 petits contacts qui se déplaçaient très rapidement vers la Flotte fédérale. Trop rapide pour être des chasseurs mais trop lents pour être des missiles.

Qu'est ce que cela pouvait bien être ?

Pourtant, il fallut rapidement se rendre à l'évidence, il s'agissait bien de 10 chasseurs escortant 20 bombardiers ! Des appareils d'une vélocité extrême pour des appareils de ce type !

Price ordonna à ses chasseurs de sortir les intercepter.

Et ce fut la curée. Les chasseurs ennemis manœuvraient avec une souplesse écœurante, faisant passer les chasseurs de la Fédération pour des bombardiers à côté ! Le pire étant qu'en dépité du carnage, des chasseurs alliés parvinrent à larguer leurs missiles sur 3 bombardiers ennemis mais qu'au final, un seul sembla réellement touché, sans pour autant avoir été abattu !

La chasse alliée en déroute, les « Bandits » continuèrent leur marche vers les cuirassés, facilement reconnaissable de par leur taille impressionnante comparée à celle de leurs homologues.

La sueur commença à perler sur le front de l'Amiral humain quand il vit que les canons de petits calibres, les seuls aptes à viser des appareils à la fois si petits et rapides que le duo chasseurs/bombardiers, n'étaient quasiment d'aucun effet. Seuls 2 bombardiers furent abattus et 3 endommagés malgré le feu d'enfer de presque toute la Flotte !

Le moment de vérité était arrivé. L'ennemi était arrivé à peu près à la distance utilisée par les appareils fédéraux pour larguer leurs projectiles sur les grosses cibles.

Et même les plus pessimistes des spécialistes fédéraux passèrent pour les derniers des rêveurs quand les bombes commencèrent à exploser sur leurs cibles.

En effet, les cuirassés touchés subirent des dégâts plus importants que ce qu'ils auraient dû subir s'ils avaient affronter des appareils alliés.

Mais les « Disciples de Koht » étaient en avance technologiquement parlant comme l'avait enfin compris Price.

Et tout ceci n'était qu'un test de l'ennemi pour comprendre notre force. « Et ce test, nous l'avons raté haut la main ! » Pensa l'Amiral humain.

Price demanda immédiatement des ordres à Paris mais comment pouvait l'aider le gouvernement fédéral dans cette situation si ce n'est en lui ordonnant de fuir ? De plus, fuir permettrait de gagner du temps mais l'ennemi entamerait sûrement une poursuite ce qui fait qu'il s’enfoncerait rapidement dans l'espace fédéral.

Non, ce qu'il fallait faire, c'était lui infliger un maximum de dégât ici (car ils n'étaient pas non plus invulnérables) et, surtout, se faire tuer sur place, n'avoir aucun esprit de recul.

Les seuls qui pouvaient fuir étaient les civils encore présents sur la colonie, à la condition qu'encore une fois, ils fassent un détour pour ne pas révéler à l'ennemi la position de la colonie la plus proche, New-Dakar.

Mais une telle retraite était impossible pour une Flotte de guerre, car elle tomberait tout simplement en panne d'essence tant sa consommation de carburants était gigantesque, surtout pour les cuirassés…

Et il ne fallait pas révéler à l'envahisseur la position de New-Dakar et faciliter ainsi son invasion. Et puis, le temps perdu ici par l'ennemi permettrait à la Fédération de se remettre et de préparer ses défenses. En effet, Price ne pensait déjà plus à la victoire…

De plus, l'ennemi arrivait maintenant rapidement sur la Flotte alliée et les cuirassés étaient tellement lents qu'il était inutile d'espérer décrocher. En effet, il était tout simplement trop tard pour fuir car une retraite provoquerait le chaos dans les rangs de la Flotte commandée par Price et accentuerait encore la portée du désastre prévisible lorsque les Disciples de Koht passeraient à l'attaque générale.

On se ferait donc massacrer sur place. Price transmis ses ordres à ses subordonnés en conséquence.
avatar
Emile Ollivier

Messages : 848
Date d'inscription : 26/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La grande guerre galactique (inspiré de Stellaris)

Message par Emile Ollivier le Mer 4 Jan - 17:51

New-Mumbai

Système Siplim

Le ciel de la plus récente colonie humaine était zébré par la « pluie » des débris de ce qui était encore la Flotte fédérale il y 2 heures.

La flotte battue ou, plutôt, écrasée, l'ennemi allait bientôt se déverser sur la surface.

« L'heure de l'infanterie est venue » Pensa Cheng.

Depuis sa position, Liu se tenait prêt à contre-attaquer contre les futures têtes de ponts de envahisseurs.

« On va les avoir ! » Hurla en Mandarin un compagnon du fantassin chinois.

Ce fut là la dernière chose qu'il entendit.

En effet, sa position fut littéralement écrasée par un tir d'un vaisseau ennemi qui dévasta tout dans un rayon de 200 mètres et creusa un cratère profond de 10 mètres !

Le même type de scène se déroula sur l'ensemble de la surface dès lors que l'ennemi déclencha l'enfer sur elle.

Depuis la baie vitrée de la salle de prière musulmane de la station Açoka, on pouvait voir la Flotte fédérale achever de se consumer et l'ennemi continuer son meurtrier bombardement orbital sur la planète.

« Les malheureux... » Pensa l'Imam.

Mais déjà, il pensait que sa propre dernière heure était arrivée. En effet, étrangement, l'ennemi n'avait pas pilonné la station mais, une fois ses défenses neutralisée, l'avait prise d'assaut. Le personnel civil essentiel qui avait été laissé dans la station car vital à son fonctionnement s'était regroupé autour de l'Imam et des autres aumôniers humains ou extraterrestres. Tous avaient entamés une prière commune, en Globish, inventée pour l'occasion par Muhammad, qui en plus d'être un expert en Islam, connaissait aussi les cultes humains mais aussi des autres membres de la Fédération. En effet, il ne fallait pas froisser certaines « susceptibilités », notamment en choisissant le dieu adéquat pour les religions polythéistes.

On pouvait désormais entendre l'ennemi de l'autre côté de la porte de la salle de prière musulmane. Protection dérisoire que cette porte, qui ne protégerait guère longtemps les survivants une fois que l'ennemi aurait décidé de la faire exploser, au vu de la puissance de feu qu'il avait déployé depuis le début de la bataille ou plutôt, du carnage.

Après avoir fait exploser la porte, l'ennemi fit irruption dans le lieu de culte et commença à braquer les survivants qui arrêtèrent leur prière. Mansur n'avait pas peur de mourir (il savait qu'un monde meilleur l'attendait, lui et ses compagnons, humains ou extraterrestres) mais beaucoup des autres, notamment chez les Humains, tremblaient de peur.

Mais les « Disciples de Koht » ne tirèrent pas et celui qui semblait être le chef parla à ses troupes dans leur langue.

Muhammad Mansur faillit en faire une attaque.

En effet, il semblait comprendre ce que se disaient les ennemis !

« Par Allah ! Il Akkadien ! » Pensa l'Imam.

Bien sûr le disciple de Koht ne parlait pas l'Akkadien qu'avait appris l'Imam, mais la structure et le vocabulaire en étaient très proches, suffisamment pour que Mansur puisse envisager une folie…

Communiquer avec eux pour sauver les survivants de la station Açoka voire les habitants de New Mumbai !

L'Imam avait cru entendre que l'officier expliquait à ses hommes qu'il comprenait que les « Impies » avaient entonnés un dernier appel à une ou plusieurs divinités et que donc, il ne fallait pas tuer ces gens, qui étaient pieux mais plutôt les convertir à la Vraie Foi.

En tant que bon Musulman, Muhammad Mansur, se devait donc de profiter de l'occasion pour sauver ses frères et sœurs, humains ou extraterrestres, habitants New Mumbai.

Mansur dit alors, dans son Akkadien académique, en espérant que le Disciple de Koht le comprendrait.

« Enseigner à nous, habitant de ce monde, la bonne parole du divin Koht ! »

L'officier marqua un temps d'arrêt. Puis, il retira son casque, révélant enfin l'apparence de ces mystérieux aliens.

Un « Homme-Oiseau ».

« Tu parles notre langue, prêtre ? Où l'as-tu apprise ? » Demanda-t-il.

Mansur se devait de répondre vite, il dit alors.

« Koht me l'a enseigné dans des visions où il me demandait de convertir ce monde ! »

Plusieurs « Hommes-Oiseaux » semblèrent furieux, l'un d'eux semblant même sur le point d’exécuter l'Imam mais ce dernier ajouta.

« Je crois en Koht et en son nom, je veux que vous m'aidiez à convertir ce monde à son culte ! »

L'officier fit alors un geste et ses soldats se calmèrent sur le champ.

« Koht est bon… Si nous pouvons convertir ce monde, et si tu peux nous y aider, prêtre, alors pourquoi refuser ton offre ?

Soit ! De nombreux impies continuent de harceler nos forces à la surface. Tu vas leur demander de se rendre et de se rallier à la Vraie Foi, prêtre ! »

Muhammad Mansur n'avait pas le choix. New Mumbai était en ruine, la planète ayant été laminée par les frappes orbitales des « Hommes-Oiseaux ». Et, surtout, ces monstres tuaient sans pitié tous ceux qui tombaient entre leurs mains. Cependant, ils semblaient donc respecter ceux qui pratiquaient un culte.

L'Imam, à ce constat, ne put s'empêcher de penser.

« Par Allah ! Ça n'est pas une guerre, c'est une Croisade ! »
avatar
Emile Ollivier

Messages : 848
Date d'inscription : 26/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La grande guerre galactique (inspiré de Stellaris)

Message par Anaxagore le Mer 4 Jan - 19:39

Oh bon sang... des Apkallus !

_________________
Le champ de bataille ne fait que révéler à l'homme sa folie et son désespoir, et la victoire n'est jamais que l'illusion des philosophes et des sots. William Faulkner
avatar
Anaxagore

Messages : 940
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La grande guerre galactique (inspiré de Stellaris)

Message par Maraud le Mer 4 Jan - 20:01

Nooooooonnnn! Je veux pas prier un dieu de piaf!

Maraud

Messages : 566
Date d'inscription : 01/11/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La grande guerre galactique (inspiré de Stellaris)

Message par Emile Ollivier le Mer 4 Jan - 20:28

Anaxagore

C'était trop facile Sad

Maraud

La guerre n'est pas finie !
avatar
Emile Ollivier

Messages : 848
Date d'inscription : 26/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La grande guerre galactique (inspiré de Stellaris)

Message par Thomas le Mer 4 Jan - 20:59

Sympa.

_________________
« Ce n’est que devant l’épreuve, la vraie, celle qui met en jeu l’existence même, que les hommes cessent de se mentir et révèlent vraiment ce qu’ils sont. »
Alexandre Lang.
Mes livres
avatar
Thomas
Admin

Messages : 1346
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 32
Localisation : Lyon

Voir le profil de l'utilisateur https://thomas_diana.artstation.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La grande guerre galactique (inspiré de Stellaris)

Message par Emile Ollivier le Jeu 5 Jan - 20:50

Vaisseau des Disciples de Koht dont le nom peut se traduire par « La lance de Koht ».

Système Siplim

Mansur, escorté par les « Hommes-Oiseaux » qui avaient pris d'assaut sa salle de prière, avait eut une pensée peinée en voyant les cadavres des défenseurs de la station le long de son parcours, dont certains étaient des amis.

Cependant, il s'était trompé. Lorsqu'il pénétra dans le vaisseau ennemi qui s'était amarré à la station Açoka, il vit que les Disciples de Koht avaient fait quelques prisonniers.

L'Imam comprit rapidement que les Disciples de Koht avaient en réalité pris d'assaut la station pour pouvoir capturer des Fédéraux et les interroger ! En effet, ici comme sur Arkonos, les ordinateurs avaient été soigneusement nettoyés de toute informations vitales sur la Fédération, notamment les cartes spatiales.

Mais ce que Muhammad ne s avait pas, c'était que l'officier qui l'avait capturé avait pris contact avec ses supérieurs et que ceux-ci avaient décidés d'utiliser l'Imam afin de faciliter leur plan.

En effet, en plus de lui demander de demander aux derniers résistants de la planète de se rendre, les Disciples de Koht avaient tout simplement comme idée d'utiliser Mansur comme.. interprète !

Palais de l'Élysée

Quelques jours plus tard

Le Président Lincoln, son gouvernement et ses conseillers, militaires et civils, se réunissaient maintenant quasiment sans interruption depuis l'annonce de la catastrophe.

Catastrophe aggravée par le fait que plusieurs vaisseaux de guerre, en dépit des ordres du défunt Amiral Price, avaient fuient directement en direction de New Dakar !

Mais l'ennemi n'avait pas encore entamé la poursuite. En effet, comme l'expliquait Laszlo Katay, celui-ci devait d'abord joindre New-Mumbai à ses lignes logistiques avant de lancer l'assaut sur New Dakar. Cependant, cela ne laissait que quelques semaines de répit à la Fédération.

Katay avait été rappelé en urgence à la tête des armées de la Fédération suite à la défaite dans le système Siplim. En effet, limogé de l'Armée du fait de ses théories sur l'inutilité de l'infanterie dans une guerre spatiale, l'écrasement des fantassins de la Fédération par des frappes orbitales, comme il l'avait annoncé, en fit soudain l'homme de la situation.

Mais que pouvait faire Katay face à des Aliens supérieurs technologiquement et désormais, numériquement, la Flotte fédérale étant en miette ?

Le Président, et il ne devait pas être le seul, se remémora toutes ces récits de Science-Fiction et leur lot de « Supers-Armes » trouvées dans des ruines anciennes et pensa aux Apkallus.

Simplement, Mars elle-même regorgeait de ruines Apkallus mais plus rien sur place n'était en état de fonctionnement. Pire, la plupart des objets étaient tombés en poussière !

Aucun écrit n'avait été retrouvé autre que quelques inscriptions dans le style « Mess des officiers » sur les murs des avants-postes abandonnés. Les écrits scientifiques avaient depuis longtemps disparus lorsque les ordinateurs qui les contenaient avaient définitivement lâchés…

Quant aux livres papiers, les Apkallus les avaient abandonnés depuis un petit moment sûrement...

On ne savait rien des Apkallus si ce n'est qu'ils étaient au moins présents dans l'ensemble de ce qui est aujourd'hui, et ne sera peut être plus bientôt, l'espace fédéral. Et comme rien n'a été trouvé ressemblant à un monde natal, il est certain qu'ils pouvaient provenir de beaucoup plus loin dans la galaxie. On sait également qu'ils se firent passer pour des dieux aux yeux des premiers hommes civilisés. Horus, Quetzalcóatl, Oannès étaient ainsi des Apkallus.

Mais ce n'est pas cela qui allait aider l'Humanité et ses alliés et amis à survivre.

Mais Katay avait une idée. Inutile de compter sur les Apkallus pour compenser le retard technologique des Fédéraux. On allait voler à l'ennemi sa propre technologie !

-----------------

A bord de « La lance de Koht. »

Quelque part.

Comme avait pu le constater l'Imam, chaque vaisseau ennemi était commandé par un Prêtre-Capitaine.

« Décidément, ils sont vraiment fanatiques. Voilà qui me rappelle de bien mauvaises choses... » Pensa Mansur.

Or, le Capitaine de la Lance de Koht avait reçu l'ordre de sa hiérarchie, pour l'instant inconnue mais sûrement théocratique, de faire l'éducation religieuse de Muhammad Mansur.

Voici ce qu'il expliqua à l'Imam.

« Prêtre ! Je vais maintenant te parler de notre foi. Au commencement, l'impiété régnait sur l'univers. Les tenants de la seule Vrai Foi étaient persécutés à tel point qu'un jour, ceux-ci prirent les armes contre ce pouvoir qui avait fait du matériel la base de sa doctrine. Malheureusement, cette guerre, nous la perdîmes et certains renoncèrent dès lors à la vraie foi, pensant que Koht nous avait abandonné, ou pire, qu'il n'existait pas !

Cependant, le dernier carré comprenant les fidèles d'entre les fidèles prit la fuite et se cacha au-delà des étoiles, et ce, pendant des millénaires. Puis, un jour, un Grand-Prêtre du nom de Solil reçut une vision de Koht en personne lui enjoignant de reconquérir notre royaume céleste pour sa gloire. Il lui expliqua qu'il avait dégagé le chemin devant nous et châtiés les Impies qui nous avaient vaincus lors de la Première Guerre sainte. Mais il avait aussi expliqué à ce Grand-prêtre que de nombreux impies se dresseraient encore devant notre route.

Et il n'avait pas menti. Nos ennemis avaient disparus ! Mais aucun des mondes que nous rencontrâmes n'avait embrasé la seule Vraie foi. Au nom du Mandat divin, nous les écrasâmes avant de les convertir. Cela fait maintenant de nombreux siècles que nous parcourons les étoiles à la recherche des brebis égarées.

Maintenant, c'est à toi que nous allons enseigner la Foi en le Dieu unique. A charge pour toi de convertir ceux de ta race à celle-ci !
 »

Mansur était effondré. Voilà que ces monstres, non content d'avoir obtenu de lui la reddition des dernières poches de résistance fédérales de New-Mumbai, voulaient faire de lui l'instrument de la conversion de l'Humanité à cette culte cruel !

Mais il se devait de faire bonne figure devant son interlocuteur pour ne pas compromettre son plan. En effet, L'Imam avait coopéré avec les envahisseurs pour sauver des vies mais que c'était totalement à contrecœur qu'il avait participé aux interrogatoires des prisonniers en tant qu’interprète.

Au fond de lui, l'Imam savait qu'il avait sauvé la vie des prisonniers car il se doutait bien que c'est uniquement pour obtenir sa loyauté que l'ennemi n'avait pas exécuté ceux-ci une fois les interrogatoires terminés.

Mais il savait également que son changement de camp serait bientôt connu dans tout l'espace fédéral, car c'est sa voix qu'entendirent les derniers défenseurs de New Mumbai leur enjoignant de se rendre et de se convertir à la religion des ennemis.

« Allah ! Protège les miens restés sur Terre ! » Implora Mansur intérieurement.

Les prisonniers avaient été courageux mais quelques uns avaient cédés et fournis des informations aux « Hommes-Oiseaux » sur la Fédération, notamment quelle direction prendre pour atteindre au plus vite New-Dakar ! Ces informations, et la fuite d'une partie de la Flotte vers cette planète, permettra aux Disciples de Koht de trouver très rapidement ce monde !

« Maintenant que tu connais les origines de notre foi et de notre sainte guerre, je vais t'enseigner les principes fondamentaux de la Vraie Foi... » Expliqua le Prêtre-Capitaine.
avatar
Emile Ollivier

Messages : 848
Date d'inscription : 26/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La grande guerre galactique (inspiré de Stellaris)

Message par Emile Ollivier le Jeu 5 Jan - 21:06

« La lance de Koht »

Quelque part.

Le Prêtre-Capitaine égrenait la liste des grands principes du culte de Koht.

« Quelles différences avec la barbarie de leurs pratiques ! » Pensa l'Imam.

En effet, les principes du culte de Koht étaient proches de ceux des grandes religions monothéistes humaines. Principes de paix, de bonté, de partage, opposition au matérialisme qui était le principe fondateur de ceux qui faillirent les vaincre a une époque maintenant révolue etc.

« Simplement, cela passe par le massacre ou la conversion forcée de tous ceux qui ne croient pas en ce dieu... » Pensa Mansur.

De plus, contrairement à leurs ennemis, qui croyaient en ce que Mansur interpréta comme étant la Démocratie (Le Prêtre-Capitaine parla en effet de pouvoir du bas), tous pouvoirs chez les Disciples de Koht vient bien évidemment d'en haut, donc de Koht, dont la volonté est dictée et appliquée par le Grand-Prêtre qui règne depuis le « Refuge des vrais croyants », nom de la planète-capitale de ces « Hommes-Oiseaux »

Paris

Palais de l'Élysée

La résistance s'était rapidement organisée sur New-Mumbai en dépit de la répression impitoyable des « Hommes-Oiseaux ».

Ou plutôt, de ces Pseudos-Apkallus…

En effet, les enregistrement envoyés à la Fédération et comprenant des conversations des ennemis permirent de comprendre rapidement que celui-ci parlait une langue proche de l'Akkadien, la langue des Apkallus. Cela et leur apparence, similaire à celle des extraterrestres qui offrirent la civilisation aux premiers hommes, firent que le doute n'étaient plus permis.

Néanmoins, tout le monde au sein des instances dirigeantes de la Fédération se demandait comment les Apkallus, si bons avec les Humains il y a 3000 ans, avaient pu changer à ce point et, surtout, pourquoi ils avaient disparus pendant si longtemps avant de revenir de « nulle part » des milliers d'années plus tard.

Une pensée idiote passa fugacement dans l'esprit du chef de la Fédération. Décidément, les Apkallus et leur cruelle progéniture avaient un penchant pour la religion. En effet, après s'être fait passer pour des dieux, voilà qu'ils étaient devenus de véritables fanatiques religieux.

La Résistance avait aussi informé les dirigeants fédéraux de la trahison de Muhammad Mansur, devenu l'instrument de la conversion forcée des habitants survivants de New Mumbai à la fois des Pseudos-Apkallus.

Ceux-ci avaient également ordonné, comme premier acte de dévotion des habitants de la planète envers Koht, la construction d'une pyramide-temple au cœur de la Capitale de ce monde.

Mais le dirigeants fédéraux ne se contentaient pas de recueillir des informations sur l'occupation de New-Mumbai, ils préparaient aussi un vaste plan de mobilisation et de « boom » technologique visant à faire face à l'ennemi.

L'idée de construire une infanterie puissante était, bien évidemment abandonnée. Ce qu'il fallait faire, c'était, en revanche, reconstruire rapidement une flotte puissante qui serait dotée des technologies volées aux Pseudos-Apkallus. Cependant, les prévisions les plus optimistes prévoyaient l'invasion de la Terre dans, au plus tard, 6 mois, vu le rythme de progression probable de l'ennemi et toutes les contraintes liées à l'invasion d'un territoire hostile et inconnu.

Cependant, quand le Président Lincoln, ses ministres et ses conseillers préparèrent un plan d'évacuation des colonies, non seulement les Mako'Nass s'y opposèrent (car le plan prévoyait d'abandonner leur monde natal) mais également Laszlo Katay ! En effet, celui-ci expliqua qu'évacuer les colonies accélérerait l'arrivée de l'ennemi sur Terre et entraînerait la défaite probable de la Fédération.

« Ce qu'il faut faire, c'est, au contraire, contraindre l'ennemi à maintenir des ressources pour contrôler les populations… conquises. Cela l'affaiblira numériquement parlant, et, en plus, le retardera ! »

Géronimo Lincoln était choqué. Il commençait à comprendre que l'Amiral hongrois avait été limogé pas seulement pour ses théories mais aussi, à cause de ou plutôt son absence de principes moraux !

Mais Katay alla aussi plus loin. Il proposa d'abroger les lois limitant la puissance des IA afin d'améliorer la productivité de l'industrie fédérale et aussi, accélérer la recherche scientifique.

En effet, depuis une série de révoltes de synthétiques, heureusement isolées les unes des autres et non coordonnées, et qui furent donc facilement maîtrisées, les défuntes Nations-Unies avaient proscrits les IA trop avancées. Certes, cela avait considérablement ralenti le progrès scientifique et le développement industriel, mais en même temps sans doute empêché qu'un soulèvement général des IA ne puisse se produire un jour.

Cependant, après avoir bouleversé son auditoire par ses propositions, Katay finit par le convaincre que la réussite de son plan était l'unique espoir de sauver les peuples de la Fédération et qu'une fois les Pseudos-Apkallus vaincus, on détruirait les IA que l'on construira pour l'occasion. Il conclue en disant que les planètes qui souffriront de l'occupation seront un jour libérée tandis qu'évacuer les colonies ne feraient que condamner à moyen terme l'ensemble des espèces composant la Fédération.

Cette partie du plan approuvée, il fallait aussi que Katay explique comment il comptait fournir à la Fédération la science des Pseudos-Apkallus.

C'est en ces termes que l'Officier leur répondit.
avatar
Emile Ollivier

Messages : 848
Date d'inscription : 26/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La grande guerre galactique (inspiré de Stellaris)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum