Quelques bizarreries....

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Quelques bizarreries....

Message par Thomas le Mar 27 Sep - 20:12

Concernant les caucasoïdes préhistorique d'Amérique du nord, j'ai retrouvé les noms des cas sujet à débat:
L'homme de Kennewick
L'homme de la grotte de l'esprit
L'Homme de Prospect
L'Homme d’Arlington Springs

Il y aussi -parait-il- d'étrange ressemblance en l'Hébreu et certaines langues amérindiennes, notamment l’uto-aztèque.


Dernière édition par Thomas le Jeu 3 Aoû - 22:09, édité 1 fois

_________________
« Ce n’est que devant l’épreuve, la vraie, celle qui met en jeu l’existence même, que les hommes cessent de se mentir et révèlent vraiment ce qu’ils sont. »
Alexandre Lang.
Mes livres
avatar
Thomas
Admin

Messages : 1280
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 32
Localisation : Lyon

Voir le profil de l'utilisateur https://thomas_diana.artstation.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelques bizarreries....

Message par Thomas le Jeu 29 Sep - 14:35

Drôle de coïncidence historique:
En 1501, l'explorateur portugais Miguel Corte-Real disparait lors d'une expédition visant rallier l'Asie par le Passage du Nord-Ouest. Compose de 3 navires, seul deux navires rentre après avoir rebroussé chemin. Le navire manquant étant celui de Miguel, après avoir disparut sans explication.
En 1502, Gaspar Corte-Real frère de Miguel, disparait exactement dans les mêmes circonstance dans la même régions après avoir lancé un expédition qui avait le même objectif en plus de retrouver son fr^ère ou au moins éclaircir les circonstances de sa disparition.

_________________
« Ce n’est que devant l’épreuve, la vraie, celle qui met en jeu l’existence même, que les hommes cessent de se mentir et révèlent vraiment ce qu’ils sont. »
Alexandre Lang.
Mes livres
avatar
Thomas
Admin

Messages : 1280
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 32
Localisation : Lyon

Voir le profil de l'utilisateur https://thomas_diana.artstation.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelques bizarreries....

Message par Anaxagore le Jeu 29 Sep - 22:18

Thomas a écrit:Drôle de coïncidence historique:
En 1501, l'explorateur portugais Miguel Corte-Real disparait lors d'une expédition visant rallier l'Asie par le Passage du Nord-Ouest. Compose de 3 navires, seul deux navires rentre après avoir rebroussé chemin.  Le navire manquant étant celui de Miguel, après avoir disparut sans explication.
En 1502, Gaspar Corte-Real frère de Miguel, disparait exactement dans les mêmes circonstance dans la même régions après avoir lancé un expédition qui avait le même objectif en plus de retrouver son fr^ère ou au moins éclaircir les circonstances de sa disparition.


Ah, le passage du Nord-ouest.... combien de navires ont disparu pour trouver cette route.

_________________
Le champ de bataille ne fait que révéler à l'homme sa folie et son désespoir, et la victoire n'est jamais que l'illusion des philosophes et des sots. William Faulkner
avatar
Anaxagore

Messages : 883
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelques bizarreries....

Message par Anaxagore le Mar 4 Oct - 12:41

L'or du nouveau monde

Pizarro a sombré dans le mirage de l'or, cherchant ce minerai précieux, il fondit le trésor gigantesque des Incas et fut fort déconfit. Les Incas avaient une connaissance stupéfiante de la métallurgie de l'or. En particulier les plaquages. Pour les peuples d'Amérique Latine l'or n'était pas un métal ordinaire, il s'agissait d'un fragment de divinité. Pour créer des bijoux en or, ils expérimentèrent des plaquages à la feuille d'or dont la finesse stupéfie nos contemporains. Un exemple fragrant de cette maîtrise est les masques funéraires moche ( 1er siècle avant J.C. ; 8ème siècle après J.C.) le plaquage d'or n'a que deux microns d'épaisseur !
Impressionnant ?
Il y a bien mieux, les indiens Chocos de Colombie maîtrisaient dès le IIIème siècle de notre ère la technologie du frittage. Ils réduisaient en poudre du platine et de l'or, les fondaient ensemble et au cours du refroidissement (alors que l'alliage était encore malléable) le travaillaient au marteau... eu Europe cette technique n'a été découverte qu'au... XIXème siècle.

_________________
Le champ de bataille ne fait que révéler à l'homme sa folie et son désespoir, et la victoire n'est jamais que l'illusion des philosophes et des sots. William Faulkner
avatar
Anaxagore

Messages : 883
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelques bizarreries....

Message par Anaxagore le Mar 4 Oct - 12:53

Le pilier de Delhi

Dans l'ancienne cité de Delhi (Inde), non loin de la capitale moderne de New Delhi, se trouve un pilier de fer élevé il il y a près de 1700 ans. Ses dimensions (70 m de haut) et son état de conservation (il est lisse et brillant, comme juste sorti de l'usinage) laissent ébahis les archéologues.

- Un pilier de 70 m ne peut pas avoir été fondu d'une pièce. Les archéologues modernes proposent l'explication suivante : il serait constitué de plusieurs segments martelés à chaud et assemblé par soudure par gorgeage. Le problème c'est qu'il n'y a aucune trace de soudure... même si on admet la théorie, le savoir technique des Indiens de l'époque serait extraordinaire.
- On sait pourquoi le pilier de fer ne rouille pas. le fer utilisé - pur à 99, 72%- est d'une qualité qui n'a été atteinte en Europe qu'au XIXème siècle. Il ne se corrode pas car il contient du phosphore qui a formé une couche extérieure.
Par hasard ou à dessein, les Indiens de l'époque créèrent un fer qui surclasse de très loin celui utilisé de nos jours.

_________________
Le champ de bataille ne fait que révéler à l'homme sa folie et son désespoir, et la victoire n'est jamais que l'illusion des philosophes et des sots. William Faulkner
avatar
Anaxagore

Messages : 883
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelques bizarreries....

Message par Collectionneur le Mar 4 Oct - 12:56

Et de leur côté, les amérindiens ignoraient la roue. Cela démontre simplement que le développement technologique n'est pas linéaires.
avatar
Collectionneur

Messages : 405
Date d'inscription : 03/09/2016
Age : 46
Localisation : Languedoc-Roussillon

Voir le profil de l'utilisateur https://fr.wikipedia.org/wiki/Utilisateur:L%27amateur_d%27a%C3%A

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelques bizarreries....

Message par Anaxagore le Mar 4 Oct - 13:11

Les châteaux de verre

Dans les romans de chevalerie, particulièrement dans le cycle de Bretagne (Merlin, la Table Ronde, le Graal) il est question à plusieurs reprises de "châteaux de verre" dont le fameux "Château des Pucelles" dont s'échappe Lancelot du Lac.

Risible, n'est-ce pas ? Sauf que "Maiden Castle" existe vraiment... il s'agit d'un fort datant de l'âge du fer et réutilisé jusqu'au haut moyen-âge.

Ses murs sont de terre compactée (plus résistant qu'on pourrait le croire) surtout qu'ils sont formés sur des remblais... de verre !

Un cas unique ? Accidentel ? Non, il y a DES châteauX de Verre. On en trouve en Angleterre, en France et surtout en Ecosse. Le plus impressionnant Tap O'North en Ecosse, est un gigantesque châteaux dont les murs font 7 mètres d'épaisseur.
 

Pour créer ces murs de verre, il faudrait une température de plus de 1000° C entretenue pendant plusieurs jours. Il est impossible qu'un incendie accidentel puisque provoquer un tel phénomène. Surtout qu'il y a plus d'un cas. On pense que leurs créateurs ont élevé un mur de sable, l'on entouré de madrier de bois et on mit le feu volontairement, alimentant l'incendie pendant des jours !

Ces châteaux et forts furent érigés entre 1400 et 400 avant J.C.


Dernière édition par Anaxagore le Jeu 6 Oct - 13:30, édité 1 fois

_________________
Le champ de bataille ne fait que révéler à l'homme sa folie et son désespoir, et la victoire n'est jamais que l'illusion des philosophes et des sots. William Faulkner
avatar
Anaxagore

Messages : 883
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelques bizarreries....

Message par Anaxagore le Mar 4 Oct - 13:16

Collectionneur a écrit:Et de leur côté, les amérindiens ignoraient la roue. Cela démontre simplement que le développement technologique n'est pas linéaires.

Faux, les Amérindiens connaissaient la roue Very Happy
Oui, je sais ça surprend.
A Veracruz (Mexique) aux alentours de 1940, des archéologues fouillèrent des sépultures datant du premier siècle de notre ère. Ils y trouvèrent des jouets sur roues (statuettes de jaguar pouvant également servir de sifflet par exemple). D'autres furent découvertes par la suit. Elles furent fabriquées pendant plusieurs siècles.

Bizarrement, on ne connait aucune autre utilisation de la roue en Amérique. On explique parfois que l'absence d'animaux de trait au Mexique à empêché l'invention de la charrette. Mais cela n'explique pas que l'invention du tour de potier n'ai pas été faite.

_________________
Le champ de bataille ne fait que révéler à l'homme sa folie et son désespoir, et la victoire n'est jamais que l'illusion des philosophes et des sots. William Faulkner
avatar
Anaxagore

Messages : 883
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelques bizarreries....

Message par Lunarc le Mar 4 Oct - 13:54

L'histoire du fer indien me rappelle le documentaire qu'ARTE avait consacré à ces épées vikings d'une qualité très supérieure a ce que la métallurgie de l'époque pouvait offrir.
avatar
Lunarc

Messages : 230
Date d'inscription : 25/10/2015
Age : 18
Localisation : Poitiers, ou dans sa région

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelques bizarreries....

Message par Anaxagore le Mar 4 Oct - 14:41

Vous avez déjà entendu parler de l'acier de Damas ? En dépit de son nom, il ne vient pas du moyen orient mais d'Inde. Il s'agit d'un acier spécial également appelé "Wootz en barre"
Le métal qui alterne des bandes de d’alliage d'acier où le taux de carbone est très différent. Cela donne naissance à de superbe dessins gis et gris noirs en forme de vagues ou d'entrelacs sur la lame.
La dureté et le tranchant des lames de Wootz (connues depuis l'époque d'Alexandre le grand) est telle qu'un mouchoir de soie lâchée sur le tranchant d'une lame est coupé !
Il a fallu attendre le XIXème siècle pour que le secret de cet alliage soit compris. l’alternance de bandes d’alliage très souple, avec des bandes très rigide lui a donné une résistance incroyable.

_________________
Le champ de bataille ne fait que révéler à l'homme sa folie et son désespoir, et la victoire n'est jamais que l'illusion des philosophes et des sots. William Faulkner
avatar
Anaxagore

Messages : 883
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelques bizarreries....

Message par Lunarc le Mar 4 Oct - 17:52

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ulfberht
Voila, j'ai retrouvé le nom.
avatar
Lunarc

Messages : 230
Date d'inscription : 25/10/2015
Age : 18
Localisation : Poitiers, ou dans sa région

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelques bizarreries....

Message par Anaxagore le Mar 4 Oct - 19:35

Encore une fois l'acier vient d'Inde. Comme les lingots de Wootz que les Arabes utilisèrent pour leurs fameuses lames de Damas. Avec le fer du pilier de Delhi, difficile de nier qu'ils s'y connaissaient en métallurgie.

_________________
Le champ de bataille ne fait que révéler à l'homme sa folie et son désespoir, et la victoire n'est jamais que l'illusion des philosophes et des sots. William Faulkner
avatar
Anaxagore

Messages : 883
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelques bizarreries....

Message par Anaxagore le Jeu 6 Oct - 10:46

Des visiteurs en Amérique :

La chronologie officielle du peuplement des Amérique est assez risible. Même si on admet à présent officiellement que les Vikings aient atteint le Canada, on limite leur présence à un bref hivernage, voire quelques années de séjours... sans déranger personne et surtout sans apporter de sang neuf.

car vous voyez, la raison principale de la théorie qui voudrait qu'une poignée de chasseurs-cueilleurs aient traversé le détroit de Béring à pied (surtout pas en bateaux, cela suggérerait qu'ils n'étaient pas si primitifs) est le racisme ! Affaibli par des milliers d'années de mariage consanguins, les descendants amérindiens de la culture de Clovis auraient été colonisés par les Blancs parce qu'ils étaient faibles et débiles. Les Blancs auraient donc régénérés le continent apportant culture et civilisation à de pauvres hères condamnées par la dégénérescence. Et oui, la véritable raison pour laquelle la théorie dite de "Clovis First" est défendue par les historiens et les archéologues... blancs c'est qu'elle soutient que les Amérindiens ont vécu isolés pendant des millénaires. la plupart des preuves du contraire sont étouffés. Les archéologues, les historiens et les anthropologues qui font des découvertes qui contredisent cette théorie sont traités par le mépris, conspués et ne trouvent plus de crédits pour continuer les fouilles. Pourtant les preuves s'accumulent et sont difficiles à nier (examen des sites par des équipes indépendantes, datation au carbone 14, datation stratigraphique).

Faisons un petit résumé :


Les Scandinaves

:
- Les Viking ont séjourné en Amérique du Nord. On en a pour preuve un texte : "La saga d'Erik le Rouge". Cette dernière raconte que l'expédition du chef Eric le Rouge. Banni pour meurtre, il quitte l'Island, séjourne au Groenland avant de partir vers le sud-ouest où il fonde le "Vindland". Le texte est du XIIIème siècle est à survécu en deux versions un peu différentes. l'une se trouve dans le Hausbok et l'autre dans le Skalholsbok. La deuxième version est plus proche de l'original disparu... seulement, les travaux des philologues et la découverte de textes antérieurs, comme les Gesta Hammaburgensis d'Adam de Brême, ont permis de découvrir plusieurs récits mentionnant le Vindland.
On en est arrivé à la conclusion que "la saga d'Erik le Rouge" était un texte de seconde main, une synthèse de plusieurs sources opérées par un écrivain tardif. Il ne faut donc pas le considérer comme une source fiable. Il y a eu plusieurs séjours et plusieurs tentatives de colonisation des Amériques par les Scandinaves.
Autres preuves :

- L'inscription de Kensington. Trouvée en 1898 dans le Minosota par l'immigrant suedois Olof Ohman, il s'agit d'une tablette de pierre couvertes de runes. Elle raconte une expédition de huit Suedois et vingt-deux Norvégiens qui auraient traversé l'Atlantique en 1362. Après la mort de dix membres de leur troupe, massacrés par les Indiens, les autres s'enfuirent. L'authenticité de texte est remis en cause pour plusieurs raisons. D'abord... Clovis First. Ensuite, de manière plus raisonnable, l'utilisation de runes au XIVème siècle est improbable. Cette écriture n'était plus utilisée à l'époque, remplacée par l'alphabet latin en Norvège et en Suède. Les linguistes relèvent également de nombreuses erreurs grammaticales dans les inscriptions. Toutefois, en 1907,  l'écrivain norvégien Hjalmar Rued Holand vint voir la pierre. Jusqu'à sa mort en 1963, il chercha à faire reconnaître l'authenticité de la pierre. Il suscita assez d'intérêt pour convaincre la  Smithsonian Institution. En 1982, avec les progrès de l'étude des runes, le professeur Robert Hall conclut que les "erreurs grammaticales" relevées un siècle plus tôt n'étaient pas des erreurs. Richard Neil autre linguiste extrêmement sérieux partage cet avis. L'inscription de Kensington serait écrite dans un dialecte norrois authentique, mais inconnu au XIXème siècle ce qui exclut toute possibilité de canular.


- La carte de Vinland. Trouvé dans un manuscrits suisse de 1440, elle est basée sur le voyage d'Erik le Rouge. Elle découverte en 1957 soit trois ans avant que le site archéologique de la Anse aux Meadows - un peuplement scandinave- soit mis à jour. l'intérêt de cette carte est double. D'une part, si elle est authentique, cela voudrait dire que les Européens connaissaient l'existence des Amériques dès le XIIIème siècle. Car la carte de 1440 est une copie d'un original disparu. De l'autre, elle indiquait que les Vikings avaient bien touché les Amériques. La question de l'authenticité est importante. On a trouvé la carte dans un exemplaire de l'Historia Tartarorum de Jean de Plan Carpin, un moine Franciscain qui - comme Marco Polo- se rendit à la cour de Qubilaï Khan. Les deux documents étaient ensembles depuis très longtemps puisqu'en superposant la carte et le manuscrit on s'aperçois que les trous forés par les vers coïncident. Toutefois, une analyse de 1974 montre la présence de dioxyde de titane dans l'encre de la carte... seule les encres modernes utilisent du titane. Rebondissement, en 1985 le laboratoire nucléaire de l'université de Californie fit une analyse de la carte au rayon X. Pour eux l'analyse de 1974 était erronée. La carte serait un document ancien.

Des Celtes en Amérique

:
- Le voyage de Saint Brendan : Il s'agit d'une histoire merveilleuse comme les Celtes les aiment temps. Le genre appelé Navigatioen latin ou Imram en cymrique est typique des épopées celtes comme La navigation de Maël Duinhttp://sejh.pagesperso-orange.fr/keltia/immrama/maelduin-fr.html
Cette littérature n'a pas disparu avec la christianisation des Celtes. Non, à présent si on ne voyageait plus pour tuer des monstres en punition d'un parricide, on le faisait pour le besoin de l'évangélisation. Il existe notamment une navigation de saint Colomba (Colum-Cille en VO). La navigation de Saint Brendan serait semblable à cette littérature fantastique si... les descriptions - bien que très folklorique- semblent décrire des événements réels. On sait que les moines Irlandais arrivèrent en Islande bien avant les Vikings, à bord de navires de cuirs cousus appelés coracles ou curraghs. Or l'itinéraire de Saint Brendan qui est cyclique (les moines errent en fait pour gagner le paradis et repassent toujours dans les mêmes îles) passe par une "île de feu" qui pourrait être l'Islande. La rencontre en chemin avec une "colonne de cristal" flottant sur l'eau fait penser à un Iceberg. Les autres découvertes : une "mer figée", la mer d'algue verte des Sargasses ? ou la "mer limpide" la mer des Bahamas ?
Timothy Severin un archéologue spécialisé dans les navires anciens, reconstitua un coracle de l'époque et tenta la traversée de l'Atlantique dans les conditions de l'époque et par la route suivie par Brendan (la même que celle d'Erik le Rouge quelques siècles plus tard). le Coracle résista sans faiblir aux conditions épouvantables du voyage.
- l'Imram de Madoc : Moins connue que le voyage de Saint Brendan, elle raconte une navigatio qui aurait eu lieu en 1169. Après des querelles de succession sanglantes au royaume de Gwynedd (Pays de Galle) le moine madoc quitta les îles britanniques et deux navires. Ils s'arrêtèrent en Irlande et continuèrent jusqu'à atteindre (pense-t-on) Mobile Bay dans l'actuelle état d'Alabama (USA). Après quelques problèmes - sanglants- avec les Cherokee, les Celtes remontèrent un fleuve qui est probablement le Mississippi avant de s'établir parmi un autre groupe d'Indiens, probablement les Mandans, qui possédaient effectivement une pigmentation étonnement claire.
- L’archéologie : Jusque-là je n'ai fait que vous parler de livres... on y crois ou pas, mais des découvertes étranges sur les côtes d'Amérique relancent le débat. En 1968, la Société Canadienne d'Archéologie de la Côte Nord a identité un habitat monastique du VIIème siècle identique à ceux que l'on trouve en Irlande. Une tour ronde trouvée à Newport Rhodes Island utilise un système d'arcades identiques au style roman. D'après certains archéologues, la tour serait de construction scandinave sauf que... la tour est la copie exacte de celle de Lanleff près de Paimpol Côte d'Armor, est utilise des techniques de construction typique des églises bretonnes.
- La querelle de la Morue : les vieilels archives médiévales recèlent parfois des documents surprenants. Au XIIème siècle, un procès oppose les marins bretons et basque qui partent pêcher la morue. Jusque là, rien d'extraordinaire. Seulement, ce poison ce vend bien et l'Abbaye de Beauport (Paimpol, Bretagne) réclame l'exclusivité de la dîme sur la pêche de ce poisson. S'en suit des débats et un jugement... Or on apprend dans les débats le détail de la vie des marins pêcheurs. En particulier qu'ils allaient pêcher le poisson jusque dans sa zone de reproduction... qui est à Terre-Neuve au Canada !

_________________
Le champ de bataille ne fait que révéler à l'homme sa folie et son désespoir, et la victoire n'est jamais que l'illusion des philosophes et des sots. William Faulkner
avatar
Anaxagore

Messages : 883
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelques bizarreries....

Message par Thomas le Jeu 6 Oct - 11:58

Pour les scandinaves, j'étais déjà au courant et je n'ai aucun doute.
Pour les celtes, je ne savais pas.

La découverte et le peuplement de l’Amérique comme on les enseigne sont un dogme comme tous ce qui touche à l’égyptologie. Tout ce qui contredit le dogme est un canular malgré les preuves, point.

_________________
« Ce n’est que devant l’épreuve, la vraie, celle qui met en jeu l’existence même, que les hommes cessent de se mentir et révèlent vraiment ce qu’ils sont. »
Alexandre Lang.
Mes livres
avatar
Thomas
Admin

Messages : 1280
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 32
Localisation : Lyon

Voir le profil de l'utilisateur https://thomas_diana.artstation.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelques bizarreries....

Message par Anaxagore le Jeu 6 Oct - 12:44

Thomas a écrit:Pour les scandinaves, j'étais déjà au courant et je n'ai aucun doute.
Pour les celtes, je ne savais pas.

La découverte et le peuplement de l’Amérique comme on les enseigne sont un dogme comme tous ce qui touche à l’égyptologie. Tout ce qui contredit le dogme est un canular malgré les preuves, point.

C'est particulièrement vrai avec le point suivant :

Des Romains en Amérique

:

En 1976, un plongeur brésilien découvre deux amphores dans la baie de Guanabara à une vingtaine de kilomètres de Rio. Le gouvernement les confisque ! En 1982, il réussit à convaincre l'archéologue sous-marin Robert Marx de l'accompagner. Ils découvrirent des milliers de poteries dont deux cent amphores. En travaillant sur les clichés, Elizabeth Will professeur de lettre à l'université du Massachusetts identifia les amphores comme étant des productions du IIIème siècle de notre ère, fabriqués à Kouass (Maroc).
Les lieux furent passés au sonar, ce qui permit de découvrir les restes de la membrure d'un vaisseau en bois... peut-être un navire marchand romain.
A nouveau, le gouvernement brésilien interdit toute investigation de l'épave. Des historiens locaux - très attachés à la découverte de leurs pays par le Portugal... sauf qu'il a été découvert par la France- montent une accusation abracadabrante : Marx serait un agent au service des Italiens qui revendiqueraient la découverte du pays ! On le taxe aussi de vouloir faire de l'argent sur la découverte -truquée bien sûr.
D'autres archéologues essayent de calmer le jeu. Des navires romains ont été découverts jusqu'aux Açores et il n'est pas rare - même de nos jours- que des tempêtes fassent dériver des vaisseaux longeant les côtes africaines jusqu'au Brésil.

Des pièces romaines aux USA : d'innombrables pièces de monnaies romaines ont été trouvées dans les états américains du Wisconsin, Caroline du Nord et Alabama. En l'absence de toute autre explication, on imagina que ces pièces furent ramenées en souvenir par des GI de retour au pays et perdues... une explication géniale qui à l'avantage que personne n'irait l'étayer ou la contredire. S'il y a un coupable, je doute qu'il vienne plaider : " je suis un GI qui a pillé un musée pendant la Seconde Guerre Mondiale"... s'il est encore vivant.


Dernière édition par Anaxagore le Jeu 6 Oct - 13:54, édité 1 fois

_________________
Le champ de bataille ne fait que révéler à l'homme sa folie et son désespoir, et la victoire n'est jamais que l'illusion des philosophes et des sots. William Faulkner
avatar
Anaxagore

Messages : 883
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelques bizarreries....

Message par Thomas le Jeu 6 Oct - 13:31

- très attachés à la découverte de leurs pays par le Portugal... sauf qu'il a été découvert par la France
Si t'as un liens sur le sujet, je suis curieux.

_________________
« Ce n’est que devant l’épreuve, la vraie, celle qui met en jeu l’existence même, que les hommes cessent de se mentir et révèlent vraiment ce qu’ils sont. »
Alexandre Lang.
Mes livres
avatar
Thomas
Admin

Messages : 1280
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 32
Localisation : Lyon

Voir le profil de l'utilisateur https://thomas_diana.artstation.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelques bizarreries....

Message par Anaxagore le Jeu 6 Oct - 14:02

Le découvreur du Brésil est un personnage controversé. Brésilien et Portugais disent qu'il s'agit de Pedro Alvarez Cabral, les Espagnols disent que c'est Vincente Yanez Pinzon qui le découvrit en 1500
Mais quatre ans avant Christophe Colomb (1488), un navigateur français du nom de Jean Cousin aurait atteint les côtes du Brésil en voulant doubler l'Afrique. De nos jours c'est fortement contesté. https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Cousin_(navigateur)

Et j'ironisais en parlant de Cousin... je voulais accentuer le ridicule de cette "guerre" de la découverte du Brésil. Tout le monde oublie que le pays était peuplé depuis longtemps par les indigènes et que "découvrir" un pays peuplé et y planter un drapeau est juste un acte de mépris et d'arrogance.

_________________
Le champ de bataille ne fait que révéler à l'homme sa folie et son désespoir, et la victoire n'est jamais que l'illusion des philosophes et des sots. William Faulkner
avatar
Anaxagore

Messages : 883
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelques bizarreries....

Message par Thomas le Jeu 6 Oct - 15:58

Tout le monde oublie que le pays était peuplé depuis longtemps par les indigènes et que "découvrir" un pays peuplé et y planter un drapeau est juste un acte de mépris et d'arrogance.
Par exemple la célébration des 500 ans du Brésil... qui donc basé sur la date de découvert de Cabral. Parce qu'avant le Brésil était vide, c'est bien connu.

_________________
« Ce n’est que devant l’épreuve, la vraie, celle qui met en jeu l’existence même, que les hommes cessent de se mentir et révèlent vraiment ce qu’ils sont. »
Alexandre Lang.
Mes livres
avatar
Thomas
Admin

Messages : 1280
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 32
Localisation : Lyon

Voir le profil de l'utilisateur https://thomas_diana.artstation.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelques bizarreries....

Message par Anaxagore le Jeu 6 Oct - 19:14

Des Africains en Amérique ?


Les Olmèques ont fourni de nombreux ouvrages artistiques, en particulier leurs célèbres têtes géantes qui présentent des caractéristiques typiques de l'art africain.

Pour beaucoup de gens il s'agit d'une simple coïncidence.
Plus intriguant, les jeli de la cour malienne racontent qu'un de leur roi aurait bâti une flotte de navires pour partir vers l'ouest. Cette histoire apparaît également sous la plume de l'historien arable ibn Battuta. Ces récits ont une origine fragile, le nom du roi ayant tenté cette traversée varie selon les récits; A l'époque, l'empire du Mali est très riche et des récits racontant des exploits étranges destinés à désennuyer le souverain en place sont fréquents.
Plus intéressant est la découverte de maïs en Afrique orientale avant que les Blancs ne découvrent l'Amérique. De nombreux documents d'époques attestent de la présence de cette céréale et ne sauraient être niés. Les autochtones admettent qu'ils ne s'agit pas d'une céréale indigène. On trouve aussi le maïs en Afrique occidentale, là aussi les habitants savent qu'il ne s'agit pas d'une culture que leurs ancêtres ont toujours maîtrisé. La légende veux qu'elle ait été amenée par des gens qui venaient du Sahara.

_________________
Le champ de bataille ne fait que révéler à l'homme sa folie et son désespoir, et la victoire n'est jamais que l'illusion des philosophes et des sots. William Faulkner
avatar
Anaxagore

Messages : 883
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelques bizarreries....

Message par Anaxagore le Ven 7 Oct - 11:47

Des templiers en Amérique ?


Lorsque Motecuhzoma II Xocoyotzin accueillit les Espagnols de Cortès, il le fit à bras ouvert. En fait, ce souverain superstitieux attendait le retour d’un homme blanc, barbu, qui serait l’incarnation de Quetzalcoalt. Selon San Anton Muñon Chimalpahin Cuanhtlehnantzin, descendant des princes de Chalco, son peuple serait venu de l’Est. Les Chalques -ou Monohualques Teotlixques Tlacochcalques- auraient franchi la grande mer (océan Atlantique) à bord de « coquillages ». Ils étaient « étranger à ce pays, envoyés de Dieu et militaires ». Or l’un des noms donnés aux Chalques était Tecpantlaques où Tecpan signifie Temple ou Palais. On pourrait donc traduire Tecpantlaques par « Gens du Temple » ou « Templiers ». Étrange dénomination, mais le parallèle avec les Templiers se poursuit chez les habitants de Tlaxcala. En effet, ceux-ci possédaient une étrange organisation sociale proche de celle des chevaliers du Temple.
De part le monde, le symbole de la croix a été repris par de multiples cultures sans apport du christianisme. La croix grecque à branches égales est la plus souvent représentée, la croix latine dont la branche basse est plus longue reste rare. Pourtant, la croix latine pattée, typique de l’ordre du Temple, fut retrouvée dans plusieurs sites du Mexique et ce jusque sur le bouclier de Quetzalcoalt. Une présence qui n’est pas anodine puisque le serpent à plume quitta le Mexique sur un radeau de serpents, promettant de revenir sous la forme d’un homme blanc et barbu. Des linguistes ont également noté la présence de mots ressemblant étrangement à leurs équivalents français dans les langues parlées au Mexique. Cependant, toutes ces « preuves » d’une présence templière au Mexique ne sont pas des plus probantes. Personnellement, je ne pense pas que les cogues hanséatiques fussent capables de traverser l’Atlantique. Ces navires de construction solide ne pouvaient affronter la haute mer à cause de leur voile carrée. Face aux alizés, les navires se retrouveraient rapidement en danger, incapables de manœuvrer. Comme le disait un proverbe arabe du Moyen-Âge : « Seuls les fous et les chrétiens naviguent par vent arrière. » Ce fut avec les caravelles, navires dotés de voiles latines que la traversée devint possible.
Il n’en demeure pas moins que le Kalasaya de Tiahunacu possède une construction similaire, tant par sa forme que son plan architecturale, à celle de l’église gothique d’Amiens. On retrouve même une statue à l’intérieure qui (style mis à part) ressemble à celle de l’apôtre qui se trouve au centre de la nef.
La meilleure preuve d’une présence templière en Amérique pourrait être le fameux or du Temple qui fit sa richesse… ou plutôt son argent. Au Moyen-Âge, ce métal était très rare en Europe. L’essentiel des pièces alors en circulation avaient été refondues à partir de monnaies antiques. Au contraire, au Mexique, l’argent était un métal relativement courant. Bien sûr, les Templiers exploitaient des mines d’argent, notamment à Blanquefort. Seulement, les ouvriers qu’ils y engagèrent étaient de langue allemande et donc incapables de raconter aux locaux ce qu’ils faisaient réellement. Détail d’autant plus étrange que cette équipe minière comprenait un nombre étonnant de fondeur par rapport à toutes les autres spécialités. Ce détail est à mettre en parallèle avec la pauvreté de la mine de Blanquefort. En fait, ce site fut surtout utilisé pour la frappe de ces monnaies d’argent que l’ordre produisait en importante quantité.
A la disparition des Templiers, la mine fut fermée du fait de son manque de productivité. Plus tard, Jacques Cœur recommença son exploitation et en tira de larges revenus. Après son départ, la mine fut de nouveau close pour les mêmes raisons que précédemment. Cette histoire fut pour beaucoup dans la réputation d’alchimiste qu’entretenait Jacques Cœur. Néanmoins, je doute qu’il fut réellement possible de créer de l’argent sur un athanor.
Le tribunal qui jugea Jacques Cœur pensait connaître l’origine de la fortune du financier. Il se serait enrichi d’un commerce illicite avec les Infidèles ! Peut-être, mais l’analyse des pièces frappées par les Templiers donna un résultat étonnant. La formation de chaque filon d’argent est unique et lui donne des caractéristiques uniques. L’étude des monnaies templières indique que la galène argentifère dont elles furent extraites appartenait à un gisement riche en plomb. Ce fait n’est pas rare, mais les proportions entre les différents isotopes du plomb présent dans la galène varient pour chaque site. Ici, elles correspondaient à des indices relevés dans des mines mexicaines !
Voilà pour l'Amérique centrale.
mais on trouve aussi une pierre tombale représentant un chevalier en armure typique du XIVème siècle à Westford (Massachusetts). Certains pense qu'il pourrait s'agir de la tombe d'un membre de l'expédition de Prince Henry Sinclair. Persécutés par Philippe le Bel, nombre de templiers finirent au bûcher. mais pas tous, Sinclair fut de ceux qui échappèrent à ce sort peu enviable. Sinclair n'est pas n'importe qui, cet Écossais n'avait qu'un petit fief dans les Orcades, cependant il descendait des rois de Norvège. En septembre 1997, un colloque réunit à Kirkwall, dans son ancien domaine, formula une hypothèse osée. Les treize navires de la petite flotte de l'amiral Atonio Zeno, qui embarquait les survivants de l'Ordre du Temple auraient suivi la route d'Erik le Rouge, communiquée par Sinclair et serait arrivée au Nouveau Monde.
Détail amusant, la bannière de guerre de l'Ordre Templier est bien connue. Nommée "Beauséant" elle est divisée en deux bandes horizontales, noire et blanche avec au milieu une croix pattée rouge. mais la flotte templière arborait un pavillon différent noir, avec un crâne et deux tibias croisés... on ne sait comment il a fini par devenir l’emblème des pirates.

_________________
Le champ de bataille ne fait que révéler à l'homme sa folie et son désespoir, et la victoire n'est jamais que l'illusion des philosophes et des sots. William Faulkner
avatar
Anaxagore

Messages : 883
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelques bizarreries....

Message par Anaxagore le Ven 7 Oct - 12:04

Des Asiatiques en Amérique ?


La plus étonnante découverte sur les contacts entre Ancien et Nouveau Monde reste cependant les poteries exhumées en 1956 à Valdivia (Equateur). Vieilles de 4 à 5000 ans, elles montreraient des ressemblances frappantes avec les poteries de style Jômon fabriquées à la même époque au Japon. En fait, sur les vingt huit caractéristiques fondamentales du style Valdivia, vingt quatre se retrouvent également sur les poteries de style Jômon.
En fait, est-ce aussi inimaginable ? Il y a cinquante mille ans, les ancêtres des Yi (un peuple du sud de la Chine) ont colonisé Taiwan, puis la Malaisie, Sumatra, Bornéo, Java à bord de grands radeaux de bambous. Ils arrivèrent même jusqu’en Australie. L’étude d’ossements datant du néolithique ainsi que de l’ADN des Aborigènes de Nouvelle-Galles du Sud ne laisse aucun doute quant à leur parenté avec les populations de l’Asie du Sud-Est. Les habitants de Java poussèrent même jusqu’à Madagascar comme le montre la comparaison linguistique du Malgache et du Kawi. De même, la méthode de construction des radeaux de bambou encore utilisés de nos jours au Pérou reste similaire à ceux qu’utilisèrent les habitants de Taiwan au premier millénaire avant notre ère. Comme on ne peut voir de hasards dans cette concordances, il faut bien supposer que c’est à bord de tels radeaux que les Chinois atteignirent le Pérou.
D’autres archéologues ont tenté de démontrer que les ressemblances entre les statuettes de l’empire Shang (en Chine) et celles en usage chez les Chavins (Pérou) ne pouvaient résulter d’un hasard. A la même époque, on remarque aussi l’apparition du travail du jade chez les Olmèque. Alors que ce peuple avait ignoré cette pierre jusqu’alors, les voilà soudain qui la taillent à la perfection, l’enfouissement dans leurs tombes, confectionnent des masques de vie pour leurs momies… comme les Shang ! Dans les tombes olmèques, on trouve aussi des statuettes représentant un félin ocellé... or, le léopard est inconnu en Amérique. cependant, à la même époque les statues de léopard sont des décorations communes dans l'empire Shang.
Jusqu’à l’époque de l’empereur Shi, vers – 220, la Chine semble avoir gardé le souvenir de l’existence de terres loin à l’Est. L’empereur envoya trois expéditions sous le commandement du moine taoïste Xu Fu pour les trouver. La dernière ne comprenait pas moins de trois milles jeunes gens et jeunes femmes de bonnes familles, des artisans de toutes les professions, le tout escorté par de nombreux archers ! Xu Fu ne revint jamais. La légende raconte qu’il aurait fini par trouver une terre fertile au-delà des mers et qu’il y serait resté pour en devenir le roi. Un siècle plus tard, le roi Wu de la dynastie Huan envoya une nouvelle expédition dirigée par le magicien Li Shaochun. Elle aussi ne revint pas.
On ignore où ces Chinois finirent par aboutir. L’hypothèse la plus couramment admise est que Xu Fu serait arrivé au Japon et qu’il aurait fondé la dynastie encore sur le trône. D’autres pensent qu’il aurait atteint le Mexique.
En 2003, le Britannique David Mengzies a émis l’hypothèse que l’amiral Zheng He (1371-1435) ait atteint l’Amérique. Son postulat s’appuyait sur d’anciennes cartes portugaises et italiennes. On sait que l’amiral se lança dans plusieurs expéditions qui le menèrent dans toute l’Asie du Sud-Est et jusqu’en Afrique. On a même trouvé trace d’un séjour de Chinois en Australie vers cette époque. Mais une preuve de plus a été la redécouverte d’une carte chinoise de 1418. Ce planisphère montre une extraordinaire connaissance du monde. L’Afrique est très reconnaissable. A l’est de la Chine, les deux Amériques sont également identifiable.
Nous avons déjà parlé de l'étrange présence du maïs en Afrique. Mais on le retrouve aussi en Asie; Dans le sud de l'Inde il existe une statue montrant une divinité recevoir une offrande d'épis de maïs, elle date du XIème siècle. mais la correspondance marche aussi dans l'autre sens. Le dieu du maïs maya est représenté sur une statue du VIIème siècle avec les mains dans une position étrange. En inde, on appelle ces postures mudras, il s'agit d'une convention pour représenter certains sentiments ou action. Par exemple un bouddha ou un dieu hindou représenté main jointes à plat sur la poitrine c'est le mudra du respect;
La statue maya, représente le dieu dans une posture typique des statues bouddhistes : coudes collés au corps, bras gauche tendu, paume levée, main droite tendue paume à plat. Ce mudra signifie que le dieu accorde un don... or, c'est difficile d'y voir un simple hasard; ce n'est pas un cas isolé, et la statue se trouve à l'entrée d'un temple... destinée donc à recevoir des offrandes. Et c'est justement le mudra d'un dieu qui récompense un fidèle.

_________________
Le champ de bataille ne fait que révéler à l'homme sa folie et son désespoir, et la victoire n'est jamais que l'illusion des philosophes et des sots. William Faulkner
avatar
Anaxagore

Messages : 883
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelques bizarreries....

Message par Anaxagore le Ven 7 Oct - 12:19

Clovis First !


Selon la théorie doctement professée par les recteurs de chaire des grandes universités, l’Amérique aurait été colonisée il y a seulement 15 000 ans. Cette théorie a été forgée après les fouilles de Clovis (Nouveau Mexique) où l’on a trouvé une dépouille de mammouth tuée par des pointes de pierre taillée.
Ce dogme est resté incontournable depuis la découverte du site en 1935. La raison d’un tel attachement est purement raciste. Les « Clovis d’abord » (Clovis first) partisans à tout crin de cette théorie prétendent qu’une seule tribu venue du détroit de Béring serait à l’origine du peuplement de toute l’Amérique jusqu’en Terre de Feu. Du point de vue génétique cette thèse est aberrante. De plus, on trouve au Mexique des espèces originaires du Japon et en Terre de Feu des animaux venus d’Australie. Il y aurait donc eu des émigrations depuis ces régions. D’après les botanistes et les zoologistes ce serait des emprunts anciens, datant au moins de 20 000 ans.
Néanmoins, « Clovis d’abord » continue à satisfaire les xénophobes qui voient les Amérindiens comme des attardés.
En 1998, la découverte de l’homme de Kennewick troubla beaucoup de monde. En effet, la dépouille se composait de quelques 350 fragments plus ou moins complets d’un même individu. Jim Chatters, un paléoanthropologue, examina le squelette. Le crâne, manifestement ancien, appartenait à un homme au type « caucasoïde » très différent des crânes amérindiens qui sont « mongoloïdes ». La datation au carbone 14 indiqua que l’homme de Kennewick aurait vécu il y a 9 200 ou 9 600 ans. Malheureusement, on n’en saura guère plus puisque les autorités fédérales américaines ont conclu qu’il fallait « rendre » la dépouille à « son » peuple. Comme si une filiation était possible entre des tribus nomades et un homme mort 450 générations plus tôt!
Cependant, l’homme de Kennewick ne sera pas totalement enterré. Il ne peut pas être Européen comme certains archéologues « frondeurs » l’on laissé entendre puisque tout le monde « sait » que les Européens sont arrivés avec Christophe Colomb. Alors on a imaginé qu’il pouvait être un des prédécesseurs des Aïnous caucasoïdes qui vivent encore sur l’île de Hokkaido (Japon). C’est une hypothèse intéressante puisque ces précurseurs sont les Jômons. Or, comme nous l’avons vu, les poteries de Valdivia (Equateur) montreraient des ressemblances frappantes avec les poteries de style Jômon. Les ancêtres des Aïnous ont été repoussés par les populations venues de Chine qui se sont progressivement emparés des îles nippones à partir de – 10 000. Pour leur échapper, ils auraient donc franchi le détroit de Béring. Encore une fois, la théorie du passage à pied sec est sauve.
En définitive, le seul argument qui pourrait faire taire définitivement les « Clovis d’abord » serait la découverte d’un site prè-Clovis incontestable. Encore faut-il que les archéologues et les paléoanthropologues fassent preuve de bonne foi. Jim Adovasio est l’exemple même de l’archéologue opposé au dogme de Clovis. Le chercheur fouille le site de Meadowcroft, Pennsylvanie, depuis la fin des années quatre-vingt. Ses investigations lui ont permis de dépasser la barrière fatidique des 14 000 ans et il continue encore à trouver des vestiges. Seulement, les pontes de l’archéologie ont refusé d’accorder le moindre crédit à ses découvertes dès que leurs datations ont été antérieures à Clovis. Comme par hasard. Résultat, aucune revue d’archéologie « sérieuse » ne publie plus ses travaux. Néanmoins, la fronde s’organise. De nombreux archéologues qui ont visité Meadowcroft ont souligné le travail exemplaire fourni par Jim Adovasio.
En 2004, de nouvelles découvertes sur le site de Topper (Caroline du Sud) ont repoussés le peuplement de l’Amérique au alentour de – 50 000 ans. Néanmoins, la pression exercée par les ténors de la ligne officielle empêche toute réévaluation de la théorie classique. Ce barrage est si efficace qu’il a empêché deux ans durant l’archéologue Silvia Gonzalez, de l’université John Moores de Liverpool, de publier ses recherches. En effet, sa découverte d’empreintes humaines à 130 km de Mexico avait de quoi ébranler les tenants de l’hypothèse de Clovis First. Toutes les datations effectuées sont concordantes, il y a quarante mille ans des hommes ont marché dans la cendre volcanique bordant un ancien lac.
Il ne s’agit pourtant que d’une découverte parmi tant d’autres. Par exemple, la France entretient depuis 1978 une mission dans l’état nordestin du Piaui (Brésil). On y a retrouvé un très grand nombre de galets aménagés issus du travail humain. Ces outils, vieux de 30 000 ans sont les plus anciens trouvés en Amérique. Lorsque l’équipe fit sa première publication dans le prestigieux journal Nature, en 1986, leur annonce est accueillie avec stupéfaction. Certains « spécialistes » refusent purement et simplement l’hypothèse. Pour eux, il ne s’agit que de « géofacts », c’est à dire d’œuvres de la nature.
Dans les années 1960-70, à Valsequillo, près de Puebla, au Mexique, on a trouvé des traces d’un ancien peuplement humain. Là, les « spécialistes » firent obstacle aux découvertes en se bloquant complètement sur des problèmes statigraphiques liés à la sédimentation. Cette obstruction empêcha toute datation du gisement.

_________________
Le champ de bataille ne fait que révéler à l'homme sa folie et son désespoir, et la victoire n'est jamais que l'illusion des philosophes et des sots. William Faulkner
avatar
Anaxagore

Messages : 883
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelques bizarreries....

Message par Anaxagore le Ven 7 Oct - 12:21

En fait c'est assez ironique de publier toutes ces "bizarreries" dans un site sur l'uchronie... c'est nous qui vivons dans une uchronie que l'on pourrait appeler "Et si l'Amérique n'avait été peuplée en une seule fois il y a quinze mille ans par une bande de dégénérés consanguins ?"

_________________
Le champ de bataille ne fait que révéler à l'homme sa folie et son désespoir, et la victoire n'est jamais que l'illusion des philosophes et des sots. William Faulkner
avatar
Anaxagore

Messages : 883
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelques bizarreries....

Message par Thomas le Ven 7 Oct - 14:22

David Mengzies
En occurrence c'est Gavin Menzies. Et ses livres sont totalement bidon, même les éléments de sa biographie qu'il utilise pour justifié de son expérience de sous-marinier son totalement bidon. En réalité il n'a même pas écris ces livres. Il à dressé un plan général et des "nègres" ont fait le travail à sa place.
Un site résumé la plupart des bidonnages de ce gars: http://www.1421exposed.com/html/most_outrageous_claims.html
Sont deuxième livre "1434: The Year a Magnificent Chinese Fleet Sailed to Italy and Ignited the Renaissance" est malheureusement du même niveau.

Je pense que la possibilité que les Chinois est atteint le continent américain est tout à fait plausible, mais Menzies est tout sauf une référence à citer.

_________________
« Ce n’est que devant l’épreuve, la vraie, celle qui met en jeu l’existence même, que les hommes cessent de se mentir et révèlent vraiment ce qu’ils sont. »
Alexandre Lang.
Mes livres
avatar
Thomas
Admin

Messages : 1280
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 32
Localisation : Lyon

Voir le profil de l'utilisateur https://thomas_diana.artstation.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelques bizarreries....

Message par Anaxagore le Sam 8 Oct - 11:39

Des celtes en Amérique (2) :


Tout individu ayant voyagé en Nouvelle Angleterre (USA) aura été frappé par la présence de mégalithes dans la région (Lovecraft les mentionne aussi dans ses nouvelles). l'un des plus impressionnant est la Table Levée de la Colline aux Mystères. Avant la mort de Jonathan Patee, propriétaire des lieux en 1826, personne ne s'était intéressé à cet étrange édifice. L'ensemble est pourtant impressionnant, 22 deux édifices sur un demi-hectare.

En 1933, l'archéologue amateur William B. Goodwin se lança dans un projet de "restauration" du site. Comme il "savait" avant même de faire les fouilles que ces tables de pierres et ces murs de pierres plus petites étaient "un monastère irlandais du XVème siècle" (sic) il reconstitua les lieux comme ils "devaient" être. Les archéologues qui ont suivi ne le remercient pas. Goodwin a détruit toute chance de découvrir les raisons de cette construction.
Succédant à Goodwin en 1957, l'archéologue Robert E. Stone se montra tout aussi passionné mais bien plus professionnel. Le problème de la datation du site resta entier. On découvrit bien des charbons de bois à proximité, mais le carbone 14 les répartis en une large palette entre 1500 av J.C. et 1800 après, sans qu'il soit possible de déterminer si ces charbons étaient le reste de feux de camps ou d'incendie provoqués par des causes naturelles.
Toutefois les pierres qui sont taillées présentent des motifs et des inscriptions. D'après une théorie - très controversés- ces pictogrammes seraient des oghams, l'écriture des anciens Irlandais. Ce qui daterait la Colline Aux Mystères entre -200 et 800 de notre ère. Mais ces lignes et encoches, ainsi que les représentations de roues solaires ressemblent aussi à l'ancien ibérique ou au phénicien... voire à d'autres écritures encore.
Une comparaison avec les monument mégalithiques trouvé en Espagne fait apparaître des ressemblances troublantes.

Qu'en pense l'archéologie officielle ?
Et bien si vous avez trouvé peu probantes les assertions des différents archéologues que j'ai cité jusque là, préparez-vous à l'une des pires bouffonneries que je n'ai jamais entendu jusque là.
Les archéologues officiels ont décrété que... c'est Patee lui-même qui aurait édifié ces énormes structures pour y entreposer des fruits ou du bétail.
S'il vous plait... arrêtez de vous ridiculiser !
Imaginons : je suis un cultivateur de North Salem au XIXème siècle. J'ai besoin de construire une grange ou une étable. Qu'est-ce que je fait ? je taille et déplace des pierres dont certaines doivent peser plusieurs tonnes, je les grave de motifs décoratifs et leur donne des formes complexes, j'assemble des murs de pierres plus petites... avec juste l'aide de mes proches... et ensuite j'inscris des pictogrammes qui ne sont pas de l'anglais... ce ne serait pas plus simple de faire une grange en bois comme tous mes voisins ?


Voici la table de pierre gravée. On pense qu'elle servait à des cérémonies. les rainures pouvait servir à collecter l'eau de pluie. d'après les documents dont je dispose, elle ferait 8 pieds (2,44 m)  sur 6 pieds 3 pouces (1,85 m), avec une épaisseur de 10 pouces (25 cm).  Elle doit bien peser deux tonnes et demi. La pierre parlante (dont je parle plus loin) se trouve dans la caverne artificielle sous la table et émerge dans la "chambre" sous la table. Une disposition probablement voulue. On a également trouvé sur place un cristal de roche (quartz) qui laisse entendre à une vocation cérémonielle unissant l'eau tombée du ciel avec les forces de la terre venue de la caverne artificielle via la "pierre qui parle".


voilà une des grottes artificielles, la colonne à droite à une caractéristique typique de certains mégalithes d'Europe elle "parle", c'est à dire que l'on entend des bruits étranges... en fait cela n'a rien de surnaturelle, la pierre retransmet des vibrations venus de sous la terre (rivière souterraine ou courant tellurique).

Les recherches effectuées sur la travail des pierres démontre qu'aucun outil de métal n'a été utilisé, tout aurait été sculpté avec des outils de pierre.

Ou alors monsieur Patee avait vraiment du temps à perdre et sa famille entière était composée d'Hercules de foire... ou alors les archéologues sont vraiment de TRÈS mauvaise foi.
Par pitié, vous avez le droit de ne pas croire les théories de Goodwin et de Stone... mais ne sortez pas une explication mille fois moins plausible ! Arrêtez de vous rendre ridicule !

_________________
Le champ de bataille ne fait que révéler à l'homme sa folie et son désespoir, et la victoire n'est jamais que l'illusion des philosophes et des sots. William Faulkner
avatar
Anaxagore

Messages : 883
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelques bizarreries....

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum