Tome 1 : Extraits

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tome 1 : Extraits

Message par Thomas le Dim 18 Oct - 18:54

Ici seront présentés quelques extraits du premier livre.


Dernière édition par Thomas le Dim 16 Juil - 15:17, édité 1 fois

_________________
« Ce n’est que devant l’épreuve, la vraie, celle qui met en jeu l’existence même, que les hommes cessent de se mentir et révèlent vraiment ce qu’ils sont. »
Alexandre Lang.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Thomas
Admin

Messages : 1280
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 32
Localisation : Lyon

Voir le profil de l'utilisateur https://thomas_diana.artstation.com/

Revenir en haut Aller en bas

Extrait du chapitre 1: Guadalcanal

Message par Thomas le Dim 18 Oct - 20:00

Bataille de Savo Island, 9 aout 1942
Extrait de « Un ocean de feu: La guerre du pacifique 1941-1944 » — BBG Publishing — Joe Chevalier


[...]
À 1 h 38, les croiseurs japonais commencent à lancer leurs torpilles en direction du groupe sud. Au même moment, les vigies du Chokai repèrent les navires du groupe nord à environs 16 km. Imité par le reste de la colonne, le Chokai se positionne pour faire face à cette nouvelle menace tout en préparant un engagement au canon contre le groupe sud. L’USS Patterson qui était en état d’alerte, car son commandant avait pris au sérieux le rapport reçu en fin de journée repère le Kinugasa à 5 km devant lui. Il envoie immédiatement un message d’alerte par radio et signaux lumineux « Alarme ! Alarme ! Navires inconnus entrant dans la zone ! » L’USS Patterson accélère à pleine vitesse et tire des obus éclairants en direction de la colonne japonaise. Le commandant ordonne de lancer des torpilles, mais son ordre est couvert par le bruit des canons de son propre navire. Au même moment, les hydravions japonais lancent des fusées éclairantes en direction du HMAS Canberra et l’USS Chicago. Le capitaine Getting du HMAS Canberra  ordonne d’accélérer à pleine vitesse pour se positionner entre les Japonais et les navires de transport tout en donnant l’ordre de faire feu sur toutes les cibles visibles. Moins d’une minute plus tard, le Canberra est touché par plusieurs obus du Chokai et du Furutaka auquel s’ajoutent aussi les tirs de l’Aoba et du Kako pendant les trois minutes suivantes. Le Canberra est touché à au moins vingt-quatre reprises par des obus de gros calibres tuant l’officier d’artillerie, blessant mortellement Getting et détruisant les salles des machines privant ainsi le navire d’électricité avant même qu’il n’ait tiré un seul obus.
[...]

_________________
« Ce n’est que devant l’épreuve, la vraie, celle qui met en jeu l’existence même, que les hommes cessent de se mentir et révèlent vraiment ce qu’ils sont. »
Alexandre Lang.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Thomas
Admin

Messages : 1280
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 32
Localisation : Lyon

Voir le profil de l'utilisateur https://thomas_diana.artstation.com/

Revenir en haut Aller en bas

Extrait du chapitre 13: Opération U-Go

Message par Thomas le Dim 18 Oct - 20:05

Opération U-Go
Extrait de « Un ocean de feu: La guerre du pacifique 1941-1944 » — BBG Publishing — Joe Chevalier


[...]
L’Opération U-Go, est une offensive de l’Armée impériale japonaise lancée le 8 août 1943 contre les possessions de l’Empire britannique en Inde. Visant les localités d’Imphal et de Ledo, cette offensive a permis de couper la route de Birmanie et de déstabiliser les Indes britanniques même après la fin de la Seconde Guerre mondiale.

[...]
Dans le cadre de la campagne de Birmanie, les Japonais avaient repoussé les forces alliées, qui s’étaient repliées en Inde, dans la région de Manipur, laquelle comptait l’une des rares routes praticables reliant l’Inde à la Birmanie. La difficulté du terrain avait ensuite dissuadé les Japonais de tenter une offensive sur le sol indien.
Dans les mois qui suivirent, les Alliés rebâtirent leurs voies de communication, construisant notamment des bases aériennes qui servaient à ravitailler la République de Chine via le pont aérien au-dessus des montagnes de l’Himalaya (connue sous le nom de « The Hump », soit « la bosse »), car la route de Birmanie était menacée.
Mi 1943, le général Yamashita prend la tête des forces japonaises en Birmanie, considérablement renforcée lors de l’opération TA. En plus de couper la route de Birmanie, l’opération vise à installer le Gouvernement de l’Inde libre et l’Armée nationale indienne sur le sol indien. Les avions alliés qui ravitaillent la Chine en survolant l’Himalaya seront aussi à portée de l’aviation japonaise. Les offensives sur Imphal et Ledo ont été conçues pour frapper leurs cibles quasi simultanément.

[...]
Conséquences
L’Opération U-Go est un grand succès pour les Japonais, mais ce succès est en partie accidentel. Les Japonais avaient largement surestimé le dispositif britannique et donc considérablement renforcé leur ordre de bataille. S’ils n’avaient pas fait cette erreur d’estimation, ils auraient probablement consacré moins de troupes à cette opération qui n’aurait probablement pas abouti au même résultat. L’exemple le plus flagrant est la facilité avec laquelle Ledo est tombé, car à peine défendu contrairement à ce que pensaient les Japonais. À la vue des pertes japonaises sur la route d’Imphal il apparaît clairement que si les Japonais n’avaient pas disposé de l’effet de surprise et une supériorité numérique écrasante les troupes indiennes et britanniques auraient pu tenir leurs positions. La 254ème Brigade a tenu cinq jours face à deux divisions japonaises et en leur infligeant 30 % de pertes.
Dans les deux camps, les pertes humaines sont lourdes. Sur les 13 000 Indiens et Britanniques, plus de 7000 sont morts, blessés ou captifs ; soit plus de 50 % de pertes. Sur les 27 000 Japonais, environ 8000 ont été tués et blessés, soit un taux de perte de 30 %.
Le résultat est indiscutablement favorable aux Japonais, la route de Birmanie est coupée et une « grande » ville est aux mains de l’Azad Hind. Près de 5 000 volontaires indiens vont rejoindre l’Azad Hind avant la fin de l’année 1943. Ce succès éclatant vaudra au général Yamashita le surnom de « Tigre de Birmanie ». Sur ordre de ce dernier, les prisonniers sont « relativement » bien traités, 30 % des prisonniers indiens vont rejoindre les rangs de l’Azad Hind. Plusieurs officiers japonais seront même sévèrement punis pour mauvais traitement sur des prisonniers. Yamashita saluera à plusieurs reprises la résistance exceptionnelle de ses adversaires.
Beaucoup d’historiens s’accordent pour dire que si les Japonais avaient poursuivi leur offensive, tout le Bengale aurait pu tomber dans les mois suivants. Ce scénario est d’ailleurs exploité dans le livre « The Japanese Raj ».
Les troupes indiennes en cours de constitution verront leur transfert vers le Bengale accéléré afin d’établir une solide ligne de défense. Le plan des Britanniques est alors simple : s’assurer que les Japonais ne pénètrent pas plus loin en Inde et préparer une contre-attaque pour l’année 1944 afin de les déloger d’Inde et de Birmanie. Cette contre-attaque n’aura jamais lieu, la guerre s’étant terminée avant.

_________________
« Ce n’est que devant l’épreuve, la vraie, celle qui met en jeu l’existence même, que les hommes cessent de se mentir et révèlent vraiment ce qu’ils sont. »
Alexandre Lang.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Thomas
Admin

Messages : 1280
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 32
Localisation : Lyon

Voir le profil de l'utilisateur https://thomas_diana.artstation.com/

Revenir en haut Aller en bas

Cuirassés antiaériens de classe Ise

Message par Thomas le Dim 18 Oct - 20:13

Les cuirassés de classe Ise sont dessinés et battit pendant la 1ère Guerre mondiale, ils sont très proches des classes Fuso dans leur concept, mais suffisamment diffèrent pour justifier une classe à part entière. L’Ise est lancé le 15 décembre 1917 et Hyūga le 30 avril 1918.
Cette classe bénéficia, comme tous les grands bâtiments cuirassés japonais, d’une modernisation. En 1934-1936, pour le Hyūga et en 1935-1937, pour l’Ise.
Après la bataille de Midway, comme ils étaient un peu plus rapide que les cuirassés de la classe Fuso, ils furent choisis pour être transformés en bâtiments hybrides, cuirassés-porte-avions.
Rapidement, l’Amiral Yamamoto parvient à faire réviser le plan de conversion initial et finalement l’Ise et le Hyūga deviennent des cuirassés antiaériens.
Les deux tourelles arrière et la catapulte sont démontées pour être remplacées par des canons antiaériens :
—4 tourelles de 2 canons Type 98 sont installées : 2 à la place des anciennes tourelles arrières, 2 de chaque côté de la superstructure arrière.
— Plus d’une centaine de canons de 25 mm garnissent l’ensemble du navire.
Enfin, puisque le rôle de ces navires est de lutter contre l’aviation ennemie ils reçoivent tous deux des radars de Type 21, 22 et 23.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par Thomas le Mer 13 Jan - 21:22, édité 2 fois

_________________
« Ce n’est que devant l’épreuve, la vraie, celle qui met en jeu l’existence même, que les hommes cessent de se mentir et révèlent vraiment ce qu’ils sont. »
Alexandre Lang.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Thomas
Admin

Messages : 1280
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 32
Localisation : Lyon

Voir le profil de l'utilisateur https://thomas_diana.artstation.com/

Revenir en haut Aller en bas

Panzer V ausf.G2 « NachtPanther »

Message par Thomas le Dim 18 Oct - 20:15

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Vue d’artiste d’un Panzer V ausf.G2 « NachtPanther » au printemps 1945.

Concept :
En octobre 1944, MAN présente la variante ausf.G2 du char Panther à l’état-major de la Wehrmacht.
Le char respecte les principes prônés par Albert Speer. Utilisation de designs déjà existants pour la plupart, améliorations peu couteuses et utiles. Le projet est validé et des modèles de préséries sont testés début décembre par les tankistes allemands. Le char donne entière satisfaction et ses performances sont conformes à ce que MAN avait annoncé.
Sa phase finale de test est conduite par l’as Kurt Knispel, le char est alors surnommé « NachtPanther » (panthère nocturne) ou « Heckenschütze » le Sniper.

Équipement :
Au premier abord le char à une apparence quasi identique à celle du ausf. G. Les améliorations, bien que discrètes sont pourtant utiles.
La tourelle reçoit un canon 7,5 cm Kw.K. L/100, plus long que le 7,5 cm Kw.K. 42 L/70 et sans frein de bouche. Il offre une meilleure précision, une portée plus longue et bien meilleure pénétration. Le L/100 permet de tirer jusqu’à 13 coups par minute, de toucher une cible à 2,2 km en tir direct et 10,8 km en tir indirect.
Des modifications dans le stockage des munitions permettent au char d’emporter 82 obus contre 79 auparavant.
Le char est motorisé avec un Maybach HL 230 TRM P30 développant 700 chevaux qui lui permet d’atteindre 50 km/h en condition optimale. Dans la pratique le char roule généralement à 30 km/h de moyenne.
La radio FuG 12 permet aux chars de communiquer efficacement même plus de 700 mètres.
Au niveau des optiques, tous les ausf.G2 sont dotés d’optiques infrarouges FG 1250 pour le combat de nuit et de « télescopes binoculaires ».

Utilisation :
Le char fut principalement utilisé pour des embuscades en utilisant des filets des camouflages et des branches pour se dissimuler en forêt, mais aussi pour des raids nocturnes. Les chars prenaient position discrètement et utilisaient la cadence de tir élevé et la précision du canon pour matraquer l’ennemi pendant quelques minutes avant de se retirer.
Dans les derniers mois de la guerre Kurt Knispel  écrits dans son journal : « Le NachtPanther est un véritable sniper blindé, sa précision nous permet des tirs critiques à longue distance. Il me semble aussi plus manœuvrable que les Shermans et T-34 de nos adversaires et surtout que nos Tigres. Bien sûr j’aimerais qu’ils soient encore plus maniables et rapides, mais il ne faut pas rêver. J’ai l’impression que nos obus au tungstène couplé au canon L/100 peuvent pénétrer n’importe quel blindage, c’est vraiment grisant ».
Le NachtPanther ne sera jamais endivisionné, car produit en trop peu d’exemplaires. Seuls 127 chars sortiront d’usine. Ils seront envoyés par groupe de 12 pour compléter et renforcer les formations blindées déjà existantes.

Postérité :
À la fin de la guerre, toutes les grandes puissances tenteront de récupérer des exemplaires de ce char ainsi que ces plans. Le Japon parviendra notamment à se procurer un exemplaire par des moyens inconnus. Ce dernier servant de base au premier char « lourd » d’après-guerres pour le Japon.

Dans la culture populaire :
Le Panzer V ausf.G2 est présent dans les jeux de simulation de char World of Tanks et Warthunder.

_________________
« Ce n’est que devant l’épreuve, la vraie, celle qui met en jeu l’existence même, que les hommes cessent de se mentir et révèlent vraiment ce qu’ils sont. »
Alexandre Lang.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Thomas
Admin

Messages : 1280
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 32
Localisation : Lyon

Voir le profil de l'utilisateur https://thomas_diana.artstation.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tome 1 : Extraits

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum